Partagez
 
 
 

 I loved, and I loved, and I lost you. - theodore&sept

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 
twelve
twelve
Féminin MESSAGES : 1625
INSCRIPTION : 15/06/2018
ÂGE : 27
CRÉDITS : twelve.

UNIVERS FÉTICHE : vie réelle, fantastique, sci-fi. Basiquement, j'suis ouverte à tout contexte qui me plaît.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

http://www.letempsdunrp.com/t1859-these-patterns-represen http://www.letempsdunrp.com/t3217-mind-break#69561
sansy twelve

I loved, and I loved, and I lost you. - theodore&sept Empty

Le contexte du RP
Mise en situation

La situation
Leur croisière de rêve est devenue un cauchemar. Pendant que l'un, naufragé, se reconstruit, l'autre passe son temps à le rechercher. Au bout d'un an, ils se retrouvent enfin...

Contexte provenant de cette [url=LIEN]recherche[/url]
Revenir en haut Aller en bas
 
twelve
twelve
Féminin MESSAGES : 1625
INSCRIPTION : 15/06/2018
ÂGE : 27
CRÉDITS : twelve.

UNIVERS FÉTICHE : vie réelle, fantastique, sci-fi. Basiquement, j'suis ouverte à tout contexte qui me plaît.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

http://www.letempsdunrp.com/t1859-these-patterns-represen http://www.letempsdunrp.com/t3217-mind-break#69561
sansy twelve

I loved, and I loved, and I lost you. - theodore&sept Empty


Theodore McAlister
J'ai 27 ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis écrivainr et je m'en sors parfaitement bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis en couple à la recherche désespérée de son amoureux et je le vis plutôt mal.

I loved, and I loved, and I lost you. - theodore&sept Original


francisco lachowski ©️ SOLSKEN

Un an. Voilà un an que Theodore recherchait son amoureux. La croisière magique s’est révélée cauchemar. Un cauchemar dont Theo ne sortait pas. Le bateau s’était échoué. Lui avait su s’en sortir mais son amoureux… En réalité, il n’en savait rien. Personne ne lui disait jamais rien. Il était désormais seul contre tous. Seul contre cette autorité qui ne faisait pas grand-chose en réalité pour le retrouver. Alors, il était parti à sa recherche, parcourant des kilomètres dans le seul et unique but de recroiser son regard. Où avait-il bien pu être passé ? Il était en vie. Ça ne pouvait pas en être autrement. Mais dans ce cas-là… Pourquoi n’était-il pas revenu ?... Rien n’était logique dans sa tête et son cerveau l’obligeait à se poser mille questions auxquelles il n’avait jamais eu les réponses. Alors il avait décidé de faire sa justice tout seul. Il avait juste pris sa voiture et avait arpenté de nombreuses routes et côtes de l’Angleterre. Surtout les côtes. Mais jusque-là, il n’avait encore rien trouvé. Pas même un tout petit indice pour le mener à l’amour de sa vie.

Alors qu’il était retourné à Brighton, ville dans laquelle il s’était déjà arrêté une fois pour le retrouver, Theo s’était installé dans un hôtel, le temps de quelques jours. Il avait déjà fait un grand tour de l’Angleterre. Maintenant, il voulait recommencer. Mais il avait beaucoup moins de foi. Beaucoup moins d’énergie. Trop épuisé par toutes ces routes qu’il avait déjà empruntées. Trop épuisé par le manque de nouvelles et toutes ces belles paroles de la police. Trop… Usé. Les recherches des autorités avaient cessé, Theo avait décidé d’en faire autrement. Il était bien trop révolté pour s’arrêter. Personne n’était sûr de rien et s’il devait passer sa vie à le chercher, alors il le chercherait toute sa vie.

Theo avait déposé ses affaires dans sa grande chambre. Il n’avait même pas envie de se reposer. Il avait seulement pris cinq minutes pour une petite douche avant de partir directement faire le tour de la ville, non sans déambuler dans les rues. Lorsqu’il arriva à la hauteur d’un petit bar animé, il décida d’y entrer, ne serait-ce que pour se détendre un tout petit peu. Il l’avait bien mérité, non ? Mais dès lors qu’il posa un pied à l’intérieur, il sentit la culpabilité le ronger. Pourtant… Quelque chose le faisait rester. Quoi ? Ce garçon dans la pénombre, ressemblant étrangement à son amour. Lorsqu’il fut plus illuminé par les lampes de la scène, Theo constata que c’était lui.

Le choc.

Son cœur fit un bond dans sa poitrine. C’était lui. Il eut du mal à le croire. Mais sa voix, son regard, ses gestes, tout l’appelait. Tout son corps l’appelait, tout lui disait que c’était lui, tout lui disait de venir à lui. Theo fut patient. Très patient. Il dût attendre la fin de la dernière chanson. Il attendit presque sagement, avec une impatience camouflée, jusqu’à ce qu’il le voie s’installer au comptoir. Et là, il n’attendit plus. Il y alla, tout simplement. Les pieds dans le plat. « Tu es là. » C’étaient les seuls mots qui ont pu sortir. Les seuls qu’il ait pu prononcer. Comme si c’était encore un de ces rêves. Etrange, qu’il ne réagisse pas comme il le voudrait. L’autre homme le regardait comme s’il regardait un alien. « Je t’ai cherché partout. Et tu étais juste là pendant tout ce temps ? »
Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 1482
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Licorne

I loved, and I loved, and I lost you. - theodore&sept Empty


Gabriel Pearson alias Sept
J'ai 28 ans et je vis à Brighton, Angleterre. Dans la vie, je suis études/métier et je m'en sors moyen. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Fils d'un riche homme d'affaires, il a appris très tôt à jouer du piano et à chanter. C'est rapidement devenu une passion pour lui mais son père jugeant le métier peu sérieux l'a forcé à aller faire des études et à devenir avocat. Il était doué dans son domaine, travaillant pour des clients importants dont un grand éditeur anglais. C'est là qu'il rencontra Theo, l'amour de sa vie.

Tout allait bien entre eux jusqu'à cette fameuse croisière qu'ils avaient fait ensemble. Ils avaient été pris au coeur d'une tempête. Il s'était réveillé échoué sur une plage. Depuis c'est le trou noir. Il n'a aucun souvenir de sa vie précédente. Il a été soigné dans la ville qui l'a recueilli puis il a trouvé un petit boulot comme serveur dans un bar avant qu'un jour par hasard, il ne se laisse aller à jouer du piano. Depuis ce jour son patron l'a engagé pour faire l'animation dans le bar et ça marche plutôt bien vu le monde qui vient le voir jouer chaque soir où il travaille.


Ricardo Baldin ©️ Tag

Je stressais, comme à chaque fois avant de monter sur scène en fait. Cela faisait quatre mois pourtant que j'avais commencé à jouer ici. Les gens aimaient m'entendre, ça se voyait. Ils venaient de plus en plus nombreux, le bouche à oreille fonctionnant à merveille. C'était bon pour les affaires, bon pour le tourisme de la petite ville cotière. Tout le monde y trouvait son compte dans l'histoire. Mais ça ne changeait rien au fait que je stressais comme un malade avant de monter sur scène. Je m'agitais sur place, réajustant pour la énième fois le col de mon costume. Je supportais pas ces trucs. Je comprenais pas les gens qui en portaient au quotidien. Je pourrais jamais faire ça au quotidien. J'étais mieux dans mes jeans informes et mes pull confortables mais pour bosser je faisais un effort.

- Ca va bien se passer Sept...

Je hochais simplement la tête en réponse à mon patron. J'avais la gorge beaucoup trop nouée pour dire quelque chose. Lui il me souriait comme toujours, de ce sourire qui avait le don de m'apaiser légèrement alors que je n'étais qu'une boule de nerf. Je lui devais tellement à cet homme. Je ne pouvais pas le décevoir.

Ma main effleura mécaniquement mon tatouage à l'intérieur de mon poignet gauche. Une des plus grandes énigmes de ma vie, tatouée sur ma peau comme pour me rappeler à chaque instant à quel point j'étais perdu.

Finalement mon collègue m'annonça et après avoir inspiré profondément je montais sur scène. Je m'installais, ignorant la foule qui se serrait dans le bar. Ils n'étaient pas là. Ils n'étaient pas important. Ce soir, comme tous les autres soirs, je jouais surtout pour moi. Mes doigts commencèrent à danser sur le clavier, arrachant de douces notes à l'instrument. Puis la lumière s'alluma sur moi tandis que je commençais à chanter. ( Chanson )

Je me laissais emporter sur cette première chanson que je connaissais par coeur. C'était la première que j'ai jamais joué. Elle était remontée des tréfonds de ma mémoire défaillante. La seule chose dont je me sois souvenu depuis que ces gamins m'avaient retrouvé sur cette plage. Rien d'autre ne m'était jamais revenu. Il n'y avait que ça. Cette chanson, le piano et rien d'autre... à croire qu'il n'y avait jamais rien eu d'autre dans mon ancienne vie.

La musique se termina et j'enchainais pendant une bonne demi heure sur plusieurs autres. Je descendais au bout d'un moment de scène, m'accordant une pause avant de reprendre mon spectacle pour ce soir. Je me dirigeais vers le bar, souriant à mon collègue qui me servit mon cocktail habituel.

« Tu es là. »

Je sursautais violemment en entendant mon voisin de comptoir m'aborder ainsi. Je le regardais, fronçant les sourcils et ne comprenant pas où il voulait en venir.

« Je t’ai cherché partout. Et tu étais juste là pendant tout ce temps ? »

Je le regardais, de plus en plus perturbé par son mystérieux discours. Il me fixait et j'avais du mal à lire dans son regard ce qu'il pouvait bien me vouloir. Je ne le connaissais pas, pas que je m'en souvienne en tout cas, ce qu'il ne voulait pas dire grand chose pour moi. Il aurait très bien pu être quelqu'un de mon passé mais ça me semblait peu probable. En plus d'un an jamais personne n'avait tenté de me chercher. J'étais seul. Je ne manquais à personne et j'avais fini par m'en faire une raison.

- Je suis là... tous les soirs où je travaille en fait.

Est ce que c'était un de ces fameux touristes qui venait de loin parce qu'il avait entendu parler de moi? Je lui souris légèrement.

-Est ce que j'aurais déjà des fans? C'est ça? On vous a parlé de moi et vous avez cherché à venir m'écouter?

Ca serait très peur probable. J'avais du mal à croire mon patron quand il me racontait ça mais après tout, peut être que c'était ce qui était entrain de se passer, la gloire et tout le tralala.

Revenir en haut Aller en bas
 
twelve
twelve
Féminin MESSAGES : 1625
INSCRIPTION : 15/06/2018
ÂGE : 27
CRÉDITS : twelve.

UNIVERS FÉTICHE : vie réelle, fantastique, sci-fi. Basiquement, j'suis ouverte à tout contexte qui me plaît.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

http://www.letempsdunrp.com/t1859-these-patterns-represen http://www.letempsdunrp.com/t3217-mind-break#69561
sansy twelve

I loved, and I loved, and I lost you. - theodore&sept Empty


Theodore McAlister
J'ai 27 ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis écrivainr et je m'en sors parfaitement bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis en couple à la recherche désespérée de son amoureux et je le vis plutôt mal.

I loved, and I loved, and I lost you. - theodore&sept Original


francisco lachowski ©️ SOLSKEN

L’espoir l’avait envahi à la minute où il avait entendu les premières notes de la chanson qui avaient toujours guidé leurs pas. Cette chanson, c’était la leur. Celle de leur rencontre, celle de leur amour, celle de leur vie. A ce moment-là, Theo était bien loin de s’imaginer qu’il ne se souvenait plus de lui du tout. C’était évident qu’il se souvenait. Il jouait cette chanson. C’était évident. Ca aurait dû l’être. Theo apprécia la chanson comme une douce mélodie mélancolique. Cette foutue chanson qui, pour lui, annonçait des retrouvailles amoureuses parfaites. Mais à la place de ressentir de la joie, il sentit seulement une angoisse creuser son estomac et nouer sa gorge. Comme si tout ce qu’il imaginait volait déjà en éclats.

Il attendit presque patiemment que le concert finisse, appréciant chaque son qui sortait de sa bouche. Sa voix l’avait tant hantée, depuis le jour où il l’avait quitté. Pourtant, c’était comme si elle avait toujours été là. Et lui, il la savourait quand même comme si c’était la première fois qu’il la découvrait. Il y eut même certains moments où Theo fermait les yeux seulement pour se concentrer sur son ouïe et seulement son ouïe.

Mais lorsqu’il le vit aller s’asseoir, Theo ne put se retenir plus longtemps. Peut-être qu’il allait vivre ça comme une agression mais il était persuadé qu’il le reconnaitrait, que son visage allait s’illuminer en le voyant. Mais tout ce qu’il vit sur son visage, c’était de l’incompréhension. Gabriel avait l’air perdu, complètement perdu. Et Theo l’était tout autant, maintenant. Il ouvrit la bouche pour lui répondre mais il ne savait pas quoi dire. Peut-être qu’il lui faisait une blague ?... Non. Ce n’était pas une blague, visiblement, il le prenait pour un fan. Et bien qu’il ait toujours été fan de sa voix et de son talent, il était beaucoup plus que ça.

« Oh arrête, Gabriel, ça marche pas sur moi, ça… » dit-il alors nerveusement, tentant même de se convaincre qu’il se souvenait de lui en réalité. « Tu peux pas m’avoir oublié, c’est impossible. Tu peux pas. » Mais son expression demeurait inchangée. Theo sentit son cœur se fissurer à mesure qu’il scrutait la moindre réaction – toujours inexistante – de l’amour de sa vie. Il avait l’impression d’être un menteur. Que Gabriel ne le croyait pas. Est-ce qu’il était le seul qu’il avait oublié ? Avait-il toute sa vie passée en mémoire, sauf lui ? Ou était-ce une amnésie générale ?

« Tu as tout oublié, alors. » Ces mots furent les plus difficiles à prononcer. Il s’installa sur le tabouret à côté de celui de Gabriel avec prudence. Comme s’il risquait de tomber sous le choc de la nouvelle. « Je t’ai cherché partout et maintenant que je te retrouve, tu m’as oublié… Pourquoi ? » Theo passa une main sur son visage. Sa voix était empreinte d’un désespoir intense. Son cœur lui faisait tellement mal… C’était une sensation tellement horrible. Gabriel venait de lui arracher le cœur sans ménagement et surtout sans comprendre pourquoi, ni même sans le savoir d’ailleurs, même s’il pouvait clairement le lire sur le visage de Theo qui s’était décomposé.
Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 1482
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Licorne

I loved, and I loved, and I lost you. - theodore&sept Empty


Gabriel Pearson alias Sept
J'ai 28 ans et je vis à Brighton, Angleterre. Dans la vie, je suis études/métier et je m'en sors moyen. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Fils d'un riche homme d'affaires, il a appris très tôt à jouer du piano et à chanter. C'est rapidement devenu une passion pour lui mais son père jugeant le métier peu sérieux l'a forcé à aller faire des études et à devenir avocat. Il était doué dans son domaine, travaillant pour des clients importants dont un grand éditeur anglais. C'est là qu'il rencontra Theo, l'amour de sa vie.

Tout allait bien entre eux jusqu'à cette fameuse croisière qu'ils avaient fait ensemble. Ils avaient été pris au coeur d'une tempête. Il s'était réveillé échoué sur une plage. Depuis c'est le trou noir. Il n'a aucun souvenir de sa vie précédente. Il a été soigné dans la ville qui l'a recueilli puis il a trouvé un petit boulot comme serveur dans un bar avant qu'un jour par hasard, il ne se laisse aller à jouer du piano. Depuis ce jour son patron l'a engagé pour faire l'animation dans le bar et ça marche plutôt bien vu le monde qui vient le voir jouer chaque soir où il travaille.


Ricardo Baldin ©️ Tag

Je le regardais sans comprendre ce qu'il me voulait ni même qui il était. Je ne comprenais rien à ce qu'il me racontait et je fus encore plus perdu quand il continua.

« Oh arrête, Gabriel, ça marche pas sur moi, ça… »

Je fronçais les sourcils ne comprenant vraiment rien. Je fouillais dans ma mémoire mais ne retrouvait que le néant comme d'habitude. Rien... je n'avais aucune idée de qui était ce Gabriel. Je ne savais même pas si c'était moi comme il avait l'air de le prétendre. Il s'était peut être trompé, peut être qu'il me confondait avec quelqu'un d'autre. Ca pouvait arriver ce genre de choses.

« Tu peux pas m’avoir oublié, c’est impossible. Tu peux pas. »

Je me sentais de plus en plus mal. Je me voilais peut être un peu la face. Il n'avait pas l'air de s'être trompé. Il était sur de lui. Et le fait que je ne le reconnaisse pas le faisait souffrir. Pourtant j'avais beau fouiller ma mémoire je n'avais aucune idée de qui il pouvait être. J'en avais marre de cette mémoire défaillante. J'arrivais jusqu'à présent à vivre tant bien que mal avec ça. Je n'avais jamais du affronter de situation comme ça. Personne ne m'avait cherché, personne ne m'avait jamais trouvé, personne ne m'avait parlé comme il le faisait maintenant. Et c'était mieux... C'était douloureux aussi mais moins que maintenant, moins que de voir cet homme me regardait comme il le faisait.

« Tu as tout oublié, alors. »

Je hochais doucement la tête, incapable de dire quoi que ce soit. Mon premier souvenir remontait à ce moment où j'avais ouvert les yeux sur cette plage non loin d'ici. Avant ça il n'y avait rien ni personne, aucun souvenir, pas même celui de mon prénom. Je n'étais personne, un inconnu, un John Doe comme c'était marqué sur ma carte d'identité.

« Je t’ai cherché partout et maintenant que je te retrouve, tu m’as oublié… Pourquoi ?

- J'en sais rien...

Je ne pouvais pas lui dire mieux. Je ne savais rien de ce qui s'était passé. Je ne savais même pas comment je m'étais retrouvé échoué sur cette plage.

- Je me suis retrouvé il y a un peu plus d'un an sur une plage non loin d'ici avec une blessure à la tête. Des gamins m'ont trouvé et ont alerté les secours. J'ai été soigné à l'hopital. Ma mémoire est... un trou noir. Je ne me souviens de rien avant mon réveil.

Je le regardais d'un air désolé. Je me doutais que ce que je lui racontais devait lui faire du mal pourtant c'était la vérité. Je ne savais rien...

- Je... je m'appelle Sept...

Sept, pas Gabriel, j'ignorais complètement qui était cet homme là.

- Et... vous êtes?

Revenir en haut Aller en bas
 
twelve
twelve
Féminin MESSAGES : 1625
INSCRIPTION : 15/06/2018
ÂGE : 27
CRÉDITS : twelve.

UNIVERS FÉTICHE : vie réelle, fantastique, sci-fi. Basiquement, j'suis ouverte à tout contexte qui me plaît.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

http://www.letempsdunrp.com/t1859-these-patterns-represen http://www.letempsdunrp.com/t3217-mind-break#69561
sansy twelve

I loved, and I loved, and I lost you. - theodore&sept Empty


Theodore McAlister
J'ai 27 ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis écrivainr et je m'en sors parfaitement bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis en couple à la recherche désespérée de son amoureux et je le vis plutôt mal.

I loved, and I loved, and I lost you. - theodore&sept Original


francisco lachowski ©️ SOLSKEN

Non. Non. Non, ça ne pouvait être ainsi. C’était un cauchemar, et Theo allait s’en réveiller. C’était obligé. Ca ne pouvait en être autrement. Pourtant, quelque chose lui disait que c’était vrai. Le visage de Gabriel, visage si sérieux dans ses paroles. Et ces paroles justement, qui lui firent l’effet d’un couteau planté en plein dans le cœur pour le briser en mille morceaux. Alors qu’il passait une main sur son visage, il chercha désespérément des preuves quant à son identité. Des photos à lui montrer. Des souvenirs à lui faire vivre. Mais qui disait qu’il allait l’accepter ? Accepter de voir ce qu’il avait à lui montrer, accepter de l’écouter, accepter de le suivre ?

Et puis, cette douleur qui ne cessait pas dans sa poitrine. Et ses prochains mots qui furent comme un marteau brisant les derniers morceaux de son petit cœur tout détruit. Bordel, s’il n’avait pas été dans un endroit public, il en aurait certainement lâché une larme, tant il avait mal. « Je sais. Je sais. On était en croisière. Le bateau s’est échoué. J’ai tout fait pour te sauver. J’ai tout fait pour te retrouver. » Il voulut se frapper le crâne contre le comptoir du bar tant il avait la tête en vrac.

Et puis, lorsqu’il lui dit son nom, Gabriel releva son visage vers lui. Choqué. Comme un bug. Il resta con pendant un long moment. A ne rien savoir dire, à ne rien savoir faire, rien d’autre que de le regarder, dans l’incompréhension la plus totale. Et puis, il eut ce sentiment de colère. La colère, pas contre Gabriel, non, mais contre la vie qui lui avait enlevé ce qu’il avait de plus cher. « Non. Tu t’appelles Gabriel Pearson, et tu es avocat. Tu es l’avocat de ma maison d’édition. Tu peux pas… » Theo soupira. Il lui fallait une preuve. Il baissa les yeux.

Il trouva sa preuve sur le poignet de Gabriel. Il souleva sa propre manche, lui montrant son propre poignet sur lequel était encré exactement le même tatouage. « Regarde. C’est le même. Et tu sais pourquoi ? Parce que c’est la date de notre rencontre. Et la chanson que t’as joué en premier. C’était la nôtre. On… » De nouveau, Theo soupira. Il revint un moment à la raison. Il ne pouvait pas lui balancer tout ça d’un coup. Son esprit devait être fragile. « Excuse-moi. » dit-il finalement en rabaissant sa manche. « C’est peut-être un peu trop pour ce soir. Désolé. » Et puis, il se souvint qu’il ne s’était même pas présenté. Alors il lui adressa un sourire qu’il ne put empêcher de n’être qu’à moitié heureux. « Je m’appelle Theodore. Theodore McAlister. Enchanté. » Il tendit sa main tremblante pour l’inviter à la serrer. Même si au fond, il espérait qu’il se souvienne, il ne pouvait rien y changer. En tout cas, il ne voulait pas l’accabler davantage, pas ce soir.
Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 1482
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Licorne

I loved, and I loved, and I lost you. - theodore&sept Empty


Gabriel Pearson alias Sept
J'ai 28 ans et je vis à Brighton, Angleterre. Dans la vie, je suis études/métier et je m'en sors moyen. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Fils d'un riche homme d'affaires, il a appris très tôt à jouer du piano et à chanter. C'est rapidement devenu une passion pour lui mais son père jugeant le métier peu sérieux l'a forcé à aller faire des études et à devenir avocat. Il était doué dans son domaine, travaillant pour des clients importants dont un grand éditeur anglais. C'est là qu'il rencontra Theo, l'amour de sa vie.

Tout allait bien entre eux jusqu'à cette fameuse croisière qu'ils avaient fait ensemble. Ils avaient été pris au coeur d'une tempête. Il s'était réveillé échoué sur une plage. Depuis c'est le trou noir. Il n'a aucun souvenir de sa vie précédente. Il a été soigné dans la ville qui l'a recueilli puis il a trouvé un petit boulot comme serveur dans un bar avant qu'un jour par hasard, il ne se laisse aller à jouer du piano. Depuis ce jour son patron l'a engagé pour faire l'animation dans le bar et ça marche plutôt bien vu le monde qui vient le voir jouer chaque soir où il travaille.


Ricardo Baldin ©️ Tag

« Je sais. Je sais. On était en croisière. Le bateau s’est échoué. J’ai tout fait pour te sauver. J’ai tout fait pour te retrouver. »

Non... il n'avait pas tout fait. Il avait mis plus d'un an pour me retrouver. Un an putain c'était long. Toute une année où j'avais douté, me demandant pourquoi personne ne me cherchait. J'ai fini par me faire une raison, par me dire que je n'avais personne. J'avais été seul dans mon ancienne vie. Personne ne tenait assez à moi pour me chercher. Un an et il venait seulement maintenant me retrouver... Alors j'étais en colère. Je n'arrivais pas à ressentir autre chose pour le moment.

« Non. Tu t’appelles Gabriel Pearson, et tu es avocat. Tu es l’avocat de ma maison d’édition. Tu peux pas… »

Je secouais la tête. Non c'était un cauchemar. Ca ne pouvait pas être vrai. Je n'étais pas avocat. Je ne me voyais absolument pas faire ça. J'étais un musicien, un artiste. Je n'étais pas un de ces types en costard cravate qui passait leur temps plongé dans des papiers à défendre des escrocs. Ce n'était pas moi ça. Je ne voulais pas être ce type qu'il me décrivait. J'étais bien. J'étais heureux comme j'étais là.

« Regarde. C’est le même. Et tu sais pourquoi ? Parce que c’est la date de notre rencontre. Et la chanson que t’as joué en premier. C’était la nôtre. On… »

Je restais figé à regarder son poignet. Le même tatouage que le mien... C'était un mystère de ma vie qui s'éclaircissait. Ce n'était pas juste un chiffre au hasard, c'était le notre, celui de notre rencontre... J'avais l'impression de prendre un coup de massue sur la tête. Je n'étais pas gay. J'en étais à peu près sur. Je n'avais jamais été attiré par un mec. J'avais couché avec des filles et c'était pas si mal que ça alors... non c'était un mauvais rêve et j'allais me réveiller.

« Excuse-moi. C’est peut-être un peu trop pour ce soir. Désolé. »

C'était beaucoup trop oui et je ne voulais même pas y penser. Ce n'était pas possible tout ce qu'il me racontait. C'était pas moi. C'était un autre.

« Je m’appelle Theodore. Theodore McAlister. Enchanté. »

Je fixais sa main un peu mal à l'aise. Je la serrais, sans pour autant réussir à me défaire de mon mal à l'aise. Il y avait beaucoup trop de choses qui me tombaient dessus là d'un coup. Je retirais rapidement ma main, gêné par ce geste. Il fallait que je parle, que je lui dise quelque chose. Mais quoi? J'étais en face d'un étranger et je ne savais pas quoi faire.

Je fus sauvé par le gong, ou plutôt par mon patron qui me demandait de revenir jouer.

- Je... je dois y aller là en fait... On peut se retrouver quand j'aurais fini?

Je repartais sur scène et me réinstallais devant mon piano. Je me contentais de jouer. J'avais encore la gorge beaucoup trop serrée, j'étais beaucoup trop perturbé pour réussir à chanter sans faire de fausses notes. Je fermais les yeux et me laissais aller, essayant de chasser de mon esprit cette rencontre qui venait tout chambouler dans ma vie. ( Chanson )

Revenir en haut Aller en bas
 
twelve
twelve
Féminin MESSAGES : 1625
INSCRIPTION : 15/06/2018
ÂGE : 27
CRÉDITS : twelve.

UNIVERS FÉTICHE : vie réelle, fantastique, sci-fi. Basiquement, j'suis ouverte à tout contexte qui me plaît.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

http://www.letempsdunrp.com/t1859-these-patterns-represen http://www.letempsdunrp.com/t3217-mind-break#69561
sansy twelve

I loved, and I loved, and I lost you. - theodore&sept Empty


Theodore McAlister
J'ai 27 ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis écrivainr et je m'en sors parfaitement bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis en couple à la recherche désespérée de son amoureux et je le vis plutôt mal.

I loved, and I loved, and I lost you. - theodore&sept Original


francisco lachowski ©️ SOLSKEN

Theodore était complètement perdu. Comment son amoureux avait-il pu l’oublier ?... Si facilement… Il n’avait même pas l’air de le croire quand il lui dit qu’il l’avait cherché tout ce temps. Parce qu’il ne l’avait pas trouvé avant, peut-être. Pourtant, il avait fait cette ville. Il l’avait cherché ici. Dans les premiers temps. Et puis, il avait fini par faire le tour de l’Angleterre sans jamais retrouver sa trace. Il était revenu pour recommencer son tour, il ne se serait jamais arrêté de le rechercher. Même s’il en était épuisé. Maintenant qu’il l’avait retrouvé, il était heureux mais… Ses souvenirs lui manquaient. Et ça, c’était peut-être bien ce qui lui fit le plus de mal. Son cœur se brisait face à ses expressions. Gabriel ne répondait à aucune de ses phrases et c’était tellement horrible. Il ne répondait que par des expressions faciales, et la dernière fut la plus horrible. Celle du dégoût. Oui, il vit le dégoût dans les yeux de l’amour de sa vie quand il lui dit qu’ils étaient ensemble. Son cœur se déchirait encore et encore.

Pourtant, il essaya de rationaliser tout ça. Il tenta de se calmer, calmer sa douleur pour se rendre compte que les révélations étaient peut-être trop puissantes pour lui, pour ce soir. Alors il se présenta en lui tendant sa main. Le contact l’électrisa. Il sentit un frisson parcourir tout son corps… Il avait toujours les mains douces. Comme dans le temps. Theo se souvint de toutes ces fois où Gabriel lui caressait le dos pour l’endormir, pour empêcher les cauchemars de briser son sommeil. Il se souvint de toutes ces fois où il lui avait caressé la joue, tendu la main, joué avec ses doigts, ses cheveux. Griffé son dos lors de leurs ébats acharnés remplis de passion. Mais tous ces souvenirs ne servaient à rien s’il n’y avait que lui pour les avoir.

Lorsque le patron rappela Gabriel, les épaules de Theo s’affaissèrent. Il était déçu de ne pas avoir eu plus de temps ensemble mais Gabriel lui avait promis de le retrouver après qu’il ait terminé. Alors, Theo patienta encore. Il avait tant patienté, qu’était-ce, une heure en comparaison ? Il resta donc installé sur ce siège à contempler son amour jouer de la musique comme il savait le faire, fredonnant cette chanson qui lui était restée. En réfléchissant longuement.

Au bout d’un moment, il sortit s’aérer. Il avait besoin de prendre un peu l’air. Le dos appuyé contre le mur de la bâtisse, il coinça un bâton de nicotine entre ses lèvres qu’il alluma. La première bouffée fut libératrice, les autres, sans aucun intérêt sinon de l’aider à réfléchir encore. Après tout ce temps passé à le chercher, il ne pouvait pas abandonner maintenant. Il avait vraiment besoin de le retrouver, et c’est ce qu’il allait faire. Il était plus décidé que jamais de lui faire retrouver sa mémoire, son souvenir, et tous les autres ensemble.

Lorsqu’il rentra de nouveau, Theo retourna s’installer sur son siège heureusement toujours libre. Son regard balaya la salle. Il ne voulait pas paraître trop intrusif dans la nouvelle vie de Gabriel, mais il avait vraiment besoin de le revoir et de discuter, ne serait-ce que de cette nouvelle vie, justement, qu’il avait construit jusque là sans lui. Alors, il attendit simplement qu’il le rejoigne en buvant quelques verres au comptoir.
Revenir en haut Aller en bas
 
Beloved
Beloved
MESSAGES : 1482
INSCRIPTION : 10/07/2018
CRÉDITS : .

UNIVERS FÉTICHE : City, dérivé de films/séries/livres
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Licorne

I loved, and I loved, and I lost you. - theodore&sept Empty


Gabriel Pearson alias Sept
J'ai 28 ans et je vis à Brighton, Angleterre. Dans la vie, je suis études/métier et je m'en sors moyen. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Fils d'un riche homme d'affaires, il a appris très tôt à jouer du piano et à chanter. C'est rapidement devenu une passion pour lui mais son père jugeant le métier peu sérieux l'a forcé à aller faire des études et à devenir avocat. Il était doué dans son domaine, travaillant pour des clients importants dont un grand éditeur anglais. C'est là qu'il rencontra Theo, l'amour de sa vie.

Tout allait bien entre eux jusqu'à cette fameuse croisière qu'ils avaient fait ensemble. Ils avaient été pris au coeur d'une tempête. Il s'était réveillé échoué sur une plage. Depuis c'est le trou noir. Il n'a aucun souvenir de sa vie précédente. Il a été soigné dans la ville qui l'a recueilli puis il a trouvé un petit boulot comme serveur dans un bar avant qu'un jour par hasard, il ne se laisse aller à jouer du piano. Depuis ce jour son patron l'a engagé pour faire l'animation dans le bar et ça marche plutôt bien vu le monde qui vient le voir jouer chaque soir où il travaille.


Ricardo Baldin ©️ Tag

Je fuyais, me réfugiant sur scène, m'accrochant à mon piano comme à une bouée de sauvetage. J'avais l'impression de sombrer, de me perdre au milieu de toutes ces informations. Je me sentais bien ces derniers temps. Je commençais enfin à être moi même, à avoir une vie, un équilibre. Et voilà qu'il débarquait en chamboulant tout, qu'il voulait m'entrainer vers cette vie dont je ne voulais pas, vers ce Gabriel qui était un total inconnu à mes yeux. Être avocat, coincé dans un travail de bureau qui me faisait horreur, en couple avec quelqu'un que je ne connaissais pas, un homme alors que je n'étais pas gay. C'était un cauchemar dans lequel j'avais l'impression de me noyer petit à petit. Je restais à me concentrer sur ma musique, essayant d'oublier tout ça pour uniquement jouer. Mais bien vite il fut l'heure que j'arrête. Je saluais mon public, souriant légèrement, essayant de ne pas croiser son regard au milieu de la foule. Je ne l'avais plus regardé un seul instant. Je m'étais concentré sur ce que je devais faire, ne regardant personne. Pourtant il fallait que j'y retourne maintenant, que je l'affronte lui et mon passé.

Je descendis de scène et me posais à côté de lui. Il avait enchainé les verres en m'attendant et je me sentis mal en voyant ça. Je ne savais peut être rien de lui mais ce n'était pas son cas. J'avais été quelqu'un d'important dans sa vie, probablement son grand amour. Et en quelques instants son monde venait de s'effondrer, parce que je ne savais tout simplement pas qui il était. Il me fit de la peine et je commençais à me sentir mal pour lui et à regretter de pas être capable de me souvenir de lui.

- Je crois que tu as assez bu pour ce soir. Je vais te ramener à ton hôtel.

Je faisais un signe de tête au barman avant de l'attraper doucement par le bras et de l'entrainer dehors. Je le lachais finalement et me contentais de marcher à côté de lui. Je restais un moment silencieux avant de briser le silence. Les pensées s'entrechoquaient dans ma tête. Il y avait trop de choses qui se passaient, trop de questions auxquels je n'avais pas de réponse. C'était ma vie ces derniers temps. Un énorme bordel au milieu duquel je n'arrivais pas à voir clair.

- Je suis désolé tu sais... de ne pas me souvenir de toi... En fait je n'ai aucun souvenir de celui que j'étais autrefois. Parfois j'ai des rêves et je me réveille avec un sentiment bizarre mais sans parvenir à me rappeler quoi que ce soit.

Et c'était frustrant. Il ne me restait jamais rien de ses rêves, rien à part une impression étrange que je n'arrivais même pas à définir. Je me sentais mal, sans rien, aucun espoir auquel me raccrocher.

- Parle moi de lui... de Gabriel...

De lui, pas de moi... Je n'avais pas l'impression cet inconnu dont il me parlait. Du peu que je savais je n'avais pas grand chose en commun avec lui. Je détestais le métier qu'il faisait. Il ne devait certainement pas approuvé ce que je faisais pour gagner ma vie sinon il l'aurait déjà fait lui même. Lui et moi ce n'était pas la même chose. C'était un inconnu qui avait autrefois était moi mais qui ne l'était plus maintenant.

Mais je voulais quand même savoir. Je voulais qu'il me parle de lui. Peut être y avait-il un espoir, peut être que je pourrais retrouver un peu de mémoire à son contact. Avant qu'il n'arrive je ne le voulais plus. J'avais le coeur en miettes. Je me disais que personne ne me cherchait. Retrouver la mémoire m'aiderait simplement à réaliser qu'il n'y avait personne pour moi dans cette ancienne. C'était me torturer pour rien. Mais maintenant... maintenant il y avait quelqu'un qui tenait à ce Gabriel et je me devais de faire au moins cet effort pour lui.


Revenir en haut Aller en bas
 
twelve
twelve
Féminin MESSAGES : 1625
INSCRIPTION : 15/06/2018
ÂGE : 27
CRÉDITS : twelve.

UNIVERS FÉTICHE : vie réelle, fantastique, sci-fi. Basiquement, j'suis ouverte à tout contexte qui me plaît.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

http://www.letempsdunrp.com/t1859-these-patterns-represen http://www.letempsdunrp.com/t3217-mind-break#69561
sansy twelve

I loved, and I loved, and I lost you. - theodore&sept Empty


Theodore McAlister
J'ai 27 ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis écrivainr et je m'en sors parfaitement bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis en couple à la recherche désespérée de son amoureux et je le vis plutôt mal.

I loved, and I loved, and I lost you. - theodore&sept Original


francisco lachowski ©️ SOLSKEN

Pendant tout ce temps, Theo avait enchaîné les verres sans vraiment s’en rendre compte. Il sentait petit à petit la chaleur de l’alcool dans son corps le réchauffer mais il ne se rendit pas vraiment compte de son état car il était seul, au comptoir, à ruminer. A se poser tant de questions. Comment l’amour de sa vie avait-il pu l’oublier ? Pourquoi ? Pourquoi cela tombait-il sur eux ? Des questions auxquelles il n’avait pas les réponses. Mais Gabriel devait le savoir, lui. Il devait savoir pourquoi il avait perdu la mémoire. Il avait dû être retrouvé et emmené à l’hôpital, c’était obligatoire. Il se promit de lui poser la question lorsqu’il reviendrait vers lui.

En l’entendant se poster à côté de lui, il lui sourit de son air joyeux. Theo tenait bien l’alcool mais après avoir enquillé tous ces verres, il savait qu’il allait avoir du mal à rentrer. D’ailleurs, Gabriel lui tenait déjà le bras pour le sortir dehors et l’air frais fouetta son visage, ce qui avait le don de le revigorer un peu. Il s’alluma une cigarette péniblement avant de se mettre à marcher en soupirant sa fumée. Sans rien dire. Que pouvait-il dire de toute façon ? Il ne voulait pas le brusquer davantage. Et dans son état, il pensait que la moindre chose qu’il lui dirait le brusquerait. Drôle de façon de penser mais… Il était alcoolisé.

Alors, quand Gabriel prononça ses mots, Theo fronça les sourcils. Il avait bien compris qu’il ne se souvenait de rien. De rien du tout. Ni de lui, ni du reste. De là, Theodore percuta : son réveil avait dû être difficile… Et lui, il n’avait pensé qu’à lui, qu’à sa douleur. Son père le croyait mort. Son entourage aussi, avait abandonné. Et lui, il ne l’avait pas fait, mais il n’avait pensé qu’à lui sans prendre en compte la douleur des autres et celle de Gabriel. C’est pour cela qu’il n’y eut qu’un grognement qui sortit de sa gorge pour toute réponse.

Jusqu’à ce que Gabriel lui demande de lui parler de lui. Là, il s’arrêta pour le regarder quelques longues secondes, cherchant ses mots. Puis, il secoua la tête. « T’as jamais voulu être avocat, déjà. Ce qui est marrant hein parce que t’étais un super bon avocat ! T’avais ça dans le sang… En même temps, tu l’as fait pour faire plaisir à ton père… Parce qu’il voulait pas que t’aies une carrière dans la musique. Il disait que c’était un caprice de gamin. Quel con… Oups. » Theodore gloussa. Il venait d’insulter son père de con mais pour une raison qui lui échappait – sûrement à cause de la boisson en fait – il continua sur ce terrain-là. « Ouais ! Ton père est con. Parce qu’il te croit mort et qu’il était même pas d’accord pour que je fasse le tour du pays pour te retrouver. Il disait que c’était souiller ta mémoire et lui faire plus de mal qu’autre chose, de chercher un fantôme… » Il avait mimé les guillemets pour la citation de son père et avait tenté une mauvaise imitation de lui. En même temps, il était en colère contre sa famille. Parce qu’eux, ils n’avaient rien fait pour le retrouver. Ils s’étaient simplement contentés de le croire mort.

« Enfiiiiiin bref ! Ouais… J’ai un peu la rage. M’enfin, c’est parce que t’étais quand même un gars vachement cool. En fait t’étais juste parfait tu sais, Gabe. On s’est rencontrés à la maison d’édition. T’étais leur avocat, et du coup, le mien. Alors on a travaillé ensemble et ça a grave collé. On s’est aimés comme des fous et on était même partis en croisière tous les deux… » Il soupira en lançant sa cigarette au loin, il reporta son regard sur Gabriel. « Dis, pourquoi t’as perdu la mémoire ? T’as bien été à l’hôpital, non ? »
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


I loved, and I loved, and I lost you. - theodore&sept Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
I loved, and I loved, and I lost you. - theodore&sept
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Inscriptions pour la Partie 70 - Lost in Thiercelieux
» Messaline Martinsson ~ "Not all those who wander are lost..." [finie]
» « lost till you're found ... know that we all fall down » ❖ lejane
» Changeling : The Lost
» 02 - Les Spectres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers réel :: Europe-
Sauter vers: