Partagez | 
 
 
 

 Hello darkness my old friend

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
avatar
Aiko
MESSAGES : 17
INSCRIPTION : 16/04/2018
CRÉDITS : Moi-même souvent

UNIVERS FÉTICHE : Harry Potter
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Limace


Le contexte du RP
Mise en situation

La situation
Parce que les Ténèbres sont tout aussi attirantes qu'effrayantes, il n'a pas su résister à l'appel du Noir. Il, c'est un sorcier lambda, c'est Simon Krieger, qui n'a pas l'étiquette de héros sur le front mais pas non plus celle de grand méchant. Un homme sans histoire, qui a traversé le temps. Et un jour, il l'a croisé. Ses ténèbres l'ont bouffé. Ils sont devenus inséparables. Simon n'a pu se défaire de l'autre, de son emprise, de sa fascinante présence, de sa violence sanglante et de sa douce folie. Prisonnier de l'Ombre sans nom, il le suivra partout, accèdera à ses moindres désirs. A cause de cette forme d'amour et de respect malsain. Et l'autre le sait. Et l'autre en rit. Et l'autre en joue. Même, s'en délecte silencieusement.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Aiko
MESSAGES : 17
INSCRIPTION : 16/04/2018
CRÉDITS : Moi-même souvent

UNIVERS FÉTICHE : Harry Potter
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Limace



Asmodée
Nul ne sait quel âge j'ai et nul n'a encore jamais osé me le demander. Mais pour vous, je dirais que j'ai entre 25 et 30 ans. Stature haute, regard froid sous mes vêtements sombres. On ignore tout de mon passé. Et cela n'est pas important. Seul compte le présent. Mes engagements. Mon chemin parsemé de noirs cailloux. Et ma tendresse violente. Que vous ne pourrez qu'aimer. Venez vous noyer avec moi, vous noyer en moi. Laissez-moi goûter à votre sang, à votre chair frémissante. Je vous le promets : vous ne le regretterez pas..

La nuit était tombée depuis un moment. Et, au loin, les arbres frémirent au contact de l'ombre passant sous leurs fières branches. Les feuilles s'agitèrent alors que la cape noire fendait l'air. Nul ne parlait. Tous se taisaient. La nature, presque morte sous le maigre éclat de lune.
L'ombre passa vite. Son pas était à la fois pressé et étrangement léger. Il n'avait pas peur. Il n'avait jamais peur. Généralement, c'était les autres qui s'écartaient sur son chemin. Lui, il se contentait de les regarder et de leur sourire, de cet air si peu rassurant au milieu du soir. Il aimait se sentir fort. Se sentir au-dessus. Il aimait voir ces gens le dévisager en coin sans oser rien faire. Il aimait sentir les crainte émaner d'eux. Ou, encore mieux, la fascination. Le respect indicible.
Il n'était pas grand adepte des mots. Non pas qu'il ne sût pas les manier. Sans doute eût-il pu être un bon orateur, s'il s'y mettait. Il les trouvait simplement inutiles. Il n'avançait jamais en parlant. Lui, ce qui lui plaisait, c'était les actes. Et en la matière, il se révélait très bon.
Il avait mille une façon de laisser s'exprimer sa douce folie. D'attraper ses proies et de prendre un malin plaisir à les contrôler au grès de ses envies. La domination, voilà sans doute le maître mot qui guidait ses actes. Peut-être était-ce parce qu'il avait, lui-même, trop peur d'être un jour asservi ? En tout cas, il ne pouvait s'envisager dans une autre position que celle du conquérant, du maître, du dominateur. Il aimait voir les êtres ployer devant lui. Cela nourrissait en son sein une sorte de narcissisme malsain. Se savoir admirer, telle était une des plus belles choses au monde selon lui.

Bien sûr, il aurait pu chercher la reconnaissance par d'autres moyens. Il aurait pu s'engager dans autre chose, faire valoir sa personne dans la défense des personnes opprimées. Oui mais voilà, il n'était pas un homme comme ça. Il aimait se sentir conquérant mais pas héros. Il n'aimait pas le titre de sauveur car il ne comptait nullement sauver l'humanité. Qu'elle coule seule dans son coin, il s'en fichait bien. Il était sans cesse obnubilé par ses propres désirs égoïstes et ne pouvait, de ce fait, être à l'écoute du reste du monde.
Satisfaire sa propre conscience, son propre corps, ses propres envies et combler son propre vide. Il était né pour cela. Selon lui, tout du moins.
Certains chercheraient sans doute à expliquer son comportement par quelques séquelles d'enfance, des mauvais traitements, un manque d'amour. Que ces gens-là s'abstiennent : ils se donneraient bien du travail pour vraiment rien du tout. Car son passé, nul ne le connaissait. A part lui, peut-être. Mais ce n'était même pas sûr. Lorsqu'il passait, au milieu de la nuit, entre ombre et brouillard, il donnait l'impression d'être un fantôme sans background. Juste une silhouette emplie de désirs violents qui ne trouvent leur source dans rien sinon ses propres pensées.
L'homme était ainsi et il ne comptait pas changer.
Car, jusque là, tout était parfait dans sa vie.

Il poussa la grille du cimetière qui s'ouvrit dans un grincement. Les gonds étaient rouillés depuis un moment et personne, jamais, n'avait eu l'idée de faire quelque chose pour eux. Il retint un soupir. Il n'aimait pas les bruits inutiles. Les cris, les sanglots, les suppliques, cela relevait de l'indispensable pour lui. Le grincement d'un portail ne l'était pas ; c'était du superflus bien dérangeant.
Cependant, il ne s'arrêta pas et continua son chemin. Les graviers crissaient sous ses pas. Il avança, d'un rythme plus lent que précédemment. Le cimetière était silencieux. Les croix se dressaient à la verticale dans le nuit, se découpant en ombre chinoises sur le décor bleu sombre.
L'homme progressait sur l'allée centrale, comptant le nombre de rangées. Il avait dit la 13ème. Chiffre bien significatif pour qui est superstitieux. Et la 13ème tombe. Celle de la famille Halley, apparemment. Qui étaient ces gens ? Il n'en avait aucune idée. Et cela lui était bien peu important.
Ce qui l'animait ce soir, c'était le rendez-vous.
C'était celui qu'il attendait.
Simon.
Il savait que le jeune homme viendrait. Il savait que, dans quelques minutes, il serait là, à se glisser dans le noir jusqu'à ses côtés, vulnérable, pathétique, proie si facile et si délicieuse sous les dents.
Il ne savait pas pourquoi il aimait ce jeune homme plus que les autres. Pourquoi il l'avait gardé à ses côtés. Alors qu'il n'était rien. Il n'était qu'un gamin naïf et malléable. Il n'était qu'un esprit faible face à lui, si haut, si grand, si fort. Il n'était qu'un pleurnichard de plus dans ce monde. Malgré tout, il l'aimait plus que les autres. Il lui avait même permis de l'appeler par un nom. Evidemment, c'était lui qui avait choisi son propre nom. Il n'allait pas laissé ce privilège à un gosse !
Il s'était donc appelé Asmodée. Démon de la sensualité et de la luxure. Cela lui allait bien. Rajoutez à cela quelques gouttes de sang, un esprit un peu tordu et une violence contenue, et c'était tout lui.

Stationné devant la tombe 13 de l'allée numéro 13, il attendait.
Dans le léger souffle de vent qui vint animer la nuit.
Il n'était pas inquiet. Car il savait. Que l'autre viendrait.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
SUNRISE
Masculin MESSAGES : 1888
INSCRIPTION : 22/05/2017
ÂGE : 19
RÉGION : languedoc-roussillon.
CRÉDITS : tumblr.

UNIVERS FÉTICHE : fantastique, city, sms, all.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1097-get-back-on-track-kassie http://www.letempsdunrp.com/t1429-m-m-the-game-is-on-en-cours http://www.letempsdunrp.com/t1098-come-to-me-in-the-night-hours-kassie http://www.letempsdunrp.com/t1107-i-m-going-back-to-the-start-kassie
gay on a mission



Simon Krieger
J'ai 20 ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis un sorcier sans emploi et sans avenir et je m'en sors très mal.. Sinon, grâce à ma malchance, je suis sous l'emprise d'un Mangemort et je le vis plutôt mal.




darwin gray ©️ sunrise
Le froid se glisse dans ses vêtements, petit garçon qu’il est. Il est si tard que même les félins se taisent dans la nature des rues. Bête crainte, créature chétive, il avance, les yeux rivés sur son chemin, guettant le moindre bruit pouvant lui faire prendre la fuite. Il ne devrait pas se trouver ici. Il ne devrait pas être là. Il ne devrait pas aller là-bas. Il ne devrait pas. Il ne doit pas. Il ne peut pas. Alors ses pas se stoppent nets, prêt à faire demi-tour, Simon glisse ses mains dans le fond de ses poches, affrontant le froid de la nuit, dissimulé sous la capuche de son manteau imperméable. La peur se nourrit de son âme et lui tord les tripes dans tous les sens, ne lui laissant qu’une respiration troublée, des yeux combattant l’obscurité des rues, hagards craignant la moindre chose, le moindre mouvement dans la pénombre. Un bruit. Là, de l’autre côté de la rue. Son cœur palpite comme jamais. Ses pieds lui font immédiatement faire volte-face et le font foncer dans la direction qu’il cherche à tout prix d’éviter. La crainte fait faire de drôles de choses.

Le vent fait voler les mèches de ses cheveux devant ses yeux. Yeux qu’ils plissent pour ne pas s’emmêler les pinceaux et s’écraser le crâne sur les pavés comme un abruti. Pourtant, un idiot, c’est bien ce que le brun est. Il se laisse porter par des sentiments qui ne sont pas partagés. Il se laisse commander par cet homme dont il ne connaît qu’un surnom, mais dont il connaît tous les désirs, tous les penchants sur les bouts des doigts. L’enfant sait exactement ce qu’il doit faire pour plaire à cet être s’étant imposé comme son maître, le seul être auquel il doit obéissance et loyauté. Il n’a pas le droit de s’en aller, de ne pas se pointer au rendez-vous, où l’on découvrira sa dépouille dans un coin de rue. Serviteur du Mal. Voilà ce qu’est devenu son rang de sorcier, à peine eut-il mit le pied hors de Poudlard. Voilà ce qu’est devenu son rang de sorcier, sans même que son consentement ne soit donné. Juste parce qu’il s’est lié, il s’est laissé entraîné par un homme qu’il pensait bon. Par l’homme qui fait battre son cœur plus vite. Tant de peur, que d’amour. Il est tombé sous son charme. Et Simon le sait, il sait que l’autre en joue pour faire de lui ce qu’il désire, pourtant, le jeune homme ne peut plus se défaire de son tortionnaire. C’est beaucoup trop tard. L’emprise est bien trop forte, trop ferme, trop difficile à briser.

Le sorcier connaît le chemin par cœur. Sur le bout des doigts. Mais la nuit le rend différent. Ce n’est pas le même. Plus rien n’est pareil lorsque l’ombre se dépose sur la cime des arbres. Plus rien n’est pareil lorsque la nuit dépose son voile sur la ville. Bordel. Ses mains, cachées dans le fond de ses poches. Il sait qu’il est en retard. Il sait que l’autre se servira de cela pour le faire plier devant, pour le mettre à genoux. Enfant a peur. Enfant a tout envie de voir son bourreau, autant qu’il a envie de le fuir. De ne jamais être venu à sa rencontre. Parce que Enfant craint de ne plus être satisfaisant pour Asmodée. De ne plus être un divertissement suffisamment à ses yeux. Bordel.

La porte du cimetière grince sous ses doigts. Il est bientôt arrivé. Il n’entend rien. Pas un souffle. Pas un soupir. Il ne voit aucune silhouette, alors, le peureux tourne la tête pour regarder derrière lui, pour vérifier de ne pas être suivi. Simple précaution. Simon serre les poings, déglutis difficilement et s’avance dans les allées, comptant le nombre de tombes qu’il dépasse au fur et à mesure qu’il se rapproche du seul et unique numéro qu’il voit dans sa tête. Treize. Mauvais numéro pour les superstitieux. Ça y est. Le jeune homme peut voir sa silhouette encapuchonnée l’attendre. L’attendre devant la tombe treize, dans l’allée treize. Il se mord la langue. Alors qu’il avance lentement, répétant des excuses dans un coin de sa tête. Mais ce ne sont que des désolés qui sortent de sa bouche, lorsqu’il s’agenouille. « Désolé d’être en retard. Ça ne se reproduira plus. Je te le promets. Pardonne-moi. »
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
 
 
Hello darkness my old friend
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» HEAVENSBEE ► hello darkness, my old friend
» L'arrivée d'une Petite Bulle dans les airs..
» Présentation de Nuage d'écume
» hello darkness my old friend (teresa)
» (F) Hello darkness, my old friend - Lien compliqué entre haine et amour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers fantasy :: Harry Potter-
Sauter vers: