Partagez | 
 
 
 

 Paraît que l'amour, ça fait souffrir. Et même que, dès fois, ça peut tuer - WorseThings

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
avatar
cookie
Féminin MESSAGES : 205
INSCRIPTION : 12/03/2017
ÂGE : 25
RÉGION : Normandie
CRÉDITS : j'ai réalisé mon avatar moi-même

UNIVERS FÉTICHE : fantastique - city
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Flash


Le contexte du RP
Mise en situation

La situation
Dans le district 1, les amitiés sont rares, car pouvant s'avérer dangereuse au sein de l'arène. Pourtant, Emerald et Caleb sont amis, depuis de longues années. Cette attachement qu'ils ressentent l'un pour l'autre, ils ne parviennent pas à s'en débarrasser. Ils se soutiennent, s'entraident, se motivent, se rassurent.

Après une session d'entrainement destinée aux futurs tributs des Hunger Games, ils se retrouvent, comme bien souvent, sur le toit du centre d'entrainement.

Contexte dérivé du sujet de groupe sur les Hunger Games
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
cookie
Féminin MESSAGES : 205
INSCRIPTION : 12/03/2017
ÂGE : 25
RÉGION : Normandie
CRÉDITS : j'ai réalisé mon avatar moi-même

UNIVERS FÉTICHE : fantastique - city
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Flash



Caleb
Whisper

J'ai 17 ans et je vis à District 1, Panem. Dans la vie, je suis futur créateur de parfum et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire mais amoureux et je le vis plutôt pas bien.

Informations supplémentaires ici.


Taron Egerton ©️ CANDY APPEL


L’épée tomba au sol dans un bruit fracassant, et Caleb plaça la pointe de sa propre arme contre la trachée de son adversaire.

« Très bien ! lança le coach en tapant des mains, marquant la fin du combat. Whisper, félicitations. Harper, tu es mort. Concentre-toi d’avantage, la prochaine fois. Dans l’arène, tu te serais fait décapiter. »

Caleb laissa tomber son épée et, sans un regard de plus pour son camarade, se détourna, quittant la zone d’entrainement.

« Bien, vous pouvez rentrer chez vous. Soyez à l’heure demain, on commencera par revoir quelques techniques de survie. »

Caleb alla ranger son épée avant de rejoindre ses camarades qui, placés autour de la zone d’entrainement, venaient d’assister au combat. Ce samedi, comme tous ceux de chaque semaine, les jeunes susceptibles d’être appelés aux Hunger Games pouvaient participer à des sessions spéciales, destinées à les entrainer au combat, ainsi qu’à la survie, et à tout ce qui pourrait leur servir à l’intérieur de l’arène. C’était ainsi. Les tributs du district 1, malgré tout le raffinement de leurs productions luxueuses, étaient des tributs de carrières, entraînés à tuer depuis leur plus jeune âge.

Parmi les jeunes qui se levaient, commentant la série de combats à laquelle ils venaient d’assister et de participer, Caleb repéra Emerald, qu’il rejoignit en quelques pas, torse bombé et sourire en coin, fier de sa victoire.

« J’ai gagné, clama-t-il. Tu me dois un soda ! »

Comme à chaque session de combats, Emerald et Caleb avaient parié sur la victoire de l’un ou de l’autre, trouvant le prétexte parfait pour retarder leur départ du centre d’entrainement.

« Je vais me doucher. Tu me rejoins là-haut ? »

Il glissa un clin d’œil à la jeune fille, avant de disparaitre vers les vestiaires. Emerald était l’une des rares personnes avec qui Caleb acceptait d’échanger plus de trois mots. Il savait, pourtant, depuis le début de leur amitié, que cet attachement qu’il avait pour elle était néfaste, et pouvait même devenir dangereusement mortel dans l’arène. Pourtant, lui qui suivait si bien les règles imposées par son père, avait trouvé un tas d’excuse pour oublier celle-ci, la plus convaincante étant que, sur le nombre de jeunes susceptibles d’être tirés au sort pour les Hunger Games, combien de chances y avait-il pour qu’ils soient tirés au sort en même temps ? La même année ? De toute façon, plus personne n’était tiré au sort, dans le district 1. Les jeunes se portaient volontaires et c’était très bien ainsi.

Caleb prit une douche rapide, se changea et attendit que ses camarades quittent le vestiaire. Il ne les suivi pas vers la sortie du bâtiment mais, discrètement, se glissa par une porte censée être fermée à clé et donnant sur un escalier de service menant sur le toit. Il avait découvert, un jour, que cette porte était en réalité toujours ouverte, malgré l’énorme panneau en interdisant l’accès. Depuis, il avait fait du toit du centre d’entrainement, un repaire secret pour Emerald et lui. Ils s’y retrouvaient régulièrement, une fois la session terminée, pour partager un paquet de biscuit ou un soda acheté à prix d’or.

Emerald n’était pas encore arrivée. Caleb alla s’asseoir au bord du toit, les jambes pendant dans le vide, le regard perdu vers le ciel. Il n’avait aucune envie de rentrer chez lui, comme toujours. Il supportait de moins en moins l’ambiance militaire que son père imposait à la maison. Il supportait de moins en moins les reproches, les entrainements toujours plus intenses et plus éreintants, la pression perpétuelle.

Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Tulipe
Féminin MESSAGES : 461
INSCRIPTION : 23/04/2018
RÉGION : Auvergne/Québec
CRÉDITS : Icone : lonewolf ; gif : thelionprincess.

UNIVERS FÉTICHE : Réel, Harry Potter, et autres suivant l'inspiration
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1544-merci-de-m-avoir-mis-cette-cha http://www.letempsdunrp.com/t1559-d-aventures-en-aventures http://www.letempsdunrp.com/t1650-les-gens-passent
Pigeon



Emerald Oswald
J'ai 16 ans et je vis à District 1, Panem. Dans la vie, je suis fille de bijoutière et carrière et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire mais grâce à ma malchance, je suis amoureuse et je le vis plutôt pas bien.


Jennie Kim ©️ The Riddler


Emerald regardait avec attention Caleb qui s'entraînait. Ils avaient tout de même parié un soda sur l'issue de son combat.
Les épées cognaient l'une contre l'autre dans un bruit métallique bien caractéristique. Autour d'elle, d'autres carrières chuchotaient entre eux, observaient leur pairs ou bien s'entraînaient. Tous, y compris elle-même, partageaient la même détermination. Devenir plus fort, devenir le meilleur pour, un jour, participer aux jeux et les gagner. Enfin, tout le monde ne pouvait pas participer, mais tout le monde se préparait dans ce but.

Le bruit du choc d'une lame tombée au sol retentit dans toute la salle. Les regards se tournèrent vers Caleb qui avait réussi à amener la pointe de son épée jusque sous le menton de son adversaire. Emerald applaudit brièvement tandis que l'entraîneur félicitait le gagnant et réprimandait le perdant. Puis, elle regarda son ami venir vers elle, un sourire victorieux illuminant son visage et rehaussant ses pommettes rougies par l'effort.

« J’ai gagné, tu me dois un soda !
- Ouais, la prochaine j'éviterai de faire des paris quand Harper est dans le combat. Son niveau est catastrophique, ça augmente considérablement tes chances, grogna-t-elle pour la forme. »

En fait, Louis Harper n'était pas un si mauvais carrière qu'elle le prétendait. Et même, Caleb avait objectivement bien combattu. Mais la jeune fille était loin d'être objective quand il s'agissait de son ami. Son ami. Un concept qui, dans le district 1, n'était pas censé exister chez les personnes de moins de dix-neuf ans. Quand, tout les ans, n'importe qui pouvait se rendre dans l'arène et éventuellement mourir, mieux valait avoir ni alliés ni ennemis, mais être accompagné de sa solitude et sa détermination. Malgré tout, Emerald n'avait pas pu s'empêcher de s'attacher à lui. Son seul regard l'hypnotisait.

« Je vais me doucher. Tu me rejoins là-haut ? demanda-t-il.
- Bien sûr ! »

Et elle répondit à son clin d’œil complice avec un petit sourire. Ça lui laissait quelques minutes pour trouver le fameux soda... heureusement, elle savait exactement où aller.
Elle se dirigea vers les casiers du bâtiment, ouvrit le sien et y récupéra dans une bourse en feutre quelques pièces d'or ainsi qu'une bague en argent. Le tout devrait faire l'affaire. Elle referma la porte d'un coup sec et sortit finalement dans la rue. Elle huma un instant les odeurs de nourriture qui s'échappaient d'un petit restaurant à quelques portes de l'endroit où elle se trouvait. Puis, elle se dirigea droit devant, emprunta une petite rue sur la droite et frappa finalement à la porte du vendeur.

« Oui ? C'est pour quoi ?, demanda l'homme en ouvrant sa fenêtre. Puis, rapidement, il l'a reconnue. Ah c'est toi, la fille Oswald. Qu'est-ce que tu veux aujourd'hui ? J'ai trois sortes de soda, plus deux de biscuits.
- C'est quoi tes sodas ?
- Hmm, pomme, citron ou gingembre.
- Gingembre, choisit-elle sans hésitation.
- Ça marche ! »

Il rentra dans sa boutique pour aller chercher la fameuse boisson, puis lui demanda paiement. Elle lui donna la monnaie qu'elle avait récupérée un peu plus tôt et attrapa le soda.

Elle courut su le chemin de retour vers le camp d'entraînement, afin de ne pas faire trop attendre son ami. Bientôt, elle avait rejoint leur escalier secret. Après avoir fait attention que personne ne la suivait, elle monta les marches deux par deux et arriva sur le toit. Caleb était assis non loin de là, les jambes pendant dans le vide, les cheveux volant au vent. Même comme ça, de dos, elle le trouvait beau. Alors elle s'arrêta un instant pour le détailler, avant de le rejoindre finalement.

« Tiens, dit-elle en lui tendant la cannette. »

Mais avant qu'il puisse l'attraper, elle la tira de nouveau vers elle, et fit non avec son doigt.

« Je te la donne que si tu partages, monsieur le gagnant ! »

Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
cookie
Féminin MESSAGES : 205
INSCRIPTION : 12/03/2017
ÂGE : 25
RÉGION : Normandie
CRÉDITS : j'ai réalisé mon avatar moi-même

UNIVERS FÉTICHE : fantastique - city
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Flash



Caleb
Whisper

J'ai 17 ans et je vis à District 1, Panem. Dans la vie, je suis futur créateur de parfum et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire mais amoureux et je le vis plutôt pas bien.

Informations supplémentaires ici.


Taron Egerton ©️ CANDY APPEL

Caleb était tellement perdu dans ses pensées qu’il n’avait même pas entendu son amie revenir. Son esprit vagabondait, comme bien souvent, imaginant un monde où ils ne seraient pas obligés de s’entraîner sans cesse pour espérer survivre à des jeux malsains créés dans le seul but de satisfaire la perversion du capitole et d’imposer sa puissance face aux districts. Il imaginait un monde dans lequel sa seule préoccupation serait de préparer son avenir professionnel tout en profitant de sa jeunesse. Un monde où l’amitié ne serait pas vu comme risquée, si dangereuse qu’elle était bien souvent déconseillée. Un monde où, la première question que l’on se poserait lorsqu’on tomberait amoureux ne serait pas : Et si nous nous retrouvons tous les deux dans l’arène ?

Mais ce monde n’existait pas, n’existait plus. Alors, il fallait bien mettre toutes les chances de son côté. C’est ce que son père lui répétait sans cesse. Pas de place pour l’amusement, pour le repos, pour l’oisiveté ou pour le sentimentalisme. Il fallait s’entraîner, encore et encore, devenir un peu plus fort chaque jour. Parce que, dans l’arène, la force ferait la différence. Mais pas seulement. Le mental, la réflexion, l’intelligence, le bon sens … Il fallait un peu de tout ça, pour espérer survivre. Mais même avec tout ça … la vérité, c’est qu’un seul des gosses sortait vivant de ces jeux. Un seul. Il fallait simplement espérer ne pas tomber sur plus fort que soi.

Il fut finalement tiré de ses pensées par Emerald qui s’était approché de lui. Elle s’installa à ses côtés, lui tendant une canette. Caleb remarqua l’étiquette sans difficulté. Gingembre … Un sourire vint réveiller son visage assombrit par les pensées noires. Il adorait le gingembre.

Il tendit son bras pour attraper la canette, son sésame, sa récompense amplement méritée, mais Emerald ne coupa dans son élan, ramenant la canette vers elle.

« Je te la donne que si tu partages, monsieur le gagnant ! » Négocia-t-elle, un sourire espiègle aux lèvres.

Comment refuser ?

Elle était là, son doux visage animé d’un air malicieux, ses yeux pétillants, lançant une invitation joueuse, ses cheveux lentement soulevés par le vent frais. Elle était belle, Emerald.

« Que je partage ? Répliqua-t-il tout de même, pour la forme. Désolé, mais je ne partage qu’avec les jolies filles ! »

Il lui lança un regard amusé et se décala légèrement, tendant le bras, essayant de récupérer la canette de force, en évitant toutefois d’aller s’écraser trois étages plus bas. Enfin, sa main se referma sur l’objet tant convoité et, usant de quelques chatouilles d’une lâcheté absolue, Caleb finit par arracher la canette des mains de son amie. Il leva le bras, plaçant la boisson hors d’atteinte.

« Tatata … c’est à moi, je l’ai gagnée ! Tu es vraiment mauvaise joueuse, c’est pas croyable. »

Et, devant le regard envieux de son amie, il ouvrit la canette et en avala une grande lampée

« C’est  vraiment délicieux, la nargua-t-il, sourire en coin. C’est dommage que tu ne puisses pas en profiter. »

Il éclata de rire, laissa une nouvelle fois son regard se perdre dans le regard de son amie.

Touché.

« Bon, ça va, t’as gagné, soupira-t-il. Mais t’as pas intérêt à tout boire. »

Il lui tendit finalement la boisson. Comme d’habitude. Ils finissaient toujours pas tout partager, de toute façon.


Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Tulipe
Féminin MESSAGES : 461
INSCRIPTION : 23/04/2018
RÉGION : Auvergne/Québec
CRÉDITS : Icone : lonewolf ; gif : thelionprincess.

UNIVERS FÉTICHE : Réel, Harry Potter, et autres suivant l'inspiration
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1544-merci-de-m-avoir-mis-cette-cha http://www.letempsdunrp.com/t1559-d-aventures-en-aventures http://www.letempsdunrp.com/t1650-les-gens-passent
Pigeon



Emerald Oswald
J'ai 16 ans et je vis à District 1, Panem. Dans la vie, je suis fille de bijoutière et carrière et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire mais grâce à ma malchance, je suis amoureuse et je le vis plutôt pas bien.


Jennie Kim ©️ The Riddler

« Que je partage ? Désolé, mais je ne partage qu’avec les jolies filles ! »

Le visage d'Emerald prit un air consterné, de circonstance. Comment osait-il insinuer qu'elle était moche ? Il n'avait pas le droit ! Peu importait son physique, en fait, il était son ami et c'était donc son devoir de la complimenter.
Elle n'allait pas lui donner la canette si facilement, maintenant qu'il l'avait insultée ! Du moins, c'est ce qu'elle aurait voulu. Mais le lâche la chatouilla sur le ventre, son plus grand point faible. Elle éclata de rire en se remuant.

« Arrête ! Arrête, arrête ! »

Dès qu'il eut attrapé sa précieuse récompense, il stoppa son attaque. Alors, il but une longue gorgée de boisson, sans la quitter des yeux un seul instant. Il tentait sûrement de la rendre jalouse – et oui, ça marchait.

« C’est vraiment délicieux, enfonça-t-il. C’est dommage que tu ne puisses pas en profiter.
- Je m'en fous, je n'aime pas le gingembre ! »

C'était faux, et ils le savaient tous les deux. Mais pour Emerald, il était hors de question qu'elle admette l'envier. Alors elle croisa les bras et lui lança un regard noir, digne d'une bouderie d'enfant. Après tout, elle avait beau s'entraîner à combattre tous les jours, elle n'en restait pas moins une adolescente d'à peine seize ans.

Il éclata de rire en la voyant dans cette position. Du coup, elle se dérida un peu aussi et laissa ses bras retomber le long de son corps et son regard s'adoucir. Peut-être pour cette raison, il laissa lui aussi tomber leur prétendue querelle et lui tendit la canette. Elle but une petite gorgée avec plaisir, avant de lui redonner.

Ils restèrent là un moment, les jambes dans le vide, à siroter leur boisson, sans trop parler. Pour le moment, il n'y avait rien à dire, le silence leur suffisait. Ils pensaient tous les deux la même chose, en boucle. Les jeux. C'était leur principale préoccupation, à tous les jeunes entre douze et dix-huit ans. Pas besoin de se parler pour le dire, ils le savaient tous.

« Dis... »

Elle avait décidé de briser le silence quand même, parce qu'elle devait savoir.

« Ça va chez toi ? »

Elle le sentit tressaillir en entendant la question. Ce n'était pas un sujet facile, et il en parlait vraiment très peu. Mais elle ne pouvait s'empêcher de lui demander, de vérifier que la situation n'avait pas empiré.


Anciennement WorseThings.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
cookie
Féminin MESSAGES : 205
INSCRIPTION : 12/03/2017
ÂGE : 25
RÉGION : Normandie
CRÉDITS : j'ai réalisé mon avatar moi-même

UNIVERS FÉTICHE : fantastique - city
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Flash



Caleb
Whisper

J'ai 17 ans et je vis à District 1, Panem. Dans la vie, je suis futur créateur de parfum et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire mais amoureux et je le vis plutôt pas bien.

Informations supplémentaires ici.


Taron Egerton ©️ CANDY APPEL

Ces moments de silence étaient plutôt fréquents, chez les deux amis. Il faut dire que les sujets de conversations étaient plutôt limités. Il n’y avait pas grand-chose, dans leur vie. L’école, dont ils n’avaient pas souvent envie de parler, la famille, sujet que Caleb évitait comme la peste. Et les jeux. C’était ce qui occupait leur esprit, la plupart du temps. Lorsque la moisson approchait, chacun se demandait qui aurait le privilège de représenter le district, cette année. Puis les jeux commençaient et, comme tous les autres habitants de Panem, ils suivaient les aventures des tributs avec assiduité. Ils en profitaient pour commenter, analyser, apprendre des erreurs des autres. Et enfin, lorsque le vainqueur se démarquait, ils reprenaient tous l’entrainement avec plus d’ardeur. Pour être à la hauteur. Ils vivaient pour les jeux. Seulement, ça n’était pas le sujet de conversation le plus gai qu’il soit. Ils n’étaient pas stupides. Ils savaient qu’ils avaient plus de chance que certains autres tributs, moins préparés. Mais ils savaient aussi qu’il ne pouvait y avoir qu’un seul et unique vainqueur et que les chances de vivre étaient beaucoup moins importantes que le risque d’y laisser sa vie. Ils disaient tous être prêts pour ça. Ils mentaient. On n’est jamais prêt, à 17 ans, à abandonner sa vie simplement dans le but de divertir quelques privilégiés.

« Dis … »

Emerald rompit le silence. Elle avait cette voix grave qu’elle prenait lorsque le sujet qu’elle s’apprêtait à évoquer était du genre sérieux. Caleb détacha son regard des nuages dans le ciel pour poser ses yeux sur son amie.

« Ça va chez toi ? » osa-t-elle demander, une certaine retenue dans la voix.

Elle savait qu’elle s’aventurait sur un terrain glissant.
Caleb détourna le regard.

Non. Ça n’allait pas.

Son père devenait de plus en plus exigeant, à mesure que Caleb grandissait. Il le savait, à dix-sept ans, Caleb n’avait plus que deux chances de participer aux jeux. L’échéance approchait. Il fallait qu’il soit prêt. Seulement, le jeune homme supportait de moins en moins la pression. Son père avait une méthode bien à lui pour entraîner son fils. Il n’hésitait pas à le rabaisser, encore et encore, persuadé que ce n’était qu’ainsi qu’il tirerait le meilleur du garçon. Caleb n’était jamais à la hauteur. Comment aurait-il pu l’être ? Comment pouvait-il supporter ces entrainements quotidiens, qui se rajoutaient à ceux qu’il subissait déjà lors des sessions organisées par le district ? Comment faire aussi bien que ce grand vainqueur des jeux, qui croyait tout connaitre et tout maîtriser ? Si seulement il avait eu sa mère sur qui se reposer. Mais depuis les douze ans de Caleb, elle s’était totalement détachée de son fils. Caleb la soupçonnait d’être si terrifiée à l’idée de le perdre qu’elle préférait déjà l’oublier.

Il haussa les épaules, mâchoires serrées.

« Ça va. » mentit-il, conscient qu’Emerald ne se laisserait pas duper. Elle savait très bien quel genre d’ambiance régnait chez les Whisper.

« Mon père va encore gueuler quand je vais rentrer, parce que je serais en retard pour m’entraîner. Mais ça, c’est la routine. »

Il réussit à offrir un petit sourire à Emerald, tentant de faire comme si tout ça ne l’atteignait pas. N’était-ce pas ce qu’on lui apprenait ? Ne pas se laisser atteindre par quoi que ce soit. Rester concentré sur la victoire et sur rien d’autre. Seulement, ça n’était pas si facile. Malgré tous leurs entraînements, ils n’étaient pas des soldats, encore moins des robots. Ils restaient des gosses.

« Et toi, demanda-t-il, tentant de détourner la conversation, comment va ton père ? »

Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
 
 
Paraît que l'amour, ça fait souffrir. Et même que, dès fois, ça peut tuer - WorseThings
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Faites l'amour pas la guerre ! Non pas l'amour, ça fait des gosses : sa crient, sa puent, faites des crêpes ! C'est bon les crêpes !
» Faites l'amour pas la guerre. Enfin non faites pas l'amour ça fait des gosses, ça crie, c'est chiant. Faîtes des crêpes, c'est bon les crêpes.
» – J'ai fait la cour à des murènes, j'ai fait l'amour, j'ai fait le mort. » (ALTAIR)
» Evolutionde Cizayox aléatoire...
» Sois mon ennemi, au nom de l'amitié [Eris] - Terminé

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers science-fiction :: Survival/Apocalyptique-
Sauter vers: