Partagez
 
 
 

 Âmes croisées ▬ w/Gemini

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
Cépafo
Cépafo
Féminin MESSAGES : 98
INSCRIPTION : 25/02/2017
ÂGE : 26
RÉGION : Midi-Pyrénées
CRÉDITS : Eledhwen

UNIVERS FÉTICHE : réel, fantasy, HP
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Tortue

Âmes croisées ▬ w/Gemini Empty

Le contexte du RP
Mise en situation

La situation
Fin de matinée au Lycée près de Grosse Pointe dans le Michigan. Dernier cours de la matinée, celui de lettres, avec le nouveau prof.

Contexte provenant de cette recherche


Âmes croisées ▬ w/Gemini Tumblr_n7qnreRcCS1rymr5wo1_r1_250 Âmes croisées ▬ w/Gemini Tumblr_n7qnreRcCS1rymr5wo2_r1_250
Âmes croisées ▬ w/Gemini Tumblr_n7qnreRcCS1rymr5wo3_r1_250 Âmes croisées ▬ w/Gemini Tumblr_n7qnreRcCS1rymr5wo4_r1_250
Revenir en haut Aller en bas
 
Cépafo
Cépafo
Féminin MESSAGES : 98
INSCRIPTION : 25/02/2017
ÂGE : 26
RÉGION : Midi-Pyrénées
CRÉDITS : Eledhwen

UNIVERS FÉTICHE : réel, fantasy, HP
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Tortue

Âmes croisées ▬ w/Gemini Empty


Julian
Stevens

J'ai 17 ans et je vis à Grosse Pointe dans le  Michigan. Dans la vie, je suis lycéenne et je m'en sors pas vraiment bien, au vu de mes notes. Sinon, grâce à ma vie bancale, je suis célibataire ce qui me laisse indifférente mais en réalité en réel manque d'affection.

Informations supplémentaires ici.


Monica Ollander ©️ NOM CRÉATEUR
Assise à ma place habituelle, vers le fond, cachée derrière quelques têtes plus hautes que moi, j'étais loin de suivre le fil du cours auquel j'assistais. Cours qui, dès le départ, ne constituait aucun intérêt pour moi. Je ne lui donnais même pas une chance: c'était de la merde, comme le reste. Comme ce lycée dans lequel j'étais obligée de me traîner tous les matins, comme les quatre murs de cette classe qui me donnaient l'impression d'étouffer, et que j'ignorais tant bien que mal. Comme ces gens qui m'entouraient, pseudo amis ou camarades de classe. "Camarades", quelle blague. Il fallait m'expliquer qui avait choisi ce mot pour désigner tous les glandus qui étaient tout simplement dans la même promotion que moi, mais qui, au final, ne se connaissaient pas. Ou pas vraiment. Mes mains derrière ma trousse, je pianotais sur mon téléphone sans réellement m'accrocher à ce qui défilait sur l'écran, la voix du prof en fond sonore, comme un léger bourdonnement à mes oreilles. Je pensais à ce soir, à Jax que je devais retrouver après les cours et à cette boule qui se formait dans mon estomac à cette pensée. J'avais pas envie de le voir. Un léger soupir s'échappait de mes lèvres, pile quand le prof m'apostropha. « Mademoiselle Stevens ? Un commentaire ? » Pourquoi les profs faisaient toujours ça, alors qu'ils savent très bien qu'on ne peut pas leur répondre, puisqu'on a rien écouté ? Mes yeux se relevaient pour croiser les siens, sans même prendre la peine de dissimuler mon téléphone. Son air détendu tranchait avec la nonchalance de mon comportement. « Non ? » répondis-je, faisant presque semblant de réfléchir. Insolente malgré moi. Et si il y avait bien un prof qui m'agaçait, c'était lui. Jeune, brun, il avait déjà conquis les trois quarts des étudiantes avec sa belle gueule dès l'instant où il avait passé les portes de sa classe le jour de la rentrée. Sans parler de son léger accent français. Ridicule. Il se la jouait cool, mais en vrai, ça n'était qu'un emmerdeur de plus. Avec son fanclub attitré en prime. La fin du cours approchait, et avec ça la distribution des copies corrigées du dernier devoir. Sans même regarder ce qu'il se passait autour de moi, je commençai à ranger mes affaires, ne laissant plus rien sur la table lorsqu'il arrivait à mon niveau, prêt à me donner ma copie.


@Gemini


Âmes croisées ▬ w/Gemini Tumblr_n7qnreRcCS1rymr5wo1_r1_250 Âmes croisées ▬ w/Gemini Tumblr_n7qnreRcCS1rymr5wo2_r1_250
Âmes croisées ▬ w/Gemini Tumblr_n7qnreRcCS1rymr5wo3_r1_250 Âmes croisées ▬ w/Gemini Tumblr_n7qnreRcCS1rymr5wo4_r1_250
Revenir en haut Aller en bas
 
Gemini
Gemini
Masculin MESSAGES : 166
INSCRIPTION : 29/06/2018
ÂGE : 28
RÉGION : BFC
CRÉDITS : prakash

UNIVERS FÉTICHE : Réel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1933p10-grouse-my-heart-hope-to-dye
Flash

Âmes croisées ▬ w/Gemini Empty


Vincent
Maucler

J'ai 26 ans et je vis à Grosse Pointe dans le  Michigan. Dans la vie, je suis professeur de français - langue étrangère et je m'en sors plutôt pas mal si on se réfère à mon parcours professionnel encore peu flatteur. Sinon, à cause d'un foutu crash aérien, je suis veuf ce qui me laisse seul et dévasté par la perte de la perle de ma vie.

Originaire de La Rochelle, a fait ses études à Bordeaux. Une année passée en Australie, puis il a mis le cap sur le Michigan (USA) où il vient de décrocher un poste dans un lycée après trois ans passés à donner des cours du soir et dans des associations. + Il a rencontré une australienne avec qui il s'est marié à Sydney alors qu'ils ne se fréquentaient que depuis huit mois. Rebekkah a décidé de le suivre dans le Nord Américain, tout en retournant fréquemment dans son pays natal. Le vol de décembre dernier fut son tombeau puisque l'avion s'est écrasé en mer. + Vincent souffre encore de la disparition de sa femme avec qui il aura véritablement vécu en aussi peu de temps. Tous deux devenus accros aux amphétamines, c'est retranché dans leur maison de banlieue qu'il essaie tant bien que mal de soulager sa douleur de se retrouver sans elle. + Il parvient à montrer un autre visage que celui-là lorsqu'il donne cours, malgré qu'il a un jour dérapé en frappant un élève. Cela lui a valu une commission disciplinaire.


Julian Schratter ©️ endlesslove
Les cours je savais ce que c'était de les vivre, cela ne faisait pas dix ans que j'avais quitté l'école alors forcément qu'il m'en restait encore des souvenirs. S'il m'avait été dit, quand j'ai obtenu mon bac, que je serais devenu prof .. j'en aurais pleuré de rire. A l'époque, avec quelques garçons de terminale on s'était presque juré qu'on choisirait de partir en Marketing à la fac. Nous étions quatre et aucun de nous n'avait finalement percé dans ce domaine. Deux avaient effectivement tenté de s'y lancer, mais l'engouement venant à manquer ils s'étaient réorienté sans même commencer leur deuxième année. De mon côté j'étais parti en Alsace pour devenir interprète à l'Université Marc Bloch-Strasbourg II. J'avais opté pour anglais et espagnol, mais mon niveau fut jugé insuffisant et j'eus donc reconsidéré mon avenir. Je possédais déjà depuis le collège cette fâcheuse tendance à trouver le petit détail qui pouvait décontenancer mes professeurs à tel point qu'ils n'eussent trouvé comme répartie que de me traiter du garçon qui ne cherchait qu'à vouloir paraître intéressant aux yeux de ses compères de classe. A force de subir ce genre de réflexion alors que la précision professorale paraissait tout aussi contestable que la voix des nouveaux chanteurs et groupes de musiques à la mode, j'avais décidé d'arrêter de participer de mon plein gré et m'étais contenté de répondre approximativement quand une question m'était adressée. J'ai voulu changer cette perception et ce carcan dans lequel l'éducation nationale cherchait à placer les enfants de la République, voués à devenir la France du lendemain. Et la vision hilarante que je m'étais représentée de moi en train de dicter son savoir s'était soudain nuancée en ce quelqu'un qui me plaisait à devenir : un accompagnant dans l'apprentissage des adolescents et de toute personne désireuse d'écouter, de mettre en commun sa propre connaissance avec de nouvelles idées et formes de pensées. Je m'étais fait ma définition de l'enseignement qui fut bien loin de ce que les écoles dispensaient. Voilà pourquoi j'avais opté pour le dépaysement, la transmission de cette langue qui m'excitais et de cette culture que j'avais envie de montrer au monde. En échange, je recevais des autres ce dont j'étais ignorant. Ce qui par contre était plus évident à déterminer, c'était le degré d'indifférence de l'un ou l'autre de mes élèves. Et ce matin, j'ai eu droit à la réplique avec ce cliché de fille qui pianote à longueur de journée sur son téléphone - qu'elle n'oublie pas de s'asseoir à proximité d'une prise pour le recharger après-midi en cours d'histoire - parce que soit elle a été séparée de sa meilleure amie dans l'utopie à laquelle seul le préfet croyait bon que cela les aidera toutes les deux à être assidues. Soit parce que son petit ami l'attendait déjà derrière la grille, car il n'avait rien d'autre à faire de ses journées et qu'il était parvenu à s'attirer ce genre d'ado qu'il éloignerait davantage de ce que les plus puritains considéreraient comme « le droit chemin ». Je l'interrogeai sans réelle interaction relative à la matière que nous voyions ensemble, ce qu'elle balaya aussi vite qu'elle ne swipait les Instagram stories de ses contacts. Je n'insista pas sur l'instant ; ce n'était peut-être pas son jour ni le même alors autant lui laisser sa tranquillité. Sauf que quand arrivait la fin imminente de ma leçon et du rappel de la règle de grammaire, cette gamine anticipa la sonnerie et rangea ses affaires avant même que je ne termina. Tout autant que je pouvais donner pas mal de libertés à mes élèves, ce genre d'attitude ne me plaisait guère et elle n'allait pas tarder à le comprendre. Je pris le temps de distribuer les copies de la semaine précédente, et glissa celle de Miss Stevens en dessous de la pile pour qu'elle la reçoive en dernier. Ceux à qui j'avais déjà rendu se levaient et sortaient. « Sans commentaire » déposai-je enfin l'ultime feuille de ma main sur son banc. « Par contre, vous pouvez me prêter un bic ? J'aimerais rectifier quelque chose dessus. De couleur, vert ou rouge, je ne serai pas difficile. » Un Monsieur, issu d'une voix fluette, tinta derrière moi, mais je n'y pris pas attention. Ma réaction immédiate aurait été de me retourner pour demander à cette fille à papa de fermer sa bouche puisque primo j'avais dit SANS COMMENTAIRE et secundo elle ne s'appelait pas Julian Stevens à qui je sollicitais de quoi pouvoir écrire sur sa feuille. Cela ne devrait pas demander trop d'efforts de ressortir son trousseau et de le rouvrir...


@Cépafo
(si c'est trop long, pas assez direct dans l'action, n'hésite pas à me le faire savoir. En guise de piste d'amélioration :s)
Revenir en haut Aller en bas
 
Cépafo
Cépafo
Féminin MESSAGES : 98
INSCRIPTION : 25/02/2017
ÂGE : 26
RÉGION : Midi-Pyrénées
CRÉDITS : Eledhwen

UNIVERS FÉTICHE : réel, fantasy, HP
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Tortue

Âmes croisées ▬ w/Gemini Empty


Julian
Stevens

J'ai 17 ans et je vis à Grosse Pointe dans le  Michigan. Dans la vie, je suis lycéenne et je m'en sors pas vraiment bien, au vu de mes notes. Sinon, grâce à ma vie bancale, je suis célibataire ce qui me laisse indifférente mais en réalité en réel manque d'affection.

Informations:
 


Monica Ollander ©️ NOM CRÉATEUR
Un soupir d'agacement s'échappait de mes lèvres alors que j'attendais impatiemment que ce foutu prof me donne ma copie. Non pas parce que le résultat m'importait.. le résultat, je le connaissais déjà. Ou du moins, je le devinais sans grande difficultés. A vrai dire, j'espérais plutôt rapidement recevoir ce bout de papier pour pouvoir décamper de cette salle de cours comme les autres le faisaient. Sauf qu'apparemment, le sort n'était pas vraiment de cet avis. Ou le prof, allez savoir. Enfin en tout cas, après quelques minutes qui me parurent interminables, je me retrouvais la dernière à mon banc, plus blasée que jamais, mes pieds prêts à bondir comme des ressorts lorsque mes doigts toucheraient le papier. Son « Sans commentaires » ne me fit ni chaud ni froid. J'avais tellement l'habitude de me faire rabaisser par les profs qu'une absence de commentaire me passait tristement bien au dessus du reste. Mais alors que je pensais en être quitte, je sentais mes tempes s'enflammer d'agacement lorsqu'il me demandait un stylo. Quoi, je devais rouvrir tout mon sac pour sortir un stylo à la con là ? Je levais mes yeux vers lui, cherchant à trouver la raison pour laquelle il semblait vouloir me fossiliser sans sa classe. L'une des fangirls tenta d'attirer son attention, et je fus presque surprise de le voir l'ignorer royalement. Ok, il me voulait quoi en fait ? Avec un soupir, je rouvrais mon sac pour commencer à partir en quête d'un stylo. Ma trousse ? A moitié vide, pleine de trucs inutiles, mais sans stylo. Je soupirai un peu plus en devant sortir mon bloc de feuilles pour y voir plus clair, pestant sur le temps que j'étais en train de perdre, avant de finalement ne trouver aucun stylo rouge ou vert. « J'ai un stylo noir » dis-je en le lui tendant, avant de dévisager la nana qui me regardait par dessus son épaule.


Âmes croisées ▬ w/Gemini Tumblr_n7qnreRcCS1rymr5wo1_r1_250 Âmes croisées ▬ w/Gemini Tumblr_n7qnreRcCS1rymr5wo2_r1_250
Âmes croisées ▬ w/Gemini Tumblr_n7qnreRcCS1rymr5wo3_r1_250 Âmes croisées ▬ w/Gemini Tumblr_n7qnreRcCS1rymr5wo4_r1_250
Revenir en haut Aller en bas
 
Gemini
Gemini
Masculin MESSAGES : 166
INSCRIPTION : 29/06/2018
ÂGE : 28
RÉGION : BFC
CRÉDITS : prakash

UNIVERS FÉTICHE : Réel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1933p10-grouse-my-heart-hope-to-dye
Flash

Âmes croisées ▬ w/Gemini Empty


Vincent
Maucler

J'ai 26 ans et je vis à Grosse Pointe dans le  Michigan. Dans la vie, je suis professeur de français - langue étrangère et je m'en sors plutôt pas mal si on se réfère à mon parcours professionnel encore peu flatteur. Sinon, à cause d'un foutu crash aérien, je suis veuf ce qui me laisse seul et dévasté par la perte de la perle de ma vie.

Originaire de La Rochelle, a fait ses études à Bordeaux. Une année passée en Australie, puis il a mis le cap sur le Michigan où il décroche un poste dans un lycée après trois ans à donner des cours dans des associations. + Il a rencontré une australienne qu'il a mariée à Sydney alors qu'ils ne se fréquentaient que depuis huit mois. Rebekkah a décidé de le suivre aux USA, tout en retournant fréquemment dans son pays natal. Le vol de décembre 2017 fut son tombeau : l'avion s'est écrasé en mer. + Vincent souffre encore de la disparition de sa femme avec qui il aura vécu une véritable passion. Tous deux accros aux amphétamines, c'est retranché dans leur maison de banlieue qu'il essaie de soulager sa perte. + Il parvient à montrer un autre visage que celui-là lorsqu'il donne cours, malgré qu'il a un jour dérapé en frappant un élève. Cela lui a valu une commission disciplinaire.


Julian Schratter ©️ endlesslove
Julian n'était pas la fille hyper-rebelle comme j'avais pu compter dans ma courte carrière d'enseignant. Rien qu'un soupir, je m'en sortais plutôt bien. Je ne suis cependant pas certain que de lui avoir fait ce coup au milieu de l'heure de cours lui aurait fait réagir aussi modestement qu'après la sonnerie. Probablement car elle se doutait que ne faire aucune vague lui rendrait la liberté plus vite. « Nickel chrome » attrapai-je son pencil tendu tel un eye liner devant une copine. Je pinçais le capuchon entre mes dents pour faire pivoter le stylo autour de mon majeur pour le coincer avec mon index et trouver quel endroit corriger sur sa copie. Parce qu'en fait je n'en avais pas la moindre idée préméditée. Je ne pouvais lui rajouter une faute là où il n'y en avait pas. Ni lui retirer une faute là où il y en avait effectivement une. Je devais trouver un truc, n'importe quoi, alors que je comptais le nombre de ses erreurs.  Je couchais la pointe pour écrire en bas de page : Corrigez et justifiez au minimum 10 de vos erreurs. Sans me relire, je plantais la pointe dans l'embout resté entre mes mâchoires, et constatai que d'autres élèves ne sortaient toujours pas. Ce n'était pourtant pas le genre d'amie de Julian. « Une question Bingle ? Non ? Et bien sortez, je ne vous ai pas collée à ce que je sache. » La brunette aux cheveux bouclées minauda, réajusta ses lunettes et serra son bloc de feuilles contre elle en pressant ses jambes de sortir. « Pauvre gamine », respirai-je en oubliant la présence de Stevens qui tira sur son bien pour le récupérer et détaler à son tour. Je croisais son regard qui confirmait qu'elle venait de m'entendre. Je m'écartais de son banc pour la laisser récupérer ses affaires et aller déjeuner. Marchant vers le tableau, je lui expliquais tout de même, dos à elle, que si elle s'appliquait sur cette consigne supplémentaire j'allégerais sa note. « A moins que vous n'en ayez rien à foutre ? » jetai-je un oeil dans sa direction, les épaules lui faisant toujours face alors qu'elle s'approchait depuis le fond de la classe. Pour regagner le couloir extérieur.
Revenir en haut Aller en bas
 
Cépafo
Cépafo
Féminin MESSAGES : 98
INSCRIPTION : 25/02/2017
ÂGE : 26
RÉGION : Midi-Pyrénées
CRÉDITS : Eledhwen

UNIVERS FÉTICHE : réel, fantasy, HP
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Tortue

Âmes croisées ▬ w/Gemini Empty


Julian
Stevens

J'ai 17 ans et je vis à Grosse Pointe dans le  Michigan. Dans la vie, je suis lycéenne et je m'en sors pas vraiment bien, au vu de mes notes. Sinon, grâce à ma vie bancale, je suis célibataire ce qui me laisse indifférente mais en réalité en réel manque d'affection.

Informations:
 


Monica Ollander ©️ NOM CRÉATEUR
Je croisais le regard de Bingle, voyant clairement cette hésitation dans son regard, témoin de l'espèce de crainte que je devais lui inspirer. Il faut dire qu'on n'était pas vraiment du même "camp", elle et moi. Elle, toujours à fayoter les profs pour être bien sûre qu'ils l'aient remarquée, l'élève prodige.. et moi, à mépriser ouvertement tout ce qui touchait de près ou de loin au lycée, violer le règlement de l'établissement et être dénigrée par le corps enseignant pratiquement tout entier. Elle semblait aux prises avec un sacré dilemme: sortir immédiatement de la salle de classe au lieu de faire la fouine pour éviter mes représailles, ou bien rester pour attirer encore un peu l'attention de ce cher Mr Maucler. Comme si j'allais réellement lui tomber dessus à la sortie des cours.. Mais je devais avouer que ça me faisait marrer de voir que ce genre de pauvre fille me craignait, même un peu. Maucler semblait capter mon regard puisque d'un revers d'épaule, il venait s'adresser à la binoclarde pour la remballer. Le pire, c'est que même si je n'aimais pas cette lèche cul, cela ne me procurait aucun sentiment de satisfaction de la voir en partie blessée dans son égo. Ce qui me fit davantage réagir, ce fut le commentaire de ce prof. J'haussais un sourcil, échangeant un regard avec lui cette fois. C'était qui ce mec en fait ? Déconcertée, je gardais pour autant mes émotions pour moi. La première de classe s'en allait rapidement, et Maucler me foutait enfin la paix en s'éloignant de ma table. Je ne prenais même pas la peine de lire ce qu'il avait inscrit, enfournant rapidement mes affaires dans mon sac, et me mettant sur mes pieds pour m'éclipser le plus rapidement possible... puis apostrophée en arrivant près de son bureau, au niveau de la sortie. Je tiquais à nouveau sur sa manière de parler, m'arrêtant malgré moi dans mon élan pour lui faire face. Il cherchait à faire quoi en fait ? Il m'agaçait. Il m'agaçait autant qu'il me déconcertait. « C'est pas la peine de vous donner un genre en parlant comme ça vous savez. "Foutre" dans la bouche d'un prof ça fait juste mec chelou. » dis-je sans détour. « Et sinon oui, j'en ai rien à foutre en fait » dis-je le plus naturellement du monde, commençant déjà à me retourner pour m'en aller.


Âmes croisées ▬ w/Gemini Tumblr_n7qnreRcCS1rymr5wo1_r1_250 Âmes croisées ▬ w/Gemini Tumblr_n7qnreRcCS1rymr5wo2_r1_250
Âmes croisées ▬ w/Gemini Tumblr_n7qnreRcCS1rymr5wo3_r1_250 Âmes croisées ▬ w/Gemini Tumblr_n7qnreRcCS1rymr5wo4_r1_250
Revenir en haut Aller en bas
 
Gemini
Gemini
Masculin MESSAGES : 166
INSCRIPTION : 29/06/2018
ÂGE : 28
RÉGION : BFC
CRÉDITS : prakash

UNIVERS FÉTICHE : Réel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1933p10-grouse-my-heart-hope-to-dye
Flash

Âmes croisées ▬ w/Gemini Empty


Vincent
Maucler

J'ai 26 ans et je vis à Grosse Pointe dans le  Michigan. Dans la vie, je suis professeur de français - langue étrangère et je m'en sors plutôt pas mal si on se réfère à mon parcours professionnel encore peu flatteur. Sinon, à cause d'un foutu crash aérien, je suis veuf ce qui me laisse seul et dévasté par la perte de la perle de ma vie.

Originaire de La Rochelle, a fait ses études à Bordeaux. Une année passée en Australie, puis il a mis le cap sur le Michigan où il décroche un poste dans un lycée après trois ans à donner des cours dans des associations. + Il a rencontré une australienne qu'il a mariée à Sydney alors qu'ils ne se fréquentaient que depuis huit mois. Rebekkah a décidé de le suivre aux USA, tout en retournant fréquemment dans son pays natal. Le vol de décembre 2017 fut son tombeau : l'avion s'est écrasé en mer. + Vincent souffre encore de la disparition de sa femme avec qui il aura vécu une véritable passion. Tous deux accros aux amphétamines, c'est retranché dans leur maison de banlieue qu'il essaie de soulager sa perte. + Il parvient à montrer un autre visage que celui-là lorsqu'il donne cours, malgré qu'il a un jour dérapé en frappant un élève. Cela lui a valu une commission disciplinaire.


Julian Schratter ©️ endlesslove
Certains élèves avaient le don de rendre les relations profs-élèves tendues rien que par un regard ou une attitude. Julian n'était certainement pas la fille qui sortait du lot de ce côté là, si bien que je ne trouvais aucune difficulté à la remettre à sa place lorsqu'elle tentait de se la jouer imperméable à l'enseignement. Son indifférence m'était égal, du moment qu'elle n'entraînait pas ses camarades avec elle pour provoquer l'anarchie de la classe. Aucune crainte avec elle qui avait une trop grande bouche avouant ce qu'elle pensait pour ne se faire que des amies et avoir le pouvoir sur la vingtaine d'étudiants auxquels je donnais cours en même temps qu'elle. J'en parvenais à me sentir à l'aise après plusieurs contextes semblables de vécus, gardant le contrôle.

Sauf que si je ne traînais jamais longtemps dès lors que la sonnette annonçait la fin de mon heure, c'est que je n'avais aucune raison de prolonger ma présence. Je distinguais fortement le pendant et l'après. Et aussitôt que les sacs à dos se refermaient bourrés d'affaires et de manuels, j'opérais la scission dans ma tête : je n'étais plus prof jusqu'à ce que démarre une nouvelle heure avec d'autres adolescents que ceux-ci. Et dans les couloirs du lycée je n'avais aucun rôle à jouer, pas celui d'éducateur ni celui du pseudo grand frère que je n'avais jamais tenté de remplir. Là était peut-être mon erreur de faire le distinguo quand se retrouvaient quelqu'un comme Julian et moi et personne d'autre des minutes plus tard, entre ces murs en brique dans une ambiance qui ne retombait pas vraiment. Deux mots, une approximation. Tout ce que j'ai pris pour un crachat à mes pieds, adressé d'adulte à adulte et non plus d'étudiante à son professeur. Le son s'est amplifié en traversant mes tympans, que je n'ai pas cherché à écouter son ultime bafouille.

Je l'ai saisie par l'avant-bras comme elle se décidait à rejoindre la porte, prenant sa démarche pour une fuite après m'avoir traité de "louche". Instinctivement elle a, surprise, voulu reprendre sa liberté. Mais le rapport de résistance ne lui était pas favorable et elle a tout juste réussi à conserver l'équilibre pour dans son volte-face amortir l'impact contre le bois massif du bureau attitré à l'enseignant. Son expression s'assombrit, tout autant qu'était certainement la mienne. Les reproches fustigèrent d'abord dans un silence ahurissant, au milieu duquel Julian m'ordonna peut-être de la lâcher. Mes yeux avaient l'envie de lui broyer les os pour son insolence à laquelle je n'aurais pourtant pas jeté le blâme à des temps plus normaux. Elle me trouvait bizarre ? Mais qui était cette peste pour oser me juger avec sa bave de gamine ?

L'instant d'après, le lien prof-élève s'était remis dans mon esprit, ce qui m'a aidé à laisser Julian avec seulement un bleu au poignet pour l'avoir serré avec un peu trop de puissance. Mon regard s'est posé dessus et j'ai compris que le mal était fait et pouvait constituer une preuve si elle s'en plaignait à l'établissement. « L'une des dernières personnes qui m'a dit que j'étais chelou a eu l'épaule démise. Alors je vais te demander de relativiser. J'ai déjà des dossiers sur moi, je voudrais pas en accumuler d'autres. Ni devoir te le faire payer d'une façon. » Je ne dirais pas que d'un coup je me sentais menacé ou idiot, quoique si un peu. A savoir si j'en avais quelque chose à foutre ? Oui et non. Bonne question. Il était nécessaire de me protéger d'un éventuel retour de flamme qui ne serait pas une nouveauté dans ma carrière. Alors j'ai choisi de mettre les choses à plat, au clair. « Je suppose que tu as dans la tête de te barrer d'ici au plus vite. Alors réfléchis à ce que tu fais », je la mis en garde en évitant de m'emporter. Ce n'était de toute manière pas mon genre d'élever la voix ou de gesticuler d'énervement. J'avais la faculté d'intérioriser un long moment, ce qui avait pour conséquence une violence beaucoup plus subtile et fine à partir du moment où j'en avais assez de prendre sur moi. Ou simplement incapable d'encaisser davantage. Ca me démangeait de demander à Julian de dégager sur le champ de ma vue, mais il me restait encore de la réserve avant de dépasser cette deuxième ligne rouge.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


Âmes croisées ▬ w/Gemini Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Âmes croisées ▬ w/Gemini
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» FLOP mâle croisé caniche-yorkshire 2 ans SPA DOUAI 59
» Charly-croisé caniche 4 ans (60) ADOPTE
» CANICHE croisé Griffon de 6 mois champagne Roubaix (59)
» TITI chiot croisé 3/4 mois SCP Garéoult (83) ADOPTE
» ZOUK mâle croisé lhassa apso 2 ans SPA DOUAI 59

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: