Partagez | 
 
 
 

 I lost you for the last time - Nighteyes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 
avatar
ALLES
Féminin MESSAGES : 1711
INSCRIPTION : 15/06/2018
ÂGE : 21
RÉGION : Bourgogne
CRÉDITS : giphy

UNIVERS FÉTICHE : Réel mais je ne suis pas fermée à tester d'autres choses.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2044-mm-celui-qui-voulait-etre-pere-sans-reponse
vanellope


Le contexte du RP
Mise en situation

La situation
Voilà cinq heures qu'ils attendent à l'hôpital, fébriles. Dans quelques heures de plus, ils seront parents. Deux papas qui se sont battus contre vents et marrées, qui ont connu échecs et déceptions, dont le couple a failli ne jamais se relever.
Tous les deux sont fatigués. Alors quand le médecin débarque dans la salle d'attente, ils bondissent de leurs chaises. Mais sa tête ne signifie rien de bon. Le bébé est mort-né, leurs espoirs avec. Auront-ils la force de recommencer toutes les démarches ? De subir encore un autre échec ? Leur couple sera-t-il assez fort ?

Contexte provenant de cette recherche
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
ALLES
Féminin MESSAGES : 1711
INSCRIPTION : 15/06/2018
ÂGE : 21
RÉGION : Bourgogne
CRÉDITS : giphy

UNIVERS FÉTICHE : Réel mais je ne suis pas fermée à tester d'autres choses.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2044-mm-celui-qui-voulait-etre-pere-sans-reponse
vanellope



Adam Lewis
J'ai 33 ans et je vis à New-York, USA. Dans la vie, je suis patron d'une maison d'édition et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis marié à l'homme de ma vie et on a des hauts et des bas.

Adam n'a pas toujours été un homme sérieux. Il a eu du mal à se poser avec Nathaël et s'est même comporté comme un con au début de leur histoire. Il avait ce besoin de plaire, de s'amuser. Maintenant il est devenu sérieux et surtout très amoureux de son mari.
Il est assez discret, jovial, taquin. Son point faible, c'est quand il s'agit de parler de ses émotions ou ses sentiments, il a du mal. Que ce soit pour parler d'amour, de tristesse, ce genre de trucs... Et il trouve souvent que les gestes valent mieux que les mots.
Cette histoire de bébé ne le tentait pas beaucoup au début. Il a dit oui parce que Nathaël en avait vraiment envie et accepter d'avoir une famille avec lui c'est ce qu'il considère être un acte d'amour. Il a commencé les démarches seul... Puis Adam a fini par s'y mettre lui aussi, demandant même à Nathaël de l'épouser. Ils sont unis. Cassés par les échecs, mais unis. Et amoureux. Est-ce que ce sera suffisant ? Pas sûr, si Adam affronte cette nouvelle crise comme toutes les autres : en s'enfermant dans son bureau et en rentrant le plus tard possible.


David Giuntoli ©️ Isleys


Voilà des heures qu’ils attendaient dans cette foutue salle blanche. Des chaises comme seule décoration. Des gens autant angoissés qu’eux. Quelques magazines pour faire croire qu’on avait de quoi s’occuper. Adam était passé par tous les états cette nuit : l’angoisse, l’excitation, la joie, de nouveau l’angoisse… Normalement, si tout se passait correctement, ils seraient bientôt papas. Ca faisait des années qu’ils essayaient d’avoir un enfant tous les deux. Des années d’échec, de disputes. Des années pendant lesquelles on les avait empêchés d’être parents. Ils seraient de bons parents. Adam avait longuement douté, il avait même mis du temps à accepter l’idée. Mais il s’y était attaché. Bordel qu’il s’y était attaché. Lui aussi maintenant, il voulait un bébé. Une famille. Avec Nathaël ils avaient tout d’abord essayé l’adoption. Leur dossier était béton, ils s’étaient même mariés pour tout faire dans les règles mais n’avaient reçu que des réponses négatives. Refusant d’abandonner, Nathaël étant un réel moteur dans toutes ces démarches, ils avaient finalement pensé à une mère porteuse. Cette idée était un peu folle mais ils avaient assez facilement trouvé une jeune femme dans leur entourage voulant sincèrement les aider. Cette même jeune femme qui était actuellement en train d’accoucher, d’ailleurs. Adam ne l’avait pas dit, mais si cette tentative échouait encore, alors ce serait la dernière. Il encaissait, encore et encore, mais il n’avait plus la force. D’autant que cette fois, le bébé serait génétiquement le leur. Enfin, soit celui de Nathaël, soit le sien, mais ça importait peu ça. Il avait d’ailleurs mis du temps à réaliser. A se réjouir. Il avait fallu bien quelques mois pour accepter l’idée qu’il allait enfin être papa – peut-être aurait-il dû se méfier jusqu’au bout.

« Tu devrais essayer de te reposer un peu. On ne sait pas pour combien de temps on en a encore… » Il fit un petit sourire tout fatigué à son homme, l’attirant par le bras pour le prendre contre lui. Des deux, Adam était celui qui avait le plus de mal à parler de sentiments. Qu’ils soient bons ou mauvais. Il préférait les gestes, les actes.
Son doigt caressa doucement la peau de son amoureux. Il ferma les yeux, pensif. Une bonne partie des accouchements se passait bien. Mais ça faisait vraiment longtemps qu’ils étaient ici et ça lui paraissait bizarre. Il s’inquiétait mais il ne voulait pas le montrer. Si Nathaël n’avait pas été là, il serait probablement en train de faire les cents pas dans la salle d’attente, mais il devait se retenir.

Quand enfin le médecin arriva dans la salle. Ils se relevèrent tous les deux d’un coup. Adam garda la main de son mari dans la sienne, fébrile. Il ne fallait pas sauter sur des conclusions hâtives, mais le médecin, il n’avait vraiment pas une bonne tête. En tout cas pas la tête qui disait que tout s’était bien passé.

« Je… suis désolé. Le bébé n’a pas survécu. Votre amie se repose mais elle s’en sortira. »

Adam n’entendit plus rien après le mot désolé. Comme si ses oreilles s’étaient mises à bourdonner. Encore un échec. Pire : un décès.

Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Game Over
MESSAGES : 295
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur
Flash



Nathaël Lewis
J'ai 35 ans et je vis à New York, Etats Unis. Dans la vie, je suis tatoueur et propriétaire de ma boutique et je m'en sors vraiment bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis marié avec un homme merveilleux et je le vis plutôt très très bien même si on a des hauts et des bas comme tous les couples.

La vie n'a pas toujours été tendre avec lui. Sa mère l'a abandonné quand il n'avait que quelques mois, dépassée par son rôle de mère. Son père alcoolique l'a foutu à la porte quand il lui a avoué son homosexualité. Il doit tout à son premier patron qui lui a appris le métier de tatoueur et lui a permis d'être celui qu'il est aujourd'hui.
Il a toujours rêvé de pouvoir fonder sa propre famille, d'avoir un couple stable et des enfants, de leur donner tout ce qu'il n'avait pas eu. Et puis un jour il a rencontré Adam. Ca n'a pas toujours été facile, Adam n'était pas le genre d'homme fait pour la vie que recherchait Nathaël mais l'amour triomphe de tout il parait et ça a été le cas pour eux.
Aujourd'hui ils se retrouvent embarqué dans l'aventure la plus stressante qu'ils aient à vivre. Ils tentent d'avoir un enfant, depuis des années maintenant, suite à l'impulsion de Nathaël. Ils sont tout prêt d'atteindre leur but et c'est un soulagement car Nath' a peur de perdre son amour si quelque chose venait à mal se passer.


Adam Levine ©️ tearsflight

Des heures qu'on était là et je commençais à devenir fou. Je voyais Adam bouillir sur place, se retenant de faire les cent pas. J'en avais envie moi aussi, ce qui était un comble me connaissant. Moi qui était toujours calme et posé, qui ne m'énervait que rarement, en ce moment même j'étais une boule de nerf prête à exploser.

Je jetais de fréquents coup d'oeil vers la porte où avait disparu notre amie. Elle avait voulu être seule pour ce moment et j'avais respecté sa décision. Mais je bouillais, me demandant avec inquiétude comment tout se passait pour elle. J'avais beau me répéter que tout se passerait bien, que les femmes faisaient ça depuis des siècles, je stressais quand même. C'était le rêve de toute une vie qui était entrain de se dérouler là à côté.

Ce bébé je l'avais attendu toute ma vie. Être gay n'avait pas été un frein pour moi. Je savais qu'il y avait pleins d'autres façon pour moi d'accéder à la parentalité, l'adoption, les mères porteuses... Il suffisait de s'accrocher et on pouvait y arriver. Avec Adam j'avais trouvé l'homme parfait, celui avec qui je voulais faire ma vie et fonder une famille. Il avait été dur à convaincre mais j'avais finalement réussi, mon enthousiasme avait été contagieux et il m'avait rejoint dans mon projet. Oh on avait eu des hauts et des bas, des moments de doutes et d'autres plus beaux comme notre mariage. Je le revois encore mettant un genou à terre pour me faire sa demande. Un des plus beaux moments de ma vie, un de ceux qui m'aident à tenir dans les moments de doute, les moments comme maintenant.

Je me laissais faire alors qu'il venait me prendre dans ses bras et me serrais doucement contre lui.

« Tu devrais essayer de te reposer un peu. On ne sait pas pour combien de temps on en a encore… »

Il n'était pas très loquace mon Adam. Il ne parlait jamais beaucoup de ses sentiments. Les je t'aime avec lui étaient rares. Mais j'avais appris à le connaitre, à interpréter ses petits gestes comme autant de preuves d'amour. Il ne parlait pas beaucoup, mais une éteinte comme celle là valait des millions de je t'aime.

Je fermais les yeux, me blottissant contre lui, profitant de son étreinte.

- Je pourrais pas fermer l'oeil. Je suis beaucoup trop stressé pour y arriver.

C'était notre bébé, notre enfant qui venait au monde dans la pièce d'à côté. Ce n'était pas une simple adoption. Une personne de notre entourage avait accepté de porter notre enfant. C'était notre sperme qui avait fécondé l'ovule d'une donneuse. C'était un petit bout de moi ou de lui qui était entrain de venir au monde dans la pièce d'à côté. C'était plus que tout ce que j'avais jamais pu imaginer. J'étais stressé et en même temps impatient de rencontrer ce petit être que j'aimais déjà plus que tout.

Après ce qui parut me durer une éternité le médecin arriva enfin. Je le fixais alors que son air grave faisait disparaitre le sourire qui ornait mon visage.

« Je… suis désolé. Le bébé n’a pas survécu. Votre amie se repose mais elle s’en sortira. »

Je suis désolé... des mots que ce médecin avait du prononcer un certain nombre de fois, des mots visant à me consoler alors que mon monde tout entier était entrain de s'effondrer. Il était mort... Notre bébé, notre petit miracle qu'on attendait depuis tellement longtemps. Il était mort, disparu à jamais. Je laissais le médecin partir et je me retournais, m'effondrant dans les bras de mon mari. Je pleurais, criais toute la douleur que j'étais entrain de ressentir. C'était un cauchemar. J'allais me réveiller et je me rendrais compte que rien de tout ça n'était vrai, que mon amie étais encore enceinte et que je m'amusais à poser mes mains sur son ventre pour sentir le bébé. Rien de tout ça n'était vrai... Ce n'était pas possible. Et je répétais ces mots en une litanie entrecoupée de sanglots.

- Non... non... c'est pas vrai... non... pas notre bébé... pas lui...


Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
ALLES
Féminin MESSAGES : 1711
INSCRIPTION : 15/06/2018
ÂGE : 21
RÉGION : Bourgogne
CRÉDITS : giphy

UNIVERS FÉTICHE : Réel mais je ne suis pas fermée à tester d'autres choses.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2044-mm-celui-qui-voulait-etre-pere-sans-reponse
vanellope



Adam Lewis
J'ai 33 ans et je vis à New-York, USA. Dans la vie, je suis patron d'une maison d'édition et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis marié à l'homme de ma vie et on a des hauts et des bas.

Adam n'a pas toujours été un homme sérieux. Il a eu du mal à se poser avec Nathaël et s'est même comporté comme un con au début de leur histoire. Il avait ce besoin de plaire, de s'amuser. Maintenant il est devenu sérieux et surtout très amoureux de son mari.
Il est assez discret, jovial, taquin. Son point faible, c'est quand il s'agit de parler de ses émotions ou ses sentiments, il a du mal. Que ce soit pour parler d'amour, de tristesse, ce genre de trucs... Et il trouve souvent que les gestes valent mieux que les mots.
Cette histoire de bébé ne le tentait pas beaucoup au début. Il a dit oui parce que Nathaël en avait vraiment envie et accepter d'avoir une famille avec lui c'est ce qu'il considère être un acte d'amour. Il a commencé les démarches seul... Puis Adam a fini par s'y mettre lui aussi, demandant même à Nathaël de l'épouser. Ils sont unis. Cassés par les échecs, mais unis. Et amoureux. Est-ce que ce sera suffisant ? Pas sûr, si Adam affronte cette nouvelle crise comme toutes les autres : en s'enfermant dans son bureau et en rentrant le plus tard possible.


David Giuntoli ©️ Isleys


Adam aussi croyait être dans un cauchemar. Ou plutôt, il espérait. Il espérait tellement. Sa réaction fut nettement moins dramatique que celle de son homme. Probablement parce qu’il n’était pas du genre à extérioriser, ou peut-être parce qu’il ne voulait pas s’autoriser à craquer alors que Nathaël avait besoin de son soutien. Lui aussi il voulait de cet enfant. Vraiment fort. Au moins autant que le tatoueur. Mais s’ils pleuraient tous les deux, alors ils n’y arriveraient pas et ça finirait assurément en suicide collectif. Il passa un bras protecteur autour de la taille de son mari, son autre main allant doucement caresser ses cheveux pour essayer de l’apaiser. Il jeta un dernier regard au médecin qui, même s’il avait tout fait pour sauver le bébé, semblait culpabiliser. Il finit par laisser les deux hommes seuls contre tous, seuls avec leur chagrin. « Shhht… Nathaël… Nathaël, calme-toi… » Il disait ça pour la forme mais il savait qu’aucun mot ne pourrait le consoler. Il le serra un peu plus fort, déposant un tendre baiser au creux de son cou. Leur bébé était mort… Il n’y avait plus d’espoirs pour eux. Adam s’était pris au jeu de l’espoir, il avait réellement cru que cette fois serait la bonne. En tout cas, c’était la dernière. Dernière fois qu’il disait adieu à sa vie de famille. Ils resteraient deux, si c’était possible. Au pire des cas, il finirait seul…

Un long moment se passa avant qu’ils ne bougent. C’est Adam qui interrompit les pleurs de son homme. « Il faut qu’on rentre Nathaël… Qu’on dorme. On… on parlera de tout ça demain si tu le souhaites. Mais on a besoin de sommeil. » Adam n’avait pas vraiment envie d’en parler. Il n’avait jamais envie d’en parler. Mais cette fois, il sentait que Nathaël en aurait vraiment besoin. Peut-être même que lui aussi. « Je passerai voir Héléna demain… Prendre de ses nouvelles. Pour le moment, on rentre. » Et il n’accepterait aucune protestation. Il prit doucement le visage de son homme entre ses mains et l’embrassa avec tendresse. Lui-même ne savait pas comment il faisait pour garder son calme. Adam enverrait certainement tout exploser une fois qu’il serait seul… Il attrapa finalement la main de Nathaël et le tira doucement jusqu’à la sortie de l’hôpital. De toute façon, Héléna avait besoin de repos, et eux aussi. Elle n’avait pas besoin de voir leurs mines désespérées. « Donne les clés. Je vais conduire, okay ? »

De loin Adam avait l’air d’être insensible. Mais si vous saviez, si vous pouviez voir à l’intérieur…

Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Game Over
MESSAGES : 295
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur
Flash



Nathaël Lewis
J'ai 35 ans et je vis à New York, Etats Unis. Dans la vie, je suis tatoueur et propriétaire de ma boutique et je m'en sors vraiment bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis marié avec un homme merveilleux et je le vis plutôt très très bien même si on a des hauts et des bas comme tous les couples.

La vie n'a pas toujours été tendre avec lui. Sa mère l'a abandonné quand il n'avait que quelques mois, dépassée par son rôle de mère. Son père alcoolique l'a foutu à la porte quand il lui a avoué son homosexualité. Il doit tout à son premier patron qui lui a appris le métier de tatoueur et lui a permis d'être celui qu'il est aujourd'hui.
Il a toujours rêvé de pouvoir fonder sa propre famille, d'avoir un couple stable et des enfants, de leur donner tout ce qu'il n'avait pas eu. Et puis un jour il a rencontré Adam. Ca n'a pas toujours été facile, Adam n'était pas le genre d'homme fait pour la vie que recherchait Nathaël mais l'amour triomphe de tout il parait et ça a été le cas pour eux.
Aujourd'hui ils se retrouvent embarqué dans l'aventure la plus stressante qu'ils aient à vivre. Ils tentent d'avoir un enfant, depuis des années maintenant, suite à l'impulsion de Nathaël. Ils sont tout prêt d'atteindre leur but et c'est un soulagement car Nath' a peur de perdre son amour si quelque chose venait à mal se passer.


Adam Levine ©️ tearsflight

« Shhht… Nathaël… Nathaël, calme-toi… »

Mais je n'arrivais pas à me calmer. J'étais beaucoup trop effondré pour réussir à faire autre chose que pleurer, ma peine tentant de s'échapper avec mes larmes. Mais elle ne partait pas. Je pleurais et hurlais en même temps, de colère contre cette vie qui avait décidé de tout nous prendre une fois de plus. J'en avais assez chié jusqu'à présent dans cette chienne de vie. Je pensais que tout irait bien maintenant avec Adam. J'étais heureux avec lui. Il ne nous manquait plus qu'un enfant pour l'être pleinement. Mais la vie en avait décidé autrement. Et je pleurais sans pouvoir m'arrêter.

Pourtant arriva le moment où je n'eus plus assez de larmes. Mes sanglots se calmèrent alors que la douleur elle restait bien présente. J'avais mal et je me demandais si un jour cette souffrance arriverait à me quitter.

« Il faut qu’on rentre Nathaël… Qu’on dorme. On… on parlera de tout ça demain si tu le souhaites. Mais on a besoin de sommeil. »

Je hochais simplement la tête, incapable de réagir. J'avais trop mal. Je n'arrivais pas à penser à autre chose qu'à notre bébé. Je doutais de pouvoir dormir ou même de faire quoi que ce soit. Et pourtant j'aurais voulu, pouvoir m'endormir et plonger dans l'oubli, laisser de côté l'espace d'un moment cette douleur insoutenable.

« Je passerai voir Héléna demain… Prendre de ses nouvelles. Pour le moment, on rentre. »

Nouvel hochement de tête. On devait passer la voir oui. Pour elle aussi l'épreuve devait être difficile. Tout ces mois de souffrance qu'elle avait consenti pour nous et au final rien... rien que la mort... Mais je ne me sentais pas le courage d'aller la voir maintenant. Je n'arriverais pas à être assez fort pour elle. J'étais beaucoup trop anéanti pour réussir à penser à autre chose.

Je suivais Adam dans les couloirs, marchant comme un automate. Je sentais les larmes couler à nouveau sur mes joues, silencieusement cette fois alors qu'on passait dans un couloir où régnaient les pleurs des bébés. Le notre ne pleurerait jamais, mort avant même d'avoir pu commencer à vivre.

« Donne les clés. Je vais conduire, okay ? »

Je lui tendais les clés et montais côté passager, le regard fixé par la vitre. Je ne disais rien. J'avais assez pleuré et crié pour avoir encore des choses à dire. Demain on parlerait peut être. Mais pour dire quoi? J'avais peur de ce qu'il avait à me dire, peur de le voir abandonner à cause de cet énième échec. J'étais anéanti mais dans le fond je savais que je ne laisserais jamais tomber.

Je rentrais chez nous et montais à l'étage pour rejoindre notre chambre. Je me figeais un instant devant la porte de la chambre, celle qui aurait du être celle de notre bébé, là où on aurait du le ramener dans quelques jours. Il n'y dormirait jamais. Je serrais le poing sur la porte et tapais dessus avant de finalement partir dans notre chambre. Je me déshabillais et me laissais tomber dans le lit, pleurant encore. Je ne pensais pas y arriver mais l'épuisement pris le dessus et je fini par sombre dans le sommeil.

Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
ALLES
Féminin MESSAGES : 1711
INSCRIPTION : 15/06/2018
ÂGE : 21
RÉGION : Bourgogne
CRÉDITS : giphy

UNIVERS FÉTICHE : Réel mais je ne suis pas fermée à tester d'autres choses.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2044-mm-celui-qui-voulait-etre-pere-sans-reponse
vanellope



Adam Lewis
J'ai 33 ans et je vis à New-York, USA. Dans la vie, je suis patron d'une maison d'édition et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis marié à l'homme de ma vie et on a des hauts et des bas.

Adam n'a pas toujours été un homme sérieux. Il a eu du mal à se poser avec Nathaël et s'est même comporté comme un con au début de leur histoire. Il avait ce besoin de plaire, de s'amuser. Maintenant il est devenu sérieux et surtout très amoureux de son mari.
Il est assez discret, jovial, taquin. Son point faible, c'est quand il s'agit de parler de ses émotions ou ses sentiments, il a du mal. Que ce soit pour parler d'amour, de tristesse, ce genre de trucs... Et il trouve souvent que les gestes valent mieux que les mots.
Cette histoire de bébé ne le tentait pas beaucoup au début. Il a dit oui parce que Nathaël en avait vraiment envie et accepter d'avoir une famille avec lui c'est ce qu'il considère être un acte d'amour. Il a commencé les démarches seul... Puis Adam a fini par s'y mettre lui aussi, demandant même à Nathaël de l'épouser. Ils sont unis. Cassés par les échecs, mais unis. Et amoureux. Est-ce que ce sera suffisant ? Pas sûr, si Adam affronte cette nouvelle crise comme toutes les autres : en s'enfermant dans son bureau et en rentrant le plus tard possible.


David Giuntoli ©️ Isleys


Adam n’avait jamais vu son homme comme ça. Après avoir longuement pleuré, ce dernier était vidé de toute énergie, presque de toute émotion. Adam ne put même pas entendre une seule fois le son de sa voix, que ce soit en sortant de l’hôpital ou en rentrant à la maison. Il avait beau parler, essayer de maintenir un semblant de conversation… Il n’y avait rien à faire. Nathaël ne répondait que par des petits signes ou des hochements de tête. Alors Adam abandonna tout simplement et laissa le silence les imprégner et les guider jusqu’à la maison. S’il n’avait pas prévu de s’endormir tout de suite, ne sachant même pas s’il en serait capable, il se coucha toutefois en même temps que Nathaël pour le serrer dans ses bras et lui faire des papouilles. « Dors bien Nath. Je t’aime. » Il ne le disait pas souvent mais il sentait que son homme avait besoin de l’entendre. Il embrassa doucement son front, caressant doucement son bras le temps qu’il s’endorme.

A l’intérieur, il bouillait toujours. Lui aussi il avait besoin d’exprimer sa colère, sa peine. Mais il attendit patiemment que son mari ne s’endorme… Avant de se relever et d’aller dans la chambre d’à côté. La chambre de leur bébé qu’ils avaient construite ensemble. Il attrapa le babyphone, se laissa glisser contre le mur et soupira longuement. Il ne fallut pas plus longtemps pour que des larmes dévalent ses joues. S’il s’écoutait, il casserait tout ce qu’il y avait dans cette chambre. Rien ne lui plaisait plus. Il voulait tout faire disparaître. « Pourquoi… pourquoi nous… » Des gens avaient des bébés tous les jours. La vie s’acharnait à les rendre malheureux. A leur priver de cet ultime bonheur.
Fatigué et surtout en colère, il envoya le babyphone contre le mur d’en face. Celui-ci se cassa, retombant sur le sol. Ce qu’il venait de jeter-là, c’était son cœur.

Bien sûr qu’il aurait pu pleurer devant Nathaël. Peut-être qu’il aurait dû… Mais il n’avait pas voulu en rajouter. Et puis il n’était pas très à l’aise avec ça. Demain, et pour soutenir son homme, car il songeait que c’était son rôle, il n’irait pas travailler le lendemain. Pour passer la journée avec Nathaël. Pour qu’ils en parlent. Sortent. Se changent les idées.
Une fois qu’il fut calmé, du moins autant qu’il puisse l’être, il retourna se coucher près de Nathaël. Impossible de dormir… Mais il refusait que son homme ne se réveille sans lui à ses côtés. Pas cette nuit.

Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Game Over
MESSAGES : 295
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur
Flash



Nathaël Lewis
J'ai 35 ans et je vis à New York, Etats Unis. Dans la vie, je suis tatoueur et propriétaire de ma boutique et je m'en sors vraiment bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis marié avec un homme merveilleux et je le vis plutôt très très bien même si on a des hauts et des bas comme tous les couples.

La vie n'a pas toujours été tendre avec lui. Sa mère l'a abandonné quand il n'avait que quelques mois, dépassée par son rôle de mère. Son père alcoolique l'a foutu à la porte quand il lui a avoué son homosexualité. Il doit tout à son premier patron qui lui a appris le métier de tatoueur et lui a permis d'être celui qu'il est aujourd'hui.
Il a toujours rêvé de pouvoir fonder sa propre famille, d'avoir un couple stable et des enfants, de leur donner tout ce qu'il n'avait pas eu. Et puis un jour il a rencontré Adam. Ca n'a pas toujours été facile, Adam n'était pas le genre d'homme fait pour la vie que recherchait Nathaël mais l'amour triomphe de tout il parait et ça a été le cas pour eux.
Aujourd'hui ils se retrouvent embarqué dans l'aventure la plus stressante qu'ils aient à vivre. Ils tentent d'avoir un enfant, depuis des années maintenant, suite à l'impulsion de Nathaël. Ils sont tout prêt d'atteindre leur but et c'est un soulagement car Nath' a peur de perdre son amour si quelque chose venait à mal se passer.


Adam Levine ©️ tearsflight

Je me réveillais le lendemain avec un mal de tête épouvantable. Sur le moment je ne me souvenais de rien. J'étais juste blotti dans les bras de mon mari, profitant de ce moment. Avec nos boulot respectifs c'était rare qu'on puisse profiter d'un réveil à deux comme ça. Je ne me souvenais plus quel jour on était mais il me semblait que j'aurais du entendre nos réveils sonner depuis un petit moment. Je jetais un coup d'oeil au réveil et en voyant l'heure tardive, midi étant presque là, je ne comprenais pas.

Puis tout me revint avec force. La nuit à l'hôpital à attendre, la mine du médecin et les mots terribles qu'il avait prononcé, le bébé... mort...

Je pensais avoir assez pleuré mais il fallait croire que je n'avais pas encore épuisé toutes mes larmes. On pleure, on croit que c'est fini, puis on se rend compte qu'il y a encore un stock de larmes en nous qui n'a pas fini de sortir. C'est ce que je ressentais ce matin là. Je pleurais de plus belle, n'arrivant pas à me calmer. A un moment je sentis Adam bouger dans mon dos et me serrer contre lui. Je me retournais pour pleurer, blotti contre sa poitrine. Il me fallu du temps à nouveau pour me calmer. Ma crise de larmes laissa la place à un grand vide. Je n'arrivais plus à ressentir d'émotions. Le chagrin était arrivé et avait tout dévasté sur son passage. Il ne restait plus qu'une coquille vide de moi.

Je me redressais légèrement et venais embrasser mon mari, mettant dans ce baiser l'amour que je ressentais pour lui. Il ne me restait plus que lui. Il était la seule chose de bien qui me permettait de ne pas sombrer définitivement.

- Je suis désolé... tellement désolé mon amour...

Désolé de quoi? Je ne savais plus vraiment. Désolé de tellement de choses en même temps. Désolé de l'avoir entrainé dans cette histoire qui nous avait fait tellement souffrir. Désolé de ne pas réussir à être l'homme fort qu'il avait épousé en cet instant. Désolé de tout, désolé pour notre fils qui ne verrait jamais nos visages aimants.

- Je... je vais aller préparer du café... je crois qu'on en a besoin.

Je sortais du lit et descendais dans notre cuisine. Je me bougeais, essayant de retrouver dans mes gestes routiniers la force de continuer, de faire comme si tout allait bien. Mais ça n'ira pas mieux... pas avant longtemps...


Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
ALLES
Féminin MESSAGES : 1711
INSCRIPTION : 15/06/2018
ÂGE : 21
RÉGION : Bourgogne
CRÉDITS : giphy

UNIVERS FÉTICHE : Réel mais je ne suis pas fermée à tester d'autres choses.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2044-mm-celui-qui-voulait-etre-pere-sans-reponse
vanellope



Adam Lewis
J'ai 33 ans et je vis à New-York, USA. Dans la vie, je suis patron d'une maison d'édition et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis marié à l'homme de ma vie et on a des hauts et des bas.

Adam n'a pas toujours été un homme sérieux. Il a eu du mal à se poser avec Nathaël et s'est même comporté comme un con au début de leur histoire. Il avait ce besoin de plaire, de s'amuser. Maintenant il est devenu sérieux et surtout très amoureux de son mari.
Il est assez discret, jovial, taquin. Son point faible, c'est quand il s'agit de parler de ses émotions ou ses sentiments, il a du mal. Que ce soit pour parler d'amour, de tristesse, ce genre de trucs... Et il trouve souvent que les gestes valent mieux que les mots.
Cette histoire de bébé ne le tentait pas beaucoup au début. Il a dit oui parce que Nathaël en avait vraiment envie et accepter d'avoir une famille avec lui c'est ce qu'il considère être un acte d'amour. Il a commencé les démarches seul... Puis Adam a fini par s'y mettre lui aussi, demandant même à Nathaël de l'épouser. Ils sont unis. Cassés par les échecs, mais unis. Et amoureux. Est-ce que ce sera suffisant ? Pas sûr, si Adam affronte cette nouvelle crise comme toutes les autres : en s'enfermant dans son bureau et en rentrant le plus tard possible.


David Giuntoli ©️ Isleys


Adam avait finalement trouvé le sommeil. Il avait pris soin de couper leurs réveils, que ce soit celui de Nathaël ou le sien, ainsi ils pourraient se reposer un peu plus longtemps le lendemain. Il n’eut toutefois que quelques heures de sommeil, à vrai dire, trois ou quatre tout au plus, car son mari le réveilla le lendemain par ses sanglots. Adam eut un peu de mal à émerger – il avait toujours du mal le matin. Il se redressa légèrement, juste assez pour recevoir le baiser de son homme. Il passa finalement ses bras autour de lui, essuyant les quelques larmes qui coulait encore. Nathaël s’excusa. Adam chercha longuement mais il ne trouva jamais aucune raison à ces excuses. Il n’y était pour rien. Certes, il lui avait donné l’envie et l’espoir de fonder une famille, mais ce n’était pas de sa faute si tous leurs essais avaient échoué. « Ce n’est pas de ta faute. Arrête de t’excuser… » Ca ne faisait que de lui briser davantage le cœur. Les pleurs, oui il les comprenait. Mais que Nathaël culpabilise, il en était hors de question. Adam grimaça lorsque Nathaël quitta ses bras. Il n’y avait aucune urgence aujourd’hui, ils auraient très bien pu traîner au lit encore un peu. Mais il sentait les choses venir. Il avait l’impression que cette fois, c’était son homme qui tentait de cacher sa peine. Comme s’il ne voulait pas lui infliger ça. Si Adam n’était pas très doué pour parler, il était doué pour écouter et consoler alors ça l’agaçait un peu. Faire comme si de rien n’était était la pire solution du monde. Enfin… Pour Nathaël, car c’était la méthode qu’Adam choisissait toujours. Mais lui il avait l’habitude d’encaisser, de tout lâcher quand il était seul. Pas Nath. Et il ne devait absolument pas la prendre ou alors ce serait le début de la fin. « Attends… » Il soupira. Trop tard, il s’était déjà volatilisé dans la cuisine.

Il resta quelques instants dans le lit… Avant de se relever en vitesse. C’était peut-être débile mais il ne voulait pas le laisser seul un instant. Il ne pensait pas Nathaël capable de faire une bêtise mais il était tellement désespéré, tellement triste qu’il serait capable de tout. Alors il le rejoignit sans perdre plus de temps, arrivant dans son dos pour le serrer dans ses bras. Il colla son torse contre le dos de Nathaël et l’attira à lui, posant sa tête contre son épaule. « J’aimerais que tu te reposes aujourd’hui. Je peux m’occuper du café, moi. Tu pourrais… Annuler tes rendez-vous cet après-midi. Moi, j’ai pris ma journée. On passerait la journée à se faire des câlins et à regarder des films débiles à la télévision. Ou alors on pourrait aller se balader. On fera ce que tu veux. » Faire plaisir à Nathaël, lui faire retrouver le sourire, ce serait ça, sa thérapie. Car si Adam avait l’air plus fort, ce n’était qu’en apparence : sa force c’était son homme. C’était en lui qu’il puisait son courage, sa bonté, toutes ses qualités.

Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Game Over
MESSAGES : 295
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur
Flash



Nathaël Lewis
J'ai 35 ans et je vis à New York, Etats Unis. Dans la vie, je suis tatoueur et propriétaire de ma boutique et je m'en sors vraiment bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis marié avec un homme merveilleux et je le vis plutôt très très bien même si on a des hauts et des bas comme tous les couples.

La vie n'a pas toujours été tendre avec lui. Sa mère l'a abandonné quand il n'avait que quelques mois, dépassée par son rôle de mère. Son père alcoolique l'a foutu à la porte quand il lui a avoué son homosexualité. Il doit tout à son premier patron qui lui a appris le métier de tatoueur et lui a permis d'être celui qu'il est aujourd'hui.
Il a toujours rêvé de pouvoir fonder sa propre famille, d'avoir un couple stable et des enfants, de leur donner tout ce qu'il n'avait pas eu. Et puis un jour il a rencontré Adam. Ca n'a pas toujours été facile, Adam n'était pas le genre d'homme fait pour la vie que recherchait Nathaël mais l'amour triomphe de tout il parait et ça a été le cas pour eux.
Aujourd'hui ils se retrouvent embarqué dans l'aventure la plus stressante qu'ils aient à vivre. Ils tentent d'avoir un enfant, depuis des années maintenant, suite à l'impulsion de Nathaël. Ils sont tout prêt d'atteindre leur but et c'est un soulagement car Nath' a peur de perdre son amour si quelque chose venait à mal se passer.


Adam Levine ©️ tearsflight

« Ce n’est pas de ta faute. Arrête de t’excuser… »

Ce n'était peut être pas de ma faute s'il était mort mais ça ne changeait rien que c'était moi qui nous avait entrainé dans cette histoire. Il ne voulait pas d'enfant au début. Je crois qu'il aurait très bien pu vivre avec moi ainsi, juste nous deux. Mais je voulais une famille. C'était un souhait que j'avais depuis longtemps. Avec le temps et surtout depuis qu'on était ensemble le désir était devenu plus fort. Ces derniers temps c'était même devenu une obsession. Je le désirais tellement cet enfant... alors oui dans un sens c'était un peu de ma faute.

Je descendis me faire un café, l'ignorant quand il me demanda de rester. J'avais besoin du réconfort de la boisson chaude, de m'éclaircir un peu les idées, de chasser mon mal de tête.

Je souris alors que je le sentais venir me prendre dans ses bras. Je posais doucement ma main sur la sienne et la serrais.

« J’aimerais que tu te reposes aujourd’hui. Je peux m’occuper du café, moi. Tu pourrais… Annuler tes rendez-vous cet après-midi. Moi, j’ai pris ma journée. On passerait la journée à se faire des câlins et à regarder des films débiles à la télévision. Ou alors on pourrait aller se balader. On fera ce que tu veux. »

Je me retournais dans ses bras pour venir me coller contre lui et l'embrasser doucement. J'avais une chance folle de l'avoir. Ca n'avait pas toujours été facile mais j'étais heureux avec lui. Je ne voyais plus ma vie sans cet homme merveilleux. Il y avait des jours où je ne pouvais m'empêcher de le regarde en souriant, me disant que je ne méritais pas d'être aussi heureux avec lui, que je rêvais.

- J'avais déjà laissé un message à mon employé cette nuit pour prendre ma journée. Le café est déjà entrain de se faire. Alors je suis tout à toi...

Je me penchais pour l'embrasser de nouveau. Ca me faisait du bien d'être avec lui. J'oubliais pour un instant la douleur qui m'écrasait. On en parlerait mais plus tard. Là pour le moment j'avais besoin de lui.

- Ok pour les films débiles. J'ai pas envie de bouger, j'aimerais juste pouvoir rester dans tes bras toute la journée et ne pas en sortir.

Surtout pas, jamais, je me sentais trop bien avec lui pour songer à le perdre. C'était beaucoup trop douloureux comme idée.

Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
ALLES
Féminin MESSAGES : 1711
INSCRIPTION : 15/06/2018
ÂGE : 21
RÉGION : Bourgogne
CRÉDITS : giphy

UNIVERS FÉTICHE : Réel mais je ne suis pas fermée à tester d'autres choses.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2044-mm-celui-qui-voulait-etre-pere-sans-reponse
vanellope



Adam Lewis
J'ai 33 ans et je vis à New-York, USA. Dans la vie, je suis patron d'une maison d'édition et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis marié à l'homme de ma vie et on a des hauts et des bas.

Adam n'a pas toujours été un homme sérieux. Il a eu du mal à se poser avec Nathaël et s'est même comporté comme un con au début de leur histoire. Il avait ce besoin de plaire, de s'amuser. Maintenant il est devenu sérieux et surtout très amoureux de son mari.
Il est assez discret, jovial, taquin. Son point faible, c'est quand il s'agit de parler de ses émotions ou ses sentiments, il a du mal. Que ce soit pour parler d'amour, de tristesse, ce genre de trucs... Et il trouve souvent que les gestes valent mieux que les mots.
Cette histoire de bébé ne le tentait pas beaucoup au début. Il a dit oui parce que Nathaël en avait vraiment envie et accepter d'avoir une famille avec lui c'est ce qu'il considère être un acte d'amour. Il a commencé les démarches seul... Puis Adam a fini par s'y mettre lui aussi, demandant même à Nathaël de l'épouser. Ils sont unis. Cassés par les échecs, mais unis. Et amoureux. Est-ce que ce sera suffisant ? Pas sûr, si Adam affronte cette nouvelle crise comme toutes les autres : en s'enfermant dans son bureau et en rentrant le plus tard possible.


David Giuntoli ©️ Isleys


Nathaël acceptait sa proposition. Ils passeraient la journée ensemble et Adam ferait de son mieux pour prendre soin de lui. Lui redonner le sourire c’était ce qui lui permettrait de retrouver son propre sourire et surtout de ne pas penser à ce bébé qu’ils ne connaîtraient jamais. Il faudrait qu’ils en parlent, oui. Adam devrait lui dire qu’il comptait abandonner les démarches, qu’il n’aurait pas la force de recommencer du zéro, de perdre un autre fils. Il avait un peu peur que Nathaël veuille reprendre de son côté mais le connaissant, c’était quasiment certain de toute façon. Il leur faudrait prendre une décision… Continuer ensemble, ou se séparer pour pouvoir être heureux chacun de son côté – si c’était vraiment possible. Pour le moment, il voulait profiter de son homme, lui redonner le sourire et lui faire oublier. Surtout s’ils décidaient de se quitter par la suite… S’il fallait rompre avec Nathaël pour lui permettre de trouver un homme prêt à refaire toutes ces démarches avec lui, il le ferait. Ca lui crèverait le cœur mais par amour il le ferait. Enfin, Adam espérait tout de même ne pas avoir besoin d’en arriver là.

« Alors retourne te coucher. Je m’occupe du petit-dej et toi tu choisis le premier film okay ? Je te rejoins dans cinq minutes maximum. » Il l’embrassa une nouvelle fois puis le laissa filer. Il aimait bien s’occuper de tout à la maison. C’est comme s’il comblait son gros défaut par toutes ces attentions. Gros défaut, c’est-à-dire le fait qu’il ne parlait pas énormément de ses sentiments et qu’il fuyait souvent les problèmes. Aujourd’hui il faisait un gros effort. En temps normal il serait allé travailler, plus tôt que prévu, et aurait passé la journée dans son coin en rentrant tard. Il savait que cette fois, Nathaël n’aurait pas supporté. Et probablement que lui non plus ne voulait pas être seul.
Il s’occupa du café, coupa quelques fruits, fit quelques tartines et disposa le tout sur un plateau. Tout ça dans un silence total, un silence de mort.

Alors qu’il approchait de la chambre, il crut entendre de nouveaux sanglots. Ca lui brisait le cœur. Il entra dans la pièce, posa le plateau sur la table de nuit et rejoignit son homme dans le lit pour le prendre dans ses bras. Il caressa doucement son dos et embrassa son épaule. « On est tous les deux dans cette épreuve. On s’en sortira… On s’aime, n’est-ce pas ? Alors on s’en sortira. » Il l’espérait…

Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
 
 
I lost you for the last time - Nighteyes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» ♣ Lost Time Memory ♣
» Partenariat avec Lost Time Memory ?
» Fin du partenariat avec Lost Time Memory
» Seize the Time!An essay by Cynthia McKinneySeptember 19, 2008
» LOST LE RPG

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: