Partagez | 
 
 
 

 beauty and the beast (cookie)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
avatar
sandankhr
Féminin MESSAGES : 58
INSCRIPTION : 10/05/2018
ÂGE : 21
CRÉDITS : Valkyries

UNIVERS FÉTICHE : contemporain, fantastique, paranormal, post-apocalyptique.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2352-f-atypical-casey-x-june http://www.letempsdunrp.com/t1850-le-gang-de-sandankhr#34449
Tortue



Noam Cohenheim
J'ai 42 ans et je vis à Chicago, USA. Dans la vie, je suis propriétaire du bar "le terminus" et je m'en sors moyen. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.




tom hardy ©️ ANOMIE


C’était votre petit truc à vous. Tous les samedis soir, vous vous voyiez pour un repas que tu lui offrais, et une soirée film devant la télé. Chaque soir, ça changeait : une fois chez elle, après chez toi, et vice-versa. Ce soir, c’était chez elle. Tu t’étais préparé sereinement, confiant le bar à ton assistant comme chaque samedi, d’ailleurs bizarrement c’était toujours le soir où vous faisiez le plus de bénéfices. Tu m’étonnes, la Bête n’est pas là, et c’est le gentil petit barman qui prend sa place, lui, il est beaucoup plus… Accueillant. Mais bon, tu t’en fichais, tant qu’il gérait bien la baraque. Alors tu es rentré chez toi sur les coups de six heures du soir, pour pouvoir te doucher et dégager tes vêtements de proprio en costard, pour te mettre plus à l’aise. Un pull gris foncé, un jean noir, tu as arrangé tes cheveux en y passant un coup de brosse, et tu as nettoyé avec soin ta barbe qui avait dû bien ramasser la poussière du bar durant la journée. Finalement tu étais près, tu as récupéré ton portable pourri et enfilé ton gros manteau brun à la fourrure beige, et tu as filé.

Tu étais un peu en retard bien entendu, tu avais conduit comme un bœuf pour aller plus vite, avec ta grosse voiture noire. T’as gueulé au volant, t’as klaxonné et grillé des feux, mais bon, c’était habituel de ta part. C’était rare que tu sois calme au volant, ta batte de baseball déjà bien marquée sur la banquette arrière le prouvait bien. Ce ne serait même pas surprenant d’y trouver une dent plantée dedans. Mais bon ce n’était pas le cas, t’étais peut-être très bête, mais pas assez pour laisser ça et risquer d’être suspect durant un contrôle policier. Les policiers, tu savais bien les gérer, il te fallait bien ça. Au final, tu as garé ta voiture là où tu pouvais, vite fait bien fait, et t’as récupéré les pizzas à l’arrière avant de te diriger vers l’immeuble de ta précieuse petite. T’avais la flemme de monter les escaliers, tu es plutôt entré dans l’ascenseur, attendant tranquillement dans ton coin, du moins jusqu’à ce qu’un petit homme entre avec toi. Un jeune ado, tout juste majeur sûrement. Un gringalet qui laissait pousser sa première barbe, aux bouclettes noires et des yeux bleus. Il te regardait du coin de l’œil, l’air intimidé, et toi tu le fixais, parce qu’il n’avait visiblement pas appuyé sur un bouton, et donc descendait au même étage que toi. « La p’tite de la première porte, tu la connais ? » Tu lui demandais, le ton froid, presque menaçant, de ta voix rauque et abîmée par la cigarette. Il sursautait presque quand tu lui as parlé, te regardant avec de grands yeux, derrière ses bouclettes. « Euh je… Oui, je l’ai déjà vu. » « Aaah. » Tu te frottais la barbe du bout de tes doigts, l’air de réfléchir, puis tu le fixais à nouveau : « Et tu lui parles ? » « Non, pas vraiment. C’est juste ma voisine. » « Aaaah, c’est bien alors. Très bien. » Tu hochais la tête, satisfait, puis tu te taisais à nouveau, jusqu’à ce que la porte s’ouvre. Tu laissais le gamin passer en premier, puis tu marchais sagement jusqu’à la fameuse première porte. Mais t’as pas pu t’en empêcher, t’as attrapé le col du petit à la volée, et tu l’as tiré vers toi, d’une force impressionnante, si facilement. Tu faisais bien une tête de plus que lui. « Par contre, si tu l’approches, je te fais manger ton petit asticot. D’accord ? » Il tremblait, te regardait, tout perdu et surpris, et te répondait la voix tremblante : « Mais-mais oui monsieur.. ! » « C’est bien, c’est bien… » Tu restais tellement calme. Tu le relâchais, le lançant un petit peu pour qu’il file, et tu le fixais jusqu’à ce qu’il entre chez lui. T’as pas pu t’empêcher de lâcher un petit rire avant de te reconcentrer sur ta porte à toi. Ah, tu adorais faire peur aux autres, surtout aux gamins, alors si ça pouvait protéger ta petite au passage. Tu écrasais la sonnette de ton gros doigt. Tu laissais ton doigt appuyé, longtemps, longtemps, exprès pour l’embêter, parce que t’adorais l’embêter, et lorsqu’elle ouvrait, tu tendais les pizzas. « Et un quart d’heure de retard ! T’as vu, je m’améliore quand même ! Du coup, 4 Fromages et Cannibale, pour pardonner ton gentil papou ! » C’est dingue comme ton visage avait changé dans la seconde, dès que son adorable visage était face au tien.




Phobia
« Un dieu déchu consacrant des mort ici. D’innombrables voix résonnent entre tes mains. Devenant ainsi la perfection des ténèbres. Je noircirai ce monde, les ténèbres dans ce monde commencent maintenant » (c) Joy
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
cookie
Féminin MESSAGES : 205
INSCRIPTION : 12/03/2017
ÂGE : 25
RÉGION : Normandie
CRÉDITS : j'ai réalisé mon avatar moi-même

UNIVERS FÉTICHE : fantastique - city
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Flash



Kesia
Bringston

J'ai 20 ans et je vis à Chicago, USA. Dans la vie, je suis serveuse, au chômage depuis deux jours et je m'en sors moyennement bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis Célibataire et je le vis plutôt bien.

Informations supplémentaires ici.


Mimi Elashiry ©️ noralchemist


Les rayons du soleil, agressifs, finissent par avoir raison de ton sommeil troublé. Tu ouvres les yeux, fastidieusement Tes paupières semblent peser une demie tonne chacune. Et ce mal de crâne. Bordel. T’aurais peut-être pas du boire autant, en fait. Tu jettes un coup d’œil flou autour de toi. T’es pas dans ta chambre. T’as du t’endormir sur le canapé. Tu t’en rappelle pas. Tu ne te rappelle pas non plus avoir vidé autant de bouteilles, ni avoir sniffé autant de cocaïne. T’as encore de la poudre au bord du nez. Et une putain de nausée au bord des lèvres.

Tu te lèves, te traine jusqu’aux toilettes, où tu déverses le contenu de ton estomac. T’as vraiment tout d’une loque. Pourtant, tu t’étais juré que c’était terminé, tout ça. T’avais trouvé un travail. T’avais réussi à te créer une routine, une routine de jeune femme responsable. T’allais bosser pour payer le loyer. Oh, évidemment, t’avais toujours tes potes. Mais tu les voyais plus aussi souvent, et tu faisais attention. Tu essayais de ne pas finir avec la gueule à l’envers. Mais voilà, tu finissais toujours par tout gâcher. En deux jours, t’avais tout perdu. Ton travail. Ta dignité.

La douche tiède te remet un peu les idées en place. Tu te souviens qu’on est samedi. Le samedi, le jour le plus important de la semaine. Tu pousses un juron. Ton appartement est dans un tel bordel … et il est déjà seize heures. Tu vas devoir accélérer le mouvement, si tu veux être présentable.

La perspective de cette soirée te redonne un peu d’énergie et tu parviens tant bien que mal à t’activer, tentant de remettre un peu d’ordre dans ton foyer. Une fois les cadavres de bouteilles enterrées dans la poubelle et les restes de drogue méticuleusement traquées, l’appartement retrouve son air chaleureux. Tu récupères les coussins du canapé éparpillés à des endroits improbables et tentes sans succès de nettoyer une trace étrange sur le mur. Une petite bougie pour faire joli et diffuser une odeur agréable, et tu te trouves plutôt satisfaite de ce que tu vois autour de toi. Tu n’as pas franchement envie de te faire tirer les oreilles, ce soir.

Tu as l’habitude du retard de ton papou, et tu ne lui en veux plus. Tu lui en as jamais voulu, de toute façon. Tu sais bien que c’est pas contre toi. Il y a simplement des gens qui ont du mal avec la notion de ponctualité. En attendant, tu colles tes écouteurs dans tes oreilles, te laissant tomber dans le canapé, le rock électrisant te vrillant les tympans. Tu aimes bien, cette musique. Ça te vide la tête. Et, en ce moment, t’en as bien besoin.

Enfin, la sonnette retentit, couvrant la musique qui hurle pourtant dans tes oreilles. Tu sais que c’est lui. Il n’y a que lui pour maintenir la sonnette jusqu’à ce que tu ouvres la porte. Tu vires tes écouteurs, sans même prendre le temps de couper la musique qui continue à jouer silencieusement et te rues vers la porte.

« Et un quart d’heure de retard ! Clame-t-il à peine la porte entrouverte. T’as vu, je m’améliore quand même ! Du coup, 4 Fromages et Cannibale, pour pardonner ton gentil papou ! »

Tu réfléchis pas et lui sautes au cou. Spontanée, comme toujours. Ton visage rayonne et, d’un coup, tous tes soucis s’envolent. Sans plus de cérémonie, tu t’empares des pizzas.

« Hum … s’il y a du fromage alors, t’es tout pardonné » lances-tu en rentrant dans l’appartement.

Tu déposes les pizzas à leur place attitrée, sur la table basse. Tu te retournes vers Noam, ton sourire radieux toujours bien fiché sur tes lèvres.

« Tu veux boire quoi ? demande-tu. J’ai du Whisky, je crois qu’il me reste une bière ou deux. »

T’es pas bien sûre de toi là. T’as tapé dans tes réserves d’alcool hier, et tu ne sais pas trop ce qu’il te reste. En tout cas toi, tu vas boire du soda. L’idée d’avaler la moindre goutte d’alcool suffit à te donner la nausée.

Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
sandankhr
Féminin MESSAGES : 58
INSCRIPTION : 10/05/2018
ÂGE : 21
CRÉDITS : Valkyries

UNIVERS FÉTICHE : contemporain, fantastique, paranormal, post-apocalyptique.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t2352-f-atypical-casey-x-june http://www.letempsdunrp.com/t1850-le-gang-de-sandankhr#34449
Tortue



Noam Cohenheim
J'ai 42 ans et je vis à Chicago, USA. Dans la vie, je suis propriétaire du bar "le terminus" et je m'en sors moyen. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.




tom hardy ©️ ANOMIE


Tu la laissais faire lorsqu’elle sautait sur toi, tu souriais de plus belle et tu caressais doucement son dos, un peu timidement, parce que t’avais pas l’habitude d’être tactile malgré tout. « Hé P’tit Poussin.. ! » Tu étais tellement heureux de la voir ce soir. Elle t’avais manqué à chaque fois, c’était dingue. Et à chaque fois, tu n’étais plus le même homme avec elle. Tellement doux, gentil, attentionné. C’est pour ça aussi que tu l’interdisais de venir dans ton bar. Déjà pour sa sécurité, vu les pochtons qui y traînaient, mais aussi pour ne pas montrer ce côté papa gaga que tu avais face à elle aux autres. C’était comme… Intime. Rien qu’à vous.

Tu la laissais récupérer les pizzas, tu t’étirais le dos un grand coup et lâchait un râle tout en t’étendant, puis tu entrais dans le petit appartement, prenant soin de fermer la porte derrière toi. Son sourire était tellement adorable, tu pouvais pas t’empêcher de sourire toi aussi face à elle. La jeune femme te proposait à boire, toi, tu retirais ton manteau pour l’étendre sur le porte manteau. « Une bière c’est bien, pourquoi pas. » Tu t’adossais contre le canapé, la regardant faire, puis tu te réveillais et tu allais dans sa cuisine toi aussi, tirant dans un tiroir pour y sortir des couverts que tu allais poser sur la table basse. Ca aussi, c’était pas habituel chez toi, d’être poli lorsqu’on t’invitait. En général, tu étais plutôt le gros bourrin malpoli qui se servait tranquillement et mettait les pieds sur la table basse. « Alors, ta semaine ça a été ? La mienne était totalement pourrie putain, j’ai rien foutu à part m’occuper du bar et de ce p’tit con de stagiaire. Mais il s’améliore, au bout du trente sixième coup de pied au cul. » Bon, tu étais peut-être un gros bourrin mais tu ne lui filais pas vraiment de coup de pied au cul. Quoi que… Il dû en avoir un ou deux, quelques claques derrière la tête, et c’est tout. C’était ton employé après tout, et il était tout jeune lui aussi. Alors tu haussais les épaules, et tu t’affalais de tout ton poids sur le canapé. Tu prenais soin d’ouvrir les cartons de pizzas et les poser sur la table avec les couverts, puis tu remarquais la bougie. Tu pouffais un peu de rire. « Pff tu as des bougies toi, maintenant ? T’as vu ta grand-mère ou quoi ? » Tu aurais pu parler de sa mère à la place, mais tu savais bien que c’était un sujet sensible, alors la grand-mère, c’était bien, juste pour plaisanter. Tu te doutais pas de la réelle raison de cette bougie. Parce que ton odorat était un peu pourri, qu’avec le bar et ses odeurs de tabacs et de pochtrons, tu ne remarquais plus vraiment les odeurs étranges. Tant mieux pour elle ? Peut-être. Mais tu étais également un expert du sujet, alors le moindre petit mot en trop pourrait te mettre la puce à l’oreille. Parce que en plus, votre lien était si fort qu’elle avait cette difficulté à te mentir, et toi, tu avais cet instinct paternel avec elle. Alors c’est déjà arrivé que tu lui aies passé un savon en apprenant qu’elle s’était bagarrée ou droguée. Mais bon, c’était un devoir de père, et puis, tu pouvais pas t’empêcher de la protéger, toi qui connaissais bien ce milieu. Mais bon, comme tout père, tu espérais qu’elle était toute blanche, que ces savons que tu lui a passé ont servi de leçon et que tout ça était terminé. Oh Noam, s’en était presque mignon comme tu étais niais.



Spoiler:
 



Phobia
« Un dieu déchu consacrant des mort ici. D’innombrables voix résonnent entre tes mains. Devenant ainsi la perfection des ténèbres. Je noircirai ce monde, les ténèbres dans ce monde commencent maintenant » (c) Joy
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
cookie
Féminin MESSAGES : 205
INSCRIPTION : 12/03/2017
ÂGE : 25
RÉGION : Normandie
CRÉDITS : j'ai réalisé mon avatar moi-même

UNIVERS FÉTICHE : fantastique - city
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Flash



Kesia
Bringston

J'ai 20 ans et je vis à Chicago, USA. Dans la vie, je suis serveuse, au chômage depuis deux jours et je m'en sors moyennement bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis Célibataire et je le vis plutôt bien.

Informations supplémentaires ici.


Mimi Elashiry ©️ noralchemist


Tu sors une bière du frigo, ainsi qu’une canette de Coca pour toi, jetant discrètement un coup d’œil à ton papou qui a pénétré dans la cuisine. Tu espères qu’il n’ira pas ouvrir la poubelle, que tu n’as pas eu le temps de vider et qui est remplie des cadavres de la veille. Mais il se contente de sortir des couverts du tiroir. Tu souris. Tu sais pertinemment que tu finiras par manger ta pizza avec les doigts. Parce que, y’a pas à dire, c’est rudement meilleur ainsi.

« Alors, ta semaine ça a été ? » Demande tout naturellement Noam alors que tu le rejoins dans le salon pour y déposer les boissons.

Tu ne réponds pas, détournant involontairement le regard un instant. Par où commencer ? Par ce crétin de Rylan qui t’as tellement fichue en rogne que tu as fait un scandale monstrueux au boulot ? Ou par ton connard de patron qui a préféré rejeter la faute sur toi ? Patron qui n’en est plus un, par ailleurs, puisque tu as quitté ton boulot deux jours plus tôt en promettant de ne jamais y refoutre les pieds. Et t’as tenu ta promesse. Tu peux aussi parler de ta mère, qui a trouvé le moment tout à fait propice pour appeler, histoire de prendre des nouvelles et, surtout, de demander du fric.

Heureusement, Noam poursuit sans vraiment te laisser le temps de répondre, ce qui t’arrange plutôt pas mal. Tu sais bien que tu ne pourras pas lui cacher la vérité indéfiniment, mais t’espère pouvoir trouver un moyen de lui annoncer les choses en douceur, en évitant de trop l’énerver. Il est capable d’aller mettre le feu au fast food où tu bossais …

« La mienne était totalement pourrie putain, reprend-t-il, j’ai rien foutu à part m’occuper du bar et de ce p’tit con de stagiaire. Mais il s’améliore, au bout du trente sixième coup de pied au cul. »

Tu lâches un sourire, et le rejoint sur le canapé, un air moqueur sur les lèvres.

« Sois pas trop dur avec lui, Papou. Je suis sûre qu’il est pas si mauvais, en plus. C’est juste que tu ne peux pas t’empêcher de râler. »

Tu lui lances un de tes regards mutins, de ces regards qui, tu le sais, font fondre le cœur de gros dur de Noam. Depuis vingt ans que tu le pratiques, tu connais ses failles et ses faiblesses, désormais. Et tu sais que, toi, t’es une sacrée faiblesse pour son cœur pourtant bien accroché. Des fois, t’en profites un peu. Aujourd’hui, tu te sers un peu de ça, espérant qu’il ne remarque pas que, ce soir, il y a un truc qui cloche.

Il remarque plutôt la bougie, te laissant un peu de répit.

« Pff tu as des bougies toi, maintenant ? Ricane-t-il. T’as vu ta grand-mère ou quoi ? »  

Tu lui offres une moue boudeuse.

« Ah oui c’est vrai que tu n’es pas habitué, répliques tu. C’est un élément de décoration tu vois, ça sert à embellir son appartement pour qu’il ait l’air un tout petit peu moins miteux. »

Et aussi pour cacher les autres de fumée et d’alcool encore imprégnées.  

« Tu devrais essayer, chez toi. »

Tu lui tires la langue, bon enfant. T’aurais bien voulu vivre avec lui, tu aurais foutu des bougies partout dans son intérieur de vieil ours mal léché. Vous vous seriez bien marré, tous les deux. Au lieu de ça, t’avais grandi avec ta mère … il y avait pas de bougie non plus, là-bas. Il y avait rien de beau, en fait.

« Bon, tu as prévu quel film pour ce soir ? » demandes-tu, impatiente de savoir.

Tu espères que ce n’est pas un drame ou quelque chose du genre. T’es peut-être forte mais tu sens que, avec la semaine que tu viens de passer, il te suffirait de regarder un film sur la mort d’un chaton pour t’effondrer. Et t’as pas envie de t’effondrer. T’as envie de prouver que t’es forte, que rien ne peux t’abattre.

Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
 
 
beauty and the beast (cookie)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» The Beauty & the Beast
» [CLOS] [Robyn/Marsh] Beauty & the Beast
» Beauty and The Beast ▬ BeaSius (terminé)
» Beauty & the Beast ft. Amalthea Bluesteel
» III.04 - Beauty and the Beast [Feat. Bobby]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: