Partagez | 
 
 
 

 high stakes.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
avatar
Storm
MESSAGES : 11
INSCRIPTION : 25/06/2018
RÉGION : le Nord
CRÉDITS : Lazare

UNIVERS FÉTICHE : HP, Marvel, LotR, GoT, ST, Médiéval
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur
Limace


Le contexte du RP
Mise en situation

La situation
UC.

Contexte provenant de cette [url=LIEN]recherche[/url]
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Storm
MESSAGES : 11
INSCRIPTION : 25/06/2018
RÉGION : le Nord
CRÉDITS : Lazare

UNIVERS FÉTICHE : HP, Marvel, LotR, GoT, ST, Médiéval
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur
Limace



Jake Fairbrother
J'ai 43 ans et je vis à New York, USA. Dans la vie, je suis day-trader et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma gueule d'ange, je suis marié et je suis très amoureux de son compte en banque.




Michael Fassbender ©️ Babine


Il est habitué à la compagnie des gens cossus, à l’opulence insolente et aux privilèges mais, vraiment, il y a quelque chose en lui qui résonne avec le cadre piteux de ce motel moisi, quelque chose qui le fascine dans la faune bâtarde qui fourmille dans cette bâtisse sordide ; la bonne femme qui parle toute seule à l’entrée, le gamin boutonneux derrière le comptoir au regard vitreux qui trahit son état avancé. Jake lui adresse un sourire entendu lorsque l’éphèbe fait glisser la clé de la chambre qu’ils ont l’habitude de réserver. Ici, son secret est à l’abri, loin des yeux scrutateurs des grands hôtels mondains et des richards qui se donnent des dehors bien-pensants. Ici, il n’y a que l’indifférence et la crasse qui l’a vu naître. Tout le monde ici se contrefout de qui il est, du nom prestigieux de son épouse, et ça lui va très bien comme ça. Parfois, l’écossais aime renouer avec cette fange, voir à quel point il s’est élevé au-dessus d’elle et apprécier la distance qui les sépare aujourd’hui – bien que, véritablement, son seul véritable succès notable est d’avoir planté ses chicots dans le parti le plus juteux. Jake sait que c’est mal, de trahir celle qui lui a permis de s’extirper de toute cette merde, que sa station ne tient qu’à elle et que risquer le tout pour des voluptés éphémères est tout simplement stupide, mais ça ne rend l’opération que plus excitante. Mais vraiment, peut-on attendre d’un dégénéré coké jusqu’à la moëlle un zeste d’empathie et de loyauté ? Peut-on vraiment attendre de lui qu’il résiste aux charmes affolants d’une blonde lascive ? Aucunement. Toute la journée repose sur ses épaules une pression abrutissante, un stress épouvantable qui lui bouffe les entrailles – mais qui, étrangement, l’intoxique aussi – lorsqu’il investit des sommes incommensurables dans des sociétés douteuses. Lorsqu’il pose un œil objectif sur sa vie, Jake peut vite se rendre compte que tout se synthétise en un facteur commun : il est accro aux risques. Ça aurait pu être elle, ça aurait pu être une autre, ce qui compte vraiment, c’est l’adrénaline fulgurante qu’il récolte en foutant toute son existence sur le fil, en risquant de tout perdre. Peut-être devrait-il consulter, pense-t-il posément, lorsque les portes de l’ascenseur s’ouvrent sur un couloir aux néons tremblotants. Ses pas le conduisent instinctivement vers la chambre louée. Un sourire carnassier effleure ses lèvres lorsqu’il introduit la clé – la clé, et non la carte, c’est dire à quel point ce bouiboui est suranné – dans la serrure. Doucement, Jake pousse la porte et c’est une certaine pénombre qui l’accueille, ainsi qu’une odeur légèrement rance, héritage de décennies de négligence. Il ne l’aperçoit pas encore mais il sait qu’elle est déjà là, elle et ses charmes qui ont mené ce brave homme sur le chemin peccamineux de l’adultère. « Hello. » susurre-t-il dans l’obscurité.  
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Fragrance.
MESSAGES : 8
INSCRIPTION : 27/06/2018
RÉGION : alsace
CRÉDITS : pathetic fallacy (avatar)

UNIVERS FÉTICHE : réel, historique, fantasy et science-fiction. j'accepte l'érotisme et couples femme/femme.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1932-m-i-want-to-live-sans-reponses http://www.letempsdunrp.com/t1935-l-imaginarium-et-delirium-de-fragrance#37398
Limace



Cherry Welch
J'ai 25 ans et je vis à New-York, Etats-Unis. Dans la vie, je suis camgirl et serveuse dans une boutique de frozen yogurt et je m'en sors moyennement bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire mais aux multiples conquêtes et je le vis plutôt bien.

Cherry vient du Wisconsin. Ses parents ont eu cinq enfants en plus d'elle. Son père est un buveur inconditionné de bière et accro aux paris, quant à sa mère, elle est femme au foyer. Cherry a quitté le foyer familial pour la grande pomme il y a deux ans déjà, elle ne voulait plus vivre dans ce trou qu'elle appelait sa maison. Elle vit de son corps en partie, elle sait qu'elle a un corps magnifique et l'utilise pour se sortir de toute cette merde qu'est son passé. Cherry est dans une relation caché avec une femme qui a tout pour elle depuis la moitié d'une année déjà. Cherry en est folle amoureuse, elle ferait n'importe quoi pour elle.



Kate Upton ©️ shining heart.


La nuit s'était installée dans la Grande Pomme, néanmoins, la ville ne connaît pas la pénombre complète. Je sors de mon petit immeuble dans le Bronx, rejoignant les rues bondées de monde allant s'adonner aux plaisirs que la ville a à leur offrir. Mes bottes à talons claquent sur le goudron, alors que j’essaie de courir sans faire remonter toute ma robe noire, courte et collée contre ma peau. L'odeur de la pollution mélangée à l'alcool de ceux qui ont déjà cédé, l'odeur du tabac et autres produits fumants illicites, me parcours les narines alors que j'essaie d'attraper un taxi. Je secoue le bras à la vue de chaque taxis et au bout de plusieurs qui me passent sous le nez, un s'arrête juste à mes pieds. Je me faufile à l'intérieur, donnant l'adresse d'un motel dans un quartier peu fréquenté. Les lumières défilent sous mes yeux, mon front se colle à la vitre du taxi, je soupire comme si une migraine m'avait attrapé, mais il n'en est rien. La nervosité me monte petit à petit, ce que je m'apprête à faire n'est pas dans mes habitudes. Je le fais pour elle. Le chauffeur me regarde du coin de l'œil, règle son rétroviseur pour tomber sur mes cuisses nues. Ce n'est pas une première, j'ai cette habitude de voir les hommes et les femmes me reluquer, mais en général, je fais payer. Ce que je m'apprête à faire, le chauffeur en a une vague idée et il ne faut pas être stupide pour comprendre qu'une femme en petite tenue va faire dans un motel reclus, miteux où les rats et cafards sont souvent des compagnons de chambre, où le papier peint égalise celui de ma grand-mère et où la télévision, si elle fonctionne, ne dépasse pas trois chaînes. Le taxi me dépose devant cet immeuble de briques rouges, illuminé par une enseigne en néon, indiquant que c'est bien un motel. Le M clignote, comme s'il allait rendre l'âme et troubler les passants cherchant le mot Motel. Je tends une petite liasse de billets au chauffeur qui me remercie. Je ne décide pas de rester un instant de plus dans ce taxi aux odeurs de sapin et de forêt, je sors, manque de tomber dans une flaque de pluie de la veille sous mes pieds. Je m'avance dans le motel, reconnaissant les quelques visages du personnel. Je m'avance vers l'adolescent en charge de l'accueil. Il m'observe, un filet de bavure s'échappant de ses lèvres. J'esquisse un simple sourire en m'annonçant, il me fait glisser une clé, m'assurant d'offrir le double à celui qui va me rejoindre. Je m'en vais vers la porte avec le bon numéro. Je m'apprête à voir un homme, oui, mais pas n'importe lequel. Un homme que j'ai déjà vu auparavant, mais aucun sentiment ne s'échappent de moi pour cet Apollon quarantenaire. J’insère la clé, tourne cette dernière et force un peu pour pousser la porte. Je cherche du bout des doigts l'interrupteur et lorsque j'appuie dessus, la lumière clignote quelques instants avant de devenir fixe. Un papier peint de grand-mère, beige avec des fleurs dessus, un peu moisi à certains endroits vers le plafond, sans compter la moquette au sol. Je soupire et décide de tout préparer pour son arrivée. La salle de bain fait peur à voir une baignoire des années 70, jaunis par l'âge, un miroir lavé, mais quelques résidus semblent ne pas avoir voulu quitter l'objet. Je quitte ma robe fine, la laissant glisser sur mes bras, mes hanches dessinées, mes fesses afin de toucher le sol comme un vulgaire chiffon. Je retire mes bottes en prenant place sur le rebord de la baignoire. Me retrouvant vêtue d'un ensemble de lingerie fine noir, en dentelle, je vais retrouver le bord du lit, cherchant dans mon petit sac à main, jeté au préalable sur le lit, un petit CD et me relève pour l'insérer dans le lecteur de la chambre. Je prépare tout, éteins la télévision, la chambre et attends, sagement, au bord du lit, que la porte s'ouvre à nouveau. Ma respiration s'accélère, je ne fais ça que pour vivre avec elle notre amour au grand jour. C'est ce qu'elle m'a promis. Au bout de quelques minutes d'attente dans le noir complet, la porte s'ouvre et une voix délicieusement masculine me cherche. J'entends la porte se refermer, j'allume la lampe de chevet et me retourne un peu pour le regarder depuis le bord du lit. « Bonsoir Jake. » Un sourire vient s'esquisser sur mes lèvres, je me lève pour l'accueillir dans mes bras, venant déposer sur ses lèvres un tendre baiser. La nuit risque d'être longue et difficile autant pour lui que pour moi. Je n'ai jamais fait ça et je dois laisser ma bonne conscience sur le bas de la porte.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Storm
MESSAGES : 11
INSCRIPTION : 25/06/2018
RÉGION : le Nord
CRÉDITS : Lazare

UNIVERS FÉTICHE : HP, Marvel, LotR, GoT, ST, Médiéval
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur
Limace



Jake Fairbrother
J'ai 43 ans et je vis à New York, USA. Dans la vie, je suis day-trader et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma gueule d'ange, je suis marié et je suis très amoureux de son compte en banque.




Michael Fassbender ©️ Babine


La porte claque doucement derrière lui et le voilà seul confronté au silence. Son souffle profond est assourdissant à ses oreilles, il est aux aguets, crispé et lorsqu’il retient une exhalaison, soudain, une lumière tamisée jaillit des ténèbres. La décoration est anachronique, tout droit expectorée des seventies, sa prime enfance ; le papier-peint est lardé par endroit, blême et passé, les meubles sont branlants et les murs vomissent l’humidité en d’atroces tâches noires. Mais Jake ne fait pas attention à l’environnement autour de lui, il ne fait pas attention à l’environnement parce qu’avec la lumière, est apparu un ange. Ou, toutefois, elle n’a que la gueule d’ange, avec sa crinière solaire et vaporeuse, ses grands yeux céruléens dans lesquels on se perdrait, ses onctueuses lippes entreouvertes en un sourire invitant. Oui, elle tient plus de l’hybride ; un faciès candide et jeune – vingt-cinq ans à peine – mais son corps, quant à lui, appartient à une succube, une ode au vice, une divine inspiration pour les plus bas et les plus crasses instincts. Elle se lève et parcourt la distance qui les sépare d’une foulée féline et l’embrasse. Elle n’est que courtement vêtue, toute lacée de noir, des atours qui dévoilent son galbe vertigineux qu’il convoite tant. À son corps défendant, ses yeux y sont rivés, Jake a la gueule sèche, il s’humecte les lèvres et, déjà, de hauts feux grondent en son bas ventre. Il perd momentanément son aplomb, transcendé par ses charmes, des yeux ronds, comme un gosse devant un fabuleux jouet qu’il reçoit enfin après moultes suppliques. Ses paupières papillonnent, il se reprend. « Cherry. » fait-il un sourire désinvolte. Cherry, Cherry, la créature qui hante ses nuits. Sa dextre va se lover sur sa chute de reins, pour ensuite perdre de l’attitude. Sa pogne enserre la croupe ferme, l’amène tout contre lui, pour lui signifier à quel point son bas ventre s’émeut de cette enjôleuse vision. Puis, soudain, il la pousse – violemment - afin de la faire basculer sur le lit. D’un geste nonchalant, il desserre sa cravate et déboutonne sa chemise, l’ôtant avec son impudence coutumière, découvrant une charpente solide, taillée par des entraînements constants, et bon nombre d’adjuvants ; protéines, créatine, tout y passe. De sa poche, Jake fait apparaître une fiole remplie de poudre de blanche. Sans un mot, il s’approche d’elle, et saupoudre son estomac finement dessiné d’un rail, qu’il sniffe tout de go. Ensuite, il fait de même sur son généreux galbe. Ça l’électrise presque autant qu’elle, ça lui fouaille les entrailles et ses lèvres viennent s’écraser violemment contre celles délicates de la nymphe, sa langue roulant sur les lèvres roses. Il brise la danse précipitamment, le souffle profond et se fend d’un sourire mauvais. « T’en veux ? »


Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Fragrance.
MESSAGES : 8
INSCRIPTION : 27/06/2018
RÉGION : alsace
CRÉDITS : pathetic fallacy (avatar)

UNIVERS FÉTICHE : réel, historique, fantasy et science-fiction. j'accepte l'érotisme et couples femme/femme.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1932-m-i-want-to-live-sans-reponses http://www.letempsdunrp.com/t1935-l-imaginarium-et-delirium-de-fragrance#37398
Limace



Cherry Welch
J'ai 25 ans et je vis à New-York, Etats-Unis. Dans la vie, je suis camgirl et serveuse dans une boutique de frozen yogurt et je m'en sors moyennement bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire mais aux multiples conquêtes et je le vis plutôt bien.

Cherry vient du Wisconsin. Ses parents ont eu cinq enfants en plus d'elle. Son père est un buveur inconditionné de bière et accro aux paris, quant à sa mère, elle est femme au foyer. Cherry a quitté le foyer familial pour la grande pomme il y a deux ans déjà, elle ne voulait plus vivre dans ce trou qu'elle appelait sa maison. Elle vit de son corps en partie, elle sait qu'elle a un corps magnifique et l'utilise pour se sortir de toute cette merde qu'est son passé. Cherry est dans une relation caché avec une femme qui a tout pour elle depuis la moitié d'une année déjà. Cherry en est folle amoureuse, elle ferait n'importe quoi pour elle.



Kate Upton ©️ shining heart.

+18

Mes pieds foulent la moquette, d'un pas lent, félin, le regard rivé sur le sien, un sourire aux lèvres. Tout pour le mener à sa perte. Les hommes, au final, il n'y a pas de secrets dans ce genre de situations ; ils ont le même fonctionnement à la vue d'une femme qui s'abandonne presque à eux. Une femme dénudée, ou pratiquement, qui lui offre son corps et ses lèvres, c'est qu'elle s'abandonne au désir qui va les unir. Mes mains se nichent dans sa nuque encore fraîche de dehors. Mes lèvres se déposent délicatement sur les siennes. Ses mains qui viennent délicatement contre mes reins, un baiser tendre au départ, mais qui a su donner un certain plaisir à l'animal. Mon bassin se plaque violemment au sien, alors que je remue délicatement le mien, je sens quelque chose de dur se frotter dessus. Sauf s'il cache un flingue dans son pantalon, je crois qu'on sait tous qu'il est heureux de me voir. J'esquisse un sourire amusé en le regardant, la lèvre inférieure venant se coincer entre mes dents. Ni une ni deux, je sens le matelas mou et les ressors du lit dans mon dos. Je plie mes jambes pour ne pas rester comme un piquet au lit, je cherche à l'observer en décalant ma tête sur les coussins, mes cheveux blonds sont très certainement devenus la nouvelle tait d'oreiller. Jake vient défaire sa cravate et sa chemise d'une manière que j'ai toujours admiré chez les hommes. Son corps est un don des Dieux et de l'argent à la salle et en autres produits stimulants à sculpté son corps en celui d’Apollon. De sa poche, il en sort une petite fiole de poudre blanche. Je n'ai pas eu la peine à demander ce que c'est ; je ne suis pas née de la dernière pluie. Il en saupoudre mon ventre, que je contracte à la sensation. Je relâche la contraction d'un soupir lorsqu'il quitte mon ventre pour l'endroit le mieux sculpté de mon corps. Je l'observe, ses lèvres approchent les miennes après avoir repris un rail. Je pousse un gémissement de surprise mêlé de plaisir, ce n'est pas ce que je veux avec lui, mais je suis faible en ce genre de situation. Sa langue se mêle à la mienne, mes mains viennent enserrer un semblant de poignées d'amour, mais cela revient à de la peau simplement. Il brise la danse endiablé de nos langues ; dieu merci, mes jambes étaient à deux doigts de l'emprisonner. Je le regarde, mon regard brumeux, perdu encore par la cadence soudainement arrêté. Ma respiration se veut rapide et chaude, tout comme la sienne et cela est normal. « Un rail. » Finis-je par acquiescer en venant faire glisser l'ongue de mon index entre ses pectoraux. Je le laisse s'allonger à coté de moi pour le chevaucher. Mes fesses moelleuses viennent s'installer sur le pic de son pantalon. J'attrape la fiole de sa main et en saupoudre un mince rail à la naissance de ses pectoraux, en bas de cou. Mes cheveux tenus en queue-de-cheval par ma main libre, je le sniffe, mes lèvres viennent saluer son cou dans un doux baiser humide et dépose la fiole sur la table de chevet. Je me relève en sniffant un peu dans le vide, le dos cambré et les fesses plus appuyées sur le membre dur et imposant. Puis, je ne sais pas pourquoi, sûrement pas nervosité, je me mets à rire. Un rire de très courte durée puisque je viens me jeter à nouveau sur ses lèvres, mes ongles venant caresser sa mâchoire tandis que je remue mon bassin dans un rythme lent et désireux. Ma langue vient caresser ses lèvres, sa langue. Je m'abandonne. Je m'abandonne. Il ne faut pas le faire, mais j'ai tellement envie d'être prise par un homme, un homme et surtout son homme à elle. Elle, ma beauté enchanteresse, ma muse et ma Némésis. Son image me vient quand les choses vont un peu trop vite. Je m'arrête, mes mains plaquées sur ses pectoraux, je me redresse et ferme les yeux. Il faut que j'arrête et que j'en finisse avant de vouloir continuer dans cette foulée magique.
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
 
 
high stakes.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 01. Spy Game in McKinley High [CLOS]
» Jeu de pirates : Legend of the high seas ?
» A cold sweat high-headed believer ∞ 01/02 - 08:43
» M.I.High agents spéciaux
» HAWKEYE ; danger, high voltage.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: