Partagez | 
 
 
 

 Un coeur pour Spencer

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
avatar
Tulipe
Féminin MESSAGES : 461
INSCRIPTION : 23/04/2018
RÉGION : Auvergne/Québec
CRÉDITS : Icone : lonewolf ; gif : thelionprincess.

UNIVERS FÉTICHE : Réel, Harry Potter, et autres suivant l'inspiration
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1544-merci-de-m-avoir-mis-cette-cha http://www.letempsdunrp.com/t1559-d-aventures-en-aventures http://www.letempsdunrp.com/t1650-les-gens-passent
Pigeon


Le contexte du RP
Mise en situation

La situation
Il y a quelque temps, le Dr Spencer Reid et sa collègue Emily Prentiss sont allés aider Priam, agent d'Interpol, sur une enquête en Europe. Spencer et Priam ont vécu une rencontre forte et se sont liés très vite. Ils ont entretenus par la suite une relation épistolaire soutenue au départ mais qui est morte petit à petit. Aujourd'hui c'est Priam qui vient aider l'équipe du BAU avec une enquête.

L'action se déroule en mai 2018, à Chicago.

Contexte provenant de cette recherche
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Tulipe
Féminin MESSAGES : 461
INSCRIPTION : 23/04/2018
RÉGION : Auvergne/Québec
CRÉDITS : Icone : lonewolf ; gif : thelionprincess.

UNIVERS FÉTICHE : Réel, Harry Potter, et autres suivant l'inspiration
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1544-merci-de-m-avoir-mis-cette-cha http://www.letempsdunrp.com/t1559-d-aventures-en-aventures http://www.letempsdunrp.com/t1650-les-gens-passent
Pigeon



Dr. Spencer Reid
J'ai 28 ans et je vis à Quantico, USA. Dans la vie, je suis agent spécial du FBI, dans l'Unité d'Analyse Comportementale et je m'en sors bien. Sinon, grâce à mon métier et ses horaires impossibles -- à moins que ce ne soit grâce à ma maladresse sociale, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Un QI de 187, une vitesse de lecture de 20 000 mots par minute, 2 licences en poche ainsi que 3 doctorats... Ah et j'ai aussi une mémoire eidétique. Je suis plutôt spécial.
Quand j'ai rencontré Priam, je ne pensais pas pouvoir me lier aussi profondément avec quelqu'un. Mais lui et moi avons une peur en commun : celle de devenir malade mentalement, comme un de nos parents.
Schizophrénie paranoïaque ou trouble bipolaire qui réside peut-être, endormi dans notre ADN.


Matthew Gray Gubler ©️ Shiya


Je n'arrive pas à croire qu'il est là, devant moi. Priam. Il n'a pas changé. Il a toujours son sourire charmeur qui semble directement adressé à moi. Il a toujours son regard pétillant plein de vie. Le revoir fait remonter à la surface de ma mémoire toutes les lettres qu'on s'est écrites. J'en connais chacun des mots par cœur, ils sont gravés en moi.
Je me souviens des croquis et des photos qu'il glissait dans ses enveloppes, et des énigmes que je lui envoyais en retour. Je me souviens d'avoir observé, impuissant, le motif mathématique qui émergeait de nos temps de réponse. De plus en plus grands. Une suite d'entiers strictement croissante qui tendait vers l'infini, vers ce jour où on ne se répondrait plus. Trop occupés, trop tourmentés, trop lassés. Pas assez impliqués.
C'est lui qui a écrit la dernière lettre. C'est moi qui n'ai pas répondu. J'ai voulu provoquer l'inéluctable avant l'heure, j'ai brisé l'équation. Il doit sûrement m'en vouloir, mais je lui en veux un peu aussi. Lui aussi, il aurait pu faire quelque chose. Quoi ? Je ne sais pas. Mais quelque chose.

Je lui tourne le dos, effaçant machinalement le tableau qui me fait face et tentant d’endiguer le flot de sentiments qui monte en moi. Colère, surprise, excitation, tristesse, jalousie, joie, nostalgie... Tous se mélangent et je ne sais pas bien comment les gérer. Je retrouve un ami perdu, mais pour combien de temps ? Juste quelques jours, avant qu'il s'envole à nouveau pour son vieux continent et que je n'entende plus parler de lui pendant encore trop longtemps.
J'inspire un grand coup et je prends la parole, toujours de dos, montrant du doigt les diverses photos de crime pour soutenir mon exposé.

« Victime numéro 1, Vicky Brian, blanche, 33 ans, mariée et femme au foyer. Elle, son fils de 3 ans et son mari de 34 ans ont tous été retrouvés morts dans leur appartement il y a une semaine. Une seule balle dans le front. Les corps disposés en forme de croix, les bras étalés. Le fils et le mari avaient de plus la tête penchée sur le côté.
Victime numéro 2, Daniel Peter, blanc lui aussi, 40 ans, employé de bureau et célibataire, retrouvé mort dans son appartement il a trois jours. Encore une fois, une balle dans le front, une exécution, et le corps en forme de croix.
Victime numéro 3, Amanda Reynolds, blanche, 35 ans, secrétaire et en couple. Retrouvée comme les autres, hier seulement, dans son appartement, même M.O.* et même signature. Son petit ami était absent pour un séminaire, il a déjà été interrogé.
»

Je reprends mon souffle et me retourne finalement face à lui pour lui poser une question.

« Je crois que tu peux nous en dire plus sur nos victimes ? »

En écoutant sa réponse, j'essaye de me calmer et de rester professionnel. Je décide de faire semblant de ne pas le connaître, faire semblant d'avoir oublié tout ce qu'il s'est passé depuis notre rencontre en Europe, juste pour résoudre cette enquête. Comme ça, pas d'ambiguïté, pas de sentiments, pas de problème.





*:
 

Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Canis Major
MESSAGES : 1867
INSCRIPTION : 21/11/2017
ÂGE : 25
CRÉDITS : tumblr (av.) AILAHOZ (profil)

UNIVERS FÉTICHE : Harry Potter et les séries en général <3
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1683-m-hp-love-never-dies http://www.letempsdunrp.com/t1594-moriarty-adventure-of-a-lifetime#26362 http://www.letempsdunrp.com/t1635-moriarty-can-you-paint-with-all-the-colors-of-the-wind#27121
Lou



Priam Delauney
J'ai 26 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis un agent d'INTERPOL et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à mon travail trop prenant, je suis célibataire et je le vis plutôt tranquillement.




pierre niney ©️deambule
Le voyage a été plus long que ce que tu avais prévu. Une impatience certaine s’est emparée de toi quand l’idée de recroiser la route de Spencer s’est imposé à ton esprit. C’est une sensation étrange, mais pas désagréable. Tu n’as pas eu l’occasion de voir le Dr Reed depuis ce qui te semble être une éternité - s’il était près de toi, il te sortirait le temps exact depuis la dernière fois où vous vous êtes vu en insistant sur le fait qu’une éternité ce n’est pas du tout ça - cette idée te fait déjà sourire. Tu es impatient de le retrouver. Tu ne sais pas vraiment à quoi t’attendre de ces retrouvailles, mais tu as tout de même hâte. À ton arrivée à l’aéroport, c’est Emily qui vient te chercher. Vous êtes des collègues et tu la soupçonnes d’être la raison pour laquelle tu es là. D’autres que toi aurait pu venir en aide à son équipe, mais c’est toi qu’on a choisi. Tu ne vas pas t’en plaindre. Tu n’as pas eu l’occasion de mettre les pieds sur le sol américain depuis très longtemps. Ça te changera de l’Europe. Surtout que cette affaire, tu la suis depuis un moment.

Tu as eu le droit à un bref topo dans la voiture, mais Emily t’explique que tu en apprendras plus une fois avec le reste de l’équipe. Vous échangez quelques banalités. La conversation dévie sur ta vie amoureuse. Elle veut savoir si tu es avec quelqu’un. Tu ne cherches même pas à cacher la misère de ta vie amoureuse. Tu n’as pas vraiment le temps de te soucier de ça, de toute façon. La nouvelle semble la ravir et tu te demandes si tu dois prendre ça positivement ou non. Tu décides de ne pas y prêter attention. Tu retrouves le reste de l’équipe. Ils te saluent. Ils semblent contents de te retrouver après tout ce temps. Ça fait chaud au coeur, même si tu aurais préféré que ces « retrouvailles » se passent dans un moment différent. Parfois, tu te lasses de voir que ta vie tournent exclusivement autour d’horreurs. Un sourire radieux s’accroche à tes lèvres rosées quand tu croises le visage familier de Spencer. Il y a quelque chose qui fait s’emballer ton petit coeur, mais tu sais rester professionnel et affiche une mine de circonstance. Le souvenir de ta dernière lettre sans réponse te revient en mémoire et cette fois-ci, c’est un pincement que tu as au coeur. Tu peux comprendre qu’il est fini par se lasser. Tu ne pouvais pas lui écrire aussi souvent que tu le souhaitais. Pas le temps de te poser assez longtemps pour lui offrir une missive digne de ce nom, alors tu as préféré t’abstenir et Spencer s’est lassé, te laissant sans nouvelles. Tu l’avais attendu cette lettre, tu n’as peut-être pas un cerveau digne d’une calculatrice comme lui, mais tu t’étais bien rendu compte de son temps moyen de réponse et pendant des semaines, tu avais espéré découvrir son écriture bien particulière au détour d’une facture ou d’une publicité glissées dans ta boite aux lettres. Rien. Tu as essayé de lui trouver des excuses, mais au final t’en es resté un peu amer.

Surtout qu’après ça, il ne t’adresse même pas un regard. Il te tourne le dos. Tu te renfrognes. Sérieusement, Reed ? tu te concentres sur ce qu’il raconte, non sans être un peu vexé. Tu ne t’attendais pas à ce qu’il te saute au cou non plus, mais un sourire n’aurait pas été de trop. Il te parle d’horreur. Sa voix ne tremble pas. Il a l’habitude. C’est peut-être ça le plus horrible là-dedans, ne plus se rendre compte de ce que l’on rencontre tous les jours. Il expose les cas qu’ils ont recensé. T’écoutes attentivement. Tu aimes le son de sa voix, même si tu préférerais l’entendre te susurrer des mots doux, plutôt que de te parler de cadavres, mais on a pas toujours ce que l’on veut dans la vie. Il s’arrête de parler et se tourne vers toi. Il fait comme s’il ne te connaissait pas et ton égo en prend un nouveau coup. Tu ne comprends pas à quoi il joue. Tu jettes un regard à Emily et préfère te concentrer ailleurs. « Effectivement. Il semblerait que votre homme cherche à attirer l’attention d’interpol. Toutes les victimes ont un lien avec notre organisation. » seulement, tu continues à chercher pourquoi. « Il semblerait qu’il ait déjà tenté sa chance de l’autre côté de l’Atlantique, il a fait 4 victimes et a disparu des écrans radars. » tu regardes les images sur le tableau « C’est d’ailleurs l’une des raisons de ma présence ici. On craint qu’il disparaisse aussi après une quatrième victime. On ne peut pas laisser ça arriver. » C’est l’un des ordres que l’on t’a donné avant de partir. L’arrêter avant qu’il ne s’évanouisse dans la nature. Tu penses que cette histoire est plus complique qu’elle en à l’air, que tes supérieurs ne t’ont pas tout dis. Ce n’est que l’arbre qui cache la forêt. Un seul pauvre arbre.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Tulipe
Féminin MESSAGES : 461
INSCRIPTION : 23/04/2018
RÉGION : Auvergne/Québec
CRÉDITS : Icone : lonewolf ; gif : thelionprincess.

UNIVERS FÉTICHE : Réel, Harry Potter, et autres suivant l'inspiration
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1544-merci-de-m-avoir-mis-cette-cha http://www.letempsdunrp.com/t1559-d-aventures-en-aventures http://www.letempsdunrp.com/t1650-les-gens-passent
Pigeon



Dr. Spencer Reid
J'ai 28 ans et je vis à Quantico, USA. Dans la vie, je suis agent spécial du FBI, dans l'Unité d'Analyse Comportementale et je m'en sors bien. Sinon, grâce à mon métier et ses horaires impossibles -- à moins que ce ne soit grâce à ma maladresse sociale, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.





Matthew Gray Gubler ©️ Shiya
J'ai décidé d'oublier mes sentiments contraires pour aujourd'hui, pour le temps de l'enquête. Je ne veux pas m'occuper de ça maintenant. Je ne veux pas que ça empiète sur ma réflexion alors que nous avons une enquête à résoudre. J'écoute Priam nous parler un peu plus du suspect et de ses liens avec Interpol. Je le regarde un moment, puis détourne mes yeux de lui. Je soupire. Ça va être une journée difficile.

« On craint qu'il disparaisse aussi après une quatrième victime. On ne peut pas laisser ça arriver.
- Non, tu as raison, lui répond Hotchner. »

Quatre victimes avant de disparaître, voilà qui est intéressant... Est-il possible que l'on ait affaire à un meurtrier qui fait une obsession sur le chiffre quatre ? Possible, mais peu probable, rien sur les scènes de crime ne supporte cette hypothèse. Peut-être que c'est un symbole ? Il y a quatre éléments fondamentaux en Occident – eau, air, feu et terre –, quatre chevaliers de l'Apocalypse dans la Bible. En Asie de l'Est, et en particulier en Chine, le chiffre 4 porte même malheur, car sa prononciation est très proche du mot mort. Si bien que, là-bas, beaucoup de bâtiments n'ont pas de quatrième étage.
4 morts. Se pourrait-il que le suspect soit d'origine asiatique, ou du moins qu'il s'inspire de cette culture ? Une référence biblique n'est pas à exclure non plus, car les corps sont disposés comme Jésus sur la croix. Mais alors pourquoi les chevaliers de l'Apocalypse ? Le suspect est-il en plein délire religieux ? Non, il est beaucoup trop ordonné pour ça, changer de continent demande de l'organisation.


Mes pensées défilent à toute vitesse dans ma tête, et je ne prête plus attention à mon environnement. Je me concentre uniquement sur les nouvelles informations dont nous disposons, et tente d'en faire sens. La voix d'Hotchner me sort néanmoins de mes réflexions, lorsqu'il dit mon nom et, juste après, celui de Priam.

« Qu'est-ce qu'il y a ? m'étonné-je.
- Tu es en équipe avec Priam pour aller interroger Eric Reynolds, le petit ami de la victime numéro 3, me répond Emily avec un sourire moqueur. »

Je lui lance un regard noir en retour et me tourne vers mon nouveau co-équipier. Je suis sûre qu'elle a manigancé pour que ça arrive. Depuis le premier jour où elle nous a présentés, elle n'a pas arrêté de nous pousser à nous rapprocher. Je n'ai jamais compris son obsession. Elle a été déçue lorsqu'elle a compris que nous avions arrêté notre relation épistolaire. Mais maintenant qu'il est là, elle a repris son activité favorite avec joie.
Moi, je me demande vraiment à quoi ça sert, tout ça. Ce qu'on avait, avant, c'était magique. On était connecté comme jamais je n'avais été lié à quiconque auparavant. Je prenais autant de plaisir à lui confectionner des lettres qu'à lire les siennes. À chaque fois, c’était mon moment de joie intense, ma pause émotionnelle.
Avant, oui. Avant que je ne précipite l'inévitable en ne répondant pas à sa dernière lettre.

J'attrape les clés qui sont sur le bureau et lui tend, en le regardant vraiment dans les yeux pour la première fois depuis qu'il est entré dans le commissariat.

« Tu préfères toujours conduire ? lui demandé-je.»

Je ne veux pas parler d'avant, mais j'essaye quand même de rester professionnel. Je ne veux surtout pas attirer l'attention de mes collègues sur ma situation. Ils poseraient trop de questions, ils verraient directement à travers moi. Et, surtout, je ne veux pas satisfaire Emily.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Canis Major
MESSAGES : 1867
INSCRIPTION : 21/11/2017
ÂGE : 25
CRÉDITS : tumblr (av.) AILAHOZ (profil)

UNIVERS FÉTICHE : Harry Potter et les séries en général <3
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1683-m-hp-love-never-dies http://www.letempsdunrp.com/t1594-moriarty-adventure-of-a-lifetime#26362 http://www.letempsdunrp.com/t1635-moriarty-can-you-paint-with-all-the-colors-of-the-wind#27121
Lou



Priam Delauney
J'ai 26 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis un agent d'INTERPOL et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à mon travail trop prenant, je suis célibataire et je le vis plutôt tranquillement.




pierre niney ©️deambule
L’accueil est glaciale. Tu ne sais pas trop à quoi tu t’attendais, mais pas à ça. Bien entendu, tu ne t’attendais pas à ce qu’il te saute au cou dès l’instant où tu passerais la porte - même si ça ne t’aurais pas dérangé le moins du monde - mais tu espérais au moins un regard. Tu ne penses pas trop en demander, avec un simple regard. Tu ne sais pas ce que tu as fais pour mériter autant de mépris de la part de Spencer. Cette idée tourne dans ton esprit sans que tu puisses la faire disparaître. Tu dois rester focus sur l’affaire. Après tout, c’est pour ça que tu es là, pas pour jouer les jolies coeurs. Tu expliques ce que tu sais déjà, la raison pour laquelle on t’a envoyé toi et pas un autre. Interpol n’aime pas vraiment qu’on assassine ses anciens employés. Tu ne sais pas trop si tu es sensé trouver ça rassurant ou non. Ton attention est attiré par la voix grave du chef d’équipe. Tu lui accordes un hochement de tête. Tu es ravi de voir que l’équipe à l’intention de coincer cet enfoiré qui s’amuse à tuer des personnes ayant appartenu à Interpol. Malgré toutes ces années, tu n’arrives toujours pas à te faire à cette violence gratuite. Bien sûr, chacun pense avoir une bonne raison d’ôter la vie à d’autres personnes, mais pour toi, ça reste du pareil au même.

Tu jettes un coup d’oeil aux personnes qui t’entourent et un sourire tendre traverse ton visage l’espace d’une seconde quand tu arrives de nouveau à Spencer, tu pourrais presque voir les rouages de son esprit tourner à toute vitesse. Tu as toujours été fasciné par le fonctionnement de son esprit. En réalité, quand on y pense, c’est la personne à part entière qui t’a toujours fasciné, dès l’instant où tu as posé les yeux sur lui. Il faut bien se rendre à l’évidence. Le couperet tombe, tu dois faire équipe avec Spencer, une part de toi s’en réjouit, alors qu’une autre part est loin d’être ravi. Tu sais que vous formez une bonne équipe, vos esprits sont complémentaire. Là où il n’est que réflexion et logique, toi tu es instinct et émotion. Celle qui semble ravie de la situation, c’est Emilie, tu peux presque la voir jubiler et tu dois bien avouer que ça aurait tendance à te faire rire. Malgré tout, ton visage reste neutre. Spencer ne semble pas ravi, lui, de faire équipe avec toi et ça ne te laisse qu’entrevoir une longue journée.

Tu t’apprêtes à dire quelque chose quand il arrive et te tend les clés de la voiture que vous allez utiliser aujourd’hui. Tu arques un sourcil, l’espace d’une microseconde. Tu ne t’attendais pas à ce que ce soit lui qui prenne l’initiative. Habituellement, c’est plutôt à toi de lancer les conversation. Tu acquiesces, récupérant les clés, les faisant rouler entre tes doigts. « Forcément, tu n’as pas oublié. » tu lui adresses un clin d’oeil amusé avant de sortir de la pièce. Tu n’as plus besoin de t’attarder ici de toute façon. Interroger les proches d’une victime, ce n’est jamais quelque chose de simple. Il faut avoir assez de tact pour ne pas enfoncer le couteau dans la plaie, mais être assez ferme pour réussir à récolter les informations nécessaires. C’est un jeu d’équilibre. Tu peux entendre les pas de Spencer derrière toi. Peut-être que tu devrais t’arrêter pour l’attendre, mais tu n’en fais rien. Il ne t’a pas adresser un seul regard, avant de te tendre ces clés, toi aussi tu as le droit de l’ignorer un peu. Chacun son tour, petit génie. Une fois derrière le volant, tu attends que Reed s’installe à tes côtés. Tu mets ta ceinture de sécurité, mais tout un tas de questions te brûlent les lèvres. Tu as envie de lui demander pourquoi il a décidé de tout arrêter du jour au lendemain, pourquoi il a décidé de faire comme s’il ne te connaissait pas et t’en as encore tout un tas des comme ça qui se bataillent dans ton esprit. Tu te mords la lèvre pour te faire taire et c’est le gps qui t’éloigne de toutes ces questions.




Moriarty devient Canis Major  :ouloulou:
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
 
 
Un coeur pour Spencer
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tu m'as trahit pour un rêve, alors je vais faire battre ton coeur pour un cauchemars [PV Hazufel]
» Un Évènement tant Attendu [ LIBRE pour tous Indiens! VENEZ EN GRAND NOMBRE!]
» ...gage de coeur pour monsieur Quint...
» Un coeur pour deux.
» Le coeur et l'esprit d'une femme sont des énigmes insolubles pour un mâle ## Lauréline

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: