Partagez | 
 
 
 

 au clair de la lune. - Rafi&Eden

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 
En ligne
avatar
Captain Rogers.
Féminin MESSAGES : 3555
INSCRIPTION : 01/05/2018
ÂGE : 21
RÉGION : Québec
CRÉDITS : Principalement Google. Icon - moi

UNIVERS FÉTICHE : Vends-moi tes idées. 8)
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1613-el-mapartche http://www.letempsdunrp.com/t1904-manque-d-inspiration-pour-le-titre
captain captain



Rafael
Peterson

J'ai 28 (30) ans et je vis en Nouvelle-Orléans, Louisiane. Dans la vie, je suis libre et je m'en sors assez bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je m'en fiche. Tant que je suis heureux.




Mathias Lauridsen ©️ Morrigan
Tu ne t’en voulais plus d’être arrivé trop tard pour sauver l’homme qui avait perdu la vie cette nuit-là. Tu en avais sauvé bien plus en suivant ton instinct de justice. Tu as empêché le garçon de ruiner davantage sa vie. Tu as sauvé sa mère, et probablement tout le voisinage. Tu sais que, maintenant, ce garçon devra trouver un moyen de s’isoler lors des pleines lunes. Il ne pouvait plus aller en prison. Le secret surnaturel serait dévoilé au monde entier. Tu te dis que, maintenant, tu devais le protéger du monde extérieur. Il a commis un crime mais tu es capable d’oublier; tu l’as déjà fait. Et, tu sais que les loups-garous sont plus agressifs, plus compulsifs. Tu lui donnes une deuxième chance. En journée, la petite maison semble plus accueillante. La pièce est illuminée, comme si rien ne s’était passé pendant la nuit. Aucun meuble n’a été renversé. Tu es plus fort que tu ne le crois. Tu comprends que tu dois laisser un peu de temps au garçon pour reprendre ses esprits. Faire le passage vers le monde surnaturel n’est jamais facile. Tu te souviens du choc que tu as ressenti en apprenant l’existence de telles créatures. Mais, tu t’es habitué. Tu apprends à trouver le bon dans chacun, comme tu apprends à trouver le bon en toi. Tu souris légèrement lorsque le garçon te remercie. Tu es étonné. Tu t’attendais à ce qu’il t’ordonne de partir. Tu hoches la tête pour lui répondre. Tu ne veux pas le brusquer. À sa question, tu te pinces les lèvres en laissant tomber ta chemise détruite à côté de toi. Tu replies tes jambes vers toi, toujours adossé au mur. Tu te sens dénudé. Tu n’es pas à l’aise. « Je pense que tu devrais prendre un café avant que je ne te dise quoi que ce soit. » Tu prends le temps d’observer son visage aspergé par le soleil. Tu essayes de deviner son âge. Tu penses qu’il a vingt-quatre ans. Tes yeux vairons patinent sur ses cheveux, ses pupilles, sa mâchoire. Puis tu détournes la tête. Tu entends des pas s’approcher de la maison. Tu n’es pas surpris d’entendre la police. Tu n’hésites pas un instant. Tu vois bien que le jeune est en panique. Tu te relèves, te rapproche de lui et lui enlève son chandail sans lui demander. Tu l’enfiles puis tu te diriges vers la porte d’entrée. Tu vois deux silhouettes à travers la fenêtre. Tu t’armes de ton fameux faux sourire puis tu ouvres la porte avant de saluer les deux officiers. L’un d’eux dévoile sa plaque. « Nous recherchons Eden Harper. » C’est donc ça, son nom. Tu hoches la tête en faisant mine de réfléchir puis tu plonges ton regard dans celui du premier policier. Doucement, tu murmures : « Eden n’est pas lui que vous recherchez. Les empruntes que vous avez trouvez appartiennent à un homme qui a fuit le pays dans la soirée. Débarrassez-vous de toutes les informations que vous tenez sur Eden. Une bonne journée à vous. » Tes yeux ont changé de cible. Les deux policiers hochent la tête te saluent. Tu claques la porte et retournes dans la cuisine. Tu as une de ces faims. « Tu as du beurre de cacahuète ? » Tu gardes le chandail. Si Eden désire se rhabiller, il peut aller s’en chercher un dans sa chambre. Il est chez lui, après tout.         
     
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
twelve
Féminin MESSAGES : 1123
INSCRIPTION : 15/06/2018
ÂGE : 26
CRÉDITS : twelve.

UNIVERS FÉTICHE : vie réelle, fantastique, sci-fi. Basiquement, j'suis ouverte à tout contexte qui me plaît.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1859-these-patterns-represen http://www.letempsdunrp.com/t1893-m-possession-ou-schizophrenie#35987
sansy twelve



Eden Harper
J'ai 24 ans et je vis à la Nouvelle Orléans, Louisiane. Dans la vie, je suis étudiant et je m'en sors moyen. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.




sam way ©️ HERESY.

Toujours sur le sol, Eden se posait un millier de questions. Sur ce qu’il était, ce qu’il allait devenir, notamment. Mais aussi sur ce qu’il était lui, l’homme qui l’avait sauvé cette nuit, celui qui avait évité un véritable massacre. Finalement, il ne savait rien de lui, seulement qu’il avait voulu lui faire la morale avant qu’il ne commence à se transformer. Et étrangement, il n’avait plus aucune envie de lui faire la morale. En tout cas, il n’en montrait plus rien à Eden. Il lui conseilla même de prendre un café avant d’aborder toutes les questions révélatrices. Mais même s’il sentait la faim ronger ses entrailles, il sentait aussi sa gorge nouée sous le dégoût de ce qu’il avait pu être cette nuit. De toute façon, il n’eut pas le temps de penser à ça, la police était déjà sur le pas de sa porte. Et lui, il paniquait encore une fois, montrant de nouveau sa fragilité émotionnelle. L’homme lui retira son pull, il le laissa faire en se disant qu’il en avait certainement plus besoin que lui. Il se cacha alors derrière un pan de mur en essayant d’écouter ce qui se disait mais n’entendit finalement que des murmures dont il ne pouvait discerner les mots. Et lorsque Rafael revint et lui demanda du beurre de cacahuètes, il fronça les sourcils. Comment pouvait-il rester autant détendu après tout ça ? Il avait l’air d’avoir l’habitude de ce genre d’évènements mais… Cela perturbait encore plus Eden qui se releva, omettant le fait qu’il était torse nu. Il sortit le beurre de cacahuètes pour le lui tendre et posa aussi du pain de mie sur la table avant de se servir un café.

Désormais assis à table, Eden laissa les questions tourner dans sa tête pendant un long moment silencieux. Finalement, comme il ne trouvait aucune réponse tout seul, il décida de poser le regard sur l’homme aux yeux vairons qu’il remarqua à peine maintenant. Et cela le perturba davantage. « Qui es-tu ? Et… Qu’est-ce que tu es ? J’ai besoin de savoir ce qui m’arrive, tu peux pas me laisser comme ça… » Il lui forçait un peu la main mais à vrai dire, il avait vraiment besoin de ces réponses. Et il avait surtout peur que ce gars s’en aille sans demander son reste, en le laissant con comme ça, pour la simple et bonne raison qu’il avait tué quelqu’un. D’ailleurs… Allait-il encore être recherché, maintenant ? Il n’en savait rien non plus. Il regarda l’heure pour surveiller le réveil de sa mère, mais il était encore assez tôt pour qu’elle ne se réveille maintenant.
Revenir en haut Aller en bas
 
En ligne
avatar
Captain Rogers.
Féminin MESSAGES : 3555
INSCRIPTION : 01/05/2018
ÂGE : 21
RÉGION : Québec
CRÉDITS : Principalement Google. Icon - moi

UNIVERS FÉTICHE : Vends-moi tes idées. 8)
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1613-el-mapartche http://www.letempsdunrp.com/t1904-manque-d-inspiration-pour-le-titre
captain captain



Rafael
Peterson

J'ai 28 (30) ans et je vis en Nouvelle-Orléans, Louisiane. Dans la vie, je suis libre et je m'en sors assez bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je m'en fiche. Tant que je suis heureux.




Mathias Lauridsen ©️ Morrigan

Tu viens de te coincer quelque part que tu aurais préféré éviter. Avoir un loup-garou sur les épaules n’est probablement pas la meilleure chose pour vivre le plus humainement possible. Mais ce type est seul. Et s’il n’apprend pas à contrôler son impulsivité, il va se retrouver en prison pour de bon. Et tu ne seras pas toujours là pour faire ta magie. Tes yeux s’éclairent de joie lorsque tu vois le beurre de cacahuètes. Tu prends le pot, remercie Eden puis tu te diriges vers la table, là où une miche de pain t’attendait. Tu fais demi-tour. Tu n’as pas de couteau. Tu cherches dans chacun des tiroirs, un à un. Tu trouves enfin. Tu retournes à la table. Tu t’assois et tu t’empresses de tartiner un premier morceau de pain. Tu ne regardes pas le garçon. Tu joues la comédie. Tu joues le rôle du parfait emmerdeur. Tu croques dans le pain et le goût d’arachides te fait le plus grand bien. Tu observes du coin de l’œil Eden qui se sert un café dans une tasse rose. Tu glousses puis tu finis ta tartine en une grande bouchée. Tu t’en prépares une autre. Tu écoutes ses questions d’une oreille mais tu fais mine de ne pas l’entendre. Tu manges ta tartine. Tu gardes le silence. Puis tu t’en fais une troisième. Tu attends de voir si le garçon réagit négativement à sa négligence. Tu joues un rôle, tu n’es pas toi. En temps normal, tu aurais simplement expliqué ce qu’il s’est passé. Mais, là, tu veux voir si tu peux lui faire confiance pour garder son calme. Il s’était montré très impulsif depuis votre rencontre. Tu avales ta bouchée, poses tes yeux sur Eden puis prends un air complètement sérieux. Tu ne dis rien pendant de longues secondes puis tu t’exclames, le couteau à la main : « Je pense que tu m’as posé une question ? » Tu souris en penchant la tête. Tu veux qu’il te déteste. Tu veux le faire répéter. Briser sa patience. Pour ensuite lui faire comprendre qu’il aura besoin d’apprendre à se contrôler s’il veut vivre une vie presque normale, malgré son nouvel état.      
        
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
twelve
Féminin MESSAGES : 1123
INSCRIPTION : 15/06/2018
ÂGE : 26
CRÉDITS : twelve.

UNIVERS FÉTICHE : vie réelle, fantastique, sci-fi. Basiquement, j'suis ouverte à tout contexte qui me plaît.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1859-these-patterns-represen http://www.letempsdunrp.com/t1893-m-possession-ou-schizophrenie#35987
sansy twelve



Eden Harper
J'ai 24 ans et je vis à la Nouvelle Orléans, Louisiane. Dans la vie, je suis étudiant et je m'en sors moyen. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.




sam way ©️ HERESY.

Eden avait vraiment besoin de réponses, claires qui plus est. Il ne comprenait pas la gravité de la situation, il ne comprenait rien du tout à vrai dire. Alors, il attendit plus ou moins patiemment que l’homme s’installe, qu’il lui donne ses réponses. Mais rien. Rien ne venait. Il mangeait à son aise et laissait le temps passer comme si ça n’était en rien urgent de lui expliquer. Eden soupira, il essaya d’insister. « Allô ? Je suis là, hein. T’es vraiment ce genre de gars ? » Le genre à ne plus faire attention à rien quand il avait de la nourriture devant son nez. Peut-être qu’Eden n’aurait pas dû lui donner ce pot de beurre de cacahuètes ? Il aurait certainement dû exiger des réponses avant de lui offrir à manger. Ses doigts se mirent à taper nerveusement contre le bois de la table, il but la moitié de son café brûlant rapidement jusqu’à ce qu’il entende finalement la question de Rafael. La question qu’il n’aurait pas fallu poser. Et puis, son air était vraiment agaçant. Peut-être que c’était ça, son but : le pousser à bout. Et ce qui retenait Eden de s’énerver jusque-là, c’était sa peur de retrouver cet état qu’il avait vécu cette nuit. Forcément, vu qu’il n’y connaissait rien, il n’avait pas encore fait le rapport entre la pleine lune et cet événement. Mais là… Il ne put plus se retenir. Il jeta le reste de sa boisson au visage de l’homme et se releva brusquement en tapant la tasse sur la table, tasse qui explosa sous la force exacerbée du jeune loup. « Ca te ravive la mémoire, ça ? Tu veux peut-être que je te débouche les oreilles, histoire que t’entendes mieux ce que je dis ? J’ai pas le temps de m’amuser à ça, j’ai autre chose à foutre. » Il était à la limite d’exploser, il sentait déjà son corps bouillir sous l’impatience que l’homme avait provoqué. Eden le foudroya du regard, s’il n’avait pas hésité à lui jeter le café brûlant à la figure c’est qu’il se rappelait qu’il l’avait mordu cette nuit. Mais il sentait qu’il allait regretter son geste… Car l’homme avait tenu contre lui un loup enragé toute la nuit sans bouger d’un poil. Il devait être fort pour arriver à faire ça. Cependant, la colère d’Eden ne sembla pas s’apaiser. Au contraire, il sentit l’adrénaline monter petit à petit. « Pourquoi tu veux pas répondre à mes questions ? C’est ta façon de me punir pour l’accident d’hier ? C’est ça ? Je te l’ai dit, j’ai pas fait exprès ! J’ai pas voulu d’accord ? Explique moi, maintenant, j’peux pas rester comme un con sans rien savoir de ce que je suis. »
Revenir en haut Aller en bas
 
En ligne
avatar
Captain Rogers.
Féminin MESSAGES : 3555
INSCRIPTION : 01/05/2018
ÂGE : 21
RÉGION : Québec
CRÉDITS : Principalement Google. Icon - moi

UNIVERS FÉTICHE : Vends-moi tes idées. 8)
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1613-el-mapartche http://www.letempsdunrp.com/t1904-manque-d-inspiration-pour-le-titre
captain captain



Rafael
Peterson

J'ai 28 (30) ans et je vis en Nouvelle-Orléans, Louisiane. Dans la vie, je suis libre et je m'en sors assez bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je m'en fiche. Tant que je suis heureux.




Mathias Lauridsen ©️ Morrigan

Non. Il ne peut pas se contenir. Son cœur bat si vite, si fort. Un peu plus et il va sortir de sa poitrine pour lui-même venir te foutre une râclée. Tu observes ses doigts qui s’agitent sur la table. Tu sens qu’il va exploser comme une bombe à retardement. Et boom. Le café dans le visage. Tu n’es pas surpris. Tu ne réagis presque pas, tu t’y attendais. Tu avais remarqué que sa tasse s’était mise à trembler. Tu prends une tranche de pain pour essuyer le café dans ton visage puis tu la poses sur la table tout en écoutant le garçon, un grand sourire aux lèvres. Des morceaux de porcelaine garnissent la table. Ça serait tellement facile de se couper. Tu pointes du menton le dégât. « Fais gaffe, hein. Je ne voudrais pas que tu te coupes. Mais, qu’est-ce que t’as d’autre à faire ? Dis-moi. » Tu voulais qu’il devienne physique. Qu’il constate la nouvelle force qu’il possède. Il avait probablement remarqué qu’il avait très facilement brisé la tasse. La porcelaine, ce n’est pas si facile à briser. Mais tu veux qu’il en voie plus que ça. Tu ne l’écoutes que d’une oreille en scrutant la cuisine. Tu sens qu’il va bientôt exploser et c’est ce que tu souhaites. Tu veux l’épuiser dans le but qu’il accueille plus facilement les informations. Il avait beaucoup trop d’adrénaline dans le corps. Lorsqu’il se tait à nouveau, tu poses ses yeux sur son torse. Tu l’examines, observe les courbes de ses muscles. Peut-être qu’en le traitant ainsi comme un morceau de viande, le volcan explosera. Toujours pas. Bon. C’est l’heure de ta dernière technique. Tu recules avec ta chaise puis tu poses tes pieds sur la table. Aussitôt, tu demandes, d’un ton complètement sérieux : « Tu as vu le dernier Avengers ? »    
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
twelve
Féminin MESSAGES : 1123
INSCRIPTION : 15/06/2018
ÂGE : 26
CRÉDITS : twelve.

UNIVERS FÉTICHE : vie réelle, fantastique, sci-fi. Basiquement, j'suis ouverte à tout contexte qui me plaît.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1859-these-patterns-represen http://www.letempsdunrp.com/t1893-m-possession-ou-schizophrenie#35987
sansy twelve



Eden Harper
J'ai 24 ans et je vis à la Nouvelle Orléans, Louisiane. Dans la vie, je suis étudiant et je m'en sors moyen. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.




sam way ©️ HERESY.

Déjà qu’il avait du mal à ne pas s’énerver, mais si Rafael n’y mettait pas du sien, ça risquait de devenir compliqué à gérer pour lui. Il ne voulait pas s’énerver par peur de redevenir cette bête, de ressentir cette douleur abominable, mais aussi pour ne pas réveiller sa mère qui dormait encore à côté. Manque de chance, l’homme se faisait plus agaçant à mesure que les secondes s’écoulaient et Eden avait vraiment beaucoup de mal à se contenir. Surtout lorsqu’il ne broncha pas en recevant la boisson brûlante sur son visage. Bon… Eden s’en doutait un peu, seulement il aurait voulu qu’il s’énerve aussi, qu’ils se battent pour mettre fin à tout ça, ou qu’il parvienne à le calmer. Mais à la place, il arborait juste un large sourire moqueur et se foutait ouvertement de sa gueule. Bonne chose si on veut mettre Eden hors de lui. « Tu te fous de moi ou quoi ? T’as pas tilté que ma mère était malade ? Elle va mourir putain. Et tu crois que les médocs s’achètent tout seul ? C’est qui qui paye les factures à ton avis ? Tocard. » De nervosité, il se mit à ramasser les morceaux de tasse qui traînaient. En effet, il ne voulait pas se blesser. Il ne voulait blesser personne. Même si Rafael, il voulait bien lui péter la gueule. Sentant son regard sur lui, il grogna de fureur. Non seulement il mangeait chez lui tranquillement mais en plus il se permettait de le mater. Putain qu’il avait envie de lui en foutre une. Pour la dernière fois, il tenta de se contenir. Il continua simplement à ramasser les débris jusqu’à voir les pieds de l’homme sur la table.

Là, ç’en était trop. Il le regarda, hors de lui, inspira un bon coup, mais malgré ça, il ne put retenir sa colère. Il frappa ses pieds pour les éjecter de la table, puis l’attrapa par le col de son pull pour le faire valser à travers la cuisine jusque dans le salon. Oui, il n’en avait plus rien à foutre du vacarme qu’il pouvait faire. « T’es qu’un putain d’enfoiré ! » A peine eut-il dit ça qu’il se jeta sur lui pour le cogner de toutes ses forces. Sans même se souvenir de ce qui s’était passé la veille.
Revenir en haut Aller en bas
 
En ligne
avatar
Captain Rogers.
Féminin MESSAGES : 3555
INSCRIPTION : 01/05/2018
ÂGE : 21
RÉGION : Québec
CRÉDITS : Principalement Google. Icon - moi

UNIVERS FÉTICHE : Vends-moi tes idées. 8)
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1613-el-mapartche http://www.letempsdunrp.com/t1904-manque-d-inspiration-pour-le-titre
captain captain



Rafael
Peterson

J'ai 28 (30) ans et je vis en Nouvelle-Orléans, Louisiane. Dans la vie, je suis libre et je m'en sors assez bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je m'en fiche. Tant que je suis heureux.




Mathias Lauridsen ©️ Morrigan

C’est une question de seconde. Le jeune va craquer. Et pas qu’un peu. Tu ne serais pas surpris s’il arrivait à te foutre une râclée. Tu sais que les loups sont forts, même sous leur forme humaine. Mais pas autant que toi. Mais tu vas le laisser s’acharner un peu pour qu’il comprenne finalement que ça ne sert à rien de te frapper. Et, si ça peut lui faire du bien de faire danser son poing quelques secondes. Pourquoi pas. Tu te sens mal lorsqu’il te parle de sa mère. Tu le comprends, vraiment. Tu aurais préféré t’excuser pour tout et lui dire que tout va bien aller, mais tu dois rester neutre. Sans émotion. Tu prends les insultes comme si elles sont des mots doux. Tu hausses les épaules, l’air complètement ignorant. « C’est bon. Tu es un petit garçon travailleur. Mes félicitations. » Tu ne l’aides pas pour ramasser le dégât. Ce serait bien trop gentil. Oh ! Oh ! Ça y est. Il va exploser. Sa haine ne pourra plus être contenue. Tu le comprends au moment où il ose enfin mettre la main sur toi, en poussant tes pieds de la table. Un sourire se trace sur tes lèvres, sourire qui disparait bien rapidement quand tu te fais envoyer de l’autre côté de la maison. Okay. Il est fort. Tu l’as sous-estimé. Tu n’as pas le temps de te relever qu’il est déjà là, à s’acharner sur toi. Tu t’en prends, des coups. Il les place bien, en plus. Comme s’il savait réellement se battre. Le goût du sang remplace celui de la cacahuète. Tu ne doutes pas un instant qu’il a réussi à t’ouvrir la peau à plusieurs endroits; la lèvre, les sourcils, le nez. Tu le laisses s’épuiser le plus longtemps que tu peux, puis, lorsque tu ne le supportes plus, tu attrapes ses deux poignets que tu serres fortement entre tes doigts. Tu veux lui faire comprendre que tu pourrais lui briser les os par le biais d’une simple pression. Une fois immobilisé, tu le fixes dans les yeux, alors que tes pupilles sont devenues dorées. Comme celle d’un loup. Tu laisses un grognement menaçant faire vibrer ta gorge. Un grognement animal, bestial. Et, sans aucun problème, tu le fais tomber sur le côté puis tu prends le dessus sur lui. Tu écrases son cou avec ton avant-bras pour lui couper le souffle. Tu le fixes longuement, sans un mot, alors que ton sang glisse lentement le long de ton menton, de ta bouche et de tes joues. Tes blessures se ferment comme par magie. Tu t’assures qu’il le remarque avant de souffler : « Maintenant que tu sais que tu n’es pas un adversaire à ma taille, je pense que je peux t’apprendre quelques trucs qui te seraient bien utiles. » Tu maintiens la pression sur son cou. Tu veux qu’il te supplie de le laisser respirer. Tu veux qu’il se replie. Il doit comprendre que son impulsivité va l’emmener en enfer s’il n’arrive pas à le contrôler.      
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
twelve
Féminin MESSAGES : 1123
INSCRIPTION : 15/06/2018
ÂGE : 26
CRÉDITS : twelve.

UNIVERS FÉTICHE : vie réelle, fantastique, sci-fi. Basiquement, j'suis ouverte à tout contexte qui me plaît.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1859-these-patterns-represen http://www.letempsdunrp.com/t1893-m-possession-ou-schizophrenie#35987
sansy twelve



Eden Harper
J'ai 24 ans et je vis à la Nouvelle Orléans, Louisiane. Dans la vie, je suis étudiant et je m'en sors moyen. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.




sam way ©️ HERESY.

Eden sentait déjà son sang bouillonner à l’intérieur de lui. Comment Rafael faisait pour l’énerver autant ? Eden se sentait tellement ridicule face à lui qui arrivait à garder son calme en toute circonstance. Et surtout face à ce qu’il lui disait, comme si rien de ce qu’il pouvait faire ne comptait réellement. Comme si tous ses efforts pour garder la tête hors de l’eau, lui et sa mère, n’étaient rien. Que du vent. Alors, lorsqu’il se permit de mettre ses pieds sur la table, Eden ne répondit plus de rien. Il était bien trop énervé pour parvenir à se contrôler. Il aurait pu choisir de sortir pour se calmer dehors mais quelque chose en lui rendait cette colère bien plus forte que lui. Alors, il jeta ses pieds au sol et l’attrapa pour l’envoyer valdinguer à l’autre bout de la maison. Il se jeta ensuite sur lui pour déverser sa rage en le frappant aussi fort qu’il le put, aussi bien qu’il le put. Il avait envie de le voir amoché, il avait envie de lui foutre la raclée de sa vie. Il donna tout, toutes ses forces jusqu’à presque ne plus pouvoir frapper aussi fort. Ses mains lui faisaient un mal de chien, il grognait à chaque coup qu’il donnait jusqu’à ce que Rafael attrape ses poignets pour l’immobiliser. Ses yeux jaunes lui firent peur, il recula sans pouvoir forcément beaucoup s’écarter puisqu’il le tenait toujours plus fermement que jamais.

« Lâche-moi ! » hurla-t-il avant de se retrouver à son tour au sol, étouffé par le bras de l’homme dont les blessures se refermaient une à une. Bordel, mais c’était quoi, ça ?! Ses yeux jaunes, ses blessures qui se refermaient comme par enchantement, sa force ahurissante… Eden passa de la colère à la peur. Et pas seulement la peur de l’homme en face de lui, mais aussi la peur de mourir, parce que concrètement, son taux d’oxygène dans son corps était en train de diminuer. Il étouffait. Il avait bien du mal à écouter les paroles de l’homme. Il commença à s’agiter sous lui, forçant sur ses jambes, ses bras, son torse mais rien n’y faisait. Il était collé au sol comme un aimant, le poids de Rafael se faisait de plus en plus lourd sur lui. Son regard se mit à le supplier avec émotion, il ne contrôlait plus rien.
Revenir en haut Aller en bas
 
En ligne
avatar
Captain Rogers.
Féminin MESSAGES : 3555
INSCRIPTION : 01/05/2018
ÂGE : 21
RÉGION : Québec
CRÉDITS : Principalement Google. Icon - moi

UNIVERS FÉTICHE : Vends-moi tes idées. 8)
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1613-el-mapartche http://www.letempsdunrp.com/t1904-manque-d-inspiration-pour-le-titre
captain captain



Rafael
Peterson

J'ai 28 (30) ans et je vis en Nouvelle-Orléans, Louisiane. Dans la vie, je suis libre et je m'en sors assez bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je m'en fiche. Tant que je suis heureux.




Mathias Lauridsen ©️ Morrigan


Ça te fait mal. Tu n’aimes pas faire ça. Tu n’as jamais été ce genre de type qui aime montrer sa supériorité. À tes yeux, personne ne devrait souffrir. La solitude devrait être offerte à seul ceux qui épuisent la liberté des autres. Ta liberté s’arrête là où commence celle des autres, comme l’a écrit plusieurs auteurs. Tu y crois dur comme fer. Tu ne supportes plus de voler l’air à ce garçon. Tu sens tout son corps se crisper. Ses membres vont bientôt lâcher prise en se disant que la lutte est inutile et ne fait qu’empirer les maux. Il tente de voler un dernier souffle. Mais tu attends. Tu attends jusqu’à la dernière seconde. Tu vas le relâcher juste avant que ses yeux ne cessent de voir. Juste avant que son cerveau ne décide de s’éteindre pour ne plus supporter la douleur. Ton regard se fait de plus en plus inquiet, tu tends l’oreille du mieux que tu peux. Tu écoutes son cœur pour t’assurer qu’il ne lâche pas. Tu remarques son regard suppliant : tu comprends qu’il ne peut plus parler, qu’il est contraint à user seulement de son visage pour quémander ta pitié. Trois… Deux… Un… Tu relâches. Tu te dresses habillement sur tes deux jambes en regardant le garçon reprendre son souffle. Tu te tiens au-dessus de lui, les deux yeux humides, rouges. Tu observes Eden sans un mot. Puis, lorsqu’il semble reprendre ses esprits, tu lui tends ta main. Tu arbores un sourire rassurant, un vrai sourire. Pas un de ces faux sourires que tu utilisais pour éveiller sa colère. Tu veux qu’il comprenne que tu n’es pas l’ennemi. Le seul ennemi dans la pièce est son impulsivité. Et tu comptes bien lui faire comprendre qu’il doit s’en débarrasser.        
   
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
twelve
Féminin MESSAGES : 1123
INSCRIPTION : 15/06/2018
ÂGE : 26
CRÉDITS : twelve.

UNIVERS FÉTICHE : vie réelle, fantastique, sci-fi. Basiquement, j'suis ouverte à tout contexte qui me plaît.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1859-these-patterns-represen http://www.letempsdunrp.com/t1893-m-possession-ou-schizophrenie#35987
sansy twelve



Eden Harper
J'ai 24 ans et je vis à la Nouvelle Orléans, Louisiane. Dans la vie, je suis étudiant et je m'en sors moyen. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.




sam way ©️ HERESY.

Il souffrait énormément. Son corps tentait en vain de respirer, aucun air ne put combler ce manque. Il sentait qu’il n’allait pas tarder à partir loin, peut-être à juste s’évanouir, peut-être à mourir… Mais l’impression qu’il avait était que Rafael voulait le tuer. Il lutta le plus longtemps qu’il le put, il le suppliait même du regard, ses yeux pleuraient comme pour lui demander encore plus de l’épargner. Mais petit à petit, il sentit ses forces le quitter. Son corps cessa de se débattre, c’était à peine s’il avait la force de garder les yeux ouverts. De toute façon, son visage était la dernière chose qu’il voulait voir avant de rendre l’âme. Et alors qu’il allait laisser les ténèbres l’envahir, il sentit le poids de l’homme le quitter. Ses poumons reprirent enfin leurs fonctions vitales, Eden suffoqua un moment en se logeant tout contre le mur derrière lui, comme un enfant apeuré. Il n’osa qu’à peine regarder Rafael qui se tenait désormais devant lui à arborer un sourire bienveillant. Mais il n’avait aucune envie de prendre cette main qui, quelques secondes plus tôt, l’empêchait de se débattre. Il était borné, Eden. Quand il avait une idée derrière la tête, il ne l’avait pas autre part. Il resta alors assis contre le mur, sur le sol – décidément, c’était son dada, les sols – et plongea son visage entre ses genoux en se laissant aller. Borné, mais sensible. Il fallait l’excuser, il avait vraiment cru qu’il allait y passer. Et il ne voulait pas. Il n’avait aucune envie de partir avant sa mère, ce serait la pire chose qu’il pouvait lui donner. « P-pourquoi tu m’as fait ça ?... » dit-il de sa voix éraillée, voix qui démontrait son manque d’oxygène pendant tout ce temps. Qui démontrait aussi sa fatigue. Parce qu’Eden était épuisé, et toute cette agitation depuis hier soir faisait qu’il craquait complètement. Il n’arrivait même plus à se calmer, c’était impossible. Et l’homme en face de lui était toujours un inconnu à ses yeux. Pourtant ils avaient passé de nombreuses heures ensemble, mais pas en tant qu’amis. En tant qu’ennemis. Pourtant, Eden ne ressentait plus aucune colère. Il était simplement au bout de ses forces.
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
 
 
au clair de la lune. - Rafi&Eden
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 7Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant
 Sujets similaires
-
» Au clair de la lune un amour lupin [ Primrose et Josh]
» Au clair de la lune [Asuna]
» Au clair de la lune, mon ami Theo [PV]
» Au clair de la lune [Asuna Tutsiki]
» Au clair de la lune, mon amie maquerelle ~ [Abandonné]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers fantasy :: Surnaturel-
Sauter vers: