-33%
Le deal à ne pas rater :
-20€ sur les manettes PS4 DualShock 4
39.99 € 59.99 €
Voir le deal

Partagez
 
 
 

 you better run (promesse)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
SUNRISE
SUNRISE
Masculin MESSAGES : 3351
INSCRIPTION : 22/05/2017
ÂGE : 20
RÉGION : nouvelle-aquitaine.
CRÉDITS : tumblr.

UNIVERS FÉTICHE : fantastique, city, sms, all.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

http://www.letempsdunrp.com/t1097-get-back-on-track-kassie http://www.letempsdunrp.com/t1098-come-to-me-in-the-night-hours-kassie http://www.letempsdunrp.com/t1107-i-m-going-back-to-the-start-kassie
Johnny

you better run (promesse) Empty

Le contexte du RP
Mise en situation

La situation
Sonya et Louis. L'élève ne répond plus aux messages de son professeur, depuis qu'il a découvert son identité. Il sèche les cours de littérature pour la même raison. Cependant, il semblerait que cela ne plaise pas à son enseignante.

Contexte faisant suite à ce rp sms
Revenir en haut Aller en bas
 
SUNRISE
SUNRISE
Masculin MESSAGES : 3351
INSCRIPTION : 22/05/2017
ÂGE : 20
RÉGION : nouvelle-aquitaine.
CRÉDITS : tumblr.

UNIVERS FÉTICHE : fantastique, city, sms, all.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

http://www.letempsdunrp.com/t1097-get-back-on-track-kassie http://www.letempsdunrp.com/t1098-come-to-me-in-the-night-hours-kassie http://www.letempsdunrp.com/t1107-i-m-going-back-to-the-start-kassie
Johnny

you better run (promesse) Empty


Louis Carlier
J'ai 17 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis lycéen et je m'en sors plutôt bien, si l'on oublie la dégringolade dans mes notes. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien, même si ça commence à me travailler.

you better run (promesse) Tumblr_osw4vzNGPS1r1hz6jo10_250


henrik holm ©️ ilyria
Le regard rivé par-delà la fenêtre de la salle de classe, il n’écoute pas le monologue interminable de son professeur. Il observe la nature s’éveiller avec douceur. Le soleil se dresse avec timidité au-dessus des arbres. Dans ces derniers, les oiseaux se réveillent à leurs tours. Leurs piaillements lui parviennent alors qu’il se perd en contemplation. Certains moineaux prennent leur courage à deux ailes, et s’envolent vers l’horizon, laissant un nid vide derrière eux, suivant avec fierté leurs parents sur le ciel bleu pastel d’un printemps capricieux. Le jeune homme pousse un soupir, faisant tournoyer le stylo entre ses longs doigts fins. Le menton calé dans sa main, il profite de cette place au dernier rang pour s’évader un long moment. Il regrette déjà la décision d’avoir quitté son lit. Il regrette beaucoup de décisions, ces derniers temps. Le blondinet a cru un instant qu’il pouvait faire confiance à quelqu’un d’autre qu’à lui-même, qu’il pouvait livrer ses textes à une inconnue, se foutre parfaitement de son avis s’il ne lui plaisait pas, et effacer de ses contacts, mais il s’est avéré que l’inconnue n’en était pas une. Combien y avait-il de chance pour qu’il tombe, en tapant un faux numéro sur son téléphone, sur la messagerie de sa professeur de littérature ?

Un nouveau soupir glisse de ses fines lèvres roses, tandis qu’il se vautre davantage contre le dossier de sa chaise. Il tourne la tête vers le reste de la salle de classe qui prend en note chaque mot prononcé par le professeur d’histoire, alors qu’il ne cesse de répéter les mêmes choses depuis déjà deux cours. Cela lui ferait mal de l’admettre, mais les cours de littérature lui manque. Écouter la voix posée et douce de la grande brune lui faisait du bien. Désormais, rien n’est plus pareil. Il se sent trahis. Elle a voulu jouer avec lui, profiter de l’anonymat que prodiguait son téléphone portable pour une raison qu’il ignore. Sans doute aurait-il préféré ne jamais savoir comme elle connaissait son prénom. Doucement, Louis croise les bras sur sa table et vient y déposer sa tête pour fermer les yeux un moment. Pitié, que cette journée se termine aussi rapidement qu’elle a commencé.
Revenir en haut Aller en bas
 
.ASHES
.ASHES
Féminin MESSAGES : 1034
INSCRIPTION : 11/03/2018
ÂGE : 22
RÉGION : une région dans le sud de la france, un truc qui s'appelle l'aquitaine
CRÉDITS : prima luce

UNIVERS FÉTICHE : séries/films, du réel, du post apo, du drame, faites moi rêver **
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Donut

you better run (promesse) Empty


Sonya Payeur
J'ai 33 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis professeur en littérature et je m'en sors bien, quand je ne suis pas obligée de foutre des heures de colles. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt pas très bien.

you better run (promesse) Ee4e74addc404ef87e5cacf82340d9d8


zooey deschanel ©️ lux aeterna
T’as jamais jeté des coups d’œil aussi régulier à ton portable. T’as fais une erreur. T’as conscience qu’il ne répondra pas. Tu peux pas lui en vouloir. Quand t’as compris que c’était à lui, que t'avais à faire, t’as un peu paniqué. Échanger par texto avec son élève, c'était pas très déontologique. C’est quelque chose qui te vaudrait des regards noirs, si tes collègues venaient à l’apprendre. T’avais l’intention d’en finir avec ces échanges. Puis t’as eu une relance. T’as eu le malheur d ouvrir sa pièce jointe. Et ta décision était prise. T'avais très peu vu d’écriture comme celle-ci. T’avais quelques passionnés dans ta classe. Quelques copies qui valaient le coup d’œil. Mais jamais quelque chose à ce niveau là. T'avais saisi l'occasion. Peut être que tu pourrais le mener à te faire confiance. A revenir à tes cours. A se donner les moyens de réussir. T’avais pas été déçu, quand t'avais eu son premier devoir entre tes mains. Ce que t'étais en train de faire était doutable. Mais ça valait la peine. Ce gamin avait un talent de dingue.

Mais t'avais merdé. T'avais lâché cette information, et t'avais eu d’autre choix que d’admettre la vérité. Qui t'étais. T’avais plus eu aucune nouvelle. Aucun message. T'avais espéré le trouver à sa table, le matin même, pouvoir lui expliquer. Mais il n’était même pas venu. C’était toujours silence radio. Tu pouvais pas laisser la chose comme ça. Tu t'en foutais qu’il t'en veuille. C’est ce que tu méritais pour lui avoir menti. Ou du moins, pour avoir omis la vérité. Mais t'étais sérieuse à chaque fois que t'avais évoqué son avenir. Alors c’était ta priorité, de lui faire comprendre.

Tu frappes contre la porte, t'abaisses la poignée, et ton regard croise celui d’un de tes collègues, qui donne son cours. « Excuse-moi. J’aurais besoin de voir Louis deux minutes. » T'avais juste besoin de lui faire comprendre. Comprendre que son avenir était d’une importance capitale. Les regards se tournent vers toi. Puis vers lui. Tu regrettes d'attirer l’attention sur lui. Mais puisqu’il ne souhaitait plus venir à ton cours, fallait bien que tu trouves un moyen. Tu t'effaces de l’entrée, pour laisser ton collègue reprendre son cours dans l’attente du garçon. Tu t’es arrêtée plus loin dans le couloir, pour l’attendre. Et tu cherches tes mots. « Tu dois revenir en cours. » T'oses même pas croiser son regard alors que c’est toi, la prof. « Je peux faire en sorte que t’es une autre prof de littérature, si tu ne souhaites plus me voir. Mais t’as encore une chance d'obtenir ton année, Louis. » Tu veux qu’il réussisse. Parce que t'es sûre que ces mots griffonnés sur le papier, pourrait parler à plus d’un.
Revenir en haut Aller en bas
 
SUNRISE
SUNRISE
Masculin MESSAGES : 3351
INSCRIPTION : 22/05/2017
ÂGE : 20
RÉGION : nouvelle-aquitaine.
CRÉDITS : tumblr.

UNIVERS FÉTICHE : fantastique, city, sms, all.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

http://www.letempsdunrp.com/t1097-get-back-on-track-kassie http://www.letempsdunrp.com/t1098-come-to-me-in-the-night-hours-kassie http://www.letempsdunrp.com/t1107-i-m-going-back-to-the-start-kassie
Johnny

you better run (promesse) Empty


Louis Carlier
J'ai 17 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis lycéen et je m'en sors plutôt bien, si l'on oublie la dégringolade dans mes notes. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien, même si ça commence à me travailler.

you better run (promesse) Tumblr_osw4vzNGPS1r1hz6jo10_250


henrik holm ©️ ilyria
Tête reposant dans ses bras, il clôt les paupières et se laisse emporter par les contrées de son imaginaire. Il laisse l’odeur de ses propres doigts le guider vers un personnage tenant un bâton de nicotine entre le pouce et l’index. Le blond se l’imagine adossé à un arbre duquel s’envolent des oisillons torturés par la soif de découverte, l’envie de voir le monde. Le jeune garçon observe la pluie s’abattre sur la ville silencieuse, crachant par moment une douce fumée blanche occupant jusqu’alors une place dans ses poumons. Il observe l’eau se répandre sur le bitume, sur les brins d’herbe pliant sous le vent. Louis aimerait pouvoir être à sa place, plutôt qu’enfermer dans cette salle de classe, perdu dans la masse mouvant d’élèves, dans le brouhaha inconstant de son professeur inintéressant. Dans cette scène trouble, c’est lui qu’il imagine. C’est lui qu’il voit savourer le calme et le silence d’une cigarette. Dans ce rêve en noir et blanc. Un soupir s’échappe alors de ses fines lèvres roses. Il ne sait pas pourquoi il continue de venir. Il ignore pourquoi il persiste. Ici, il n’apprend rien. Ici, il perd son temps.

Louis perd son temps à ressasser son erreur. Louis gâche l’heure qu’il aurait pu utiliser pour écrire quelques mots. Louis continue de soupirer, parce que c’est la seule chose qu’il soit en mesure de faire. Il ne peut pas faire les cents pas, il ne peut pas fixer le plafond de sa chambre, il ne peut pas relire la conversation avec une inconnue – pas si inconnue que cela – avec un goût amer sur le bout de la langue. Le lycéen a été stupide de croire qu’il pouvait enfin trouver quelqu’un avec qui partager son goût de l’écriture et de la poésie. L’enfant a été trop naïf de croire qu’une femme anonyme puisse vouloir lui offrir un poste d’assistant à ses côtés simplement parce qu’il le lui avait demandé. Il aurait dû être plus méfiant. Être moins naïf.

Tandis que le professeur interrompt son cours après trois coup frappés à la porte, le blondinet, lui, ne relève même pas la tête. Sans doute est-ce un surveillant qui vient chercher la liste d’appel ? Seulement la voix qu’il entend résonner dans la salle de classe le fait frissonner. Son cœur bat la chamade. Alors il relève la tête lorsqu’il entend la brune prononcer son prénom. Les regards se tournent évidemment vers lui, et sa mâchoire crispée. Va-t-elle chercher à lui faire payer le prix de son silence ? Le jeune garçon se redresse de sa chaise inconfortable, attrape son cellulaire posé sur son bureau et se dirige vers la sortie sans un regard vers elle. Louis tire la porte derrière lui, se retrouvant enfermé avec elle dans le long couloir désert. Cette dernière prend la parole. Il ne dit rien pendant un long moment, préférant s’avancer vers la fenêtre pour contempler l’extérieur. Il réfléchit. Longues secondes. Tic-tac de l’horloge. Échos de la voix des professeurs. « Non. » Un simple non en suspens dans l’atmosphère. « C’était marrant de jouer ? C’était sympa de composer avec mes doutes et mes craintes ? » Il s’arrête pour passer la langue sur ses lèvres. « Qu’est-ce que tu me veux ? »
Revenir en haut Aller en bas
 
.ASHES
.ASHES
Féminin MESSAGES : 1034
INSCRIPTION : 11/03/2018
ÂGE : 22
RÉGION : une région dans le sud de la france, un truc qui s'appelle l'aquitaine
CRÉDITS : prima luce

UNIVERS FÉTICHE : séries/films, du réel, du post apo, du drame, faites moi rêver **
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Donut

you better run (promesse) Empty


Sonya Payeur
J'ai 33 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis professeur en littérature et je m'en sors bien, quand je ne suis pas obligée de foutre des heures de colles. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt pas très bien.

you better run (promesse) Ee4e74addc404ef87e5cacf82340d9d8


zooey deschanel ©️ lux aeterna
T’as fais une erreur, à te rapprocher de ce  gamin. T'espérais lui faire un électro choc. Pour qu’il se rende compte qu’il possède un véritable avenir. Mais ça t'a explosé à la figure. Parce que t’avais pas été assez prudente. Tu sais que ça aurait fini par arriver. T’aurais pas pu rester dans l’ombre très longtemps. Mais t'avais imaginé que ça prendrait d'avantage de temps. T'as été idiote, de balancer son prénom au milieu de la conversation. Sa professeure était censée le connaître. Pas son interlocutrice inconnue. T'aurais dû prendre garde. De toute façon, c'était inutile de regretter. Ça n’allait pas te permettre d'arranger la situation. C’est pas comme si t’avais cinq miles possibilités. T'avais pas eu, une seule réponse à tes messages. Il n’était pas plus apte à se rendre à ton cour. A croire qu’il t'évitait pour de bon. Compréhensible. Alors ton unique solution était de venir d’interrompre au milieu d’un cour. Autre que le tien. T'aimais pas devoir arriver là. Mais tu devais au moins t'expliquer avec lui. T'assurer que cette histoire ne prendrait pas des proportions qui vous dépasseraient, l’un comme l’autre. Tu t’retires dans le couloir, jusqu’à ce qu’il arrive. L’heure de cour est bien entamée. Vous ne devriez pas être dérangés par un retardataire de dernière minute. Alors, à peine la porte refermée derrière lui, t'engage la discussion. T’as un peu de stress. Chose que tu n’as pas connu depuis bien longtemps. Mais c’est une conversation importante. T'attends la réponse avec une certaine pression. Tu l'obliges pas à s'infliger tes cours. T'aimerais juste qu’il continue ce que vous avez entrepris de commencer ensemble. La réponse tombe comme une fatalité à tes oreilles. Non. Au moins, aucune place au doute. Aucune ouverture. Clair comme de l'eau de roche. « Je ne jouais pas, Louis. » T'as pas été honnête avec lui. Mais t’as pas joué. Tu dois au moins parvenir à lui faire comprendre ça. « C’est plus compliqué que ça. » Tu soupires. T'avais l’impression d’avoir réussi à créer quelque chose avec lui, à dialoguer avec cette facilité. Mais ça s'est brisé dès lors qu’il eu compris qui t'étais. «  Je ne t'ai jamais menti. » Tu dois au moins le rassurer à ce niveau là. L'amener à reprendre les cours, ça viendra après. Second objectif. « Oublie que je suis ta professeure, deux minutes. T'avais confiance en moi. C'était sincère. Ton travail est splendide, Louis. Ce n’est pas parce que tu as compris qui j’étais, que ça a changé. » T’as l'impression qu’il t'écoute pas plus que ça. Que ça n'a pas d’importance. Peu importe ce que tu pourras dire. « Je veux que tu reprennes les cours. Que tu rendes tes devoirs, comme c’était prévu. Ta place t'es toujours réservé, si t'obtiens ton diplôme. » Tu précises pas. Tu sais qu’il comprendra de quelle place tu parles. Tu soupires encore. « Si.. on recommençait à zéro ? » Tu t'essaies. Au risque de prendre une réflexion déplaisante. « T’as pas besoin d'associer Sonya, et Mme Payeur comme une même personne. ».
Revenir en haut Aller en bas
 
SUNRISE
SUNRISE
Masculin MESSAGES : 3351
INSCRIPTION : 22/05/2017
ÂGE : 20
RÉGION : nouvelle-aquitaine.
CRÉDITS : tumblr.

UNIVERS FÉTICHE : fantastique, city, sms, all.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

http://www.letempsdunrp.com/t1097-get-back-on-track-kassie http://www.letempsdunrp.com/t1098-come-to-me-in-the-night-hours-kassie http://www.letempsdunrp.com/t1107-i-m-going-back-to-the-start-kassie
Johnny

you better run (promesse) Empty


Louis Carlier
J'ai 17 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis lycéen et je m'en sors plutôt bien, si l'on oublie la dégringolade dans mes notes. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien, même si ça commence à me travailler.

you better run (promesse) Tumblr_osw4vzNGPS1r1hz6jo10_250


henrik holm ©️ ilyria
L’amertume, la rancœur, continue de glisser le long de sa gorge. Le jeune homme refuse de regarder son professeur une seule seconde, comme s’il craignait de n’y voir encore une fois que du mensonge, ou bien pire que cela, de l’amusement. La crainte que la femme se soit amusé avec lui est bien réelle. Il s’est dévoilé dans ses écrits. Il a révélé ses pensées les plus intimes avec ce qu’il pensait être une inconnue qui ne croiserait probablement jamais son chemin. Mais Louis, Louis s’est trompé. Combien y avait-il de chances, que par une simple erreur numérique, il contacte sa professeur de littérature ? La malchance semble avoir sonné à sa porte une fois de plus, comme si son quotidien lassant n’était pas suffisant pour l’enfoncer un peu plus dans cette monotonie insupportable. Dans sa tête, ses pensées affluent à une vitesse folle. Il se sent con. Très con.

Doucement, il avance jusqu’à la fenêtre, et pose ses mains sur le radiateur inactif qui lui fait face. Sa mâchoire se crispe. Cette mascarade était-elle véritablement nécessaire ? Son absence de messages n’avait-elle pas était suffisamment claire ? Tout ceci doit prendre fin. Dès maintenant. Il n’y a pas d’autres solutions. L’attention du lycéen semble se concentrer sur le paysage extérieur. Ses yeux dessinent les courbes de l’arbre, planté au centre de la cour, imprégnant son esprit de toutes ses imperfections pour qu’il puisse les balancer sur le papier lorsque ses écrits demanderont la vision d’un chêne probablement centenaire. Il préfère se concentrer sur la végétation, plutôt que sur le visage de Sonya. Il préfère se concentrer sur quelque chose qui ne sera pas susceptible de le troubler, de faire battre son cœur bien plus fort qu’il ne cogne déjà contre sa cage thoracique. « Plus compliqué que ça ? Vraiment ? » Un rire froid émane de sa bouche, alors que le jeune homme secoue la tête de gauche à droite. En quoi est-ce compliqué ? Il est le seul à s’être fait avoir dans cette histoire.

« J’avais confiance. L’emploi du passé est parfait. J’avais. Confiance. » Louis coince sa langue entre ses dents un instant, avant de la laisser pousser la peau de sa joue. Ses doigts resserrent leur emprise autour du radiateur, jusqu’au moment où il se décide enfin à lui faire face, s’approchant un peu plus de sa professeure. « Tu ne peux rien exiger de moi. Absolument rien. Tu as perdu ce droit. Je n’en ai plus rien à faire de cette place. Offre-la à quelqu’un d’autre. » Le blond lève les yeux vers la brune. « Il n’y a rien à recommencer. » Regard mauvais. C’est à lui-même, qu’il en veut. Il aurait dû faire plus attention. Il n’aurait pas dû livrer ses écrits à une inconnue. Il n’aurait pas dû continuer d’importuner la propriétaire de ce numéro de téléphone malgré l’ennui qui le tourmentait. « C’est pourtant la même personne. Je l’aurais su tôt ou tard. Je préfère autant que ce soit maintenant, avant que ce ne soit allé beaucoup plus loin. » Il déglutit. « Si c’est tout ce que tu as à me dire, j’ai un cours à suivre. »
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé


you better run (promesse) Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
 
you better run (promesse)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers réel :: Europe-
Sauter vers: