Partagez | 
 
 
 

 round two (sunrise)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
avatar
.ASHES
Féminin MESSAGES : 967
INSCRIPTION : 11/03/2018
ÂGE : 21
RÉGION : Aquitaine
CRÉDITS : little liars

UNIVERS FÉTICHE : séries/films, du réel, du post apo, du drame, faites moi rêver **
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Donut


Le contexte du RP
Mise en situation

La situation

De nouveaux échanges d'SMS, et la pression monte d'un cran à nouveau. Alors que la fin du cours approche à grand pas, Milan se montre plus insistant, de quoi mettre à rude épreuve Jess qui n'a plus d'intérêt pour les mathématiques depuis bien longtemps.

Contexte faisant suite à cet échange de SMS
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
.ASHES
Féminin MESSAGES : 967
INSCRIPTION : 11/03/2018
ÂGE : 21
RÉGION : Aquitaine
CRÉDITS : little liars

UNIVERS FÉTICHE : séries/films, du réel, du post apo, du drame, faites moi rêver **
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Donut



Jess Heazun
J'ai 25 ans et je vis à Los Angeles, Amérique. Dans la vie, je suis à la fac et je m'en sors pas bien, vu que j'en branler pas une. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et c'est mieux ainsi, je prends du bon temps.




zayn malik ©️ kane.
T'as lâché ton équation depuis un baille. Déjà, t'es pas un élève très assidu, mais à choisir entre un casse tête sans nom, et d'agréable message d'un bel inconnu, ton choix est vite fais. La pression est monté d'un cran, quand t'as compris que ton mystérieux apollon était juste derrière toi. Ca s'est durci, dans ton jean. Comme si chaque message reçu, était relié direct à ta verge. Depuis que t'as cette information en main, tu t'bas avec ton envie de te retourner pour découvrir son visage. T'en fais rien. Parce que c'est ce qui rend toutes vos discussions si passionnées. Tu sais pas à quoi t'attendre. Et aussi longtemps que ça serra possible, tu comptes faire en sorte que ça reste ainsi. A chaque message, tu pries pour que ce cours prenne fin, que vous puissiez vous aussi en finir, avec cette frustration. Tu reçois un nouveau message, un sourire s'affiche sur ton visage. L'idée d'être surpris en train de prendre ton pied avec lui, est excitante. Putain, t'es en train de bander comme un con, rien qu'à te l'imaginer. Puis un second message tarde pas. Et alors que t'es en train de lire ses quelques mots, tu sens une pression, contre tes fesses. Bordel. Tu t'retournes pas. Mais t'en crèves d'envie.

Jess a écrit:
Aucune chance. Fais bien ton job, et je me rendrais même pas compte de sa présence.. Toute mon attention te sera réservée. Le seul vrai risque, c'est qu'il me jalouse.

Tu souris à cette pensée, choqué d'être aussi peu réservé, quand il s'agit de lui. Tu te dépasses, c'est certain. Jamais t'aurais pensé avoir ce genre d'idée. Encore moins que l'idée d'être surpris t'excite. Mais c'est bien le cas.

Jess a écrit:
Putain. Oui. J'aurais jamais cru dire ça un jour. Mais oui. Je crois que je le mérite.

Cette idée t'excitait comme jamais. Si t'avais pensée en finir là, quand t'as envoyé ton premier message. Tu glisses dans ton siège, et en toute discrétion, tu fais sauter le bouton de ton jean. Tu sais qu'installé d'la sorte, ton voisin arrière à une vue imprenable sur ton entre jambe. Et tu comptes bien en profiter. Tu t'mords la lèvre pour ne pas rire, et tu glisses ta main dans ton pantalon. T'espères que la vue que tu lui offres a l'effet escompté. Tu te caresses d'une main, alors que de l'autre, tu rédiges un nouveau texto.

Jess a écrit:
J'aurais préféré ta main.. Mais j'fais avec les moyens du bord.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
SUNRISE
Masculin MESSAGES : 3241
INSCRIPTION : 22/05/2017
ÂGE : 19
RÉGION : languedoc-roussillon.
CRÉDITS : tumblr.

UNIVERS FÉTICHE : fantastique, city, sms, all.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1097-get-back-on-track-kassie http://www.letempsdunrp.com/t1429-m-m-the-game-is-on-en-cours http://www.letempsdunrp.com/t1098-come-to-me-in-the-night-hours-kassie http://www.letempsdunrp.com/t1107-i-m-going-back-to-the-start-kassie
gay on a mission



Milan Townsend
J'ai 29 ans et je vis à Los Angeles, Amérique. Dans la vie, je suis photographe et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien, et c'est sans doute mieux comme ça.




jack falahee ©️ balaclava
Le chemin jusqu’à la fac commence à redevenir une habitude à tes yeux. Déjà la seconde fois en une semaine, alors que ça faisait quelques mois que tu n’y avais pas foutu un pied. Lorsque tu rentres dans l’amphithéâtre, tu soutiens le regard des quelques élèves qui tournent la tête dans ta direction. Ça ne peut pas être l’un deux. S’il tient autant à cet anonymat que toi, c’est pour toute l’excitation qui en découle. L’envie de connaître le visage de l’autre ne rend que vos échanges plus passionnés, vos rencontres plus sauvages. Une frustration compensée par un coït bestial, un orgasme délicieux, quelques caresses pour la forme. D’un regard, tu élimines toutes les filles de l’assemblée, tous les mecs qui te regardent, ceux qui n’ont pas la carrure que tu as pu sentir dans ton dos, ceux qui sont concentrés sur le cours, réduisant la population à quelques hommes sur leurs portables. Tu les regardes un à un, et ton choix se pose sur un jeune étudiant, bien trop occupé à rédiger un sms pour lever les yeux vers le tableau, et faire au moins semblant de suivre. Ton téléphone vibre dans ta main, c’est à ce moment précis qu’il relève la tête. C’est lui. Au pire, si tu te trompes, il sera peut-être ravi de passer un peu de temps avec toi. Tu t’installes dans la rangée derrière la silhouette de l’inconnu. Tes doigts pianotent sur l’écran de ton smartphone à une vitesse folle. Il ne tarde pas à te présenter une idée excitante. Le faire sur le bureau, sur l’estrade, dans un amphi vide, avec le risque que l’on vous surprenne. Il ne t’en faut pas plus pour que ta verge se réveille. Doucement, tu te penches vers lui, pour souffler près de son oreille, déposer un baiser dans son cou, puis, ton pied vient trouver son fessier sur lequel il fait pression. Un sourire amusé naît alors sur tes lèvres.

Milan a écrit:
Il n’aura que le droit de regarder. Je ne partage pas ma nourriture.

Ton sourire grandit. Ta lèvre trouve le chemin pour se coincer entre tes dents, alors que tu passes tes mains dans ta crinière. Les yeux rivés sur la nuque du garçon. La pression qu’exerce ton pied sur ses fesses augmente davantage. Il sait trouver les mots pour que ton sexe réagisse à quelques sms.

Milan a écrit:
Plus le temps passe, plus ma punition sera sévère. Naughty boy.

Tes sourcils se froncent lorsque tu le vois glisser contre le fauteuil de son siège. Que fait-il ? Un ricanement s’échappe de ta bouche lorsque tu comprends finalement son petit manège. Tu ne te fais pas prier pour observer le spectacle qu’il t’offre. Ton jean ne tarde pas à être trop serré pour être confortable. Bordel. Les autres étudiants n’existent plus. Il n’y a plus que lui. Ta main vient se poser dans son cou que tu caresses avec douceur, avant que ton index ne vienne se glisser entre ses lèvres pour trouver le contact doux et chaud de sa langue, tandis que de l’autre, tu rédiges un message que tu ne tardes pas à envoyer.

Milan a écrit:
Si t’es sage, si tu fermes les yeux et que tu promets de ne pas me regarder, ça peut s’arranger, bébé.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
.ASHES
Féminin MESSAGES : 967
INSCRIPTION : 11/03/2018
ÂGE : 21
RÉGION : Aquitaine
CRÉDITS : little liars

UNIVERS FÉTICHE : séries/films, du réel, du post apo, du drame, faites moi rêver **
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Donut



Jess Heazun
J'ai 25 ans et je vis à Los Angeles, Amérique. Dans la vie, je suis à la fac et je m'en sors pas bien, vu que j'en branler pas une. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et c'est mieux ainsi, je prends du bon temps.




zayn malik ©️ kane.
Cette heure s’allonge. Interminable. T’as qu’une envie, entendre la sonnerie d'la délivrance. Même si t'apprécies ce jeu à sa juste valeur, t’as envie de sentir son corps contre le tien. T’as envie qu’il s’occupe de toi, comme personne s'est jamais occupé d'toi.  Parce que sais d’avance que ça sera unique. Ça l'a été quand t'as pris possession de son corps. Ça sera pareil, quand lui prendra possession du tien. Tu t'donnes l’impression d’un gamin en manque. Mais tu sais que c’est lui qui t'fait ça. Tu pourrais choisir n’importe quel type de la fac. Tu sais que certain s’en donnerait à cœur joie. Mais aucun d'eux t’intéresse. Aucun comme lui. Parce qu’il possède ce contrôle parfait sur ton désir. Qu’il est capable de l'faire naître en quelques mots échangés à travers un écran. Il est doué. Y'a ses lèvres sur toi. Ton cœur explose. Ton corps réagit au moindre contact avec lui. Tu t'retiens à grande peine, de lui sauter dessus. La pression sur tes fesses n’arrangent rien à ta situation. Et tu prends conscience qu’il serait capable de te faire jouir qu'avec quelques contacts aguicheurs.

Jess a écrit:
Ca tombe bien. Je ne veux personne d’autre que toi.

Y’a quelques étudiants, qui se feraient un plaisir de l’prendre, ton petit cul. Mais c’est à lui que tu l'réserves. D'ailleurs, tu les comptes sur les doigts d’une main, ceux qu’on déjà eu se plaisir. Tu prends. Rare quand tu t'laisses prendre.

Jess a écrit:
Je dois avoir peur ? Parce que je trouve ça terriblement excitant. C’est le moment où tu laisses entendre que je pourrais plus m'asseoir sans avoir mal demain ?

Tu souris. Et t'entre en jeu. T’oublies que t'es au beau milieu de l'amphi. Que n’importe quel élève qui t'observerait avec un minimum d’attention pourrait comprendre que t'es en train de te toucher, de te caresser. Mais tu t’en fiches. T’as juste envie de te dépasser. T’as envie qu’il prenne son pied, à te mater. Tu t'acharnes à la tâche, même si tu sais que tu viendras pas seul. Son contact te fait tressaillir. Putain ce que t’as envie de lui. T'en serais presque à le supplier de te prendre de suite, si t’avais pas un minimum de dignité. Son doigt glisse sur tes lèvres, et tu lui laisses un accès à ta bouche. Il glisse à l’intérieur, et ta langue s’enroule autour pour exercer une pression. T'aurais eu autre chose que son doigt en bouche, que ça t’aurait pas dérangé. Tu mords son doigt, quand la pression dans ton pantalon augmente, et tu jettes un coup d’œil à ton portable.

Jess a écrit:
Chiche !? Promis, babe. J’ai besoin de te sentir.

Tu tiens plus. Vos échanges de textos, vos effleurements, c’est bien beau, mais t’as besoin de concret. T’es déjà paupière close, à l’attendre. Toujours une main dans ton pantalon, t'as délaissé ton portable sur ton cahier. Ta main libre remonte le long de son bras, en une longue caresse. Motivation supplémentaire à te rejoindre. Les muscles de ses bras sous tes doigts ne sont qu’un appel de plus à la tentation. T’as envie de mater son corps, mais tu t’en tiens à ta promesse. Parce que tu sais que ce mystère est ce qui rend vos rencontres si excitante.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
SUNRISE
Masculin MESSAGES : 3241
INSCRIPTION : 22/05/2017
ÂGE : 19
RÉGION : languedoc-roussillon.
CRÉDITS : tumblr.

UNIVERS FÉTICHE : fantastique, city, sms, all.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1097-get-back-on-track-kassie http://www.letempsdunrp.com/t1429-m-m-the-game-is-on-en-cours http://www.letempsdunrp.com/t1098-come-to-me-in-the-night-hours-kassie http://www.letempsdunrp.com/t1107-i-m-going-back-to-the-start-kassie
gay on a mission



Milan Townsend
J'ai 29 ans et je vis à Los Angeles, Amérique. Dans la vie, je suis photographe et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien, et c'est sans doute mieux comme ça.




jack falahee ©️ balaclava
Ce cours ne prendra jamais fin. C’est ce que la voix du professeur semble murmurer à tes oreilles, alors que tu t’amuses de la situation inconfortable dans laquelle se trouve le garçon, devant toi. Tes lèvres dans son cou, le bout de ton pied contre son fessier galbé. Tu n’as plus qu’une seule envie, c’est de lui arracher ses vêtements un à un, de le retourner et de le prendre violemment, de le soulever, comme s’il n’était rien d’autre qu’un jouet. De mordre sa peau. D’entendre ses soupirs, ses gémissements résonner dans l’amphithéâtre. Tu veux juste le baiser, autant qu’il t’a baisé dans cette cabine trop étroite. Attraper ses mèches blondes et cambrer son corps pour venir planter tes crocs dans la peau fine de son cou. Planter ta verge dans son fondement sans te soucier de la douleur qu’il ressent, ne te préoccupant plus que de ton simple plaisir, puissant désir. Bordel. L’imaginer soumis à ton corps ne rend la chose que plus excitante, l’attente que plus interminable encore. Les messages que tu reçois ne t’aide pas à prendre ton mal en patience. Patience inexistante en ce jour.

Milan a écrit:
Fais attention. Je risque de m’habituer à ce genre de phrase.

Les autres étudiants n’ont plus le moindre intérêt à tes yeux. Tu ne remarques même pas le gamin qui te demande de te lever pour le laisser partir. Agacé, il fait volte-face et sort de la rangée de l’autre côté. Tu n’en as rien à foutre. La vue que tu as bien trop parfaite pour que ton regard ne s’en détache ne serait-ce que quelques secondes. Tes yeux sont attirés par la bosse formée dans son pantalon, sexe que tu désires tenir entre tes doigts. Membre que tu imagines dure dans ta main. Hampe droite que tu veux faire languir à chaque aller-retour. Putain. Il n’y aurait que vous deux, tu serais déjà en train de le sauter.

Milan a écrit:
On verrait déjà ce qu’il en est quand j’aurais fini de m’occuper de ton petit cul. Ne pense pas déjà à demain.

L’inconnu fait sauter le bouton de son jean, te laissant apercevoir la couleur sombre de son boxer, la fine ligne de poils conduisant à sa verge parfaitement moulée par le tissu de son sous-vêtement. Tu croques si fort dans ta lèvre, que quelques gouttes de sang s’écoulent sur ta langue. Ton doigt se laisse malmener par ses lèvres, sa langue et ses dents pointues. Tu te fiches bien que quelqu’un puisse se rendre compte de votre manège obscène. Tes yeux sont bouffés par l’excitation, les pupilles complètement dilatées. Tu veux te le taper. Des images défilent dans ton esprit, toutes plus inappropriées les unes que les autres pour un endroit tel que celui. Qu’importe ? Du bout de l’index, tu caresses l’intérieur de sa joue, attendant qu’il ne réponde à ta proposition.

Milan a écrit:
Chiche.

Tu essuies ton doigt contre sa bouche, savourant sa caresse le long de ton bras. Ton cœur s’emballe. Il est au bord de l’explosion. Tu ne peux pas résister à l’envie de le toucher, de le savoir près de toi, à succomber à tes vas-et-vient sur son sexe. Le voyant poser son téléphone sur son cahier, tu souris et te libères de son emprise. Tu changes de rangée pour venir t’installer contre lui. Fixant le tableau en contrebas, résistant à l’incommensurable envie de regarder le visage de ton inconnu, tu glisses ta main sous le morceau de tissu pour découvrir la pine dressée, n’attendant que ton arrivée. Vos épaules se touchent, tu cales ton genou contre le sien. Bordel ce que tu peux avoir envie de le sauter sur sa paillasse. Sans te soucier un seul instant du fait que l’on puisse vous voir, tu délivres son morceau de chair de sa prison. La pulpe de tes doigts vient découvrir l’humidité de son gland. Aussi mouillé qu’un ado en manque. Un rire soufflé par le nez. Le faire jouir avant la fin du cours ? Deal.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
.ASHES
Féminin MESSAGES : 967
INSCRIPTION : 11/03/2018
ÂGE : 21
RÉGION : Aquitaine
CRÉDITS : little liars

UNIVERS FÉTICHE : séries/films, du réel, du post apo, du drame, faites moi rêver **
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Donut



Jess Heazun
J'ai 25 ans et je vis à Los Angeles, Amérique. Dans la vie, je suis à la fac et je m'en sors pas bien, vu que j'en branler pas une. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et c'est mieux ainsi, je prends du bon temps.




zayn malik ©️ kane.
Tu t'rends compte, à chaque nouveau message, que ce pouvoir qu'il possède, sur ton désir, t'en es devenu accroc. T'aimes cette sensation qui grimpe en toi, à chaque nouveau message plus osé. T'aimes cette image qui se dessine dans ta tête, quand tu l'imagines te prendre avec violence, au milieu de cette salle. Idée qui ne t'aurait même pas effleurée, par l'passé. Ce type est capable d'avoir la pire des influences sur toi. Alors même que t'es incapable de savoir à quoi ce dernier ressemble. T'es dingue. C'est fou. Le temps de quelques minutes, tu pourrais devenir le jeu d'un inconnu, rencontrer au hasard. Et ca n'fait que t'exciter d'avantage. Tu deviens accroc à ton désir pour lui, à son désir pour toi. T'as qu'une hâte, que ce cours prenne fin. Que tu puisses lui offrir ton corps. Qu'il puisse te démonter. Ses lèvres contre ta peau, te donne un faible aperçu. Maigre.  T'as envie d'plus. Bien plus. Ses lèvres, t'as envie d'les sentir à nouveau. Encore. Mais sur une partie bien distincte de ton corps. Une partie qui réagi à cette simple pensée. T'es même plus apte à réfléchir de manière assez raisonnée pour lui offrir une réponse à son message. Tu te fous qu'il s'habitude à tes mots. Parce que t'es en train de t'habituer aux siens. Paupières déjà close, ton portable te glisse des mains, pour rejoindre ton pupitre, une fois réponse reçu. T'as déjà hâte de l'sentir s'approcher de toi. Coupé de ta vue, t'es autres sens s'éveillent. T'es à l'affut du moindre bruit. A son odeur caractéristique, que tu sens se rapprocher. Aux plis de ces vêtements à tes côtés. Ton cœur s'accélère. La pression grimpe dans ton corps. Tu résistes à l'envie de jeter un coup d'œil à son visage. T'as promis. Ses doigts qui se ferment autour de ta virilité, t'empêchent toutes pensées supplémentaires. T'as l'souffle coupé, rien qu'à ce simple touché. Vos épaules qui se frôlent, vos genoux qui se cognent. Ses doigts qui t'allument. C'est presque trop pour toi. Tu t'fiches, qu'il te dévoile à la vue des autres élèves. Tu t'fiches que quelqu'un puisse jeter un coup d'œil sur vos ébats. Tu penses plus à ca, juste à la pression qui monte, à chaque ravages de ses doigts. De toute façon, tu commençais à être trop serré dans ton jean. C'est qu'il est doué, l'con. T'échappes un soupire. Mâchoire serrée tu te cramponnes à la table, pour éviter de gémir, et d'interpeller l'attention du prof. Ta main se referme autour de son bras. Et tu sais pas si c'est une supplication, pour l'empêcher de finir le travail au milieu du cour, ou pour l'intimer à aller plus vite encore. Si la première option devrait l'emporter, la deuxième semble d'avantage t'attirer. Tu t'agrippe un peu plus à lui. Tes hanches accrochent le rythme qu'il t'impose. Tu grinces des dents, grogne presque. Tu pries, pour que ce cour s'achève vite, et que tu puisses enfin relâcher la pression. Mais les minutes s'éternisent. Et la pression fini par devenir trop intense pour toi. Ton jus se repend sur ton cahier, pile lorsque la sonnerie fini par émettre son champ sonore. « Putain.. » T'oses pas ouvrir les yeux. C'est préférable. T'espères que le brouhaha des environs à cacher ton râle de plaisir. T'attends. T'attends juste que lui, prenne encore les devants. T'attends la suite. Parce que tu sais qu'y'en aura une. T'es même en train de te débattre avec ton jean pour lui offrir ce qu'il désire de toi, depuis le début. Ton corps.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
SUNRISE
Masculin MESSAGES : 3241
INSCRIPTION : 22/05/2017
ÂGE : 19
RÉGION : languedoc-roussillon.
CRÉDITS : tumblr.

UNIVERS FÉTICHE : fantastique, city, sms, all.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1097-get-back-on-track-kassie http://www.letempsdunrp.com/t1429-m-m-the-game-is-on-en-cours http://www.letempsdunrp.com/t1098-come-to-me-in-the-night-hours-kassie http://www.letempsdunrp.com/t1107-i-m-going-back-to-the-start-kassie
gay on a mission



Milan Townsend
J'ai 29 ans et je vis à Los Angeles, Amérique. Dans la vie, je suis photographe et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien, et c'est sans doute mieux comme ça.




jack falahee ©️ balaclava
Ta poigne se resserre autour de la hampe droite du jeune homme. Des vas-et-viens toujours plus durs, toujours plus secs et rapides. La tendresse n’a pas sa place dans cet échange entre tes doigts et le sexe de l’autre. Elle est aussi inexistante que ta connaissance de l’autre. Tu ne sais rien de lui, si ce n’est la douceur de sa peau, de son sexe, la chaleur régnant entre ses fesses magnifiquement galbées, et la délicatesse de ses gémissements, de ses soupirs de plaisir. Tu ne connais rien d’autre de ce gamin, hormis que ses doigts ont eu la merveilleuse idée de composer le numéro de téléphone d’un parfait inconnu dont ce dernier était alors affublé du charmant surnom de « pute », inscrit à l’encre noire sur la porte sale d’un toilette à l’hygiène déplorable. Quelle chance qu’il soit attiré par les hommes, qu’il aime donné, autant que recevoir, qu’il n’ait peur de rien, ni même du regard des autres quant au spectacle qu’il serait susceptible de leur offrir. Entre tes doigts habiles, sa verge frétille. L’étudiant faiblit et n’attend que l’extase, il s’impatiente face au retard que prend l’orgasme, ou bien, y résiste-t-il ? Ta lèvre glisse alors entre tes dents pour être malmenée un temps. La chaleur fait battre ton cœur plus vite, ou bien est-ce ton cœur haletant qui te donne si chaud, cela n’a pas la moindre importance. Juste l’effet compte. Ton pantalon te semble plus étroit que d’ordinaire, si étroit que tu songes même à le retirer tout de suite, te fichant que les autres étudiants présents dans l’amphithéâtre ne te jette un regard noir, ou bien que le professeur interrompe son cours pour concentrer son attention vers toi. Tu n’en as rien à faire. Mais non, c’est trop tôt, bien trop tôt. Tu veux que le gamin te supplie, tu veux qu’il te demande toujours plus. Tu souhaites que ces cris amplis de désir trahissent les vices qui seront alors au centre de l’estrade, lorsque le monde avide de connaissances abandonnera les lieux, pour un univers sombre, un univers pécheur, sans la moindre morale. Pourtant, à cet instant précis, un autre objectif habite tes pensées : le faire juter avant que la sonnerie ne retentisse, le faire jouir avant que le vieil homme ne mette fin à son monologue interminable. Ta main glisse alors naturellement vers ton entrejambe que tu caresses à travers l’épaisseur de ton jean. L’attente devient atrocement longue. Les minutes s’égrainent d’une lenteur insoutenable. Tu veux plus. Tu veux bien plus. Tu peines à ne pas regarder le visage crispé de plaisir du garçon, tu peines à ne pas le plaquer contre sa paillasse pour lui baisser son sous-vêtement et le prendre avec une violence inouïe. Tu peines à retenir tes pulsions animales qui t’envahissent sans la moindre gêne. Putain. Un soupir vide tes poumons alors que les doigts du brun s’enfoncent dans ton bras. Sa verge ne cesse de s’agiter dans le creux de ta main, si bien qu’au bout de quelques minutes seulement, alors que le cours se termine, son pénis crache un long jet blanc qui s’étale sur la page de son cahier à peine gribouillé par endroit. Bordel, ce que ta bouche aurait aimé se trouver à sa place. Alors sans perdre une seconde, tu refermes ledit cahier pour le jeter sur les genoux de ton protégé anonyme. Personne ne semble avoir entendu son râle. Personne ne semble vous prêter attention, tous bien trop occupés à vouloir quitter ce cours d’un ennui mortel. D’une voix tout juste audible, tu grognes quelques mots. « Estrade, tout de suite. Déshabille-toi face au tableau. » S’il veut prendre le risque d’être vu en train de se faire prendre par un autre, autant être au centre de l’attention. Puis, sans prévenir, tu te laisses et t’approches du professeur, quelques compliments sur l’objet de son étude, quelques sourires charmeurs et un intérêt faux pour ses recherches, et tu l’accompagnes rapidement jusqu’à la sortie. Plus vite dehors, plus vite en train de démonter l’arrière-train de ton inconnu. Un sourire étire alors tes lèvres, tandis que tu redescends les marches te menant à ton précieux cul. Marche après marche, tu déboutonnes ton pantalon, avant de glisser tes mains dans ton boxer pour en laisser s’échapper ta hampe en érection. Celle-ci vient immédiatement se glisser entre les fesses de l’homme. « J’ai envie de toi » t’amuses-tu à susurrer à son oreille, fouillant dans ta poche à la recherche d’une protection.
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
 
 
round two (sunrise)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Former Crack Cocaine User to the Second Round of Haiti’s Fraudulent Election
» « Sunrise Boat » - Partenariat.
» 5eme ROUND
» TITAN ROUND II
» Vente de garage au 2555 Panther Parkway, Sunrise

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: