Partagez | 
 
 
 

 you don't belong here | SUNRISE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 
avatar
.ASHES
Féminin MESSAGES : 977
INSCRIPTION : 11/03/2018
ÂGE : 21
RÉGION : Aquitaine
CRÉDITS : little liars

UNIVERS FÉTICHE : séries/films, du réel, du post apo, du drame, faites moi rêver **
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Donut


Le contexte du RP
Mise en situation

La situation
Serpentard un jour, serpentard toujours. Au sein d'une même maison, il n'existe de place que pour un leader.. Et lorsqu'aucun accord n'a été passé, la tension ne retombe pas.. Vous l'aurez compris, une histoire entre haine, et désir, répulsion, et passion.. Confrontation, et découverte de soi-même. La guerre va être rude.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
.ASHES
Féminin MESSAGES : 977
INSCRIPTION : 11/03/2018
ÂGE : 21
RÉGION : Aquitaine
CRÉDITS : little liars

UNIVERS FÉTICHE : séries/films, du réel, du post apo, du drame, faites moi rêver **
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Donut



Ashlee Drake
Je vis à l'école de magie, à Poudlard. Dans la vie, je suis un cancre et je m'en sors comme je peux. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien puisque je fais ce que je veux.




ash stymest - solune
T'es en train de mater le plafond ta chambre, t'as rien d'mieux à faire. Tu pourrais aller emmerder deux trois serdaigles, mais t'es bien, au fond de ton pieu. T'as pas envie de bouger, tu sais que l'heure du repas va te forcer à bouger, mais t'as encore un peu de temps. Comme t'es un crevard, tu t'occupes à emmerder ton voisin de chambre. Lui, ça l'amuse pas, mais toi, ça te distrait. Et comme t'en as rien à foutre, de ces états d'âme, tu continues. De toute façon, tu sais qu'il osera pas riposter. Sa réputation en dépend. La tienne aussi d'ailleurs. Si tu commences à te laisser marcher dessus, c'est le début des emmerdes. Tu connais les règles, ici. C'est un peu marche ou crève. Tu suis, ou tu te fais suivre. Mais pour qu'on te suive, faut avoir une sacré paire de couille. Et c'est pas donné à tous. C'est toi à toi, qu'on lèche les basket, pas l'inverse. Puis, comme ton voisin est pas très fute-fute, dans deux jours, ce sera oublié. "Amplificatum" Tu vises son nez, et voilà qu'il se retrouve avec un pif énorme au milieu de la figure. Et toi, t'es plié en deux de rire. S'il voyait sa tête. T'essaies de te calmer, mais ton hilarité reprend d'plus belle. T'es comme un gosse, mais faut dire que s'est très drôle.

Puis l'heure du repas sonne. En principe, t'as pas besoin de ta baguette, mais toi, tu l'amènes, parce que c'est toujours utile. Tu regardes ton voisin, avec son nez à double volume, qui dégonfle à peine, et tu caches ton sourire, à l'idée que la honte va lui tomber dessus. Il trace sa route, loin de toi. Comme s'il craignait que tu lui réserves une autre mauvaise farce. Mais t'as déjà quelqu'un d'autre dans le viseur. Tu pensais pas croiser son chemin d'aussi tôt, mais c'est encore mieux. Des sales tours, t'en as la masse en réserve. Et si, pour tes voisins de chambre, c'est que des farces, lui, c'est juste l'envie de le détruire, de l'humilier. Tu sais pas pourquoi ta haine est aussi vivace. Vous êtes plus semblable que tu ne le penses, vous êtes de la même maison, mais ça t'es égal. T'as juste envie qu'il redescende. Alors tu t'approches, comme si de rien n'était. Tu fais que te rendre au réfectoire, de toute façon, il n'a aucune preuve du contraire. Puis quand tu passes à côté de lui, tu murmures un faible : "Impédimenta" Et boum, le voilà qui se retrouve par terre. Tu t'arrêtes à sa hauteur, et tu ris. Tu te priveras pas de l'humilier en public. "La prochaine fois, regarde où tu mets les pieds, ce genre de chose ne t'arrivera pas" Tu te moques de lui sans vergogne. Tu te fiches du public, au contraire, ça te met en joie. Tu lui tends la main, pour paraître poli, mais t'as bien l'intention de la retirer, avant qu'il ne s'en saisisse. C'est pas drôle, sinon.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
SUNRISE
Masculin MESSAGES : 3241
INSCRIPTION : 22/05/2017
ÂGE : 20
RÉGION : languedoc-roussillon.
CRÉDITS : tumblr.

UNIVERS FÉTICHE : fantastique, city, sms, all.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1097-get-back-on-track-kassie http://www.letempsdunrp.com/t1429-m-m-the-game-is-on-en-cours http://www.letempsdunrp.com/t1098-come-to-me-in-the-night-hours-kassie http://www.letempsdunrp.com/t1107-i-m-going-back-to-the-start-kassie
gay on a mission



Newt Andrews
Je vis à l'école de Sorcellerie Poudlard, en Ecosse. Dans la vie, je suis un élève rigoureux et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.



jacob morton ©️ sunrise
L’envie de refermer les yeux est bien forte, ce matin. Plus que les autres matins, pourtant, ton réveil te hurle dans les oreilles autant que les rayons du soleil t’aveuglent, n’ayant pas prit la peine de tirer les rideaux de ton lit à baldaquin après t’être coucher. Quelle erreur. Tel un félin, tu t’étire de tout ton long, baillant le plus possible. Tu es le premier de ton dortoir à t’être réveillé. Parfait. Tu n’auras pas à supporter leurs bavardages inintéressants, mais surtout incessant. Le calme plane tandis que tu sors de tes draps pour enfiler ton uniforme. Ton estomac crie famine, si bien que tu ne tardes pas trop devant ton reflet pour rejoindre la Grande Salle, attiré par la bonne odeur du petit déjeuner. Ta mauvaise humeur lorsque tu n’as rien avaler est légendaire, si bien que personne n’ose t’adresser la parole durant ce laps de temps. C’est devenu naturel. Personne ne cherche ton attention avant la première classe du matin. C’est ainsi. Sinon, les insultes et les coups bas pleuvent sur le pauvre élève qui aurait outrepassé cette règle qui s’est imposée d’elle-même dès ton arrivé à Poudlard. Une petite teigne, déjà, à l’époque. Une image que tu portes et qui te permets de rester éloigné des autres. Parfait, pour un être tel que toi. Tu diriges tes sujets de loin, sans avoir besoin d’ouvrir la bouche. Sans avoir besoin de les diriger. Ce sont des pions sur un échiquier qui avance selon tes désirs sans entendre un seul mot de ta bouche. Pourtant, certains pions se montrent plus rebelles que d’autres…

A peine as-tu eu le temps de rejoindre la Grande Salle et de t’approcher de la table des Serpentards que tu te retrouves par terre. Tu t’écrases sur le sol, incapable de bouger les jambes. Sort d’Entrave. Il ne te faut pas longtemps pour comprendre. Ashlee. Fils de pute. Celui-ci affirme son geste en s’approchant de toi pour t’humilier. Bien heureusement pour toi, le sortilège ne dure pas. Alors, tu restes statique, tu joues le jeu, tu feins d’être encore sous les effets du maléfice, avant d’attraper ta baguette et de jeter à ton tour un maléfice. Maléfice du Croche-Pied. Un sourire carnassier vient naître sur ton visage malgré qu’il s’écroule sur toi. Face à face, pour l’humilier jusqu’au bout, tu déposes un bruyant baiser sur sa joue. « Pauvre petit, il n’a pas trop bobo ? » Tu le repousses et te redresses. « On dirait que toi aussi, tu devrais regarder où poser les pieds, crétin. » Sa simple vision suffit à t’agacer, mais le fait d’avoir touché sa peau te fait frissonner. Lui adresser la parole t’est désagréable. Tu te relèves, sachant pertinemment que rien n’est terminé. L’altercation ne fait que commencer, alors tu serres ta baguette entre tes doigts, prêt à en faire de nouveau usage. « Dégage, avant que j’te fasse bouffer ta baguette par le cul, Drake. »
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
.ASHES
Féminin MESSAGES : 977
INSCRIPTION : 11/03/2018
ÂGE : 21
RÉGION : Aquitaine
CRÉDITS : little liars

UNIVERS FÉTICHE : séries/films, du réel, du post apo, du drame, faites moi rêver **
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Donut



Ashlee Drake
Je vis à l'école de magie, à Poudlard. Dans la vie, je suis un cancre et je m'en sors comme je peux. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien puisque je fais ce que je veux.




ash stymest - solune
Ce type, c’est ton punching-ball. Tu sais pas pourquoi. C’est juste tombé sur lui. La première fois que tu l’as vu, t’as su que tu pourrais pas le piffrer. Ça n’a pas manqué. Et le pire, c’est quand t’as compris qu’il allait rejoindre la même maison que toi. Serpentard. Toi, t’étais destiné à l’être. Pour rien au monde t’aurais signé ailleurs. T’es serpentard dans le sang depuis toujours. Serdaigle, Gryffondor.. C’est bien beau, mais c’est là pour la déco. T’as pas d’estime, pour eux. Tu sais juste que s’ils n’étaient pas là, tu t’ennuierais. Fallait bien que quelqu’un subisse. Ça se porte d’abord sur ton voisin de chambre. Puis sur lui. Toute façon, moins tu vois sa gueule, mieux tu te portes. Alors c’est de bonne guerre, qu’il s'étale sur le sol. C’est la moindre des punitions pour s’être dressé sur ton chemin. Et t’as pas honte de remuer le couteau dans la plaie. C’est lui qu’est au sol. Et tu comptes bien qu’un maximum de personne se rendent compte de ton petit tour. Tu te moques. Tu ris. Puis la chute est brutal. Juste retour des choses, alors que tu t'échoues sur lui. Au moins, il aura eu la politesse d'amortir le choc. L'enflure. Tu devrais féliciter son courage, c'était pas tous les jours qu’on se levait contre toi. Mais t'es préoccuper par le besoin de lui faire payer, par ta vengeance. Et quand ses lèvres claquent contre ta joue, s'est la catastrophe. Tu fulmines à l’intérieur. T’as envie d’hurler, mais la raison t'échappe. Enfin, y’a bien l’humiliation, qui cause des tremblements dans ton corps entier. Mais y'a autre chose qui te perturbe. Cette putain de sensation qui monte en toi. Mi agréable, mi détestable. C’était quoi ça ? C’était quoi ce frisson sur tes bras ? Bordel t’aimes pas ça. « Tu vas l’payer, Andrews. » Parce que t'allais pas le laisser humilier sans te rebiffer. Tu roules sur le côté, alors qu’il te dégage pour se relever. Toi t’as besoin d’encore quelques minutes. Et quand tu te relèves à ton tour, tu l’observes sous un nouvel angle. Y'a ce truc, qu’à changé. Bon sang, tu comprends, et pire, t’assumes pas d’être dérangé par ce mec. Surtout celui-là. « Quelle politesse.. Je vois que l'éducation dans certain famille est déplorable, de nos jours. » C'est de la provocation pure et dure. T'as pas envie d'être tendre avec lui. Ta rage envers lui est me le pire que lorsque t'as croisé son chemin. Tu lacheras pas l'affaire. T'attends des excuses. Des supllications même. Ils en passent tous par là. Il se rebelle un peu, mais il finira par courber l'échine.  « Fais gaffe à ce que tu manges, Andrews. A ce qu'il paraît, y'en a qu'on pas survécu. Ce serait dommage qu'on te perde si tôt. » Tu commençais à peine à jouer avec lui. T'en avais pas fini avec lui. Mais si vous bougiez pas vos fesses, quelqu'un finirait par venir vous chercher. Et ce serait pas bon pour vous. Alors tu comptes bien passer le repas. Et terminer cette altercation après. T'as besoin de t'éloigner, en plus. T'es pas dans ton assiette. T'as besoin de te ressaisir. Depuis quand tu t'laisses debousoller.  « Profites, après, je te réduis en bouillie. »
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
SUNRISE
Masculin MESSAGES : 3241
INSCRIPTION : 22/05/2017
ÂGE : 20
RÉGION : languedoc-roussillon.
CRÉDITS : tumblr.

UNIVERS FÉTICHE : fantastique, city, sms, all.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1097-get-back-on-track-kassie http://www.letempsdunrp.com/t1429-m-m-the-game-is-on-en-cours http://www.letempsdunrp.com/t1098-come-to-me-in-the-night-hours-kassie http://www.letempsdunrp.com/t1107-i-m-going-back-to-the-start-kassie
gay on a mission



Newt Andrews
Je vis à l'école de Sorcellerie Poudlard, en Ecosse. Dans la vie, je suis un élève rigoureux et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.




jacob morton ©️ sunrise
T’ignores pourquoi t’as embrassé sa joue, sous le regard des autres élèves de votre maison. T’ignores la raison qui t’as poussé à agir de la sorte, rien n’était prémédité. Tu préfères alors te dire que ce n’était que pour l’humilier, que pour le pousser un peu plus à te détester et à ajouter un peu de piment dans le quotidien un peu lassant, autant que peut l’être celui d’un élève du château. Bien vite, tu reprends contenance, lâchant une nouvelle pique au brun. Une insulte. Puis tu le fais rouler sur le côté pour te redresser. Maintenant fermement ta baguette entre tes doigts, tu attends la suite des événements et pourtant, ton corps tout entier se tourne vers tes camarades, reprenant le cours de tes discussions comme si rien de tout cela ne s’était passé. Tu refuses d’y réfléchir une seconde de plus. Cet abruti gâche suffisamment ta journée lorsqu’il se trouve dans la même pièce que toi, tu refuses de penser à lui lorsqu’il s’éloigne. Pourtant, ses menaces te font faire immédiatement volte-face, la colère étirant tes traits.

Tu ne réponds pas à la première pique, mais bien à sa menace. Tu te fiches bien de sa pauvre gueule, mais certainement pas que l’on menace ta vie de cette manière. Qu’on insulte ta famille, tu t’en fous royalement. Ce ne sont que de sombres cons imbus de leur personne. Mais qu’on s’en prenne à ta vie te met hors de toi. D’un simple geste de la main, tu fais taire ton camarade de dortoir et ami qui tente de te dissuader de répondre, mais trop tard. La machine est lancée et plus rien ne peut l’arrêter. Tes pieds ne tardent pas à venir supprimer la distance qui te sépare de lui. Sang chaud. Tu le fais se retourner brusquement vers toi et ton front se colle au sien. « Essaye toujours pour voir. » craches-tu, d’une voix qui ne tremble pas. Une voix ferme et froide. Ce petit merdeux ne t’impressionne pas. Tu ne te laisseras jamais marcher sur les pieds par un gars comme lui. Par un mec qui te dégoûte à ce point. Tes mains viennent se poser sur tes épaules et le repousses brusquement, le forçant à faire quelques pas en arrière. « Menace-moi encore une fois, et tu finiras empaillé dans la salle des trophées. » Peu importe que l’on vienne t’arrêter. Peu importe que l’on vienne vous offrir des heures de retenue. Tu ne désires plus qu’une seule chose : lui détruire sa sale petite gueule. La rage envahit tes entrailles pour remonter une boule dans ta gorge. Tu veux juste lui éclater sa gueule d’ange. L’humilier un peu plus. Lui faire perdre son sourire. Le faire descendre de son piédestal. Si les autres plient devant lui, ce n’est pas ton cas. Ce ne sera jamais ton cas. Certainement pas. « Tu penses réellement que tu me fais peur ? » un rire parvient à dépasser la colère entravant ta trachée. « Dégage. » Tu ne le répéteras pas une troisième fois.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
.ASHES
Féminin MESSAGES : 977
INSCRIPTION : 11/03/2018
ÂGE : 21
RÉGION : Aquitaine
CRÉDITS : little liars

UNIVERS FÉTICHE : séries/films, du réel, du post apo, du drame, faites moi rêver **
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Donut



Ashlee Drake
Je vis à l'école de magie, à Poudlard. Dans la vie, je suis un cancre et je m'en sors comme je peux. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien puisque je fais ce que je veux.




ash stymest - solune
T’as qu’une envie. Démolir sa belle gueule. Ce sourire qui apparaît parfois, à intervalle irrégulier. Rien que sa présence t’irrite. Tu devrais laisser courir, pour te débarrasser de lui, mais tu provoques, encore et toujours. Parce que c’est impossible pour toi. Tu dois lui faire payer cette humiliation. C’est à lui de subir, pas à toi. Ton poing te démange de venir cogner contre son nez, pour lui refaire la tête au carré. Mais de loin, t’aperçois un professeur qui vous surveille. Et malgré tes airs de p'tit con, à ce niveau là, t'es irréprochable. Aucun prof n’avait jamais rien trouvé à dire sur toi. Alors tu te contentes de provocations verbales. Parce que si c’est lui, qui porte ce premier coup, c’est pas toi qu’on blâmera c’est bien connu. T’es malin. Tu cherches, mais toujours de manière réfléchi. T’as ce mauvais sourire sur les lèvres, signe que ces menaces ne t'effraient pas. T’as conscience d’être celui que tous redoute. C’est pas parce qu’il se rebelle un peu, qu'il ne finira pas par craquer en temps voulu. Tu le menaces, c'est dans l’ordre des choses. C’est normal. C'est un peu un coutume à Poudlard. Mais que lui, te menace ? T'acceptes pas. Dents serrées, t'évite d’entrer dans son jeu. T’as envie d'éteindre ce sourire. T’as envie de lui mettre la raclée du siècle. Lui faire passer ces airs de petit con. Il joue avec tes nerfs, et il finira par se brûler. Certitude. T’as juste envie de cogner ce corps qui appelle des sentiments que tu connais pas. Il n'a pas peur de toi. Pas encore. Ça ne serait tarder. Il n’est pas loin. Alors tu fais ce pas. Celui qui sépare encore vos corps. Tu te retrouves à presque le frôler. Vos visages à quelques centimètres, tu grondes. « Toi et moi. Dans une heure. Salle d’histoire. » Tu murmures à peine pour que lui seul entende cette proposition. Qui en réalité, n’en est pas une. Car s’il ose ne pas se pointer ce soir, t'es prêt à ruiner sa vie comme tu n’en a jamais ruiné. C’est une proposition, sans en être une. Tu sais qu’il acceptera. Histoire de régler ce malentendu. De décider une bonne fois pour toute qui est le meilleur. C’est toi. Toi, tu sais. Mais il faut qu’il se rende à l'évidence.  « Sois à l’heure, où j’en déduirais que t’as peur. » Tu lâches un rire hypocrite. Puis tu te tires. T'étais proche de lui. Trop. C'était presque déstabilisant. Ton corps boue de rage, mais d’autre chose aussi et t'arrive pas à mettre la main sur quoi. Tu passes à côté de lui, le bouscule de l’épaule, et tu vas t’asseoir à ta place pour déguster le repas. Tu lui lances quelques regards menaçant d’une place à une autre. Tu ris, à le regarder, et à échanger des messes basses avec les tiens. Tu veux le rendre fou. Que l’enjeu puisse être un minimum agréable après. Tu veux pas affronter un faiblard. T'hésites même à lui offre une nouveau mauvais coup. Mais après votre altercation tu seras direct désigné coupable donc tu restes sage.

Puis une fois ton repas avalé, des regards pleins de haines échangés, tu te lèves, tu lui lances un dernier regard, et tu te tires du réfectoire. Tu comptes bien être le premier sur place. C’est toi qui l'a mis au défi. Ça ferait tâche qu'il pointe son nez en premier. Tu te glisses à l’étage en silence, sans être vu. Ce serait dommage que tu te fasses chopé par un prof et que ça ruine tes plans. Mais t’arrive jusqu’à la salle sans encombre. T’as plus qu’à attendre, celui qui deviendra bientôt ta prochaine victime. La porte s’ouvre, et tu souris alors même que tu l'as pas encore aperçu. « T’es venu en fin de compte. Je dois reconnaître que t’as plus de cran que je pensais. Mais ça changera pas l'issu de cette rencontre, je compte bien casser ta belle gueule. » Tu regrettes d’avoir complimenté le serpentard lorsque ça quitte tes lèvres. Putain. Tu détestes ce type un peu plus de minutes en minutes. Et tu te rends compte que te retrouver seul avec lui, dans une classe sombre, et exigu, ça aide pas.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
SUNRISE
Masculin MESSAGES : 3241
INSCRIPTION : 22/05/2017
ÂGE : 20
RÉGION : languedoc-roussillon.
CRÉDITS : tumblr.

UNIVERS FÉTICHE : fantastique, city, sms, all.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1097-get-back-on-track-kassie http://www.letempsdunrp.com/t1429-m-m-the-game-is-on-en-cours http://www.letempsdunrp.com/t1098-come-to-me-in-the-night-hours-kassie http://www.letempsdunrp.com/t1107-i-m-going-back-to-the-start-kassie
gay on a mission



Newt Andrews
Je vis à l'école de Sorcellerie Poudlard, en Ecosse. Dans la vie, je suis un élève rigoureux et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.




jacob morton ©️ sunrise
Les menaces de gosses de riche comme lui ne te font pas peur. Généralement, ils ont des toutous à leur suite, et ne parles qu’en leur présence, au cas où certains se rebelleraient. Tu fais partie de ceux-là, toi. Tu ne te laisses pas marcher sur les pieds par un enfant gâté qui se pense supérieur aux autres de par son sang, son rang ou sa richesse. À tes yeux, il n’est rien d’autre qu’un gamin pleurnichard qui souhaite se créer une cour tout autour de lui, une cour qui l’abandonnera dès qu’elle en aura l’occasion. Personne ne veut être ami avec une telle pourriture. Ce n’est que crainte qui anime leurs messes basses, et leurs souhaits d’être toujours plus proche de la tête brune. Tu le sais. Tu retournes auprès de tes amis, qui se font petits face à l’affrontement de deux de leurs camarades. Ce n’est pas pour rien que le courage n’est pas attribué à votre maison, mais à celle des lions. Votre maison, c’est la ruse, à l’image de la vipère qui vous représente. Ils se cachent tous pour ressortir leur dague et la planter dans votre dos lorsque vous leur présentez. Ils ne valent pas mieux que ce petit crétin hautain. « Un rencard ? Fais attention, on dit que les murs ont des oreilles, ici. » Provocation pure. Tu veux qu’il te cogne, tu veux qu’il attire l’attention sur vous pour le voir se faire coller, peut-être même renvoyer. Quelle satisfaction se serait de débarrasser Poudlard de cette vermine. Alors le sourire amusé revient sur tes lèvres à grande vitesse. Jamais tu ne pourras avoir peur d’une fillette dans son genre. Il est si près de toi que les élèves les plus proches de vous s’éloignent, craignant à nouveau une bataille sournoise, mais il n’en est rien. Tu arques un sourcil, puis retournes à tes occupations de la matinée, à savoir le petit déjeuner, notant dans un coin de ta tête le lieu du rendez-vous. Tu ne comptes pas te faire marcher dessus par un sale type comme Drake. Il s’en prend à la mauvaise personne. Il aurait dû se contenter d’emmerder son voisin de dortoir, ou bien de pauvres Poufsouffles trop peureux pour oser le défier.

Durant l’intégralité du repas, tu le fixes sans te soucier des conversations qui t’entourent. T’es bien trop occupé à lui sourire. Tu veux lui montrer qu’il ne t’effraie pas. Tu veux faire trembler son règne, le faire sombrer avec lui. Ce règlement de compte est l’idéal. Il ne cesse de parler de toi, et ça te plaît. Il a enfin trouvé un adversaire à sa taille. Pauvre roi qui va descendre de son trône. Dommage que sa cour ne se joigne pas à vous pour assister au spectacle… Son petit jeu ne fait qu’éteindre ta colère, pour mieux faire rugir ce plaisir que ce jeu t’évoque. Quel sombre idiot.

Lorsqu’il se lève, tu le suis du regard, reposant la pomme bien verte dans ton assiette. Tu attends patiemment qu’il quitte la Grande Salle pour faire de même, lui laissant quelques secondes d’avance tout au plus. Ton ami et camarade de dortoir tente bien de t’en dissuader, mais non. Tu as bien trop envie de rentrer dans son petit jeu et de le détruire, pièce par pièce. On ne te menace pas s’en en payer les conséquences. On ne t’humilie pas sans être humilié en retour. Œil pour œil, dent pour dent. Tu grimpes les marches des escaliers capricieux et atterris rapidement devant la salle de classe. Tu pousses la porte et sans attendre plus longtemps, sa voix désagréable résonne à tes oreilles. « Un rencard, puis un compliment ? J’vais finir par croire que tu as flashé sur moi. » Ta langue passe sur tes lèvres, tandis que tes doigts se referment sur le bois de ta baguette. « Finissons-en une bonne fois pour toute. »
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
.ASHES
Féminin MESSAGES : 977
INSCRIPTION : 11/03/2018
ÂGE : 21
RÉGION : Aquitaine
CRÉDITS : little liars

UNIVERS FÉTICHE : séries/films, du réel, du post apo, du drame, faites moi rêver **
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Donut



Ashlee Drake
Je vis à l'école de magie, à Poudlard. Dans la vie, je suis un cancre et je m'en sors comme je peux. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien puisque je fais ce que je veux.




ash stymest - solune
Cette idée d’être en tête à tête, c'était plus un moyen de régler vos comptes, sans soucis d’intervention extérieur. Mais en fin de compte, t’aurais mieux fais de t’assurer d’une présence autre. Déjà pour justifier que t'avais bien cassé la gueule à l’autre serpentard – parce que tu doutais pas que ça allait arriver – puis aussi pour t’éviter de te retrouver dans cette situation gênante. Porte refermée, et pièce rempli que de vos uniques présences, t’as de nouveau cette sensation qui grimpe en toi. Étrange, et que t’arrive pas à comprendre. T’aurais bien dis que c'était toute la colère qui bouillonne en toi, mais non, c’est quelque chose d’autre. Quelque chose de bien distinct. Pas juste l’envie de lui foutre ton poing dans la gueule. Tes ongles s’enfoncent dans tes paumes de main, et tu te refuses de céder à ces provocations. T'es pas un petit amateur. Tu laisseras personne te manipuler avec des mots. T’as commis l'erreur de parler sans réfléchir – même si au fond de toi, sans que tu n’acceptes de l’avouer, tu dois reconnaître que son minois est canon – mais ça se reproduira pas. Sans compter que ces paroles te perturbe. Bordel quel con. Tu préférais crever que flasher sur un type comme lui. Un type, d’ailleurs. Putain non. T’aimes les femmes. Avec des formes. Un vrai femme. Et il n’a rien a voir avec ça, de toute manière. A moins qu’il cache bien son jeu. Les nerfs en boulent, t’as fais un pas dans sa direction. T’as envie de fracasser son sourire. Et avec tes poings, à l’ancienne. Parce que quelques petits tours de magie, ça te suffirait pas. T’as envie de laisser des traces visibles qui prouvent que tu lui as mis la misère. T’as envie de ressentir la joie de lui démonter la gueule. L’ivresse de te perdre dans un combat. Poings serrés prêt à te jeter dans une guerre, il te coupe l’herbe sous les pieds. Ton regard est comme hypnotisé par cette langue qui trace son chemin sur ces lèvres. T’admettras pas, mais ça t'as remué. T’as envie de lui faire la peau. Pour ces provocations, pour l’humiliation, pour la victoire, et pour un millier d'autres raisons. Qui te déplaisent toutes. Faut pas que tu penses à ça. « Déjà pressé de me quitter ? T’as peur de te dégonfler, si on fait durer le suspens ? » Les provocations sortent toutes seules de ta bouche, alors que tu as toujours ton regard fixé sur le sien. Tu t’approches alors que t'essaies de reprendre ton assurance. « Tu fais pas le poids, face à moi, tu l’sais Andrews » Tu continues avec ton sourire revenu se caler sur tes lèvres. Faut pas que tu laisses ce petit merdeux te déstabiliser, d’une manière ou d’une autre. Tes à deux pas de lui, et en fin de compte, tu dresses ton poing, pour venir le fracasser contre sa mâchoire. T’as envie de voir comment il réagi à la provocation. S’il est physiquement capable de déclencher une bagarre. « T’es un minable, Andrews. Personne veut de ton petit cul de fiotte. » Si avec ça il réagi pas, t'y connais rien. Ou alors c’est un dégonflé..
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
SUNRISE
Masculin MESSAGES : 3241
INSCRIPTION : 22/05/2017
ÂGE : 20
RÉGION : languedoc-roussillon.
CRÉDITS : tumblr.

UNIVERS FÉTICHE : fantastique, city, sms, all.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1097-get-back-on-track-kassie http://www.letempsdunrp.com/t1429-m-m-the-game-is-on-en-cours http://www.letempsdunrp.com/t1098-come-to-me-in-the-night-hours-kassie http://www.letempsdunrp.com/t1107-i-m-going-back-to-the-start-kassie
gay on a mission



Newt Andrews
Je vis à l'école de Sorcellerie Poudlard, en Ecosse. Dans la vie, je suis un élève rigoureux et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.




jacob morton ©️ sunrise
Être coincé dans cette pièce avec l’autre vert ne te plaît pas. D’autant que personne ne sera là pour intervenir si cela dérape. Cependant, il est trop tard pour faire machine arrière. Tu ne veux pas faire demi-tour. Tu ne veux pas lui faire ce plaisir. Le prix à gagner est bien trop important à tes yeux pour que tu rates une telle occasion. Tu lances un pique simplement pour voir la colère prendre place dans ses yeux, mais elle vient qu’en seconde position. Étrange. Tu n’es pas certain de comprendre d’où provient le trouble que tu sembles lire dans ses yeux. Tu passes encore ta langue sur tes lèvres affreusement sèches, refermant davantage ta poigne sur ta baguette. L’autre ne semble pas tenir la sienne, mais tu n’es jamais à l’abri d’un sortilège à parer. Les types dans son genre sont vicieux. Tu restes sur tes gardes. « Simplement envie d’en finir au plus vite avec toi. Crois pas que tu m’impressionnes... » Ce n’est qu’un abruti. Ton sourcil ne fait que s’arquer davantage en entendant sa réflexion. Ne pas faire le poids face à une vulgaire brindille ? Un rire commence à s’échapper de ta gorge lorsque le poing de l’autre vient s’écraser sur ta mâchoire. La surprise te fait ouvrir la bouche, et tourner la tête suivant la courbe que décrit le bras d’Ashlee. Bordel de merde. Un grognement émane de toi. La douleur te rend plus agressif, plus en colère que jamais. Tu fais bouger le seul os mobile de ton visage. Un air mauvais sur la gueule.

« Petrificus Totalus ! » Voilà que le rire te revient désormais. Un sorcier qui ne s’arme pas de sa baguette pour un duel. C’est d’une tristesse. « T’as ouvert le combat, j’ai riposté. » Tu le pousses du bout de doigt, et son corps paralysé retombe sur le sol en pierre de la salle de classe vide. Tu n’as jamais prononcé les mots « combat à la loyale », pas plus que le brun ne l’a fait. Finalement, être seul avec lui est une bonne chose, personne pour t’empêcher de faire ce que tu t’apprêtes à faire. Doucement, tu ranges ta baguette dans la poche de ta robe de sorcier et viens t’asseoir à califourchon sur le corps du garçon. « Tu sais que tu fais un siège confortable ? » L’humilier jusqu’à ce qu’il n’en puisse plus est un plan qui te fait sourire. Bordel. C’est grisant. Tu pourrais faire ça toute la journée. Ton index et ton pouce saisissent son menton. Ses yeux te fixent. « Comment tu m’as frappé déjà ? Oh, oui, ça me revient. » Tu te redresses et ton poing reproduit le même arc de cercle que le sien pour s’abattre sur sa joue immobile. « Je crois que j’ai pas atteint la même zone que toi. Je vais recommencer. » Un autre coup lui offres-tu, avant de te lasser. « Finalement, je trouve ça sympa ce petit rencard. Tu vas avoir de jolies marques à montrer à tes petits copains minables. » Tu te penches sur lui, ton visage à quelques millimètres seulement du tien. « Ne plus t’entendre est un pur délice. »
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
.ASHES
Féminin MESSAGES : 977
INSCRIPTION : 11/03/2018
ÂGE : 21
RÉGION : Aquitaine
CRÉDITS : little liars

UNIVERS FÉTICHE : séries/films, du réel, du post apo, du drame, faites moi rêver **
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Donut



Ashlee Drake
Je vis à l'école de magie, à Poudlard. Dans la vie, je suis un cancre et je m'en sors comme je peux. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien puisque je fais ce que je veux.




ash stymest - solune
Le coup qui cogne contre sa mâchoire t'échappe. T’avais dans l’idée de faire durée le plaisir plus longtemps. Mais ce type à le chic pour te faire sortir de tes gongs. Alors ça a été au dessus de tes forces. T’as craqué, et t’as cogné. Et bordel ça t’as fais un bien fou, d’amocher sa belle gueule. T’aurais bien envie de lui botter son cul de tapette. Il n'a personne derrière lui. Tu peux le détruire comme tu veux. Personne ne viendra te reprocher tes actes. Alors s'est soudain, mais agréable.

La réplique aussi, et soudaine. Tu t’attendais pas à ce qu’il la joue de cette manière. Vous êtes des sorciers, mais t’avais l’intention de régler cette manière d’homme à homme. Pas de sorcier à sorcier. Donc son tour de baguette, tu te fais surprendre. Et il se la joue perfide. Tu te retrouves pris au piège, d’une minute à l’autre. T'essaies de bouger. Impossible. L’enfoiré ! T’essaies de lui hurler après, mais ça aussi ça t'es impossible. Bordel. T’es nerfs te lâche. Tu sens ton poing te serrer, même si tes membres ne bougent pas. T’es obligé de subir son regard, ses accusations, ses mots. Et tu peux même pas réagir. Tu te sens tomber au sol. Incapable d'empêcher ta chute. Tu ressens même pas le choc, à cause du sortilège. Tu jures de lui casser sa gueule pour de bon, dès que t’auras récupérer le contrôle de ton corps. C’était qu'une question de minutes. Bientôt t’allais pouvoir te venger. Et ça allait faire mal. Mais il en profite. Il te nargue. Et le pire est sans doute cette humiliation qu’il t’offre. Parce que tu la ressens comme une humiliation, à plusieurs niveaux. Parce qu’il t’insulte à sa manière. Te traites comme si t’étais un moins que rien. Mais aussi parce que sentir son corps, si proche du tien, éveille de nouvelles envies en toi. Des envies que t’as pas envie de connaître, de ressentir. Des envies que te font être une personne que t’as pas envie d’être. Que tu détestes. Et ça, c’est une nouvelle humiliation. Parce que c’est une putain d’horreur, de désirer un homme. Une putain d’horreur de le désirer lui. Pourtant tu sais que si ton corps était pas pris par le sortilège de Newt, une partie très explicite de celui-ci aurait réagi et qu’il s’en serait rendu compte. D’une certaine manière ça aurait été pire. Alors tu remercies le ciel d’être bloqué. Et t’espères qu’il va se tirer de là, très vite. Mais il n’en a pas fini avec toi. Non, bien sûr que non. T’as chercher. T’as trouvé. Et son poing s’abat contre ta mâchoire. T’as d'autre choix que de garder ta douleur pour toi. Surtout quand le deuxième coup frappe. Putain. La rage monte en toi. Et tu sais plus la raison qui prend le dessus. Tu sens la douleur. Ton corps ne t'obéit toujours pas. Par contre, tu sens bien les larmes qui montent jusqu’à tes yeux. Tu sens ta vue se brouiller. La désagréable sensation qui picote tes pupilles. Des larmes. Mais pas des larmes de tristesse, de pitié. Des larmes de rages. Des larmes qui annoncent une vengeance. Tu détestes encore plus l'idée qu’il te prenne en pitié. T’as qu’une hâte que ce foutue sortilège se délie. « Enf..ré. » T'essaies de parler. T’es minables. T’arrives même pas à l’insulter. Le sortilège te lie encore trop pour formuler une véritable phrase. Tu grinces des dents, et le visage face à toi se fait à nouveau trouble. « Toi.. Ta peau. » La moitié de ta menace se perd. Ce qui était sensé être un « je vais te faire la peau » se limite au dernier mot. Tu ressembles plus à rien. Alors tu te tais. C’est ce que t’as de mieux à faire en attendant. Attendre. Mais ça te rend fou. « Bouge. » Tu grognes entre tes mâchoires, alors que tes lèvres refusent de bouger.
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
 
 
you don't belong here | SUNRISE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» « Sunrise Boat » - Partenariat.
» Vente de garage au 2555 Panther Parkway, Sunrise
» Sunrise - Kohinoor - Pris
» Musée Marmottan Monet
» Projet - Histoire de LW

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers fantasy :: Harry Potter-
Sauter vers: