Partagez | 
 
 
 

 Potager en folie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
avatar
4x4
MESSAGES : 62
INSCRIPTION : 23/02/2017
CRÉDITS : faust (avatar)

UNIVERS FÉTICHE : Originaux, mais pas trop (oui, je suis chiante).
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t74-non-je-ne-suis-pas-une-vo
Limace


Potager en folie

Ft. fair enough
C’est une histoire digne des studios Pixar. Il existe une ville dans le Maine où... ah non, merde, on me glisse à l’oreille que je me suis complètement plantée dans l’histoire. On reprend. Il existe un potager dans une modeste maison où les fruits, les légumes et même les racines se battent pour ne pas finir dans une casserole. Vous pensiez que les pommes de terre n’étaient bonnes qu’à finir dans votre assiette. Et bien non, elles respirent, vivent et s’éclatent avant de finir tailler en frites. Elles ne sont pas les seules. Ici, dans ce potager, chacun vit sa condition à sa façon.

Quand une tomate décide de quitter toute sa vie sur un coup de tête pour aller à la rencontre de son âme-sœur, une sublime carotte, ça ne peut que perturber tout le potager. Et si tous les fruits et légumes décidaient de n'en faire qu’à leurs têtes ? Et s’ils reprenaient le pouvoir ? Et si... Et s’ils finissaient tous dans une marmite, oui !

Si toi aussi, t'as envie de jouer un fruit ou un légume dans un potager, n'hésite pas à taper l'incruste. On ne mange pas. En revanche, on risque de tous se faire manger. (Hanlala, c'était pas drôle !)

4x4


Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
4x4
MESSAGES : 62
INSCRIPTION : 23/02/2017
CRÉDITS : faust (avatar)

UNIVERS FÉTICHE : Originaux, mais pas trop (oui, je suis chiante).
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t74-non-je-ne-suis-pas-une-vo
Limace



Tom Hâte
Avatar : Une tomate.
Crédits : endlessly epic aka Robert Love.
Âge : Quelques semaines à peine.
Statut Civil : En pince pour une carotte.
Métier : Trop jeune pour y songer.
Localisation : Dans le potager.
Potager en folie

Le soleil brille, le vent souffle et les oiseaux chantent. La vie est belle. Non. Non, la vie est loin d’être belle. Tout va de travers. Je me suis encore réveillé accroché à cette fichue branche avec le postérieur de mon frangin juste sous le nez. Tous les matins, c’est le même cirque. Il pourrait tenter de se tourner dans l’autre sens, mais non. Monsieur trouve ça drôle de me montrer son fessier de plus en plus rouge. J’ai hâte qu’on vienne le chercher pour le faire bouillir à la casserole ou qu’on l’empale sur une brochette. Une belle brochette. J’espère que ça fera mal, ça lui apprendra à être si chiant. Oui bon, je te vois venir toi là-bas. Tu te dis que je suis méchant, que je ne devrais pas penser ça d’un membre de ma famille, que je devrais être solidaire ou que sais-je encore. Sauf que non. Non, je n’ai plus envie de tout ça. La solidarité entre tomates, c’est surfait, ça n’existe pas. Ce n’est pas parce qu’on est issu de la même plantation, qu’on se côtoie à longueur de temps qu’on s’apprécie. Tu t’imagines, toi, vivre non stop avec un abruti qui trouve ça marrant de te montrer ses fesses ? Il le fait même lorsqu’il me parle. Je te laisse imaginer l’ambiance...

Je rêve de grandeur. Je rêve d’ailleurs. Je voudrais m’enfuir, avoir le courage de faire le grand saut et rouler, rouler, rouler jusqu’à en perdre haleine. Rouler loin de ce potager. Enfin, non. Pas loin, pas si loin. Je voudrais rouler jusqu’à cette beauté fatale ou ce que je devine être une beauté fatale. Je l’observe jour et nuit, ça en devient presque malsain. Je l’observe qui pousse sans dire un mot. Elle m’intimide et je me dis que je dois aussi l’intimider pour qu’elle reste cacher sous terre. C’est mon charme de tomate ça. J’aimerais tirer sur ses feuilles pour qu’elle me rejoigne à la surface, mais je ne pense pas que ce soit une bonne approche. Non, je suis sûr que c’est la pire des approches qui soit, la meilleure façon de griller toutes mes chances. Alors à la place, je me tais. Je m’enferme dans ce mutisme qui ne me ressemble pas. Je laisse mes pépins battre la chamade dès que mon regard se pose sur elle. C’est douloureux. Ça fait mal. J’en ai gros sur la tomate, mais je ne peux rien dire. Je ne peux lui crier son amour sans déclencher une hilarité générale dans tout le potager. Je vois d’ici ma mère me scander « Une carotte ? Mais où as-tu donc perdu la tomate mon petit Tom. Une carotte et une tomate, ça ne se marie qu’en salade, pas dans la vraie vie. » Mais je ne veux pas attendre de finir en salade pour enfin l’approcher. Je ne veux pas la rencontrer dans la mort. Je veux... trop de choses. C’est impossible. Digne d’une véritable tragédie.

Il faut savoir prendre son destin en main. Si je reste là, je risque de finir en tomate farcie avant de lui avoir adressé le moindre mot. Alors je gesticule, je me balance, je bouge autant que faire se peut. Je n’écoute pas mon frère qui me hurle d’arrêter mes conneries ni même toute ma famille qui me demande ce que je fous. Non. Je veux la rencontrer. Et ce qui devait arriver... arriva. Je m’écrase comme une merde sur le sol. La chance est de mon côté, je ne finis pas en purée et ça relève presque du miracle vu la chute que je viens de me manger. Mon derrière est tout aplati et je suis persuadé que je ne ressemble plus à grand-chose. On repassera pour l’arrivée tel un beau gosse, tel une tomate de l’espace. J’ignore ma mère qui se met à pleurer à chaudes larmes, tous ses pépins volent sur le sol, mais je n’y peux rien. Il faut que je coupe le cordon. Il faut que j’affronte ma destinée !

Je roule jusqu’à la parcelle de terrain où sont plantées toutes les carottes. J’ai le vertige, envie de vomir mes tripes, mais je tiens bon. Je peux le faire. Je dois le faire. Arrivé à la hauteur de la carotte de mon cœur, je prends un instant pour reprendre mon souffle. « Carrie jolie. » Carrie, sérieusement ? C’est quoi ce surnom pourri ? J’ai envie de m’enfoncer dans la terre pour disparaître. Je suis stupide, vraiment stupide. « Enfin, je veux dire... » Et voila que je deviens timide. J’ai enfin la possibilité de parler à cette carotte qui enflamme toute ma tomate, mais je suis incapable d’aligner deux mots censés. « Tu veux pas sortir de là-dessous ? Je voudrais... Enfin... Je... » Une tomate qui bafouille, du jamais vu. « J’aimerais beaucoup finir en salade avec toi. » C’est censé être une déclaration ça ?

4x4




Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
fair enough
MESSAGES : 300
INSCRIPTION : 23/02/2017
RÉGION : Les Traboules
CRÉDITS : Stewarter (avatar) | whoeverdares.tumblr (sign)

UNIVERS FÉTICHE : REEL DRAMA
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t70-fair-enough-wah-pah http://www.letempsdunrp.com/t221-once-upon-a-time-times-three-four-times-five
Flash



Caro Thène
Avatar : Une carotte.
Crédits : fair enough.
Âge : Quelques semaines à peine.
Statut Civil : Produite sans OGM.
Localisation : Sous terre.
Potager en folie

Ah, le printemps est enfin là. Tout est sombre autour de moi, et pourtant, je le sens enfin. Le toucher est mon sens le plus développé, puisque je suis pour l'instant complètement enfouie sous le sol. Les grains de la terre se réchauffent doucement autour de moi, dès que le soleil accepte de pointer le bout de ses rayons le matin. Et je le sens, partout autour de moi. Des fois, j'ai l'impression que je suis complètement déshydratée à cause de lui. Toute la journée, il tape sur mes feuilles et celles de mes voisines, à un tel point parfois que j'ai l'impression d'avoir la tête en feu. Et ça se calme, un peu plus tard dans la journée. Il redescend, la fraîcheur tombe et bien souvent, c'est à ce moment précis que je sens la terre bouger sous les pieds de mon humain. C'est un peu inconfortable, mais il fait pleuvoir de l'eau sur nous et c'est comme une seconde jeunesse. Bon d'accord, je suis déjà très jeune. Mais quand le soleil tape fort et que j'ai l'impression de me transformer en pruneau, la jeunesse parait loin de moi.
Légèrement bousculée par ma voisine, je grimace un peu. Elle m'enquiquinera vraiment jusqu'au bout, celle-là. J'ai l'impression que même sous la terre, on n'arrive pas à trouver la tranquillité. C'est encore Caro Line, qui babille avec Caro Lingien. J'en peux plus de ces deux-là. De toutes façons ici, tout le monde se croit dans le poulailler du fond du jardin. Ça papote, ça bavasse, mais ça se tait jamais. Bla bla bla, j'ai les plus belles courbes, bla bla bla, tu sais pas ce que j'ai entendu Caro Nade dire. Ça ne s'arrête jamais. Moi, j'aimerais juste être tranquille. Pousser dans la sérénité, profiter du soleil, du silence. Et j'aimerais sortir de là. Parce que je viens encore de me prendre de la terre dans les yeux. Je ne sais pas comment elles font pour autant jacasser alors que moi, dès que j'ouvre la bouche, j'avale dix grammes de terre.
Cette fois, c'est décidé. Je quitte la terre. Je gesticule un peu, me tord dans tous les sens, me dandine. J'essaie de remonter à la surface. J'entends des hurlements et pour une fois, ça ne vient pas de chez nous. La curiosité piquée, je gesticule encore plus. Et là, j'entends une voix. Une seule. Une voix mélodieuse. Mes yeux commencent à dépasser de la terre, alors j'en ouvre un doucement, me secoue un peu les feuilles pour débarrasser la terre qui me gêne. Et je voix une tomate. La plus belle tomate que j'aie jamais vue. La première tomate que je vois, aussi. Je souris, parce que ce qu'il est en train de me dire est mignon, et un peu ridicule aussi. Il me propose de finir en salade ? On dirait un peu le destin de Pomelo et Julienne. Le destin tragique de deux amoureux interdits. « Je... j'aimerais bien, mais... » Je gesticule encore un peu, mais rien n'y fait. Je n'arrive pas à aller plus haut. Je vais bientôt me servir de Caro Line pour m'extirper de là. « Je suis coincée. » Je remue encore un peu, mal à l'aise parce que je suis complètement en train de me ridiculiser devant lui. Je suis loin de ressembler à une carotte indépendante et qui peut s'occuper d'elle-même. Ma mère me l'avait dit. « Tu peux tirer sur mes feuilles ? » dis-je en les remuant un peu pour qu'il sache lesquelles m'appartenaient dans tout ce buisson de feuilles de carotte.  

4x4


Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
carmichaos.
Féminin MESSAGES : 487
INSCRIPTION : 23/02/2017
ÂGE : 25
RÉGION : lorraine
CRÉDITS : nightblood (av) & tnetennba(sign)

UNIVERS FÉTICHE : réel mais je suis ouverte à toutes propositions
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t137-j-vais-aller-vivre-en-th http://www.letempsdunrp.com/t149-you-and-me-got-a-whole-lot-of-history http://www.letempsdunrp.com/t158-plus-on-est-de-fous-plus-on-rit
Pigeon



Jean & ses petits pois
Avatar : Le petit pois avec sa cosse.
Crédits : Moi même.
Âge : Peut être trop vieux, l'humain me tâte les boules de temps à autre.
Statut Civil : In love de moi même.
Métier : Bodybuildeur en devenir, j'suis un peu sec là.
Localisation : Dans le potager.
Potager en folie

" Ooooh non les gars ! Y a le piquet qui arrive ! Il veut nous empêcher de grossir ! " Lançais-je alors que je sens l'humain trifouiller joyeusement dans la terre depuis quelques langues secondes. Je ne comprends pas trop ce qu'il nous veut celui là, on est une bonne équipe pourtant. J'ai entraîné toute la famille avec moi. On est une bonne vingtaine à faire du sport tous les jours histoire de grossir un peu, de prendre de la masse et d'être prêt pour draguer les nénettes un peu plus loin. Les manges tout qu'on les appelle, ce petit groupe de bombasses aux formes généreuses et au ventre plat, très plat, beaucoup trop plat... Ouuuh, je vous jure que la première Mange tout que je croise, elle va vite prendre du poids, comme on aura des enfants avec ma carrure musclée et son corps de rêve. J'entends mon cousin crier " Je vais tomber les gars ! " Oh non, pas encore un nouveau suicide dans la famille, ça fait beaucoup ces derniers temps ! Ma tante va encore croire que c'est de ma faute alors que c'est juste cet abruti d'humain qui nous secoue comme si on était dans un shaker là ! Et il nous donne même pas de protéine ce petit con... si je le chope, je le bouffe ! Enfin non, c'est plutôt, s'il me chope, il me bouffe. Y a du bruit plus loin et alors que je tends ma cosse au maximum pour jeter un oeil sur le plan de tomate au loin et... oh putain ! Tom Hâte vient de se suicider ! Eh merde ! Je le vois rouler vers les carottes et alors que je tente de me redresser, c'est le drame. J'entends ma cosse craquer alors que je me redresse. Je vais mourir, je vais me vider de mes petits pois... Putain ! " Bro, accroche toi à ma cosse craquée ! " Je suis ouvert, je vais mourir alors autant sauver un membre de la famille... Sauf que lors du grand saut, il me loupe de quelques centimètres et s'écrase sur le sol. Le clébard de la famille débarque et alors que je me courbe pour ne pas me faire bouffer par cette boule de poil, je vois qu'il gobe Junior. Le coeur lourd, je me relâche et dans une dernière secousse, je me détache et tombe au sol, prêt à mourir. L'humain me ramasse, me regarde dans tous les sens et me balance sur le tas de fumier. Mon cousin a du m'arracher les vicères en tenant de s'accrocher à moi... Sur mon tas de fumier, je commence à rouler, rouler et je me fais encore secouer. J'atterris dans les cheveux des Carottes et je gesticule avec difficulté pour pas bouffer leurs fânes. " Eh les gonzs, faudrait penser à s'épiler hein " Lançais-je avant de faire le malade. " Sauvez moi les filles, je meurs " Et au passage, je casse possiblement le coup de Tom alors moi, ça me fait gonfler les petits pois...

4x4




Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
4x4
MESSAGES : 62
INSCRIPTION : 23/02/2017
CRÉDITS : faust (avatar)

UNIVERS FÉTICHE : Originaux, mais pas trop (oui, je suis chiante).
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t74-non-je-ne-suis-pas-une-vo
Limace



Tom Hâte
Avatar : Une tomate.
Crédits : endlessly epic aka Robert Love.
Âge : Quelques semaines à peine.
Statut Civil : En pince pour une carotte.
Métier : Trop jeune pour y songer.
Localisation : Dans le potager.
Potager en folie

« Je... j'aimerais bien, mais... » » ... t’es trop gros, trop rouge, trop moche, trop... trop. Je le savais. J’aurais dû écouter ma mère. J’aurais dû comprendre qu’une carotte et une tomate, ça ne ferait jamais bon ménage. Pourquoi est-ce que je me torture les pépins comme ça ? Pourquuuuuuoi ? « Je suis coincée. » Je... Quoi ? Ce n’est que... ? Elle ne... Je... Oh putain. Elle ne vient pas de me foutre le râteau du siècle. Je suis joie, bonheur. J’ai envie de me rouler dans la terre et sauter partout, mais je me retiens. C’est pas le moment de faire n’importe quoi, l’honneur des tomates reposent sur mes courbes. Je peux le faire ! Je cale un petit sourire sur mon visage tout rouge. « Tu peux tirer sur mes feuilles ? » Sur... Quoi ?! « Je... » suis une tomate stupide qui n’arrive pas à s’exprimer. Oui putain, mais c’est pas ça qu’elle veut entendre. Elle veut que je tire ses feuilles. Elle veut que je tire ses feuilles putain. C’est presque indécent. Ça me rend toute chose. Je ne suis pas à l’aise, j’ai jamais tiré les feuilles d’une carotte. J’ai même jamais approché une carotte de si près bordel. « Je vais te sortir de là... » pour qu’on vive notre amour au grand jour. Bon okay, là je m’enflamme carrément. Arrête de penser à ça, Tom, c’est pas le moment. Pour l’instant, je dois l’aider, l’amener vers la lumière, la déshabiller de toute cette terre qui l’entoure. Ouuuuuuh. Je me sens rougir. « Accroche-toi, je vais prendre de l’élan pour te sortir de là ! » Et c’est ce que je fais. Je roule un peu plus loin. Je me prépare et... je m’élaaaaaaaance !

Sauf que j’ai pas de bras et j’étais trop obnubilé par sa proposition pour y réfléchir. À la place, je lui roule dessus et je l’enfonce encore plus dans le sol. Toto le boulet, c’est mooiiiiiiiiii ! « Meerde. Ça va là-dessous ? » Je veux mourir. Je veux disparaitre. Je veux... « Eh les gonzs, faudrait penser à s'épiler hein. » Avec tout ça, j’ai pas vu les péripéties du coin des petits pois. Je me tourne vers Jean, un mélange de honte et de haine sur la face. Je le connais lui et ses comparses, je les vois s’entrainer jour et nuit pour impressionner tout le potager. Il va tout casser avec ses pois et ses belles paroles. « Qu’est-ce tu veux toi ? » Hors de question de le laisser parler comme ça à ma carotte. Carotte que je viens de renvoyer sous terre, mais c’est un détail. Et c’est là que j’aperçois enfin l’état dans lequel il se trouve et l’odeur pestilentielle qu’il dégage. Purée, il s’est pris un coup de pelle ou quoi ?! « Sauvez moi les filles, je meurs. » Tant mieux ! « Crève en silence ! » que je lui lance sans réfléchir. Sauf que non. Non, non, non. C’est pas chevaleresque du tout ça. Si ça se trouve y a une super alliance entre les petits pois et les carottes. Putain, mais oui, les petits pois et les carottes, c’est une affaire qui roule ça. À tous les coups, je viens de perdre des points avec Caro. « ’fin, je voulais dire, j’arrive ! » Je roule discrètement vers lui avec une folle envie de lui rouler dessus pour l’achever. Ce serait une bonne action, non ? J’abrègerais ses souffrances et Caro me refilerait une médaille ! Ouais, non, ça semble pas être l’idée du siècle. N’empêche que je ne peux pas m’empêcher d’écrabouiller un de ses pois. « T’aurais pas pu décider de crever un autre jour... » que je souffle tout doucement pour qu’il soit le seul à entendre. Tout part en vrille, je pourrais jamais déclarer ma flamme à carotte. Quel potager cruel !

4x4




Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
fair enough
MESSAGES : 300
INSCRIPTION : 23/02/2017
RÉGION : Les Traboules
CRÉDITS : Stewarter (avatar) | whoeverdares.tumblr (sign)

UNIVERS FÉTICHE : REEL DRAMA
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t70-fair-enough-wah-pah http://www.letempsdunrp.com/t221-once-upon-a-time-times-three-four-times-five
Flash



Caro Thène
Avatar : Une carotte.
Crédits : fair enough.
Âge : Quelques semaines à peine.
Statut Civil : Produite sans OGM.
Localisation : Sous terre.
Potager en folie

Mais qu'est-ce que je suis en train d'entreprendre ? Non d'un épi de maïs, je n'aurais jamais cru que moi, Caro Thène, je ferais un jour un acte aussi fou. Et pourtant me voilà, jeune pousse, en train de tenter de m'extirper de toute cette terre. J'entends une voix pulpeuse et quand je réussis enfin à ouvrir les yeux au grand jour, je tombe directement sous le charme de cette belle tomate bien charnue. Sauf que voilà, j'suis bloquée. J'arrive pas à aller plus haut, mais pourtant je meurs d'envie de faire sa connaissance. Je le vois hésiter et... Est-ce qu'il rougit ? Oh mon dieu, je lui ai demandé de tirer sur mes feuilles. C'est au moins l'étape seize dans une relation entre deux personnes. Je suis mal à l'aise aussi d'un coup. J'aimerais pouvoir disparaître dans la terre à nouveau, ou me transformer en râpé de carotte pour ne plus sentir son regard sur moi et son odeur fruitée partout autour de mon environnement. Ok Caro, détend-toi et ne prend pas le melon parce que si ça se trouve, il ne t'aime pas tant que ça. « Je vais te sortir de là. Accroche-toi, je vais prendre de l’élan pour te sortir de là ! » Je sens que je frémis et mes feuilles s'agitent en entendant ça. Il va vraiment le faire, pour moi. Mais... qu'est-ce qu'il fait ? « Te... t'es sûr de ce que tu fais ? » dis-je en sentant mes feuilles trembler d'angoisse. Mais trop tard, il s'élance et je ferme les yeux en poussant un hurlement. Je m'enfonce dans la terre sans comprendre et ma bouche ouverte me fait avaler de la terre. Purin, pas encore ! Je tousse et Caro Line se remet à me parler dans l'oreille comme si je n'étais jamais partie. Nom d'une moissonneuse batteuse, alors tous mes efforts étaient passés inaperçus ! Laissez-moi retourner là-haut, laissez-moi ! J'entends des voix étouffées alors que je me tortille en grognant pour essayer de remonter. Au diable Caro Line et Caro Lingien, au diable toutes ces pipelettes, je prends appuie sur ma voisine et je m'expulse en une fois du sol. « Libérééééée, déterrée ! » que j'hurle sans savoir ce qui me prend. J'aperçois alors ma tomate avec un petit pois. Et je renifle un peu avec une grimace. « Ça pue ici, non ? » Ça sent toujours comme ça en dehors de la terre ? Ah bah bravo, très classe, tu vas faire bonne impression Caro. 

4x4


Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
carmichaos.
Féminin MESSAGES : 487
INSCRIPTION : 23/02/2017
ÂGE : 25
RÉGION : lorraine
CRÉDITS : nightblood (av) & tnetennba(sign)

UNIVERS FÉTICHE : réel mais je suis ouverte à toutes propositions
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t137-j-vais-aller-vivre-en-th http://www.letempsdunrp.com/t149-you-and-me-got-a-whole-lot-of-history http://www.letempsdunrp.com/t158-plus-on-est-de-fous-plus-on-rit
Pigeon



Jean & ses petits pois
Avatar : Le petit pois avec sa cosse.
Crédits : Moi même.
Âge : Peut être trop vieux, l'humain me tâte les boules de temps à autre.
Statut Civil : In love de moi même.
Métier : Bodybuildeur en devenir, j'suis un peu sec là.
Localisation : Dans le potager.
Potager en folie

Je ne suis pas trop ce qu'il se passe pendant que je roule le long du fumier pour finir dans les poils des carottes. Elles font chier celles là, elles peuvent pas s'épiler ? Parce que là j'ai l'impression d'être dans la forêt amazonienne et ça craint. En tout cas, une fois au sol, je tente une autre approche. Je suis dans l'abus total mais il parait que ça fait craquer les filles. Oui, mon oncle a une sacrée ribambelle de pousse de petit pois et il m'a dit que plus l'homme joue au faible et plus les demoiselles veulent le sauver. Genre on échange les rôles et ce sont elles qui s'occupent de nous. Moi ça me va comme façon de faire genre pour de vrai. C'est bien à ça qu'elles servent les nanas non ? À s'occuper de leur homme ? Sauf que bon, y en a aucune qui se bouge et c'est ce crétin de Tom qui vient vers moi. " T’aurais pas pu décider de crever un autre jour... " Je tourne le visage vers lui et lève les yeux au ciel. Il me fera chier jusqu'au bout celui-ci, je le sens bien... " Mais casse toi avec tes fesses sales, tu vas pas jouer au prince non plus, t'es écrasé, tu te vides de ta pulpe, il te reste plus longtemps à vivre " Ronchonnais-je en gémissant un peu plus, comme si j'étais à l'agonie. " Casse toi j'te dis " Soufflais-je alors que je vois Caro Thène s'approcher. " Putain elle est gaulée comme un avion de chasse... On va faire un putain de repas pour l'humaine... " Lançais-je en souriant largement. Je me redresse tant bien que mal, cassé en deux et je lance à Caro, snobant carrément Tom " Toi et moi on va faire un petit pois-carotte d'enfer ma belle ! On va rendre jaloux tout le potager " Et on va sauter ensemble dans la poêle, avec les potos les oignons. J'en oublie les Mange tout et toutes les carottes aux alentours. J'ai plus d'yeux que pour elle. " C'est Tom qui pue du cul ! Il est entrain de pourrir " Lâchais-je en baissant le visage, faussement triste. Je me retourne vers la grosse tomate plus trop juteuse et lui lance, avec mes plus beaux petits pois menaçant de sortir, " T'es fini mon gars, elle est pour moi " Ahah ! I win, I always win ! Ou pas.

4x4




Revenir en haut Aller en bas
 
 
Potager en folie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La folie des BAM ! [FINI]
» L’argent conduit à la folie !
» Crise de folie... |Libre|
» ~ Lorsque la folie danse la valse de la Vie ~
» Ethan Fever - La folie est un art {OK}

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers autres-
Sauter vers: