Partagez
 
 
 

 non, mais j’vais pas sauter. (gemini)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 
art3mis
art3mis
Féminin MESSAGES : 75
INSCRIPTION : 10/06/2018
ÂGE : 17
RÉGION : île de france
CRÉDITS : miscellaneous (av)

UNIVERS FÉTICHE : en général, réel, après, j’ai rien contre une touche de magie
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Tortue

non, mais j’vais pas sauter. (gemini) Empty

Le contexte du RP
Mise en situation

La situation
Une falaise. Deux ados paumés. La vie quoi.

Contexte provenant de cette [url=LIEN]recherche[/url]


❝#fangirl❞
   
   (c)Allison
Revenir en haut Aller en bas
 
art3mis
art3mis
Féminin MESSAGES : 75
INSCRIPTION : 10/06/2018
ÂGE : 17
RÉGION : île de france
CRÉDITS : miscellaneous (av)

UNIVERS FÉTICHE : en général, réel, après, j’ai rien contre une touche de magie
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Tortue

non, mais j’vais pas sauter. (gemini) Empty



Aura Connor
J'ai 17 ans et je vis à Burlington, Vermont. Dans la vie, je suis lycéenne et je m'en sors moyen, parce que les parents sont friqués. Sinon, grâce à ma non envie d’être en couple, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

J’aurai pu être ce genre de gamine habituée à la solitude. Je le suis sûrement un peu, mais comme je suis jamais totalement seule. Pourquoi ? Oh, j’ai juste été diagnostiqué comme schizophrénique il y a maintenant deux ans. Bien entendu, je suis sous médicament, mais ça suffit pas. Ça aide pas à être sociable et toutes ces conneries. Mais ça me va. Je crois.

kiernan shipka

mo

Une bouteille d’eau, des lunettes de soleil que je ne mets jamais, le peu de dignité qu’il me reste. Mon sac est prêt. Ah, les vacances. C’est sympa les vacances. En fait, ça change pas grand chose pour moi. Ça encourage juste mes parents à me dire « sors avec tes amis, amuse toi ! ». Problème, on fait comment quand on a pas vraiment d’amis ? Enfin, quand tout vos amis vous ont fuit parce que vous étiez bizarre fut un temps et même si vous n’êtes plus vraiment bizarre, y’a toujours ces rumeurs et puis cette image qu’ils ont de vous.
Je hais le lycée.
Ce genre de lycée qui contient tous le stéréotypes. J’remplis le rôle de la nana bizarre. J’commence à avoir l’habitude. Alors que je suis pas plus bizarre que cette pompom girl égocentrique ou le quaterback qui dépasse pas les trente de QI. J’suis normale dans mon genre. On est tous normaux. Le concept de normalité quand il s’applique à des humains est stupide de toute façon. Parce que, qu’est ce que la normalité au fond ? Un ramassis de conneries.
Pour profiter de mes vacances, ce matin là, j’avais pris mon vélo pour faire un tour. Enfin, faire un tour, j’avais un trajet bien précis. J’ai toujours un trajet bien précis, sauf quand je tombe sur une x personne dont je tairais le nom. Je devais surtout faire un crochet par la pharmacie pour récupérer mes médocs ou mes m&m’s (j’te raconte pas l’effet des m&m’s) comme les appelle ma petite cousine. Une fois le checkpoint passé, le sachet blanc de la pharmacie dans mon sac à dos à fleur (il est moche, mais pratique) j’ai repris la route.
La plage ? Le matin, y’avait trop de monde. Et trop de vieux. Aucune envie d’être polie ce matin. La promenade à côté ? Les cafés sont blindés par ces touristes qui prennent leurs petits déjeuners et ma voix est trop précieuse pour que je m’égosille sur les passants qui se trouvent sur la piste cyclable. Franchement, c’est compliqué à comprendre le concept de piste cyclable ?
Y’avait par contre cette falaise. Isolée. Dans un coin un peu reculé. J’allais juste devoir abandonner mon somptueux vélo jaune avant d’y aller. Mais qui voudrait de ce tas de ferraille customisé avec des autocollants Titi ?
J’l’ai abandonné contre la barrière avant de m’engager sur le petit sentier, mon sac à dos sur le dos. Logique quand on y pense. Le soleil était déjà là, bien trop présent à mon goût. J’aurai du mettre de la crème solaire, dix minutes à découvert et j’aurai l’air d’une écrevisse. C’était ma journée. Après une vingtaine de minutes de marche, j’ai enfin vu la fameuse falaise. Le truc, c’est qui faut pas s’approcher trop, sinon, au moindre randonneur qui passe, vous aurez le droit à un speech de dix minutes sur l’importance de la vie. La faute aux personnes qui ont décidé de faire le grand saut. J’veux juste m’assoir. J’aime bien écouter les mouettes. J’aime bien oublier ma vie quand j’viens ici.


❝#fangirl❞
   
   (c)Allison
Revenir en haut Aller en bas
 
Gemini
Gemini
Masculin MESSAGES : 179
INSCRIPTION : 29/06/2018
ÂGE : 29
RÉGION : BFC
CRÉDITS : prakash

UNIVERS FÉTICHE : Réel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1933p10-grouse-my-heart-hope-to-dye
Flash

non, mais j’vais pas sauter. (gemini) Empty


Jeremiah (Jimmy) Shelton-Vickers
J'ai 17 ans et je vis à Burlington, Vermont. Dans la vie, je suis lycéen et je m'en sors minable avec mes deux mères qui picolent et qui touchent à peine le SMIC. Sinon, c'est pas faute d'être moulé à la perfection, je suis célibataire et je le vis plutôt en attendant la suivante.

Vivre avec deux mères et une petite soeur, c'est tellement craignos. En fait ça dépend des jours, on peut s'aimer comme des porcs qui se tirent dans les pattes pour une connerie. Y a des soirs c'est trop sérieux qu'on doit rester puisque nos mères découchent et rentrent bourrées comme deux ronds. Et j'ai toujours pas réussi à expliquer à ma soeur pourquoi elle est née. Le monde part en couilles. Heureusement le bacon existe. Le bacon c'est la vie.


Aramis Knight

mo

Deux tiges qui pendouillent dans le vide, une virgule blanche en signature par-dessus une semelle de la même couleur et un corps de chaussures entièrement noir. Au loin, l'horizon à perte de vue. L'océan il en rien à foutre de ce qui se trame dans le monde. Il s'en bat totalement les reins. J'le jalouse, j'aimerais en avoir rien à foutre de tout ce qui m'entoure. Je m'en sors pas trop mal, sauf que dès que j'suis concerné ça m'fait chier comme pas deux. Puis l'océan ça fait fermer la bouche à ton estomac quand tu meurs de faim comme c'est pas permis même dans les familles africaines. Le bruit du claquement des vagues dans le creux de la roche sur laquelle j'suis assis, ça calme tous les autres bruits. J'pense y aurait uniquement un bateau a réacteur qui pourrait rivaliser. Et encore, pas certain, ca claque bien. J'me bouge un peu à l'aide des mains qui prennent appui entre deux ouvertures saillantes, parce que la surface est pas confortable et mal assis ca me pince le derch'. J'voudrais m'allonger mais mauvaise idée. Pour ma carotide, j'vais me la faire trancher nette.

Voilà où j'en suis, l'intérieur des genoux qui se frite avec le rebord vertigineux. J'ai pas le vertige, j'aime les sensations fortes. Mais là c'est juste pathétique, ca me fait même pas le moindre effet. J'viens de me taper une note de merde. Ce qui résume parfaitement une bonne partie de ce que je vis. Merde. Merdique. Merdeux. Un peu. Non, en fait j'ai une assez haute estime de moi-même en vrai. Alors j'le dis souvent quand il m'arrive un truc bien pourri mais j'le pense rarement. Jamais.

Des étirements tout au mieux pour soulager la douleur physique, à force de pouvoir amoindrir celle de l'amour-propre. P'tin devant toute la classe qu'elle m'a humilié cette face de rat de prof à la con. Comment elle osé se permettre de me rabaisser ainsi .. Cette crevure. J'ai la haine, alors j'suis crispé bah ouais c'est normal. Le jeu de la cause et de ses conséquences. J'me tourne sur le ventre, le bas du corps toujours dans le vide. Si je me laisse glisser un peu j'pourrais faire des tractions, mais j'suis pas fou j'risque pas ma vie aussi dégueulasse soit-elle. La musculation en plus c'pas mon fort ; pas faute d'avoir tenté m'y mettre afin d'avoir les abdos et tout le matos. J'ai c'qui faut sans devoir me mettre torse nu c'bon. Me voir les pecs à l'air ce serait comme avoir les scènes coupées à la fin du film, alors je les affiche que quand c'est vraiment vraiment vraiment nécessaire. Ou pour simplement frimer. Pour kiffer voir les filles kiffer. Pas là. Surtout que quelqu'un s'ramène...

Me faut pas trois secondes pour le reconnaître, la fille un peu zarb d'la classe. La vie j'disais .. C'te fille c'est dingue faut toujours qu'on s'croise un peu partout à des moments chelou. Sans exagérer j'pense qu'mon karma il déconne grave. A force on a sympathisé .. Enfin, je connais son prénom quoi. « Salut Aura » j'dis d'une voix aussi détachée que comme si on avait prévu d'se r'trouver là. L'pire c'est que limite on peut tourner un film, dans le scénario y aurait moins de chances qu'on s'y soit croisé sur c'te falaise. J'ai pas la tête à discuter avec quelqu'un, mais elle a vu que j'l'ai vue. Du coup j'vas pas faire l'ignorant. « Qu'est ce tu fous là ? » j'lâche sans penser à modérer la question. C'est mal dosé mais dedans y a de l'indifférence, de l'agacement, une véritable interrogation et sûrement une pointe de curiosité mal placée. Vraiment mal dosé, avec au minimum trois intonations de voix différentes .. Journée de merde. Sociabilisation de merde.
Revenir en haut Aller en bas
 
art3mis
art3mis
Féminin MESSAGES : 75
INSCRIPTION : 10/06/2018
ÂGE : 17
RÉGION : île de france
CRÉDITS : miscellaneous (av)

UNIVERS FÉTICHE : en général, réel, après, j’ai rien contre une touche de magie
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Tortue

non, mais j’vais pas sauter. (gemini) Empty



Aura Connor
J'ai 17 ans et je vis à Burlington, Vermont. Dans la vie, je suis lycéenne et je m'en sors moyen, parce que les parents sont friqués. Sinon, grâce à ma non envie d’être en couple, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

J’aurai pu être ce genre de gamine habituée à la solitude. Je le suis sûrement un peu, mais comme je suis jamais totalement seule. Pourquoi ? Oh, j’ai juste été diagnostiqué comme schizophrénique il y a maintenant deux ans. Bien entendu, je suis sous médicament, mais ça suffit pas. Ça aide pas à être sociable et toutes ces conneries. Mais ça me va. Je crois.


kiernan shipka

mo

J'aurai préféré être seule. J'avais des milliers et des milliers de raisons de vouloir être seule. Mais non. Non, bien sûr, ça aurait trop simple que ma journée se passe normalement. Que je puisse me poser en paix au bord de la falaise, enfoncer mes écouteurs dans mes oreilles et naviguer dans ma playlist pour trouver une chanson qui pouvait correspondre à mon humeur, c'était trop demandé. Au lieu de ça, je venais de croiser le regard de Jimmy. Toujours la quand il le fallait celui là. Sous la pluie, la nuit, et maintenant. Surtout maintenant. Il fallait qu'il soit la maintenant. Obligation de m'avancer un peu plus quand il me lance un "salut Aura", j'restais quelqu'un de poli quand même. Salut. J'ai lâché sur le même ton avant de m'écraser par terre, l'affreux sac à proximité. J'prefere regarder la mer devant moi et réfléchir que de chercher à lui parler. Parce qu'on a beau être assis à côté, on a rien à se dire. Enfin, en théorie. Parce que finalement, on s'en était déjà dit beaucoup et sur pas mal de sujets. Mais est c'que c'était bien le moment pour remuer ça ? Est c'que j'en avais vraiment envie ? Bof. Parce que mis à part quelques discussions extra-scolaires, c'est pas comme si on était réellement amis. Deux ados paumés carrément. Deux amis qui se serrent les coudes en tout occasion, non. J'prefere rester dans mon coin de classe, rester la fille invisible, un peu zarb dont on se rappellerait à une réunion d'anciens étudiants une dizaine d'années plus tard. J'lève les yeux à sa question, ricane. Merde, il veut parler. Des choses, sans doutes. Je soupire en arrachant un peu brin d'herbes pour le disséquer entre mes doigts. Qu'est ce que ça peut lui faire ce que je fous la ? "Salut Jimmy, j'viens oublier que je dois prendre des tas de cachets par jour et que je suis un peu dingue et toi ?" Si personne ne savait pour ma maladie, c'était pour une bonne raison. J'étais déjà le vilain petit canard. Je voulais pas être le vilain petit canard dérangé. T'es pas obligé de me parler. J'continue alors en lachant mon bout d'herbe. C'est pas parce qu'on avait gentiment partagé un chocolat chaud qu'on était amis. Parce qu'on était pas amis. D'ailleurs, c'était le moment pour moi de le rembourser. Je savais qu'il roulait pas sur l'or, alors je lui devais au moins ça. J'ai pris min sac, j'en ai sorti la somme que je lui devais. Comme ça, on est quitte. J'aimais pas devoir des choses à quelqu'un, personne n'aimait se sentir redevable, surtout une fille atteint d'une schizophrénie paranoïde. J'ai fini par fermer le sac fleuri que j'ai passé sous ma tête pour m'en faire un oreiller. Mon rêve ? Quitter Burlington. Pour où ? Aucune idée, mais j'ai la nette sensation de n'avoir rien à faire ici. De ne pouvoir rien faire de ma vie.


❝#fangirl❞
   
   (c)Allison
Revenir en haut Aller en bas
 
Gemini
Gemini
Masculin MESSAGES : 179
INSCRIPTION : 29/06/2018
ÂGE : 29
RÉGION : BFC
CRÉDITS : prakash

UNIVERS FÉTICHE : Réel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1933p10-grouse-my-heart-hope-to-dye
Flash

non, mais j’vais pas sauter. (gemini) Empty


Jeremiah (Jimmy) Shelton-Vickers
J'ai 17 ans et je vis à Burlington, Vermont. Dans la vie, je suis lycéen et je m'en sors minable avec mes deux mères qui picolent et qui touchent à peine le SMIC. Sinon, c'est pas faute d'être moulé à la perfection, je suis célibataire et je le vis plutôt en attendant la suivante.

Vivre avec deux mères et une petite soeur, c'est tellement craignos. En fait ça dépend des jours, on peut s'aimer comme des porcs qui se tirent dans les pattes pour une connerie. Y a des soirs c'est trop sérieux qu'on doit rester puisque nos mères découchent et rentrent bourrées comme deux ronds. Et j'ai toujours pas réussi à expliquer à ma soeur pourquoi elle est née. Le monde part en couilles. Heureusement le bacon existe. Le bacon c'est la vie.


Aramis Knight

mo
Elle veut pas parler, super. On paraîtra vraiment cons et asociaux, mais c'est mieux ainsi. Quand ma tête ne veut pas, il est toujours préférable de ne pas insister dans le sens contraire. Alors la scène est telle qu'on se retrouve encore dans un lieu inédit et cette fois on va gentiment s'ignorer, faire comme si l'autre n'est qu'un passant dans la rue auquel on ne prêterait aucune importance. L'avancée rocailleuse est assez grande pour que nous y ayons chacun un bout où ne penser à rien. Alors où est le problème si ce n'est nulle part ? Je ne l'attendais pas, comme à chaque fois, du coup on pouvait bien faire abstraction de l'autre. Nous ne sommes pas plus que des connaissances, pas plus que des ados qui fréquentent le même lycée et les mêmes classes sans jamais se calculer. J'me replace quand même vers elle, parce que j'suis mal à l'aise quand j'tourne le dos à quelqu'un. Inconnue ou pas.

D'ailleurs elle me rend deux dollars pour le chocolat chaud qui date d'il y a déjà un petit moment. Ca prouve que nous sommes pas potes. Si tel était le cas jamais elle ne m'aurait pas remboursé, surtout après tout ce temps, et probablement elle aurait fini par payer un autre jour, à un autre endroit, pour une autre dépense. C'est pas l'cas. J'me limite au strict « Merci ». C'est stupide, car cet épisode du chocolat chaud par météo calamiteuse aurait pu nous faire devenir amis. Ou un truc dans l'genre, un peu plus que des gosses qui s'mettent des oeillères en société. J'parle des salles des classe. C'est pas la société je l'admets, avec sa loi de la jungle et les profs qui tirent des fléchettes tranquillisantes à longueur de journées. Y en a qui en ont pas besoin, ils pioncent dès qu'ils touchent leur banc à la première heure de cours. Y en a qui ont les phéromones en ébullition et qui doivent être recadrés par l'autorité sans quoi la presque adulte Zoey aurait déjà été droguée, violée et poignardée à Los Angeles plutôt que de bisser son année dans le Vermont. Y a des filles et des garçons comme ça qui doivent être maîtrisés pour que les profs puissent avoir le contrôle sur les groupes à qui ils clament leurs leçons. J'fais pas partie de ceux qui s'prennent beaucoup de remarques en dehors des réparties que je crache lors de la restitution des copies de DM. Aura c'est pire : on l'entend pas, on oublie parfois qu'elle est là. J'vois la différence entre avant et après. A répétition de se retrouver nez à nez dans tous les coins de la ville, j'regarde souvent ce qu'elle fait en classe. Je stalke pas non plus, mais en moyenne j'lance un oeil dans sa direction toutes les vingt -vingt cinq minutes. J'sais pas si ca m'rassure car j'en sais pas plus, mais elle est un peu moins transparente. J'ignore depuis quand on est dans la même classe, contrairement à Olivia, Emily ou Ryan que je me coltine chaque semaine depuis l'entrée au lycée.

Ca m'emmerde de rien dire, aussi bien que ni elle ni moi ne souhaitions parler. Aura a pris des couleurs, sans doute l'été. Le genre de rougeur qui contraste entièrement du côté invisible d'Aura. « Je m'en sors mieux que toi .. Au niveau du bronzage », j'explicite. A défaut d'avoir le moral pour me la péter, j'peux pas effacer le sourire satisfait d'avoir hérité d'une peau qui réagit excellemment aux UV. « Au moins un truc pour lequel j'peux m'estimer chanceux » je rajoute imprudemment alors que mon regard rejoint les flots au loin, le menton dans le creux de mon coude par-dessus mes genoux. Incapable de la boucler, ce Jimmy.


Revenir en haut Aller en bas
 
art3mis
art3mis
Féminin MESSAGES : 75
INSCRIPTION : 10/06/2018
ÂGE : 17
RÉGION : île de france
CRÉDITS : miscellaneous (av)

UNIVERS FÉTICHE : en général, réel, après, j’ai rien contre une touche de magie
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Tortue

non, mais j’vais pas sauter. (gemini) Empty


Aura Connor
J'ai 17 ans et je vis à Burlington, Vermont. Dans la vie, je suis lycéenne et je m'en sors moyen, parce que les parents sont friqués. Sinon, grâce à ma non envie d’être en couple, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

J’aurai pu être ce genre de gamine habituée à la solitude. Je le suis sûrement un peu, mais comme je suis jamais totalement seule. Pourquoi ? Oh, j’ai juste été diagnostiqué comme schizophrénique il y a maintenant deux ans. Bien entendu, je suis sous médicament, mais ça suffit pas. Ça aide pas à être sociable et toutes ces conneries. Mais ça me va. Je crois.


kiernan shipka

mo
Merci. J’ai haussé les épaules. C’était pas grand chose. J’essaye de ne plus lui prêter attention, maintenant que j’lui avais dit qu’on était pas obligé de parler. Je m’étais juste allongée sur mon sac. C’était pas à lui que j’allais me confier de toute façon. J’allais pas soudainement me redresser pour lui déballer tout ce que j’avais sur le cœur en pleurant à chaude larmes. On avait peut être passé du temps ensemble, ça s’était avéré pas si terrible que ça, mais quand même. Je gardais à l’esprit qu’on était pas amis. On avait juste partagé une classe, peut être qu’on en partagerait une autre, mais ça s’arrêtait là. Ça devait s’arrêter là. Mes yeux étudiaient le ciel. J’étais sûrement en train de me défoncer les yeux, à cause du soleil, mais ça ne changeait pas grand chose. J’partais de toute manière en pièces détachées. J’comprends pas pourquoi il me parle de son bronzage. Qu’est ce que ça peut bien me faire qu’il ait la chance d’avoir une peau dorée tout au long de l’année ? Et ? Une petite voix me disait pourtant que j’aurais du me taire. Que j’aurais du garder cette petite syllabe tout au fond de moi, parce que ça pouvait engager une possible conversation. Ou alors il le prenait mal et j’étais débarassée. Ses derniers mots me font rire. S’il savait ô combien il était chanceux. C’était bien ça le problème. On ne se rendait jamais compte d’à quel point on pouvait être chanceux d’être juste en vie. Peut être que c’était pas la vie de famille rêvée, peut être que c’était pas non plus la situation rêvée, mais il y avait toujours pire. Et il y avait bien pire que lui. Moi, peut être ? Sur quelques points, sûrement. Les cachets, la schizophrénie, l’hospitalisation de trois semaines quand ça s’était déclaré, avant les rendez vous chez les psy, les crises si je ne pensais pas à avaler mes pilules, la méfiance que je ressentais pour tout, ma perte d’envie, ma capacité à être invisible aux yeux du monde. Ou peut être que pour le dernier point, j’avais pas envie qu’on me voit. C’était tellement plus simple quand on ne connaissait personne, on ne s'attachait à personne. On était seul, certes. Mais la solitude était devenue une sorte de meilleure amie. J’ai passé mes mains sur mon visage, j’étais obligée de répondre. Ça va, t’es pas chanceux que pour ça. J’ai répliqué, sûrement un peu plus durement que je ne l’aurais voulu. Mais tant pis. De toute façon, on avait ce genre de relation tulmutueuse. Ça n’était jamais calme. Ou alors c’était trop calme. La première fois avec cette course sur la promenade, la deuxième fois sous la pluie, me faisant convaincre qu’il fallait éventuellement que je me mette à l’abri. Mais j’étais pas non plus là pour lui faire la morale. C’était pas mon rôle dans cette histoire, au départ, je voulais juste m’éloigner un peu de la ville, pouvoir écouter les mouettes en paix. J’aurais pas parié sur sa présence ici. Surtout ici.


❝#fangirl❞
   
   (c)Allison
Revenir en haut Aller en bas
 
Gemini
Gemini
Masculin MESSAGES : 179
INSCRIPTION : 29/06/2018
ÂGE : 29
RÉGION : BFC
CRÉDITS : prakash

UNIVERS FÉTICHE : Réel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1933p10-grouse-my-heart-hope-to-dye
Flash

non, mais j’vais pas sauter. (gemini) Empty


Jeremiah (Jimmy) Shelton-Vickers
J'ai 17 ans et je vis à Burlington, Vermont. Dans la vie, je suis lycéen et je m'en sors minable avec mes deux mères qui picolent et qui touchent à peine le SMIC. Sinon, c'est pas faute d'être moulé à la perfection, je suis célibataire et je le vis plutôt en attendant la suivante.

Vivre avec deux mères et une petite soeur, c'est tellement craignos. En fait ça dépend des jours, on peut s'aimer comme des porcs qui se tirent dans les pattes pour une connerie. Y a des soirs c'est trop sérieux qu'on doit rester puisque nos mères découchent et rentrent bourrées comme deux ronds. Et j'ai toujours pas réussi à expliquer à ma soeur pourquoi elle est née. Le monde part en couilles. Heureusement le bacon existe. Le bacon c'est la vie.


Aramis Knight

mo
Et ? C'est tout ? Okay, j'ai abordé un sujet sensible qui la complexe. D'autant plus que je suis plus tolérant aux rayonnements du soleil qu'elle, j'imagine qu'il y a une part d'énervement face à cette injustice de la vie en sa défaveur. C'est loin d'être la seule personne dont le corps montre des difficultés d'acclimatation aux températures saisonnières extrêmes. Les problèmes cutanés ne m'épargnent pas, mais globalement ca n'a jamais écorché ma bogossitude. « Le soleil t'a pas loupée, c'tout » je répète, sans insister à outrance. Je me replie sur moi pour la laisser tranquille, et plonge ma main dans une poche de mon bermuda pour en extraire une chupa chups lait fraise que je commence à déballer. Malgré mon expérience dans le domaine, retirer le plastique enroulé autour du bâton n'a jamais été chose aisée. A l'exception d'un coup de chance rarissime, je ne parviens pas à dévêtir ma sucette en moins de trente secondes. Une difficulté accentuée par l'absence d'ongles que je ronge à la maison, au cinéma, en classe ; partout. J'enfourne la boule, je ne laisse qu'un centimètre et demi de tige blanche dépasser entre mes lèvres et mâchouille la base entre mes dents. Le bâton vrille et l'aromatisation de la sphère empreigne la paroi interne de ma bouche pour se diffuser dans tout mon espace buccal.

Je manque de m'étouffer en pouffant sous la réflexion d'Aura quand elle affirme que je ne suis pas chanceux qu'à ce sujet. Je pince le bout de plastique pour qu'il me cause pas l'asphyxie et galère à cesser ce fou rire naissant. Hilarante cette fille. J'en verse une larme sous l'effet trop violent de mes zygomatiques.
« Comment elle s'la pète », je souffle au coeur d'une accalmie de soubresauts nerveux. « Chanceux de perdre une course, de pas avoir le pognon pour deux chocolats, et de pas pouvoir garder ces choses pour moi car t'es toujours là. Ma chance comme tu dis. Ahah. » Je concentre ma respiration, ferme les yeux et remercie Alyson (ma cadette) pour ses conseils yoga & bien-être. Mon diaphragme se stabilise à force d'en conclure que ce n'est pas ce que j'appellerais une chance de côtoyer quelqu'un qui est au courant d'une partie de mes faiblesses. Mais je relativise.

Je me couche sur le ventre et rampe à ses côtés pour comprendre son point de vue en ce qui me concerne. Elle remarque à peine que j'ai bougé, fixe sans cesse le plafond bleu dépourvu de nuages. « Dis moi sur quels autres points je suis chanceux », l'interroge-je, déployant mon index au plus proche de sa joue qui s'offre juste là à un demi-mètre. Je dirige le bout de mon doigt sur l'épicentre d'une zone rouge qui a éclos en-dessous de sa pommette, et appuie de la même manière qu'un idiot de parent s'alarmerait inquiet de savoir si ça piiiiiiique ou ça fait pas trop maaaaal. Stupide et chiant le Jimmy. « Pauvre Toi. » Sa chance à elle, c'est probablement qu'on dit Jamais deux sans trois, mais pas Jamais trois sans quatre. Qu'il fasse soleil ou qu'il vente.
Revenir en haut Aller en bas
 
art3mis
art3mis
Féminin MESSAGES : 75
INSCRIPTION : 10/06/2018
ÂGE : 17
RÉGION : île de france
CRÉDITS : miscellaneous (av)

UNIVERS FÉTICHE : en général, réel, après, j’ai rien contre une touche de magie
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Tortue

non, mais j’vais pas sauter. (gemini) Empty


Aura Connor
J'ai 17 ans et je vis à Burlington, Vermont. Dans la vie, je suis lycéenne et je m'en sors moyen, parce que les parents sont friqués. Sinon, grâce à ma non envie d’être en couple, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

J’aurai pu être ce genre de gamine habituée à la solitude. Je le suis sûrement un peu, mais comme je suis jamais totalement seule. Pourquoi ? Oh, j’ai juste été diagnostiqué comme schizophrénique il y a maintenant deux ans. Bien entendu, je suis sous médicament, mais ça suffit pas. Ça aide pas à être sociable et toutes ces conneries. Mais ça me va. Je crois.


kiernan shipka

mo
Sale gosse. Jimmy était juste un sale gosse. Je lui lance un regard noir quand il se met à rire. Y'a rien de drôle. S'il savait. Mais j'avais aucune envie de lui offrir une pauvre confession sur ma situation. Pas assez proche. T'es en train de te plaindre d'avoir perdu une course stupide ? Ma victoire était écrite d'avance ! Je m'exclame alors. Moi qui avait voulu ne pas parler et juste resté allongée à regarder le ciel, je venais de lancer une putain de conversation. Et merde. Le chocolat, t'étais pas obligée. J'ai continué en reprenant la liste des choses pourquoi il n'était pas chanceux. Il avait beau dire, lui, il aurait toujours la chance de pouvoir se bouger et s'en sortir. Dans mon cas précis, c'était moins sur. J'ai pas répondu au dernier cas. Parce que lui aussi, il était toujours la quand j'étais là. Et donc j'étais toujours la quand j'étais là. Pour une fois, c'était plus clair dans ma tête. J'le sens venir à côté de moi, enterrant ma solitude. Adieu. Reste en paix. Pas besoin de tourner la tête pour le voir venir. Et j'ai à cet instant, tellement envie de me plaindre, de lui balancer mes problèmes mentaux que ça me rend presque malade. Mal à la tête. Et puis, il pose son doigt sur ma joue sans doute un peu rouge. Je le chasse d'un mouvement de la main, m'empêche d'émettre le moindre son. T'es visible. T'as la chance d'être visible. J'ai alors lâché avec un soupire. Ça voulait peut-être rien dire pour lui, mais ça me parlait tellement que c'était mon ventre qui se tordait. Il s'en rendait pas compte. Et ça m'énervait. Je me suis redressée, ai laissé mon sac et Jimmy derrière moi. Je voulais juste regarder la mer moi. J'voulais pas de cette discussion existentielle à deux balles. Et puis on s'en fout, si tu te trouves malchanceux, tant pis, c'est la vie, tu te trouveras chanceux à un autre moment de ta vie. J'ai ronchonné ensuite, ramenant mes jambes contre moi. On était que des gamins se posant mille questions. Alors évidemment, qu'on se trouvait malchanceux.


❝#fangirl❞
   
   (c)Allison
Revenir en haut Aller en bas
 
Gemini
Gemini
Masculin MESSAGES : 179
INSCRIPTION : 29/06/2018
ÂGE : 29
RÉGION : BFC
CRÉDITS : prakash

UNIVERS FÉTICHE : Réel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1933p10-grouse-my-heart-hope-to-dye
Flash

non, mais j’vais pas sauter. (gemini) Empty


Jeremiah (Jimmy) Shelton-Vickers
J'ai 17 ans et je vis à Burlington, Vermont. Dans la vie, je suis lycéen et je m'en sors minable avec mes deux mères qui picolent et qui touchent à peine le SMIC. Sinon, c'est pas faute d'être moulé à la perfection, je suis célibataire et je le vis plutôt en attendant la suivante.

Vivre avec deux mères et une petite soeur, c'est tellement craignos. En fait ça dépend des jours, on peut s'aimer comme des porcs qui se tirent dans les pattes pour une connerie. Y a des soirs c'est trop sérieux qu'on doit rester puisque nos mères découchent et rentrent bourrées comme deux ronds. Et j'ai toujours pas réussi à expliquer à ma soeur pourquoi elle est née. Le monde part en couilles. Heureusement le bacon existe. Le bacon c'est la vie.


Aramis Knight

mo
Revenir sur une défaite, j'suis pas fan. Reparler du chocolat c'est une autre histoire. « Bien sûr qu'on est obligé de rien. J'aurais pu te laisser chopper une pneumonie et en crever », j'acquiesce à sa défiance en constatant que ses cheveux souffrent aujourd'hui davantage de la sécheresse que du poids des trombes d'eaux lors de notre dernière rencontre en dehors des murs de l'établissement scolaire. « On aurait pu se comporter comme deux parfaits étrangers, s'asseoir à l'opposé dans ce café .. Même pas j'y serais rentré si t'avais pas été là en fait. Et t'aurais pas eu de chocolat, sauf si le tenancier aurait eu pitié. » Y a des mots qui font mal. Le dernier est un de ceux-là. Je l'déteste, j'sais c'que ça signifie et il m'plaît pas du tout. Parce qu'une fille p'têt qu'on lui accepte plus volontiers de lui offrir quelqu'chose, mais un garçon lui il doit prouver qu'il mérite. Qu'c'est lui le plus à même de survenir à n'importe quelle situation de la vie. Et un mec de presque 18 ans, il a pas l'droit d'flancher. Ben moi j'flanche beaucoup trop et ça fait qu'les gens me prennent par moments en pitié. J'déteste. Et j'me suis demandé plus tôt si Aura n'était pas de ceux là lorsqu'elle m'a rendu les deux dollars de ce chocolat qui avait atténué la grisaille de son expression ce jour-là. En vrai, elle ne m'est pas redevable d'autant puisque j'avais également profité de la boisson chaude, à hauteur de quelques lapées. J'arrive pas à quantifier ça en argent, mais nous ne sommes pas quitte là-dessus. Et nous ne le serons jamais.

Y a des jours où j'voudrais être invisible, et y en a où j'fais le pitre pour ne pas l'être. J'ai lu dans une brochure qu'on avait tous besoin d'attention à des degrés différents et à des moments précis de notre quotidien, selon ce qu'on vivait, etc. A ce propos, je comprends pas Aura qui se balade avec un vélo flashy et un sac limite tape-à-l'oeil, mais qui s'habille dans des tons neutres ou pastel qui la mélangeraient avec l'arrière-plan. Et la voilà relancée dans sa thèse de la chance et de la malchance. Quand elle en parle, j'pense à Ally que j'ai la chance d'avoir à la maison et sans qui j'aurais plus de mal à supporter les semaines. Elle me fait régulièrement des merdes du genre à me piquer mon téléphone et envoyer des photos de moi aux contacts avec lesquelles je discute le plus souvent. Ca m'amuse pas trop de devoir justifier ce type de diffusion, mais dans le fond on se chamaille avec tout notre amour. Je l'aime ma petite soeur. Si elle existait pas, j'pense que j'aurais déjà pu virer délinquant et avoir décroché des études. C'est pas l'cas donc ouais j'm'estime chanceux grâce à elle.

Les mots d'Aura me permettent de réfléchir à ce que j'ai de positif dans ma vie, mais c'pas une conversation autour de ce thème. La preuve, elle se recroqueville et me laisse étalé après avoir protesté contre la torture de mon index sur sa peau fragilisée. Un léger silence s'installe durant lequel je m'amuse avec de petits gravillons que j'éjecte un peu plus loin. J'la laisse regarder le paysage. « Action ou vérité ? » J'peux pas faire sans rien dire dès lors que quelqu'un est avec moi. J'passe assez de moments seul avec mes écouteurs, sur mon skate, alors forcément dès que j'suis posé j'peux pas faire semblant et rester muet. Au strict minimum, j'ai besoin de débiter des conneries. Là, elle peut agir ou répondre sans prendre en compte que je suis là. Elle n'a qu'à s'imaginer seule avec elle-même si ma présence la dérange.
Revenir en haut Aller en bas
 
art3mis
art3mis
Féminin MESSAGES : 75
INSCRIPTION : 10/06/2018
ÂGE : 17
RÉGION : île de france
CRÉDITS : miscellaneous (av)

UNIVERS FÉTICHE : en général, réel, après, j’ai rien contre une touche de magie
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Tortue

non, mais j’vais pas sauter. (gemini) Empty


Aura Connor
J'ai 17 ans et je vis à Burlington, Vermont. Dans la vie, je suis lycéenne et je m'en sors moyen, parce que les parents sont friqués. Sinon, grâce à ma non envie d’être en couple, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

J’aurais pu être ce genre de gamine habituée à la solitude. Je le suis sûrement un peu, mais comme je suis jamais totalement seule. Pourquoi ? Oh, j’ai juste été diagnostiquée comme schizophrénique il y a maintenant deux ans. Bien entendu, je suis sous médicament, mais ça suffit pas. Ça aide pas à être sociable et toutes ces conneries. Mais ça me va. Je crois.


kiernan shipka

mo
Une pneumonie, c’est vrai, j’aurais pu crever d’une pneumonie. Comme j’aurais pu me noyer en décidant d’entrer dans l’eau ce jour là, comme je pourrais maintenant décider de m’approcher encore un peu plus de la falaise et me laisser tomber. Commotion, nuque cassée, mort certaine. Il n’était obligé de rien et moi non plus. J’étais d’ailleurs pas obligé de rester là. J’aurais pu me lever, reprendre mon vélo et le laisser en plan sur la falaise en souhaitant ne plus jamais le revoir. Mais pourtant, j’avais décidé de rester et de lancer la conversation. On est obligé de rien, mais on le fait quand même. Parce que c’est naturel, parce que ça fait du bien de se sentir un peu considéré parfois, même si c’est par un autre adolescent à l’égo fracassé parce qu’on l’a battu à une course pendant une soirée. Je savais que j’allais gagner bien avant qu’on ne commence à s’élancer. Et le ciel me serait tombé sur la tête, ça aurait d’une tristesse cette journée, si t’avais pas été là. Je soupire alors, bien que ma phrase contienne bien un semblant de vérité. Ça aurait été triste, s’il n’avait pas été là pour me sauver de la pluie et du froid. Je l’aurais peut être bien attraper, cette saleté de pneunomie.

Je me contente alors de regarder la mer devant moi, c’est sûrement plus intéressant que d’essayer de trouver un autre sujet de conversation, de partir sur une dissertation sans queue ni tête sur la chance et la malchance. Je savais seulement que je n’avais pas de chance. Que j’avais un karma pourri, rien que par cette maladie qui m’était tombée dessus. Je ne l’étalais pas, ça fait parti des choses qu'on garde au fond de soit, que les autres apprennent lors de son enterrement. « Elle était malade tu sais, c’est pour ça, qu’elle est partie si jeune. » Bien que mon heure n’était pas encore venue, je me voyais irrémédiablement mourir jeune, après un énième oubli de cachet et une crise de folie. La dernière fois, mon parrain m’avait retrouvé sur cette fameuse plage, les cuisses dans l’eau gelée, les vêtements trempés. Je ne me souvenais de rien, rien du tout. Et je détestais la vie ou le destin, qu’importe, de m’avoir rendu si instable et si dépendante de ces pilules multicolores. Sérieux ? Je réponds à sa question, à ce jeu stupide qu’ont instauré d’autres avant nous. Je trouvais ce jeu stupide, mais j’ai quand même fini par me décider. Vérité. Juste pour voir si j’étais encore une bonne menteuse, comme le disait si bien ma chère et tendre mère.


❝#fangirl❞
   
   (c)Allison
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


non, mais j’vais pas sauter. (gemini) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
non, mais j’vais pas sauter. (gemini)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» " S'il n'y avait personne sur terre, je resterais. Mais puisque ce n'est pas le cas, je m'en vais. ♦ PRIVATE ~ LILIETH"
» Je suis égoiste de vouloir te garder. Mais je ne peux te laisser à un autre. # Heather
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »
» Aristide : « Sélection mais pas d’élections ! »
» ca pue mais ca pue

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: