Partagez | 
 
 
 

 Open up your heart, and just let it begin (ROBERT & Lafayette)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
avatar
ROBERT LOVE
Féminin MESSAGES : 182
INSCRIPTION : 23/02/2017
ÂGE : 22
RÉGION : L'ouest
CRÉDITS : which witch (signa)

UNIVERS FÉTICHE : TOUS ! (Sauf les mangas et les zombies)
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Flash


Le contexte du RP
Mise en situation

La situation
Kevin et Casey se connaissent depuis qu'ils sont petits. Entre eux, il y a toujours eu une espèce de rivalité, principalement dûe au fait que Kevin voulait être le meilleur de sa classe, mais que Casey le coupait dans son élan en récoltant les meilleures notes. Kevin a toujours cru que, sous prétexte que son père était (et est toujours) riche, Casey a toujours tout eu simplement en claquant des doigts. Il n'a donc jamais cherché à la connaître, mais ça ne l'a jamais empêché de la détester.
Les deux gus se sont par la suite perdus de vue - Casey est partie à New-York a la fin du lycée et Kevin est juste resté à SF, ce gland. Après un grave accident, Casey est de retour à San Francisco. Il lui faut deux ans pour se remettre de son accident, et c'est son père qui lui trouve un emploi en tant qu'animatrice radio. Kevin retrouve son ennemie d'enfance, et doit l'accepter dans son équipe pour animer SON émission. Casey, elle, n'a que de vagues souvenirs de sa rivalité avec Kevin. Et, le trouvant fort charmant, elle tente plutôt de le séduire. Elle se fait méchamment rejeter, puis embrasser, puis rejeter... Au final, on ne sait pas trop où ils en sont !
Récemment, après une soirée un peu arrosée, Kevin et Casey ont passé la nuit ensemble. Blagueuse comme elle est, Casey s'est enfuie le lendemain matin en faisant croire qu'ils avaient couché ensemble. Le lendemain, elle débarque à l'antenne comme une fleur, ce qui perturbe un peu notre cher Kevin. Maintenant, après avoir décidé de laisser l'animosité de côté, ils sont d'accord pour un premier rencard. Et là, ça ne va être que du fun.
Dernière petite précision : nous sommes à San Francisco, en 2017, et la température extérieure est de 12 degrés. Et Sarah est la coloc' de Casey.
KK = Kevin Kinsella
KC = Casey
KKKC = Kevin + Casey


 
spread the love
mephobia (noun) : fear of becoming so awesome that the human race can't handle it and everybody dies.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
ROBERT LOVE
Féminin MESSAGES : 182
INSCRIPTION : 23/02/2017
ÂGE : 22
RÉGION : L'ouest
CRÉDITS : which witch (signa)

UNIVERS FÉTICHE : TOUS ! (Sauf les mangas et les zombies)
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Flash



Casey
Rhodes

J'ai 26 ans et je vis à San Francisco, USA. Dans la vie, je suis animatrice radio et je m'en sors mal parce que je ne sais pas gérer mon argent. Sinon, grâce à ma beauté sauvage, je suis quasiment en couple et je le vis plutôt bien.




avatar © Charney
Pour la sixième fois consécutive, je retire la robe que j’ai sur le dos et la jette sur le lit, avec les autres. Je ne pensais pas que trouver une robe pour ce soir allait être aussi compliqué, j’ai littéralement l’impression d’être en pleine crise existentielle. Alors je commence à paniquer, sentant mon cœur faire des bonds de géant dans ma poitrine. Il ne me reste plus qu’une heure. Une toute petite heure pour transformer le crapaud que je suis en une belle grenouille fraîche et pimpante. Pour la première fois de ma vie, je commence à douter de mes capacités. Je ne sais pas si je peux y arriver, c’est beaucoup trop pour moi et mon petit cœur. Au lieu de poursuivre mes recherches, je pousse tout ce qui se trouve sur mon tapis à l’aide et mon pied et m’y installe en pls.
Sarah choisit ce même moment pour rentrer du travail, et me retrouve donc quelques instants plus tard dans ma chambre, pas peu surprise de mon état. « Euh… Casey ? Je dois m’inquiéter ou tout est parfaitement normal ? » Franchement, elle doit s’inquiéter. Du moins à sa place, je m’inquiéterais. Ou non, parce que je suis une gosse égocentrique qui ne pense toujours qu’à elle. « J’pense qu’il y a certaines choses dans la vie pour lesquelles je n’serai jamais prête. » Sarah est confuse, je le sens. Moi aussi, je suis confuse. Ma maman de substitution s’assoit en tailleur près de moi et me regarde en plissant les yeux. Je crois qu’elle essaye de sonder mon esprit. Je ne sais pas si elle y arrive mais moi, je trouve ça fichtrement étrange. Du coup, j’attrape un coussin pour cacher mon visage. « Arrêêêêêêête ! » Que je fais d’une voix étouffée et plaintive. « Je suis pas prêêêêêête je te diiiiiiiis ! » Voilà. Je ne suis pas prête. Laissez-moi tranquille. « Appelle Kevin. Dis-lui que je peux pas, c’est encore trop tôt. » Franchement, il y a des jours où je me dis que je serai une sacrée bonne actrice. Bon, Sarah, elle, ne croit pas en mes talents. Elle se met à rire et ce, sans le moindre complexe. Je retire l’oreiller de mon visage et la fusille du regard. Elle n’a pas le droit ; je mérite un peu plus de considération que ça. Et l’oreiller, il finit dans la face de Sarah. Bisou. « Aowwh ! Tu te calmes ! » Non, je ne me calmerai pas. Sarah est une personne vile, et cruelle. « Ok, qu’est-ce qu’il t’arrive ? Kevin t’a demandée en mariage ? Il veut te faire un enfant ? Ou vous allez habiter ensemble ? » Sarah a possiblement loupé une étape. Même… C’est certain. « NOOOON ! » Il faut vraiment tout lui expliquer, c’est fou. « KK veut qu’on aille au restaurant. Genre… UN RENDEZ-VOUS ROMANTIQUE ! OU GALANT ! UN RENCARD, je sais pas comment on peut appeler ça ! » Là, Sarah devrait compatir à ma peine. Sauf que, encore une fois, Sarah n’a pas tout compris : elle glousse et se dandine, manifestant un peu trop de joie pour moi. Non, non, non, et non. Je ne sais pas d’accord. Elle me donne juste envie de pleurer. Sarah finit par se faire frapper de nouveau. « Hééé ! » Je lui lance maintenant mon regard noir terrifiant. Elle comprend. « En quoi c’est une mauvaise chose ? C’est très bien ! Il fallait bien que ça arrive un jour ! » Je secoue la tête et me relève brusquement, faisant les cent pas dans ma chambre. « Noooon ! J’ai jamais été invitée au restaurant, je sais pas comment ça marche ! Avec Ambre… On a juste couché ensemble une fois dans une fontaine et après on était en couple. Je connais pas les autres marches à suivre et ça me terrifie ! P’tete que KK me trouvera nulle, p’tete qu’il voudra plus de moi et qu’il va décider d’épouser Bob ou Lynn ! P’tete qu’il voudra plus jamais m’embrasser ou dormir avec moi. » La crise existentielle, je vous dis. « Mais n’importe quoi… Casey. Viens par là. » Sarah se relève à son tour et s’approche de moi. Elle pose ses deux mains sur mes épaules et m’observe avec un joli sourire. « C’est pas tes prouesses sexuelles qui font de toi une belle personne. T’as plein d’autres qualités et Kevin aura la chance de les découvrir ce soir. Reste juste toi-même et tu verras que tout va bien se passer. » Sarah marque une pause et grimace légèrement. « Oui, bon… Evite de roter en public et les avances sexuelles sous la table, c’est non. » C’est bon, Sarah réussit à m’arracher un petit rire. Maintenant que je suis un peu rassurée, sa prochaine mission sera de ma trouver une belle robe. A noter qu’avec toute cette panique, il ne me reste que trente minutes pour me préparer.
JE SUIS PRÊTE. J’admire mon reflet dans le miroir et oui, je suis finalement prête. Bon, physiquement du moins. Mentalement, je ne suis pas certaine. Si Sarah ne m’avait pas confisqué mon portable, sans doute aurais-je envoyé un message à KK pour annuler. Une petite touche de parfum plus tard, il ne me reste plus qu’à mettre une paire d’escarpins et attendre. Parce que KK est une personne ponctuelle et ponctuée, il arrive à peine cinq minutes après l’heure annoncée initialement. Quand j’entends la sonnette, je lance à Sarah un dernier regard de panique. Pour seule réponse, elle lève les deux pouces en l’air. Très bien. J’ouvre donc la porte et tombe sur un KK encore plus beau que d’habitude. En même temps, ce n’est pas bien compliqué vu qu’il s’habille comme un sac tous les jours. « Ok. Tu es très beau, merci à toi. » Je viens de le remercier pour sa beauté du soir, c’est exactement ce qu’il vient de se passer, oui. « Je ne suis pas prête, d’accord ? Enfin si, on peut y aller. Mais c’que j’veux dire… C’est que je suis un peu stressée. Du coup, tu peux juste me promettre de pas t’enfuir en courant même si je fais un truc bizarre ? Moi, j’te promets de ne pas te violer sur la table. » Parce que ça serait un peu sale, il me semble.


 
spread the love
mephobia (noun) : fear of becoming so awesome that the human race can't handle it and everybody dies.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Lafayette Love
Féminin MESSAGES : 145
INSCRIPTION : 23/02/2017
ÂGE : 20
RÉGION : Le centre et le centre à gauche !
CRÉDITS : solsken (icon)

UNIVERS FÉTICHE : je suis. méga. open !
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t66-life-is-short-smile-while http://www.letempsdunrp.com/t216-m-f-looking-for-a-malfoy-and-his-squad-en-cours http://www.letempsdunrp.com/t140-le-jour-ou-je-suis-a-jour-je-paie-mcdo-laf http://www.letempsdunrp.com/t112-j-aime-les-petits-pois-laf
Limace



Kevin Kinsella
J'ai 26 ans et je vis à Charlotte , NC, USA. Dans la vie, je suis animateur radio et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance , je suis célibataire, mais amoureux et je le vis plutôt mal parce que Casey Rhodes est une épine dans le cul mais on l’aime ainsi.




avatar © peculiar soldiar
Kevin Kinsella est une belle personne. C’est sans doute ce que vous allez penser si vous me croisez ce soir. Vous aurez raison. Je suis une belle personne. J’ai pris une douche, mis des habits élégants et j’ai même laissé ma colocataire passer un peigne dans mes cheveux. Que j’ai ébouriffé tout de suite après parce que je ressemblais à un nazi, mais l’attention est là. Tout ça pour les beaux yeux de Casey Rhodes. Avec qui j’ai possiblement fait du seks protégé. Je ne sais pas. Il y a cette sombre soirée qui demeure dans un coin de ma tête. J’étais sorti pour attraper des pokémons, je me suis retrouvé à une soirée étudiante et quelques parties de beer pong plus tard je retrouve une Casey sauvage dans la cuisine. KC était courtisé par un individu douteux répondant au tout aussi douteux prénom de Marco. Et une étudiante a décidé que c’était okay de me violer la bouche alors que tout ce que je voulais, moi, c’était un câlin de réconfort. Je l’ai mal vécu, KC aussi et on s’est enfuis en courant vers un monde meilleur. Que nous avons trouvé dans mon lit. Je voulais lui lire de la poésie mais je n’ai pas retrouvé mon bouquin de Musset. Alors je lui ai chanté une chanson. Et, concrètement, c’est tout ce dont je me souviens. Au réveil, entre deux petits coups frappés dans mon cerveau par la gueule de bois, je pensais qu’on s’était endormi ensuite. Puis j’ai trouvé un préservatif apparemment usagé. Maintenant, je suis plein de questions. C’est en parti pour ça que je me suis décidé à demander un rencard à Casey. Aussi parce que je l’aime peut-être, sans doute, un peu plus que bien. Et que si elle doit être la mère de mon enfant suite à une nuit alcoolisé, ainsi soit-il. Donc voilà, je suis une belle personne, oui, merci.

Je quitte mon appartement et arrive quelques minutes en avance de l'heure prévue. Je reste dans ma voiture. Je ne veux pas passer pour le fragile désespéré, non plus. J'attends, donc, et fixe les petits chiffres rouges. Une minute après. Deux... « Putain, je suis ridicule. » Je marmonne, un poil énervé après moi-même. Je suis une belle personne, mais aussi une très conne. Le principe de se donner une heure de rendez-vous, c'est d'y être, non ? Oui. « Débile. » J'insulte mon reflet dans la porte de l'immeuble de KC avant de monter. Je sonne. J'attends, sagement. Casey vient ouvrir. J'oublie de respirer quelques secondes. « Ok. Tu es très beau, merci à toi. » Oui ? « De rien, ça me fait plaisir. » Non. Je fronce les sourcils et hoche légèrement la tête. La vérité vraie, c'est que tout pareil. Elle est fichtrement jolie, ce soir, ma Nemesis. Genre... Bruno Mars fichtrement jolie. Too hot, HOT DAMN. « Enfin, j'veux dire, toi aussi. Moult. » Moult est un adjectif, oui. Bordel. Pourquoi il n'y avait pas d'option compliments, au lycée ? « Tu m'émoustilles. » Et je m'enfonce. « Je vais arrêter de parler avant que tu ne refermes cette porte. » Je finis par dire avec un sourire. C'est plus mieux pour tout le monde, cette solution. Même si, au final, Casey a l'air aussi dérouté que moi. Elle babille pour me dire qu'elle n'est pas prête, mais si en fait. Elle est stressée, voilà tout. Elle fait battre mon petit cœur de mignonnance, surtout. « Du coup, tu peux juste me promettre de pas t’enfuir en courant même si je fais un truc bizarre ? Moi, j’te promets de ne pas te violer sur la table. » Je fronce légèrement les sourcils. Oui ? « J'peux te promettre ça... Et oui, ce serait aimable si tu ne me violais pas sur la table. C'est pas que j'aime pas ça, mais bon. Pas trop. Je pourrais m'enfuir en courant. » Parce que j'imagine que ça rentre dans les trucs bizarres assez bizarre pour que j'ai le droit de rompre ma promesse, oui ? Oui. « Bon, on y va ? » C'est pas le tout, mais je dois me faire violer sur une table moi !

« J'avais pensé à prendre un bandeau pour donner du romantisme au voyage, mais je me suis dis que ça faisait trop Fifty Shades. Alors je te fais pas de surprise, on va dans un restaurant français, voilà. » Parce que la France a les meilleurs poètes et que c'est le pays de l'amour et que Benoit Hamon a des oreilles mignonnes qui plaisent à ma maman. Oui ce sont des raisons suffisantes. Je souris de toutes mes dents de gueux à Casey avant de lui ouvrir la porte de la voiture, en grand galant que je suis. Il nous faut quelques minutes pour rejoindre le restaurant. Le silence. C'est étrange, venant de KC, mais en même temps... On lui pardonne, elle est stressée. Et puis, on va se retrouver en face à face pendant deux heures, il faut qu'on se réserve. Lorsqu'on arrive je vais de nouveau lui ouvrir la porte de ma voiture avant de lui proposer mon bras. « Un vrai prince, tu peux le dire. » Que je plaisante. Je suis un homme drôle. Il apprend des meilleurs. On rentre, on s'installe, on nous donne une carte... En français, c'est très pratique. Soupir mental. « Si on a une fille, un jour, on l'appellera Omelette. » C'est mignon, Omelette, non ? « Ou Salade Niçoise. » On se tâte.



MES RECHERCHES :
+ malfoy squad (crabbe & goyle)
+ sense8 (capheus, daniela, rajan, felix, whispers)
+ apocalypse now
+ les sentiments (we're still open les gars !)
+ DC universe
 
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
ROBERT LOVE
Féminin MESSAGES : 182
INSCRIPTION : 23/02/2017
ÂGE : 22
RÉGION : L'ouest
CRÉDITS : which witch (signa)

UNIVERS FÉTICHE : TOUS ! (Sauf les mangas et les zombies)
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Flash



Casey
Rhodes

J'ai 26 ans et je vis à San Francisco, USA. Dans la vie, je suis animatrice radio et je m'en sors mal parce que je ne sais pas gérer mon argent. Sinon, grâce à ma beauté sauvage, je suis quasiment en couple et je le vis plutôt bien.




avatar © Charney
Pour la première fois de ma vie, je me sens un peu trop stressée. Moi qui ai pour habitude de prendre les choses à la légère, je me surprends à accorder beaucoup d’importance à cette future soirée avec Kevin. Parce que Kevin me plaît. J’ai possiblement des sentiments pour lui, aussi. Enormément de paramètres sont à prendre en compte pour cette soirée, et c’est ce qui la rend incroyablement importante et stressante pour ma petite personne. Avant Kevin, je pensais que les relations amoureuses arrivaient naturellement. Souvent après une bonne partie de sexe à l’issue d’une soirée en peu naze. Là, il s’agit d’un schéma bien différent. Kevin, il faut le séduire. Du moins, je suppose ? Il va aussi falloir que je lui dise de belles choses, et que je lui prouve qu’il a besoin d’une fille comme moi dans sa vie. En fin de compte, les rencards, c’est un peu comme des lettres de motivation. Le problème, c’est que j’ai toujours été très nulle pour ce genre d’exercice. Alors je panique. Et quand je panique, j’ai tendance à raconter n’importe quoi. Au lieu de le remercier d’être venu et de le complimenter en toute simplicité sur sa belle tenue, j’annonce tout de suite la couleur des choses. Je ne suis pas prête, je suis effrayée et je lui fais promettre de ne pas s’enfuir en courant, quoi qu’il arrive. Cette entrée en la matière très révélatrice de mon état d’âme me fait aussi prendre conscience de celui de Kevin, qui n’est visiblement pas mieux que moi. Ses réactions m’aident à me détendre, j’en viens même à rire à chaque fois qu’il ouvre la bouche. Du coup, on sent bien que je suis nerveuse. Il pourrait me dire n’importe quoi, même le truc le plus sensé de l’univers, je trouverais le moyen de glousser comme une idiote. Alors quand il propose de partir, je vois là l’occasion rêvée de mettre fin à ce moment particulièrement étrange pour s’enfuir à deux vers l’inconnu. « Ouip. On y va. Avant que ça ne devienne plus bizarre. » Que je fais en attrapant mes affaires. « Et avant que tu me dises d’autres trucs étranges et que je ne te viole vraiment, si possible. Tu sais que j’en suis capable. » C’est ça, le plus terrifiant. Je suis capable du pire. En l’avouant, je ne suis d’ailleurs pas certaine de le rassurer.

Pour une fois, je n’ai pas envie de tout gâcher. J’ai envie que ça fonctionne, de connaître une vraie relation amoureuse sur le long terme. Ce que j’ai déjà plus ou moins connu avec Ambre, en fin de compte. Sauf qu’avec Ambre, ça ne me faisait pas autant rêver qu’avec KK. Parce qu’avec Ambre, on n’a jamais cherché à faire des trucs de couple. On passait notre temps à boire, faire l’amour et se moquer des gens. C’est quand j’ai eu mon accident que notre relation est vraiment devenue sérieuse, mais au moment de quitter San Francisco, tout s’est subitement terminé. Et j’en suis là aujourd’hui, bien habillée, bien maquillée et bien coiffée. Tout pendant le trajet, je reste silencieuse. J’ai énormément de choses à lui dire, pourtant. Le problème c’est que je n’ai pas envie de laisser un flot de bêtises s’échapper de ma bouche, alors je préfère la garder fermer. On a dit que je ne devais pas gâcher la soirée, donc si pour une fois, je pouvais agir autrement que comme la Casey de d’habitude, ça fera des vacances à tout le monde. Une fois arrivés à destination, KK se comporte en parfait gentleman et m’ouvre la portière. Il m’offre aussi son bras, que je saisis avec un grand sourire. « Un vrai prince. » Confirmé-je avant de déposer un bisou sur sa joue. Oui, cette soirée m’inspire la tendresse. Je ne sais pas pour combien de temps, mais il vaut mieux en profiter. Le restaurant est chic. Tellement chic que mon malaise grimpe directement au niveau dix. Je ne me sens pas tellement à ma place et j’ai brutalement l’impression que Kevin en attend un peu trop de moi. Je veux dire… Je me serais parfaitement contentée d’un McDonald à emporter ! C’est pour dire ! Incertaine, j’accepte de le suivre en me demandant combien de temps je vais bien pouvoir tenir dans ce monde fichtrement oppressant. Tout le monde est bien habillé, les table sont parfaitement décorées et la petite musique d’ambiance… Bordel, c’est trop. Je ne dis toujours rien, mais on peut facilement voir sur mon visage que c’est la panique et la gêne pour ma personne. On s’assoit, on reçoit le menu et je commence à le parcourir avec de gros yeux. Je ne comprends pas grand-chose à ce qu’il y a d’inscrit, et je crois bien que c’est la première fois depuis mon escapade à San Francisco que je m’apprête à manger un repas aussi raffiné.

Kevin envisage déjà la possibilité de me faire un enfant. Une petite fille, même. Que l’on nommera Omelette. Ou Salade Niçoise, il n’a pas l’air sûr de lui. Techniquement, je suis supposée rire. Parce que Kevin est un homme drôle et que sa blague mériterait au moins un sourire. Pourtant, je repose mon menu avec beaucoup de sérieux et me penche par-dessus la table comme si j’avais un secret de la plus haute importance à lui confier. « KK… Je suis vraiment, vraiment, vraiment touchée que tu veuilles une fille avec moi. » Pour lui montrer à quel point je suis touchée, je m’en vais saisir sa main. « Mais je me sens pas bien. J’ai l’impression de… Je sais pas ! Ca nous ressemble pas, ça, si ? Je suis pas une princesse, je connais pas les bonnes manières et en plus, je suis tellement stressée que je suis capable d’insulter le serveur alors que le pauvre, il n’a rien demandé ! » C’est bon, je suis en pleine crise existentielle. C’est la fin des haricots. « Olala… Tu veux pas qu’on s’en aille ? On pourra aller prendre à manger chez McDo, ou Subway, ou ce que tu veux, manger dans un parc à la belle étoile et se raconter de jolies choses ? Tu pourras me réciter du Musset et je… te raconterai ce que tu voudras ? » Je le regarde en me mordillant la lèvre inférieure. « Je suis désolée. Je me sens pas à l’aise, ici. En plus, je sais même pas ce que c’est, une salade niçoise ! S’il faut, c’est carrément dégueulasse. Et t’imagines, si on appelle notre fille Salade Niçoise alors qu’on sait que c’est pas bon ? Ca s’fait pas. » Et comme ça ne se fait pas, je pense que l’on devrait partir d’ici. Et sans payer ! Même si on n’a encore rien commandé. Dans la vie, il faut savoir être menaçant.


 
spread the love
mephobia (noun) : fear of becoming so awesome that the human race can't handle it and everybody dies.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Lafayette Love
Féminin MESSAGES : 145
INSCRIPTION : 23/02/2017
ÂGE : 20
RÉGION : Le centre et le centre à gauche !
CRÉDITS : solsken (icon)

UNIVERS FÉTICHE : je suis. méga. open !
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t66-life-is-short-smile-while http://www.letempsdunrp.com/t216-m-f-looking-for-a-malfoy-and-his-squad-en-cours http://www.letempsdunrp.com/t140-le-jour-ou-je-suis-a-jour-je-paie-mcdo-laf http://www.letempsdunrp.com/t112-j-aime-les-petits-pois-laf
Limace



Kevin Kinsella
J'ai 26 ans et je vis à Charlotte , NC, USA. Dans la vie, je suis animateur radio et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance , je suis célibataire, mais amoureux et je le vis plutôt mal parce que Casey Rhodes est une épine dans le cul mais on l’aime ainsi.




Iwan Rheon © ghost.writer
Elle m'émoustille. Au point que j'enchaîne les débilités. Pour changer. Et qu'elle aussi. Nous sommes émoustillés. Et beaucoup cons. Ce soir va encore être une belle soirée, woop woop. Je risque aussi de me faire violer. Et ça, c'est tout de suite moins woop woop. Le viol, c'est mauvais pour la santé et interdit par la loi, sauf quand on s'appelle Donald Trump, là t'es free to go bb et que, bon. Sa colocataire est un peu derrière à me regarder avec ses yeux de biche. Et au passage, c'est censé être un vrai rencard comme dans les films. Pas un remake étrange et glauque de Fifty Shades. Allez boom, combo Donald Trump + Fifty Shades dans le premier paragraphe, MY JOB ON THIS PLANET IS DONE. Mais du coup, on calme nos ardeurs et on y va, hop hop ! Une fois dans la voiture, je la préviens directement d'où on va parce que le romantisme, ça va bien cinq minutes eh oh dis donc. Puis surtout que j'ai l'impression d'avoir déjà joué tous les scénarios de cette soirée dans ma tête. Alors je fais directement les questions et les réponses, comme ça on est fixé, voilà.

« Un vrai prince, tu peux le dire. » « Un vrai prince. » Elle le dit, et mon sourire est beaucoup trop grand pour qu'il soit faux. Non mais voilà, on arrête tout là, même pas besoin de rencard je suis déjà conquis ! On entre, on s'installe, la vie est belle, on est beaux et français pour un soir. Et Casey est beaucoup trop silencieuse et ce n'est pas super super normal mais je ne dis rien, parce que je suis poli et qu'elle n'est pas prête et stressée. Ou alors elle cherche toujours le moyen de me violer sans faire passer ça pour un viol, je ne sais pas. J'essaie de détendre subtilement l'ambiance en réfléchissant pour le nom de notre potentiel enfant à naître parce que potentiellement on a fait du seks protégé mais je ne sais pas et puis, sait-on jamais. Donc, d'après le menu et mes non connaissances en langue française, ce sera Omelette ou Salade Niçoise. On se tâte. Maiiiis. Elle n'a pas l'air hyper conquise, KC. Ça me rend triste, un peu. Bob m'a pourtant dit que pour conquir sisi ce verbe existe une femme, il faut la faire rire. Et j'essaie, mais ça ne marche pas. Dans deux minutes, je me roule en boule sous la table et pleure toutes les larmes de mon corps.

Pour l'instant, je me penche un peu au dessus d'elle pour pouvoir entendre le secret d'état que veut me confier KC. « KK… Je suis vraiment, vraiment, vraiment touchée que tu veuilles une fille avec moi. » Je lui souris légèrement parce que bon. Je suis poli, pas un gueux et que moi aussi je suis touchée de vouloir faire un enfant à Casey. « Mais je me sens pas bien. J’ai l’impression de… Je sais pas ! Ça nous ressemble pas, ça, si ? Je suis pas une princesse, je connais pas les bonnes manières et en plus, je suis tellement stressée que je suis capable d’insulter le serveur alors que le pauvre, il n’a rien demandé ! » Mes sourcils se froncent au fur et à mesure que les mots s'enchaînent dans sa bouche. « Woaw, le rejet. » Je dois le dire, ça me blesse un peu dans mon ego de mâle intergalatiquement merveilleusement galant oui tout ça qu'elle n'aime pas cet endroit. Même si je comprends parfaitement. On n'a jamais fait ça. On se voit presque tous les soirs à la radio, on s'embrasse dans les ascenseurs et oui, ok, on ne fait jamais ça. Mais elle oublie que je sors du siècle dernier et que je crois en toutes ces stupidités de premier rendez-vous aux chandelles qui se termine en longue marche le long de la plage. Alors imaginez la tête que je fais lorsqu'elle me propose d'aller au McDo ou au Subway. Hell to the no.

Mais ses babillements me font comprendre que vraiment, KC n'aime pas cet endroit et j'ai assez bon cœur pour bien vouloir m'en aller. Et aussi parce que si elle continue, elle va vraiment insulter le serveur, la cuisine française et toute la France entière et que je ne suis pas prêt pour une troisième guerre mondiale. Le siècle dernier mais dans un ratio limité quand même. Je finis par lâcher un petit rire parce que, ouais, ça s'fait pas avant de me lever sans aucune grâce, en faisant grincer ma chaise et en attirant quelques regards curieux. C'est Casey qui a dit qu'on n'était des malotrus, pas des princes et princesses, prenez-vous en à elle. Je lui tends ma mimine, parce que je reste tout de même un tantinet galant moi. « Allez viens, je vais te faire des pâtes. » C'est très romantique, oui, nous sommes d'accord. Mais il est tout de même hors de question que je mange dans un fastfood et on n'a aucune provision pour aller pique-niquer à la belle étoile. Alors je l'emmène chez moi manger des pâtes. Ce n'est pas du tout ainsi que je voyais la soirée mais... La vie est pleine de surprise. « Désolé, Madame a une peur bleue du fromage et je l'ignorais. La bise ! » Et LAFAYETTE!. Niveau excuse, on repassera. On s'en va comme des princes, enfin non des malotrus, retour dans ma voiture et cette fois je ne laisse pas le silence s'installer. « La prochaine fois, tu me préviens avant, comme ça j'organise une soirée pyjama. » Non parce que là, on a sorti les beaux habits pour manger chez moi alors... Non, mais pour le plaisir des yeux, je dis oui !

Appartement de Kevin, quelques minutes plus tard... Oui ceci était une ellipse. « Non, ce n'est pas le bordel. » Pas trop, en tout cas ! Cette fois, j'ai pris le temps de ranger tout ce qui traînait par terre et de faire la vaisselle. Comme quoi tout est possible dans la vie. Je file mettre de l'eau à chauffer, le sel, tout ça, avant de me tourner vers Casey. Léger sourire, quand même, elle est bien bonne fichtrement agréable à regarder. « Tu te sens mieux ? » Je demande, plus par inquiétude que par aigreur. « Je suis désolé, je pensais... Enfin, j'ai dû regarder trop de films romantiques, je ne sais pas. Désolé. » Pourtant elle vient d'une famille riche, les restaurants chics ça devrait être son lot quotidien ? Je ne fais pas de commentaires et hausse les épaules. « On n'appellera donc pas notre fille Salade Niçoise. » On va l'appeler Pâtes, tout de suite c'est beaucoup plus chic.



MES RECHERCHES :
+ malfoy squad (crabbe & goyle)
+ sense8 (capheus, daniela, rajan, felix, whispers)
+ apocalypse now
+ les sentiments (we're still open les gars !)
+ DC universe
 
Revenir en haut Aller en bas
 
 
Open up your heart, and just let it begin (ROBERT & Lafayette)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Grimoire Heart n'a pas besoin d'un cookie à la myrthille ( PV Nookie Minasa )
» Mek' pour l'open de peinture GW
» The way of the heart.
» ND Open IV
» Total eclipse of the heart ϟ Pete (terminé)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: