Partagez | 
 
 
 

 release me | Cépafo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
avatar
Promesse
Féminin MESSAGES : 884
INSCRIPTION : 11/03/2018
ÂGE : 21
RÉGION : Aquitaine
CRÉDITS : kane.

UNIVERS FÉTICHE : séries/films, du réel, du post apo, du drame, faites moi rêver **
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Donut


Le contexte du RP
Mise en situation

La situation
Elle, c'est une fille atteinte d'anorexie, qui est à l'hôpital pour être soignée. Elle est là depuis deux ou trois ans, je dirais. C'était un moyen de la sauver, un dernier espoir de sa mère, mais contre toute attente, depuis qu'elle est dans cet hôpital, elle s'enfonce de plus en plus. Elle broie du noir, a être enfermé toute la sainte journée. Elle triche, lors de ses pesées, pour sortir au plus vite, elle triche lors des repas. Elle passe sa vie à tricher, et à user de toute sorte de ruse, pour pouvoir sortir d'ici. Elle n'aime pas être là, elle se sent dépérir, plus encore que lorsqu'elle ne mange pas.

Lui, c'est un mec atteint d'une maladie immuno-globulaire, qui a tendance à l'affaiblir. C'est un gamin joyeux, mais qui a perdu de sa fougue depuis qu'il est là. C'est un gars qui cache son malaise, sa maladie, derrière d'immense sourire, et des blagues à droite, et à gauche. Vous fiez pas à son air ronchon.

Eux, c'est des habitués de l'hôpital. C'est simple, c'est leur seconde maison. Vivre, grandir, mourir. Du moins, ils espèrent ne pas mourir là-bas, mais c'est comme ça que ça se passe, non ? Ils se côtoient, de loin, à travers des regards échangés. Mais rien de plus. Jusqu'à aujourd'hui. Peut-être qu'ensemble, ils remonteront la pente.
Contexte provenant de cette recherche
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Promesse
Féminin MESSAGES : 884
INSCRIPTION : 11/03/2018
ÂGE : 21
RÉGION : Aquitaine
CRÉDITS : kane.

UNIVERS FÉTICHE : séries/films, du réel, du post apo, du drame, faites moi rêver **
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Donut



Elle Shane
J'ai 17 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis enfermée à l'hôpital et je m'en sors pas bien, sinon je serais pas là. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien, comme si vivre à l'hôpital était pas assez compliqué.




Pyper America Smith - ASTRA
Depuis combien de temps, t'es enfermée dans ce trou ? Tu sais même plus. Ton calendrier t'offre la réponse. Un an. T'as l'impression que c'est bien plus que ça. T'as l'impression d'être là depuis toujours. Et t'as l'impression que tu vas crever ici. T'as essayé de l'expliquer à ta mère, mais elle n'entend rien. Pour elle, la solution, c'est que tu restes ici. Alors que c'est pire que jamais. T'as jamais eu aussi peu fin. T'es entourée par la maladie. Alors que toi, tu l'es pas. T'es entourée par des gens qui dépérissent.. alors que toi, t'as rien. Mais personne ne semble comprendre ton mal-être. Tu pourras pas guérir, dans ces conditions. Tu pourras juste crever, au même rythme que tes pseudo amis. Parce qu'il fallait bien que tu t'en fasses. C'était ça, ou la solitude. Mais tu te fais pas d'espoir. Tu sais qu'un jour tu te tireras d'ici. Alors qu'eux.. C'est pas dans les plans. T'es horrible. Mais t'as pas demandé à être ici. Hier, t'as eu ta pesée de la semaine. T'avais bon espoir. Tu t'étais un peu remplumée. Puis, avec ce poids dans tes cheveux, t'étais sûre que ça allait passer. Tu t'es bien prise la tête avec ton médecin, d'ailleurs. Exigeant une deuxième pesée; C'était une erreur. T'avais besoin de croire que t'allais sortir d'ici. Mais la deuxième, comme la troisième. C'était pareil. Toujours le même poids affiché sur la balance. Et jamais assez. Il allait falloir que tu tiennes encore au moins une semaine ici. A condition que tu dépérisses pas ici. Ta mère était censé passer te rendre visite dans trois jours. T'allais saisir l'occasion pour lui faire comprendre que tu n'étais pas à ta place ici. Encore une fois, t'allais lui faire les yeux doux, alors que tu détestes cette femme, depuis qu'elle t'a enfermée ici.

Tu t'étais enfermée dans ta chambre. T'avais des activités prévues avec les médecins, dans la journée, mais t'avais refusé, en boucle. Tu n'allais pas faire semblant de t'intéresser à quelque chose que tu n'as pas envie de faire. C'était au dessus de tes forces aujourd'hui. Qu'ils payent la conséquence de leurs actes. Mais quand l'heure du diner à approché, t'as pas eu le choix. Tu descends de ton plein gré, ou on te bouge pas la force. Ca a toujours été comme ça. C'est toujours comme ça, quand t'es là pour anorexie. Alors sans autre choix, tu descends jusqu'au réfectoire. T'es déjà pas bien ici, t'as pas envie de te taper la honte, parce que deux lourdeaux t'auront choppé par le bras, pour t'amener jusque là. Puis, c'est mercredi. C'est le jour où vous vous retrouvez tous. Ca t'enchantes pas, tu sais que tu vas passée ta soirée à écouter les autres, et rien bouffer. Tu t'installes, et c'est qu'une fois que vous êtes tous là, que les assiettes arrivent. La purée jaune te parait plus dégueulasse encore que d'habitudes. Et tu parles même pas de la viande que t'es censé avalé. Le repas allait être long. Les discussions vont déjà bon train, mais toi, tu t'intéresses même pas à la vie de famille d'un tel, et au loisir de l'autre. T'as juste envie de te tirer, pour revenir dans ta chambre. Tu joues avec ta nourriture, tu pétris, tu retournes, mais au final, t'avales pas une seule bouchée. Sous aucun prétexte. T'as fais des efforts, t'as bouffé, et on te garde encore ici. Faut pas abuser. Du coin de l'œil, t'observe parfois ton voisin. C'est pas la première fois, que tu croise le jeune homme. Vous avez déjà eu à vous rencontrer, grâce à un ami commun, mais rien de plus. T'as jamais pris la peine de t'intéresser à lui, de lui parler. Tu veux pas te faire d'attache ici. Ce serait signifier que tu as trouvé ta place, et tu veux pas la trouver. Sinon, tu resteras là encore plus longtemps. Alors tu l'observes de loin, à chauqe fois que tu le croises.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Cépafo
Féminin MESSAGES : 22
INSCRIPTION : 25/02/2017
ÂGE : 25
RÉGION : Midi-Pyrénées
CRÉDITS : Avatar par aslaug.

UNIVERS FÉTICHE : réel et fantasy
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Limace



William
Lacroix

J'ai 17 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis malade à plein temps et je m'en sors pas ? Sinon, grâce à ma chance, vous êtes sérieux ?, je suis célibataire, difficile de draguer avec une perf et on va dire que je fais avec.




Dylan O' Brien ©️ Heart Attack


Il avait fait beau aujourd'hui. Alors j'étais sorti avec les autres dans le jardin de l'aile qui nous était réservée, entourés des soignants surmotivés qui nous avaient proposés un basket. Le genre d'activité à inscrire sur notre calendrier, ici, tellement ça se faisait rare. En général, c'était plutôt jeux de société, film, et groupes de paroles. Ça ils aimaient les groupes de paroles. Ces moments déprimants ou chacun de nous prenait la parole pour se présenter, et expliquer sa maladie. Combien de temps il leur restait pour certains, leurs espoirs pour d'autres. Alors pour une fois qu'on pouvait éviter les trucs chiants à mourir, j'avais pas craché dessus. Sauf que voilà, une minute de jeu et deux passes plus tard, j'avais été relégué au rang d'arbitre, sur le banc. C'était ça lorsqu'on avait une maladie de merde qui vous pompait votre énergie dès l'instant où vous en faites un peu trop. Le souffle court, les membres lourds, et cette sensation que votre corps allait vous lâcher. Ces signes d'alertes, je les connaissais par coeur à force. Mais malgré tout, fallait reconnaître que l'après-midi avait été cool. En rentrant dans ma chambre, j'avais directement eu droit à une perfusion. C'était ça le deal: quelques minutes d'évasion pour plusieurs heures de perf. Mais ça aussi on s'y habitue, j'vous jure. Je le sentais même plus lorsqu'on me posait mon cathéter. Trois mois déjà que j'avais atterri ici, dans cette structure, après que mon toubib initial soit parti à la retraite. De l'extérieur, les soignants étaient convaincu de ma bonne intégration. En vrai, je faisais de mon mieux quoi.
J'étais allé à la salle à manger avec les autres pour le repas de groupe, comme tous les mercredi. J'arrivais souvent le dernier moi et ma lenteur d'escargot, mon pied à perf suivant mon ombre, mais comme à chaque fois je saluais Nathalie la cantinière en plaisantant sur le menu. Je m'étais installé à la dernière place de libre, en face de cette blonde silencieuse que j'avais déjà croisé quelques fois avec Seb, sans jamais parvenir à la cerner. Les discussions allaient bon train, mais pour une fois, je n'y prenais pas vraiment part. Observant cette fille du coin de l'oeil, et cette aura qu'elle dégageait qui m'avait déjà intrigué par le passé. La bouffe était pas ouf, mais j'avais bon appétit. Ce qui ne semblait pas vraiment être le cas de la demoiselle. Et à vrai dire, c'tait assez spécial de la voir trafiquer son assiette, tout en jetant des coups d'oeils aux soignants présents à la table comme si elle espérait ne pas se faire gauler. « Tu tentes une oeuvre d'art ? » demandai-je, sourire en coin, en désignant la bouillasse qu'elle avait faite dans son assiette.



Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Promesse
Féminin MESSAGES : 884
INSCRIPTION : 11/03/2018
ÂGE : 21
RÉGION : Aquitaine
CRÉDITS : kane.

UNIVERS FÉTICHE : séries/films, du réel, du post apo, du drame, faites moi rêver **
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Donut



Elle Shane
J'ai 17 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis enfermée à l'hôpital et je m'en sors pas bien, sinon je serais pas là. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien, comme si vivre à l'hôpital était pas assez compliqué.




Pyper America Smith - ASTRA
T'es là depuis quoi ? Dix minutes. Non, t'es sûre que c'est pire. Le temps est cruel avec toi. Tu trifouilles ton assiette. Tu relèves parfois la tête, genre, ca t'intéresse ce qui se trame. Mais en faite, t'en pipes rien. T'essaies pas de comprendre. C'est à peine si tu suis. Ce que machin a vécu hier, tu t'en carres. Et ça te désespère, parce tu sais que les repas dans ce genre, c'est interminable. Va falloir que tu restes encore de longue minute face à cette plâtrée qui te répugne. C'était pas ton jour. D'abord ton rendez-vous avec ton médecin, puis ça. Bon dieu, t'allais pas pouvoir continuer comme ça longtemps. Tu t'epargnerais bien cette agonie. D'autant qu'à voir toutes ces personnes manger à grosse goulée, ça te dégoûte, pire encore. C'est pas sain. Tu grimaces à chaque fois que ton regard se porte sur une fourchette. Faut que tu te tires. Ton corps, tu l'connais. Tu sais ce qui va se passer, si tu continues à assister à ce spectacle. Tu vas vider toutes tes tripes. Et déjà que tu pèses pas assez. Si tu vires le peu de poids que t'arrives à prendre, t'es pas au bout de tes peines. Ta fourchette retombe avec fracas contre la table, et t'entends à peine la voix qui s'adresse à toi, au milieu du reste. Tu t'appretais à te casser. Si bien que tu regardes à deux fois, si c'est bien à toi, qu'on parle. Mais le reste de la table est plongée dans une discussion passionnée. Puis t'as l'unique assiette qu'est pas vide.  « C'est réussi ? » Tu l'interroges. Pour qu'il se contente de penser à ça, et qu'il se pose pas d'avantage de question. Tu jettes un coup d'oeil aux infirmiers. Rien n'a signalé. Alors tu reportes ton attention aux devants. Tu comprends pas pourquoi cette question. C'est pas la première fois que vos chemins se croisent. Mais la première fois qu'il t'adresse la parole. Qu'est- ce qu'est différent de d'habitude ?  « William, c'est ça ? » T'as déjà entendu son prénom dans une conversation, ou peut être la première fois que tu l'as vu, mais t'es plus sûre, comme t'as jamais fais très attention à ce qui t'entoure. Mais faut que tu détournes l'attention. Déjà parce que t'as assez bien réussi à cacher la raison de ta présence jusque là. Seuls une poignée d'habituée a fini par comprendre. Puis aussi parce que t'as pas envie qu'il attire l'attention des infirmiers, à parler ainsi, de ton assiette.  « T'as participé à cette journée, toi aussi ? Ça avait l'air cool » Tu sais déjà plus ce à quoi ils ont occupés leur journée, mais tu te rappelles avoir saisi ce détail dans ton désintérêt total. Mais pour une fois, t'essaies de te civiliser. D'être poli envers lui.
.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Cépafo
Féminin MESSAGES : 22
INSCRIPTION : 25/02/2017
ÂGE : 25
RÉGION : Midi-Pyrénées
CRÉDITS : Avatar par aslaug.

UNIVERS FÉTICHE : réel et fantasy
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Limace



William
Lacroix

J'ai 17 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis malade à plein temps et je m'en sors pas ? Sinon, grâce à ma chance, vous êtes sérieux ?, je suis célibataire, difficile de draguer avec une perf et on va dire que je fais avec.




Dylan O' Brien ©️ Heart Attack


Ses grands yeux bleus se relèvent vers moi, et je perçois immédiatement son trouble, comme si je venais d'éclater une bulle invisible qui s'était formée autour d'elle, et dont elle seule avait la connaissance. Elle semble surprise que je m'adresse à elle, c'est clair. Pourtant depuis le début, même si elle a l'air de tout faire pour être invisible, je n'ai pu m'empêcher de la remarquer tellement quelque chose chez elle m'intrigue. A chaque fois. Je souris en entendant sa réponse, ne m'attendant pas vraiment à ça en fait. J'aurais plutôt dit qu'elle allait m'envoyer chier. « C'est pas mal, un début prometteur je dirais » dis-je en prenant un air faussement sérieux, fronçant les sourcils. Je penche la tête l'air critique, admirant son assiette. « Encore un peu de travail et tu réussiras pt'être à faire le visage de Jésus ou de la vierge, un truc de ce genre qui se vend une fortune aux ventes au enchères » dis-je avec un sourire amusé. Les autres se mettent à rire eux aussi, toujours plongés dans leur discussion animée par les infirmiers. Elle leur jette un regard, et je ne rate rien de cette expression étrange qui passe sur son visage. « C'est ça, ou Will, comme tu veux » répondis-je en finissant mon verre d'eau, un peu étonné au fond qu'elle se souvienne de mon prénom. Elle n'avait pas eu vraiment l'air de faire attention à moi la dernière fois. En fait, elle n'avait pas l'air de s'intéresser à grand chose, à part tourner et retourner sa fourchette dans son assiette pleine. Et déjà à l'époque, je n'avais pas pu rater ce qui une fois de plus, me frappait en la regardant: sa maigreur. Pourtant au fond, pas à un seul moment je suis en train de la juger, ni de la prendre en pitié. « Ouais, c'était cool. Mais j'crois pas t'y avoir vue ? » j'ajoute, même si je suis sûr de moi. Un des infirmiers choisit ce moment pour distribuer les médocs. Comme d'habitude je me retrouve avec un peu plus de sept gélules qu'on me dépose près de mon verre. « Tant de générosité, fallait pas ! » dis-je, mi-plaisantant, mi-dépité.



Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Promesse
Féminin MESSAGES : 884
INSCRIPTION : 11/03/2018
ÂGE : 21
RÉGION : Aquitaine
CRÉDITS : kane.

UNIVERS FÉTICHE : séries/films, du réel, du post apo, du drame, faites moi rêver **
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Donut



Elle Shane
J'ai 17 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis enfermée à l'hôpital et je m'en sors pas bien, sinon je serais pas là. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien, comme si vivre à l'hôpital était pas assez compliqué.




Pyper America Smith - ASTRA
T'essaies au mieux d’être là, pour faire apte de présence, mais tu restes quand même assez en arrière, pour ne pas attirer l’attention des infirmiers sur toi. T’as pas envie qu’ils se rendent compte, qu’une fois encore, t'es en train de te dépatouiller de cette histoire, sans manger ne serait-ce qu’une fourchette. Tu fais en sorte de passer inaperçu. T’es dans ton coin. T'emmerdes personne. Mais quelqu’un ta vue. Ton voisin. Tu sais pas s’il prend conscience de ton jeu avec la nourriture, mais il s’intéresse à toi. Et t’aimes pas ça. Mais en même temps, t’as pas cette bouffée de haine qui te monte, comme d’habitude. T’as pas de paroles méchantes à lui rétorquer pour qu’il te foute la paix. Au contraire. Tu t'surprends toi-même à prolonger cette discussion comme si c’était naturel. Comme si vous vous connaissiez depuis des années. « Je devrais continuer ainsi, alors. Je me ferais une petite fortune, et j’aurais de quoi payer mon médecin assez cher pour me tirer d’ici. » T’as été plus sèche qu’à la coutume. Mais putain, c’est pas parce que t'acceptes de parler à quelqu’un, que t’as plus envie de te tirer d’ici vite fais, bien fais. Will. Tu répètes ce prénom dans ta tête. Ça sonne étrange. Pour l’instant, tu te contenteras de William. C’est pas comme si tu comptais t'en faire un bon pote de toute façon. Pas d’attache. Tu l’as promis. A toi-même. Parce que ce serait trop douloureux. « Non. J’aime pas les sorties organisées ici. C’est pas pour moi. » Tu changeras pas ça. Le repas de groupe, c’est ta seule participation. Parce que t’as pas vraiment le choix. Mais le reste. Non. Ce serait prétendre que tu peux t’amuser en étant enfermé ici. C’est hors de question. Vos pilules finissent par tomber sur vos plateaux, avec le regard noir de l’infirmier qui s'attarde sur ton assiette. Et pour toute réponse tu lui offres un doigt d'honneur. Tu comptes pas toucher à cette merde de purée. Tu regardes les deux gélules sur ton plateau. T’as jamais compris pourquoi tu devais prendre ça. Peut-être parce que t’as toujours pas intégré que t’étais malade. Et que les médicaments, c’est pour soigner les gens malades. Ce que tu n’es pas. Tu regardes le plateau de ton voisin.  Et le nombre conséquent de gélules sur celui-ci. « T’as quoi, toi ? » La question a franchi tes lèvres sans que t'arrives à taire ta curiosité. Merde. C’est indiscret. Et putain de gênant. T’as envie de savoir. Et d’un côté t’as pas envie. Tu dois pas t'attacher. Et la meilleure des solutions c’est de pas connaître la vie des gens. Tu tritures ta lèvre avec ta fourchette dans l'attente d’une réponse violente. C’est ce que t'aurais fais toi, s’il t’avait posé la question. « Laisse tomber. C’était impoli. » Tu baisses la tête avec cette envie de fuir dans un trou de souris.
.
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
 
 
release me | Cépafo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers réel :: Europe-
Sauter vers: