Partagez
 
 
 

 On l'appelle "Trouble-Fête" ! (ou "trompe-la-mort", c'est selon...)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
Meryma
Meryma
MESSAGES : 20
INSCRIPTION : 28/07/2018
RÉGION : Normandie
CRÉDITS : moi meme

UNIVERS FÉTICHE : fantasy
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2115-je-s-appelle-groot-speciale-de http://www.letempsdunrp.com/t2120-les-aventures-de-meryma http://www.letempsdunrp.com/t2116-je-suis-plusieurs-dans-ma-tete
Limace

On l'appelle "Trouble-Fête" ! (ou "trompe-la-mort", c'est selon...) Empty

Le contexte du RP
Mise en situation

La situation
Depuis quelques temps le taux de criminalité a imperceptiblement chuté et les pires criminels se retrouvent derrière les barreaux, ou une balle entre les deux yeux. Xander n'avait pas encore fait le rapprochement avec Lui. Un jour, le jeune médecin est appelé aux urgences pour un cas extrêmement grave, un patient, entre la vie ou la mort. Son passé l'a-t-il rattrapé ?

Le personnage de Xander joué par Mélicendre a été créé pour le forum NYCL il ya plusieurs années. Nous avons voulu le faire revivre et lui offrir la vie qu'il mérite. Le personnage de Falko est pure invention pour LDRP.
Revenir en haut Aller en bas
 
Meryma
Meryma
MESSAGES : 20
INSCRIPTION : 28/07/2018
RÉGION : Normandie
CRÉDITS : moi meme

UNIVERS FÉTICHE : fantasy
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2115-je-s-appelle-groot-speciale-de http://www.letempsdunrp.com/t2120-les-aventures-de-meryma http://www.letempsdunrp.com/t2116-je-suis-plusieurs-dans-ma-tete
Limace

On l'appelle "Trouble-Fête" ! (ou "trompe-la-mort", c'est selon...) Empty


Falko Akerfeld
J'ai 29 ans et je vis un peu partout aux Etats-Unis d'Amérique. Dans la vie, je suis chasseur de prime, ancien rangers et je m'en sors pas bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt très bien.
avatar ©️ moomins
-...200cc d'atropine, 500 d'adrénaline, et amenez-moi le chariot de réa et plus vite que ça !

Dans les couloirs des urgences on se bousculait. Un brancard chargé d'un homme inconscient grièvement blessé sur lequel était assis à califourchon un infirmier ambulancier lui pratiquant un massage cardiaque, traversait l'unité, rapidement poussé et tiré par deux autres secouristes en sueur. Arrivé à bon port, l'infirmier descendit du brancard et sans cesser le massage cardiaque, suivit le mouvement alors qu'on basculait le blessé sur un lit. Il avait perdu beaucoup de sang et son visage exsangue ne présageait rien de bon. Les infirmières et les médecins des urgences prirent le relais des secouristes pour tenter de réanimer le jeune homme. Des fils et des perfusions furent branchés, un chariot de réanimation percuta le lit alors qu'on mettait déjà l'appareil sous tension et que le médecin réanimateur criait déjà ses ordres.

-Chargez à 200. On dégage.

Le corps du jeune homme se souleva, répandant un peu de sang sur les draps par les plaies qu'il avait au visage et au ventre. Les infirmières épongèrent vite fait mais le médecin les repoussa une nouvelle fois.

-Chargez à 300. On dégage.

Le corps se cambra une nouvelle fois. Toujours pas de pouls. Ça faisait plus de deux minutes que le patient était parti. S'il ne revenait pas dans la prochaine minute, tout était fini.

-Chargez à 500 ! On dégage !

Les infirmière eurent juste le temps de lever les mains quand le corps fut secoué de violents tremblements. Mais les bips du moniteur leur arrachèrent à tous un soupire de soulagement. Il y avait un pouls. On pouvait enfin travailler.

***
Une demi-heure plus tôt
La respiration calme, la main sûre, l'oeil dans le viseur, le jeune homme était concentré. A plat ventre, appuyé sur les coudes, le fusil bien calé sur son trépied, son index droit n'était pas encore sur la gâchette. Il devait attendre le signal. Pour l'heure il suivait les allers et venues de sa cible à travers la lunette de son viseur. Il inspirait lentement par le nez. Expirait longuement par la bouche pour calmer les battements de son coeur. Ce n'était pas le moment de flancher. Le soleil dans le dos lui offrait une parfaite visibilité. La mallette de son fusil était posée ouverte juste à sa droite, parfaitement accessible pour y ranger son fusil une fois démonté en 4 secondes et 8 dixième, son record personnel, revisité le matin même. Lorsqu'il aurait tiré, il n'aurait une fenêtre que de quelques secondes pour disparaître.

Un cliquetis dans son dos lui fit cligner de l'oeil. Une distraction suffisante pour qu'il perde sa cible de vue. Et merde ! jura-t-il intérieurement. Un nouveau cliquetis le fit se retourner vivement, mais pas encore assez pour éviter le coup de matraque en plein visage. Sonné, le jeune homme secoua la tête en se relevant pour faire face à son agresseur.

-Toi ! siffla-t-il entre ses dents, surpris.
On l'avait trahi. Il pouvait toujours l'attendre son signal ! Mais il n'eut pas le temps de se pencher plus sur ce mauvais coup qu'on lui jouait, les coups commençaient à pleuvoir. Le jeune homme se défendit bec et ongle, tel "le Faucon", faisant mordre la poussière à son adversaire autant qu'il le méritait. Dans la rue, en bas de l'immeuble de vingt-cinq étages, les passants ignoraient tout de ce qui se passait au-dessus de leur tête. Jusqu'à ce qu'un corps atterrissent lourdement sur le trottoir, éparpillant de la cervelle un peu partout. La foule se dispersa sous les cris d'affolement, certains plus avisés appelèrent les secours et la police. Quelques minutes plus tard un jeune homme vêtu d'une tenue militaire noire sortit de l'immeuble en se tenant les côtes. Son visage était couverts de plaies et d'ecchymoses. Le souffle court il tituba quelques pas et s'écroula à côté de sa victime, alors que les sirènes d'une ambulance approchait déjà.

***
Dans la salle de pause d'un service de l'hôpital
-Docteur Akerfeld ! Docteur Akerfeld ! appelait une voix dans le couloir.
Une infirmière déboula haletante, le visage rougi, dans la salle de pause et chercha le médecin du regard. Quand elle le trouva, la jeune femme courut vers lui et le tira pour qu'il la suive.

-Docteur Akerfeld, vous devez venir aux urgences immédiatement. On a admis un patient... la ressemblance est troublante et... il a le même nom que vous. Vite !!! le pressa l'infirmière en arrachant le café des mains du jeune médecin et le tirant de nouveau à sa suite.

C'est qu'il n'y avait pas beaucoup d'Akerfeld à New-York. Il y avait sans aucun doute un lien de parenté entre ces deux-là !
Revenir en haut Aller en bas
 
Mélicendre
Mélicendre
Féminin MESSAGES : 96
INSCRIPTION : 23/07/2018
ÂGE : 36
RÉGION : PACA
CRÉDITS : Cherry♥walkeR

UNIVERS FÉTICHE : C'est OpenBar chez moi !
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2080-on-ne-menlevera-pas-de-lidee-q http://www.letempsdunrp.com/t2086-carnet-de-bord-couvert-de-cendres#41008 http://www.letempsdunrp.com/t2090-melicendre-et-ses-multiples-personnalites#41143
Tortue

On l'appelle "Trouble-Fête" ! (ou "trompe-la-mort", c'est selon...) Empty


Alexander M.
Âkerfeld

J'ai 34 ans et je vis à New York, USA. Dans la vie, je suis chirurgien général et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt pas bien.
On l'appelle "Trouble-Fête" ! (ou "trompe-la-mort", c'est selon...) F76535ecbe482186e9729867f1a733d9


Chris Hemsworth ©️ ECTRA
Dix minutes plus tôt...

- Tu devrais peut-être t'inscrire sur un site de rencontre, qui sait ? Depuis Mildred, c'est comme si tu avais abandonné l'idée d'être amoureux un jour...

- Est-ce que je t'ai demandé le temps qu'il fait ?

Avec un regard agacé, Xander lança une boule de papier froissé à Tyron, lequel était venu lui apporter un sandwich quand il sut que son ami n'avait quasiment pas mangé depuis la veille au moins. C'était la fatidique garde des 24h et elle touchait bientôt à sa fin. Heureusement d'ailleurs ! Car le rythme de travail n'avait pas baissé d'un iota depuis qu'il avait commencé.

Tyron rit.

- Arrête ! Tu vas pas jouer les martyrs, ça te va pas du tout !

- Je n'ai pas envie de rencontrer quelqu'un, j'ai trop de boulot. Ça marcherait pas.

- Pétochard !


Sans relever, Xander se mit à soupirer d'aise en s'étirant de tout son long. Cela faisait à peu près... 24h qu'il n'avait pas posé ses fesses sur une chaise, et manger en même temps, c'était le summum du luxe ! Mais pas le temps d'apprécier que déjà, une infirmière échevelée et rouge comme une tomate interrompit son moment oisif et relaxant.

Elle se dirigea directement vers lui, ignorant Tyron qui lui fit juste un signe de la main avant de partir, il savait qu'il ne reverrait pas Xander avant au moins le lendemain. La jeune femme lui accrocha le bras et le força à la suivre, baragouinant dans l'urgence. Alors qu'ils couraient dans le couloir, la phrase finit par atteindre ses neurones fatigués et il ralentit jusqu'à s'arrêter complètement, sous le choc.

- Me dites pas que...

Puis il repartit au quart de tour, dépassant même l'infirmière pour rejoindre le box des urgences concernés. Il entra et stoppa tout mouvement, les yeux écarquillés.

*Bordel...*

Xander s'approcha, les réflexes du médecin reprenant le dessus.

- Qu'est-ce qu'on a ?

- Multiples chocs dus à des coups de matraque, hémorragie massive intra-abdominale, apparemment, c'est un règlement de compte, l'autre victime est morte, un homme qui est tombé de 25m.


*Mais qu'est-ce que t'as encore foutu ??*

- Il vient de faire un arrêt mais on a réussi à le stabiliser.

- Ok, on le monte !


Tout les soignants et le cortège de machines qui reliaient son petit frère à la vie commencèrent à bouger pour se diriger vers l'ascenseur. Xander se préparait déjà mentalement à l'exploration abdominale pour repérer l'hémorragie quand il fut bloqué dans sa course par son confrère et ami, le Dr Randy Casalonga. Ils avaient fait leur internat ensemble et avaient été embauchés en même temps.

- Xander, tu ne comptes pas opérer ton frère là !

- Qui t'a dit ??

- Pas besoin d'être grand clerc pour deviner, frère. Mais va te reposer. Tu as fini ta garde. Je prends le relais.

- Certainement pas ! C'est mon patient !

- Plus maintenant. Tu n'es plus en service.


Randy disparut dans l'ascenseur avec la procession médicale, laissant un Xander rageur et terrifié.

Certes, il n'avait pas été le meilleur frère du monde quand il avait laissé Falko se débrouiller avec ses problèmes. Il n'avait pas été là pour lui, se dépatouillant comme il le pouvait pour affronter ses propres soucis. Mais c'était sa faute si Falko avait tourné le dos à sa famille, une chose qu'il ne se pardonnerait jamais.

Totalement obsédé à l'idée de le perdre, le géant nordique ne put s'empêcher de prendre les escaliers. Même s'il n'opérait pas, il voulait être là si jamais les choses se gâtaient. Mais même le dirigeant de l'hôpital vint à sa rencontre pour lui ordonner de rester dans la salle d'attente, que son collègue était tout aussi compétent et qu'ils allaient faire le maximum.

Ce fut le début d'un long calvaire...

Six heures plus tard...

Xander ne s'en était pas aperçu, mais il avait fini par s'endormir. Quelqu'un de bien intentionné l'avait couvert d'un édredon en laine et avait laissé à son attention une tasse de café fumante sur la table basse en face de lui. Il se redressa et se frotta les yeux, attrapa la tasse et la but avec un plaisir non dissimulé, histoire de remettre de l'ordre dans ses idées. C'est le moment que choisit Randy pour entrer avec un grand sourire.

Un long soupir accompagné d'une larme de soulagement, Xander se leva et lança une accolade à son ami, qui lui tapota gentiment l'épaule. Randy se recula et sourit.

- Les dégâts étaient considérables. Je ne sais pas ce que ton frère faisait, mais il a évité la mort de peu. Il avait une déchirure de l'aorte abdominale et n'aurait pas dû atteindre la salle d'opération vivant. C'est miracle qu'il s'en soit sorti.

Xander prenait peu à peu conscience des mots que prononçait son ami. Le choc d'une telle nouvelle le laissa sans voix.

- Pour le moment, il se repose. On l'a plongé dans un coma artificiel pour qu'il récupère. Cela ne devrait durer que quelques heures, aussi, je ne saurais trop te conseiller que de rentrer chez toi pour dormir un peu, t'as vraiment une sale gueule.

- Trop aimable.


Xander était trop ému. Il avait failli perdre son petit frère de peu...

- Merci.

- Pas d'quoi.


Un clin d’œil et une tape amicale dans l'épaule, Randy le laissa seul. Xander prit une profonde inspiration et finit par suivre son conseil. Au réveil de Falko, il serait là.

Cette fois, il comptait bien ne plus le laisser seul...



Revenir en haut Aller en bas
 
Meryma
Meryma
MESSAGES : 20
INSCRIPTION : 28/07/2018
RÉGION : Normandie
CRÉDITS : moi meme

UNIVERS FÉTICHE : fantasy
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2115-je-s-appelle-groot-speciale-de http://www.letempsdunrp.com/t2120-les-aventures-de-meryma http://www.letempsdunrp.com/t2116-je-suis-plusieurs-dans-ma-tete
Limace

On l'appelle "Trouble-Fête" ! (ou "trompe-la-mort", c'est selon...) Empty


Falko Akerfeld
J'ai 29 ans et je vis un peu partout aux Etats-Unis d'Amérique. Dans la vie, je suis chasseur de prime, ancien rangers et je m'en sors pas bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt très bien.
avatar ©️ moomins
Deux garçons jouaient ensemble. Se chamaillaient parfois. Tous deux étaient blonds comme les blés. Tous deux avaient les mêmes yeux d'un bleu clair de ciel d'été. Cinq ans les séparaient et pourtant il n'y avait aucun doute sur le fait qu'ils étaient frères. Le plus petit tomba, s'égratignant le genou, tandis que le plus grand s'approcha pour l'aider à se relever et examiner la plaie sans gravité. Il offrit un sourire à son cadet et une tape sur l'épaule. C'est alors que des fillettes rejoignirent les garçons et une fois encore, il ne fit aucun doute qu'elles étaient leurs soeurs. La "petite" fratrie repartit en courant, riant aux éclats, vers la maison, après qu'un homme aussi grand et puissant qu'un guerrier viking venait de les appeler de sa voix de stentor pour le repas que leur mère venait de servir.

***

Des bips résonnaient à son oreille. Falko ouvrit les yeux mais un brouillard épais l'empêcha de voir ce qui lui collait un tel mal de crâne. Il grogna un peu en s'agitant sous ses draps. Ses bras étaient lourds, des fils et des câbles gênaient ses mouvements. Il tenta de se redresser mais une poigne digne de Thor lui-même le ramena contre un oreiller trop confortable. Falko tenta bien de chasser ce bras qui essayait de lui dire quoi faire -chose dont il avait horreur- mais il devait avouer qu'il était complètement vidé de ses forces. Son corps tout entier n'était que douleur.

Le jeune homme capitula finalement et se laissa aller sur son matelas. Levant une main maladroite il se frotta les yeux et cligna plusieurs fois des paupières pour se réveiller un peu plus et voir qui avait osé lui imposer sa volonté. Petit à petit sa vision se fit plus claire. Une tignasse blonde. Un regard bleu qu'il connaissait bien. Un sourire qu'il n'avait plus vu depuis tellement longtemps... Et qui lui avait manqué.

-Xander... articula le cadet d'une voix pâteuse.

Fixant son regard sur le visage bienveillant de son géant de frère, Falko le détailla un moment. Quelques années n'avait rien enlevé au charme dévastateur de son aîné qui faisait tomber les filles comme des mouches... façon de parler. Apparemment il n'avait pas perdu son âme charitable et protectrice, et s'occupait toujours de ce qui ne le regardait pas. Falko soupira. Pour une fois depuis bien longtemps, il était content de le voir et de l savoir à ses côtés. S'il était dans un lit d'hôpital, comme il le constatait en regardant enfin autour de lui, c'est qu'il n'était pas passé loin de la fin. Dans quel état l'avait-on retrouvé pour qu'il soit si mal, et que son frère soit à son chevet, alors qu'ils ne s'étaient plus revu depuis quoi... cinq ans ?

Soudain, tout lui revint. La cible. Le traître. Ses employeurs.

-'Faut pas rester là ! s'exclama Falko en rejetant les draps et essayant de nouveau de se lever. Ses pieds nus frôlèrent le sol froid de la chambre et il faillit bien s'écrouler en esquissant un pas en avant, pour tomber à nouveau dans les bras de son frère.

-Lâche-moi, Xander ! Tu comprends pas ! Ils vont me retrouver et ils vont m'arrêter ou pire... 'Faut pas rester là, j'te dis !

Falko entreprit d'arracher un à un les câbles et les perfusions qui le relier à une machine pour contrôler ses constantes, quand la porte de la chambre s'ouvrit à la volée. Un duo pour le moins étrange entra dans la pièce en refermant la porte derrière lui.

-Oh non... fut la seule chose que Falko put souffler entre ses dents.

-Falko Akerfeld, vous êtes en état d'arrestation pour le meurtre de l'agent Roger Sandford. Veuillez réintégrer votre lit pour y être menotté.

"Le Faucon" se réveillait à peine d'un sommeil dont il n'avait pas idée de la profondeur, ayant survécu à des blessures dont il ne mesurait pas la gravité, mais tout ce qui lui importait à cet instant, c'était de survivre. Falko, loin d'obtempérer, jeta un plateau vide au visage des Men in Black et profita de leur surprise pour se diriger vers la fenêtre. Mais en l'ouvrant il comprit que nulle retraite ne serait possible par là. Il était sans doute à plus de cinquante mètres de la rue en contrebas et la seule fin possible était celle qui était arrivée à l'homme qui l'avait matraqué un peu plus tôt. Résigné il se tourna vers son frère, et un sourire contrit aux lèvres, il haussa les épaules et retourna se coucher. Il s'allongea en grimaçant. Pourquoi s'était-il levé déjà alors que son ventre lui faisait un mal de chien et que la tête lui tournait ?

Il laissa les deux hommes lui passer les bracelet de métal aux poignets, attachant l'autre bracelet aux barreaux du lit après avoir remonté la barrière d'un côté.

-L'agent spécial Aubray va venir vous interroger dans quelques heures. Nous serons postés à votre porte en attendant. Vous n'aurez d'autres visites que votre frère et votre médecin. Attendez-vous à des représailles.

Sans rien ajouter les deux hommes en costumes ressortirent de la chambre et refermèrent soigneusement derrière eux. Devant le regard de son frère, Falko crut bon d'ajouter, en haussant de nouveau les épaules :

-Les agences gouvernementales, elles aiment pas trop qu'un de leurs agents meurent. Mais je t'assure, je l'ai pas tué, leur "Roger", se défendit-il précipitamment. Ce type allait me fracasser le crâne. J'ai fait que me défendre. Il s'est pris les pieds dans un gros câble et il est passé par-dessus le rebord du toit.

Le jeune homme savait qu'il allait passer un mauvais quart d'heure. Il en était presque heureux. Savoir que quelqu'un s'inquiétait pour lui, particulièrement son frère, était agréable. Bon d'accord, ce ne serait pas forcément agréable sur le coup.

Après toutes ces années de galères, Falko était heureux d'être rentré chez lui. Il se laissa aller contre son oreiller alors que son frère s’affairait à lui remettre les perfusions.

-Alors, ça y est, tu es un doc maintenant ? demanda-t-il le plus innocemment du monde.
Revenir en haut Aller en bas
 
Mélicendre
Mélicendre
Féminin MESSAGES : 96
INSCRIPTION : 23/07/2018
ÂGE : 36
RÉGION : PACA
CRÉDITS : Cherry♥walkeR

UNIVERS FÉTICHE : C'est OpenBar chez moi !
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2080-on-ne-menlevera-pas-de-lidee-q http://www.letempsdunrp.com/t2086-carnet-de-bord-couvert-de-cendres#41008 http://www.letempsdunrp.com/t2090-melicendre-et-ses-multiples-personnalites#41143
Tortue

On l'appelle "Trouble-Fête" ! (ou "trompe-la-mort", c'est selon...) Empty


Alexander M.
Âkerfeld

J'ai 34 ans et je vis à New York, USA. Dans la vie, je suis chirurgien général et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt pas bien.
On l'appelle "Trouble-Fête" ! (ou "trompe-la-mort", c'est selon...) F76535ecbe482186e9729867f1a733d9

Chris Hemsworth ©️ ECTRA
Bon sang ! Quelle journée !

Xander était loin d'imaginer qu'il reverrait un jour son frère, encore moins dans ces circonstances plus qu'étranges ! Falko avait toujours été une tête brûlée, il prenait des risques inconsidérés et ne faisait jamais attention aux conséquences, c'était ce que son frère aîné lui reprochait le plus souvent.

Que s'était-il passé pour qu'il en soit sur le point de mourir ? Une intuition lui soufflait que ce n'était que le début des ennuis...

Pour le moment, il était temps de rentrer. Falko allait dormir un long moment, il avait besoin de faire de même, tout en se demandant s'il allait y arriver. Tant de questions sans réponse... Le soulagement de le savoir en vie, l'inquiétude de connaître le chemin qu'il avait apparemment décidé d'emprunter, la colère de voir qu'il ne faisait toujours aucun cas de sa propre vie, que leur mère mourrait de chagrin si jamais il lui arrivait quelque chose...

Une envie de le secouer comme un prunier le traversa. Xander se rappelait les raisons de l'éloignement de Falko : une journée où la famille Âkerfeld s'était réunie pour fêter l'anniversaire de Linnea, plus grande que le cadet d'un an. Falko s'était permis de lancer une pique acide à leur père sur une broutille, ce dernier lui avait rétorqué de quitter la maison, alors que leur mère et leurs sœurs essayaient en vain de calmer le jeu.

Xander avait pris le parti de leur père... Il n'avait pas supporté le manque de respect de Falko et l'avait attrapé par le col de son t-shirt et plaqué au mur, les yeux brûlant de rage et de dégoût. Son petit frère avait réussi à lui coller une droite, pas assez forte cependant pour l'étaler, le géant blond avait répliqué par sa propre droite, fendant la lèvre à son frère, qui décida dans la foulée qu'il n'était plus le bienvenue dans cette famille qui avait apparemment décidé de le renier.

Les mâchoires serrées, Xander était resté muet. Sa mère s'était effondrée, ses sœurs pleuraient, son père avait quitté la pièce... Un superbe gâchis créé par l'égoïsme d'un seul homme. De ce jour, plus de nouvelle de Falko.

Leur mère lui avait fait promettre de la mettre en courant si jamais un jour il réussissait à avoir des nouvelles. Il allait le faire, mais pas tout de suite. Il avait d'abord besoin de savoir de quoi il retournait, pourquoi Falko avait été sur le point de mourir. Alors Xander prit un peu de repos, suffisamment pour ne plus avoir l'air d'un zombie, douché, rasé de frais, habillé et repus, il revint à l'hôpital, dans la chambre de son petit frère qui n'allait pas tarder à se réveiller.

Il était très loin de deviner la suite...

Au moment où Falko le reconnut, il sentit une onde de bonheur se répandre dans son cœur, avant de voir la panique dévorer son visage.

- Holà ! Du calme ! Tu as failli y rester, alors tu te détends.

Ils ? Qui ça "ils" ? Mais merde ! Dans quels draps s'était-il encore fourré ?

- Dans quels ennuis tu t'es encore empêtré ? Qu'est-ce que tu as fais cette fois ?

Xander n'y pouvait rien, c'était plus fort que lui. Falko n'avait jamais été sage et s'attirait toujours les foudres de leur paternel parce qu'il ne comprenait pas la notion de "tempérance". Diplomatie zéro. Avec son tempérament tout feu tout flamme, Falko s'était peu à peu marginalisé de la famille et de la société.

Mais la suite était encore mieux ! Deux hommes en costard, ils avaient l'air d'appartenir au FBI (ce n'était pas la première fois que des gars de ce genre passaient dans l'hôpital, après tout, on était dans l'un des plus grands CHU de New York) entrèrent dans la chambre et firent mine d'appréhender Falko, qui tenta la fuite sans pour autant y arriver, car il comprit que la fenêtre n'était finalement pas une option.

Il finit par se rendre et se remettre au lit. Les mecs l'attachèrent et sortirent pour faire un rapport ou il ne savait quoi. Et pendant ce temps, Xander remit les dispositifs médicaux en place. La question de Falko ne pouvait tomber plus à plat. Le géant blond lui lança un regard incrédule.

- Non, je vends de la layette au service maternité ! Imbécile !

Xander grommela encore quelques minutes dans sa barbe en terminant ce qu'il avait commencé.

- Maintenant, tu vas tout me raconter ! Et ne m'épargne pas les détails ! Tu vas avoir besoin d'aide si tu veux sortir de ce merdier dans lequel tu viens de te fourrer !

Le chirurgien prit un fauteuil et s'installa près du lit, ne quittant pas Falko des yeux. Ce dernier allait devoir passer à table.

- Qu'est-ce qui s'est passé pour que ce Roger se retrouve sur le toit avec toi et qu'il en tombe ? Et qu'est-ce que tu foutais sur un toit d'ailleurs ?

Xander n'en démordrait pas. Il avait bien l'intention de tout savoir pour l'aider au mieux, même si ce petit con méritait sûrement ce qu'il lui arrivait...


Revenir en haut Aller en bas
 
Meryma
Meryma
MESSAGES : 20
INSCRIPTION : 28/07/2018
RÉGION : Normandie
CRÉDITS : moi meme

UNIVERS FÉTICHE : fantasy
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2115-je-s-appelle-groot-speciale-de http://www.letempsdunrp.com/t2120-les-aventures-de-meryma http://www.letempsdunrp.com/t2116-je-suis-plusieurs-dans-ma-tete
Limace

On l'appelle "Trouble-Fête" ! (ou "trompe-la-mort", c'est selon...) Empty


Falko Akerfeld
J'ai 29 ans et je vis un peu partout aux Etats-Unis d'Amérique. Dans la vie, je suis chasseur de prime, ancien rangers et je m'en sors pas bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt très bien.
avatar ©️ moomins
Falko faillit s'esclaffer à la boutade de son frère sur son métier, mais il se retint, comprenant que ce n'était pas le moment. Il haussa les épaules à plusieurs reprises sans répondre encore. Il y avait longtemps que les choses n'étaient plus assez simples pour être juste expliquer lors d'une petite discussion entre frères. Le jeune homme observa son aîné et attendit qu'il vienne se rasseoir près de lui.

Par où commencer ? Devait-il seulement commencer ? Il était parti depuis longtemps de la demeure familiale, jeté dehors à coups de pied au derrière, et une bonne droite qui lui avait laissé des marques pendant plusieurs jours. Surtout à son égo à vrai dire. Il lui avait fallu du temps pour digérer ce qu'il avait fait, et les conséquences de son comportement crétin à l'époque. Mais trop de fierté mal placée l'avait empêchée de revenir, même encore aujourd'hui.

Il avait bien essayé d'appeler leur mère plusieurs fois et même une de leur soeur, Linnea, de qui il s'était toujours senti le plus proche. De nombreuses fois il avait composé le numéro de téléphone, puis avait raccroché avant même que quiconque décroche à l'autre bout. Quelque fois il avait appelé en plein milieu de la nuit, ou quand il pensait que personne n'était à la maison. Ainsi il était tombé sur le répondeur. Falko avait parfois sourit en entendant la voix de sa mère, si douce et apaisante sur le répondeur. Il ne reconnaîtrait jamais qu'il en avait pleuré, seul le soir, pourtant il s'était senti très seul depuis son départ précipité.

Le jeune homme renifla et but une gorgée dans le gobelet posé sur sa tablette. Il gagnait du temps pour trouver quoi dire, comment. Toutefois il savait qu'il n'avait plus le choix. Ce n'était peut-être pas un hasard s'il avait accepté cette mission à New-York, là où se trouvait son frère, sa famille, son âme et son coeur.

-Je me suis engagé dans l'armée quand... quand je suis parti de la maison. Je savais pas quoi faire, j'avais rien, pas d'argent, aucune possession. Ça m'a semblé la meilleure option pour me sentir utile, ne plus... ne plus penser. Et... et être loin de... de tout ça.

Chaque mot semblait sortir, arraché de sa bouche, vomit par des années de rancoeur, de regrets, d'amertume refoulée. Falko fuyait le regard de son frère, se perdant dans la contemplation de son gobelet quasiment vide. Il but une nouvelle gorgée et reprit.

- J'ai été rangers pendant presque cinq ans jusqu'à ce qu'une bombe explose et détruise la totalité de mon unité. Je ne sais pas comment j'ai survécu. L'armée m'a rapatrié à moitié... enfin, dans un sale état.

Il déglutit avec difficulté. Cet incident en Irak avait été la première fois qu'il avait frôlé la mort et il avait eu du mal à s'en remettre. Falko jeta un furtif regard à Xander à la recherche du moindre signe d'agressivité, ou d'inquiétude. Avait-il seulement remarqué les cicatrices anciennes sur ses jambes, son dos, son torse ? Il replongea dans son gobelet et reprit.

- J'ai eu un épisode amnésique et il m'a fallut plusieurs mois avant de me reconnaître dans le miroir, et de me souvenir qui étaient ces personnes en photo dans mes affaires. Le sourire de maman m'est revenu en premier, ajouta-t-il un sourire ému en coin.

Il était temps d'en finir.

- Quand j'ai été apte à reprendre le service j'ai démissionné de l'armée. A la place j'ai commencé à proposé mes services aux agences gouvernementales, en tant que chasseur de prime. Je suis plutôt bon avec un fusil à lunette alors, on m'engage comme sniper, quand il faut arrêter une dangereux criminel. Dans la limite du possible j'évite de tuer, je préfère utiliser des fléchettes anesthésiantes. Mais parfois, comme aujourd'hui, ça tourne mal. J'ai compris trop tard ce qui s'était passé.

Falko jeta un regard rapide à la porte et baissa la voix.

- Le FBI m'a engagé pour supprimer un de leurs agents. Roger Sandford était mon coéquipier sur cette affaire. D'habitude je bosse seul. Il devait m'envoyer un signal quand je pouvais tirer pour neutraliser la cible. Je sais pas ce qui s'est passé. Sandford s'est pointé et à commencé à me matraquer. Pendant la bagarre il s'est pris les pieds, comme je te l'ai dit, et il est tombé du toit avant que j'ai pu faire quoi que ce soit. J'étais trop loin pour le rattraper. Enfin bref, je suis pas sûr de pouvoir faire confiance à ces mecs, là dehors... acheva-t-il en pointant la porte de la tête, plantant son regard clair dans celui de son frère.

Xander comprendrait-il que la vie de son petit frère était peut-être en danger et que c'était sans doute plus grave qu'une accusation de meurtre ? Bon sang ! Comment s'en sortirait-il cette fois ?!?

Revenir en haut Aller en bas
 
Mélicendre
Mélicendre
Féminin MESSAGES : 96
INSCRIPTION : 23/07/2018
ÂGE : 36
RÉGION : PACA
CRÉDITS : Cherry♥walkeR

UNIVERS FÉTICHE : C'est OpenBar chez moi !
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2080-on-ne-menlevera-pas-de-lidee-q http://www.letempsdunrp.com/t2086-carnet-de-bord-couvert-de-cendres#41008 http://www.letempsdunrp.com/t2090-melicendre-et-ses-multiples-personnalites#41143
Tortue

On l'appelle "Trouble-Fête" ! (ou "trompe-la-mort", c'est selon...) Empty


Alexander M.
Âkerfeld

J'ai 34 ans et je vis à New York, USA. Dans la vie, je suis chirurgien général et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt pas bien.
On l'appelle "Trouble-Fête" ! (ou "trompe-la-mort", c'est selon...) F76535ecbe482186e9729867f1a733d9

Chris Hemsworth ©️ ECTRA
En entendant tout le récit de son petit frère, Xander sentit sa boucher béer sans qu'il maîtrise quoique ce soit...

Toutes les épreuves qu'il avait traversé, le nid de vipères dans lequel il venait de plonger... S'il n'avait pas été aussi raide que son père, le géant blond savait que tout cela aurait pu lui être évité...

La culpabilité avec laquelle il vivait depuis des années s'accrut.

Et à cela vint se mêler une profonde inquiétude. Qu'allait-il arriver à Falko une fois qu'il serait remis de ses blessures ? Qu'allait faire le FBI à son petit frère quand il le ramènerait à Quantico ?

Autant de questions dont les réponses lui donnaient déjà froid dans le dos. Xander serra la main de son frère en se promettant de le protéger, s'engageant de nouveau dans ce rôle qu'il n'aurait jamais dû quitter.

- Merde, Falko ! Tu as l'art de te plonger dans les situations dramatiques jusqu'au cou !

Avec un petit sourire, comme au bon vieux temps avant qu'il ne prenne la défense de leur père, le médecin espérait que Falko lui fasse de nouveau confiance, comme il venait de le faire à l'instant en lui déballant succinctement ce qu'il était advenu de sa vie après la rupture familiale.

- Je connais peut-être quelqu'un qui pourra t'aider... Ça fait 100 ans la vie que je ne l'ai pas contactée, elle va d'ailleurs un peu m'en vouloir. Mais quand je lui expliquerai ta situation, je pense qu'elle fera tout pour t'aider.

Il songeait à Penny Dwight, une jeune femme qu'il avait connu au tout début de ses études de médecine, une jeune femme brillante qui n'était finalement pas faite pour supporter le sang. Elle avait décidé de se reconvertir dans la sécurité nationale et s'était engagée dans le FBI. Ils s'étaient perdus de vue à la suite de cela.

Il ne savait même pas si elle en faisait encore partie mais cela valait le coup d'essayer. Lui seul, à son échelle, n'était pas de taille à affronter les agences gouvernementales.

- Je vais faire tout mon possible pour t'aider, petit frère.

Avec émotion, Xander porta sa main sur la nuque de son frère, comme il le faisait quand ils étaient petits et que Falko ne repoussait pas encore toute marque d'affection manifeste.

- Mais en attendant, tu vas devoir te reposer. Tu as bien failli crever sur la table, tu n'es pas encore en état d'être déplacé.

Le géant blond savait déjà que dès que ce serait le cas, le FBI n'allait pas tarder à exiger son transfert, et cela rendrait les choses beaucoup plus compliquées...


Revenir en haut Aller en bas
 
Meryma
Meryma
MESSAGES : 20
INSCRIPTION : 28/07/2018
RÉGION : Normandie
CRÉDITS : moi meme

UNIVERS FÉTICHE : fantasy
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2115-je-s-appelle-groot-speciale-de http://www.letempsdunrp.com/t2120-les-aventures-de-meryma http://www.letempsdunrp.com/t2116-je-suis-plusieurs-dans-ma-tete
Limace

On l'appelle "Trouble-Fête" ! (ou "trompe-la-mort", c'est selon...) Empty


Falko Akerfeld
J'ai 29 ans et je vis un peu partout aux Etats-Unis d'Amérique. Dans la vie, je suis chasseur de prime, ancien rangers et je m'en sors pas bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt très bien.
avatar ©️ moomins
Il était là, devant lui, son grand frère protecteur. Il lui tenait fermement les mains, lui agrippait fermement la nuque. Il n'avait pas l'air en colère, et ne le repoussait pas. Mieux : il essayait de l'aider en trouvant une solution dans son entourage. Falko n'avait pas imaginé revivre cela un jour, cette complicité, cette fraternité.

Il déglutit bruyamment, et sentit ses yeux le piquer. Fait chier ! Il va se mettre à pleurer maintenant ? Bordel ! Toutes ces années à en baver lui avait bien retourner le cerveau.

-Merci, Xander, mais je veux pas t'impliquer dans tout ça. C'est moi qui ai merdé et c'est à moi de réparer ça.

Mais le jeune homme savait pertinemment que son discours était inutile et que son grand frère n'en ferait qu'à sa tête. Seulement voilà. Falko n'était plus un enfant, ni un adolescent abruti malgré les apparences et les circonstances. Et il savait désormais assumer ses actes et se sortir de situations malencontreuses. Comme toujours, il se sortirait de celle-là... même s'il ne savait pas encore comment.

Falko grimaça en bougeant les poignets. Etait-ce bien nécessaire tout ça ? Les menottes lui filaient des crampes et son nez le grattait ! Il frotta son visage sur son épaules en se contorsionnant et lorsqu'il fut soulagé, soupira un bon coup et se lança.

-J'aimerai... j'aimerai bien parler à... à maman. Si tu es d'accord... si elle est d'accord, ajouta-t-il aussitôt, se rappelant le caractère indépendant de sa mère, malgré sa douceur et sa discrétion en famille.

Mais il n'eut pas le loisir d'argumenter plus sa requête, la porte de sa chambre s'ouvrit de nouveau sur les deux gaillards qui étaient venus arrête "le Faucon" et s'écartèrent pour laisser passer un jeune homme à peine plus âgé que Falko, à l'allure aussi coincée que ses collègues, et la mine patibulaire. D'un simple signe de la tête il ordonna aux deux hommes de sortir et ne prononça pas un mot tant que la porte ne se fut pas refermée. Aussitôt fait, l'agent du FBI se dirigea vers les stores et les ferma, coupant ainsi l'intérieur de la chambre aux curieux de l'unité de soins. L'homme se retourna vers les deux norvégiens et eut un rictus en scrutant Falko.

-Bon sang, Akerfeld, qu'est-ce que ça tu as foutu, lui lança le jeune homme en se retenant de rire.

-Aubrey... C'est toi l'agent Aubrey ? demanda un Falko perplexe à l'homme qu'il semblait connaître.

Le dénommé Aubrey tira une chaise et vint s'asseoir près de son ami. Il sortit une petite clé de la poche intérieure de sa veste et entreprit de lui défaire les menottes.

-Il m'a fallut des mois pour infiltrer le bureau, alors fous pas tout en l'air, stp ! Je te présente l'agent James Aubrey, diplômé de Quantiquo à 25 ans, simple agent jusqu'à l'année dernière à Los Angeles, promu agent spécial au bureau de New-York depuis trois mois.
-Mais comment...
-La ferme. Les affaires internes soupçonnent un réseau ici à New-York, et malheureusement, tu es tombé dedans sans le vouloir. Je regrette de ne pas avoir pu te contacter plus tôt mais... Au fait, c'est qui ce mec... putain, vous vous ressemblez comme... la vache, c'est ton frère ? Enchanté, Adrian Trovrik, services secrets, mais c'est pas vrai nom, vous vous doutez bien... enfin bref, je suis là pour te faire sortir d'ici, dès que tu seras en état. Mais pour ça, ajouta le soit-disant Adrian, je vais avoir besoin de vous, Xander. Falko m'a beaucoup parlé de vous.

Une demi-heure plus tard, l'agent Aubrey ressortait de la chambre avec quelques instructions pour ses hommes, après avoir exposé son plan aux deux frères. Falko se sentait revivre. Maintenant qu'il avait un allié de son côté, tout allait beaucoup mieux ! Et au moins, il n'avait plus ces foutus menottes aux poignets.

-Ça va aller ? demanda le jeune homme à son frère. Adrian est... il est hyperactif. Ça lui sert souvent dans le boulot. Malheureusement, on a parfois du mal à suivre, alors si tu veux que je te réexplique le plan...

Il n'y avait rien de très compliqué. L'agent Aubrey était arrivé avec de nouveaux éléments sur l'enquête. Le Faucon restait un suspect mais pas le seul, c'est pourquoi la surveillance n'était plus nécessaire jusqu'à sa sortie à son complet rétablissement. Il congédia les deux agents, lança un dernier clin d'oeil complice à son ami et s'en retourna à ses petites magouilles.

Dès qu'il pourrait sortir, Falko serait convoqué dans les bureaux du FBI pour y être interrogé de nouveau sur la mort de Roger Sandford, et Adrian lui avait assuré qu'il aurait un logement avec surveillance pour veiller à ce qui ne lui arrive rien. Mais Falko se demandait combien de temps cela prendrait. Combien de temps devrait-il se cacher ? Combien de temps devrait-il encore être séparé des siens ? Maintenant qu'il avait revu son frère, il n'avait qu'une envie, serrer sa mère dans ses bras et voir ses soeurs. Mais comment réagiraient-elles en le voyant ?

Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


On l'appelle "Trouble-Fête" ! (ou "trompe-la-mort", c'est selon...) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
On l'appelle "Trouble-Fête" ! (ou "trompe-la-mort", c'est selon...)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vanille Trompe-la-Mort
» comment appelle-t-on ?
» Hope is Dead : Kira Takumi & Trouble VS Mina Luvia
» Trouble mnémonique ou mnémotechnique,la methodologie du mensonge politique
» On l’appelle petit Yama

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: