Partagez | 
 
 
 

 ~ La haine peut cacher bien des choses ~

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
avatar
Lunatic
MESSAGES : 66
INSCRIPTION : 17/09/2017
CRÉDITS : Google Images

UNIVERS FÉTICHE : Réel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Voir le profil de l'utilisateur
Tortue


Le contexte du RP
Mise en situation

La situation



Clarke et Lexa sont voisines depuis de longues années. Depuis la primaire, Lexa ne cesse d'embêter la blonde.
Même si au début ce ne sont que des gamineries, en grandissant, Lexa comprend qu'elle est en réalité amoureuse de Clarke depuis le début. Incapable d'accepter ses sentiments, elle les cache au fond d'elle en continuant de martyriser sa voisine.
Clarke, de son côté, ne s'est jamais laissée faire. C'est peut être pour ça que Lexa aime tant continuer. Elle trouve ça intéressant et ça l'amuse.

Contexte provenant de cette Recherche
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Lunatic
MESSAGES : 66
INSCRIPTION : 17/09/2017
CRÉDITS : Google Images

UNIVERS FÉTICHE : Réel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Voir le profil de l'utilisateur
Tortue



Lexa Woods
J'ai 17 ans et je vis à San Francisco, Amérique. Dans la vie, je suis étudiante et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis libre comme l'air et je le vis plutôt très bien.

Lexa Woods, 17 ans. Issue d'une famille bourgeoise, elle n'a jamais manqué de rien dans sa vie. Jusqu'à ses sept ans, elle grandit tranquillement dans la banlieue chic de San Francisco avant de déménager. Ses parents vendent leur villa pour acheter deux nouvelles maisons, l'une dans les quartiers résidentiels plus abordable, et une au bord de la plage. La jeune brune se retrouve contrainte de les suivre dans leur nouvelle maison.
Et c'est là qu'elle rencontre la jolie blonde qui va perturber sa vie.


Alycia Debnam Carrey ©️ Galerie cramberry



    Lundi matin. Jour de la rentrée. Lexa ouvre difficilement les yeux, elle a la bouche pâteuse et une affreuse migraine. Elle se maudit d'avoir tant bu la veille. Elle regarde son téléphone, il est sept heure. Elle soupire, plus qu'une heure avant de devoir être debout face au directeur qui fera son soporifique discours de rentrée. Elle va se glisser sous la douche pour se réveiller, ça n'est pas très efficace mais bon, au moins elle sera présentable. En sortant, elle laisse ses cheveux sécher librement, elle enfile un jean noir et un croc top beige. Une paire de van's noire aux pieds, elle dévale les escaliers de la maison avant de récupérer son sac, sa veste en cuir et son casque de moto. Ses parents sont déjà partis au travail alors elle verrouille la porte d'entrée derrière elle et enfourche rapidement son bolide à deux roues. Elle aime partir en avance pour le lycée, prolongeant le trajet pour profiter de sa moto. Elle démarre et quitte la rue en faisant vrombir bruyamment son moteur, réveillant probablement les quelques habitants encore endormis. Garée sur le parking de l'école, elle rejoint sa bande d'amis. Elle embrasse une blonde, sa petite amie. Enfin, c'est compliqué, elles ne mettent pas vraiment de mots sur leur relation. Puis elle fait la bise à tout le monde et le petit groupe se dirige vers le tableau d'affichage, encore vide à cette heure un peu avancée. Ils aimaient bien se réunir ici en avance, montrant au nouveau que c'était leur territoire. Chacun parcours la liste des classes et, quand c'est au tour de Lexa, elle lâche un soupire. Aucun de ses amis n'est dans sa classe cette année. Pourtant, en relisant une nouvelle fois la liste, un sourire malicieux s'empare de ses lèvres. Clarke Griffin est dans sa classe. L'année promettait d'être intéressante finalement.

Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
dirty computer
MESSAGES : 516
INSCRIPTION : 24/02/2017
CRÉDITS : kawaiinekoj

UNIVERS FÉTICHE : harry potter/city/fantastique
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t151-female-robbery http://www.letempsdunrp.com/t257-f-rupphire-steven-universe-en-cours http://www.letempsdunrp.com/t188-life-is-now http://www.letempsdunrp.com/t193-alt-er-love
Pigeon



Clarke Griffin
J'ai 17 ans et je vis à San Francisco, Etats-Unis d'Amérique. Dans la vie, je suis étudiante et je m'en sors moyennemenent. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Née et élevée à San Francisco, par une mère médecin et un père militaire, ayant succombé il y a deux ans à une blessure de guerre. Sa famille ne manque de rien, mais ils valuent tous le travail avant toute chose. Ils croient dur comme fer au rêve américain, adhèrent à l'idée que l'on a ce que l'on mérite par son dur labeur. A l'heure actuelle, Clarke met de côtés de nombreux aspects de sa vie, comme son amour pour le dessin ou sa bisexualité, pour se concentrer sur ses études uniquement. Mais la tempétueuse brune qui a débarqué dans son quartier quand elle avait 10 ans semble décider à faire changer cela, et cette année, elles sont dans la même classe...


avatar ©️ Alaska
Perdue dans la foule des élèves qui se précipitent tous sur les listes des classes de la nouvelle année, Clarke étouffe un bâillement qui manque de lui décrocher la mâchoire. Elle se frotte les yeux et, par habitude, ajuste le col blanc de sa chemise, qui dépasse de son pull noir, sobre mais extrêmement doux, d’un réconfort inouï en ce jour de rentrée scolaire. La blonde ne se considère pas comme une élève particulièrement angoissée, cependant elle doit avouer que l’appréhension de son entrée au lycée l’a tenue éveillée de trop longues heures la nuit dernière. Le contact du vêtement familier la rassure plus qu’elle ne le voudrait l’admettre. Elle manque de trébucher sur l’un de ses camarades mais finit par atteindre le panneau d’affichage, et repère rapidement son nom dans l’un des papiers. Sans porter une réelle attention aux noms qui entourent le sien, elle note le numéro de sa classe ainsi que le nom de sa professeure principale, cherchant à se rappeler de ce qu’elle a entendu à son propos. Elle recule, cherche à s’extirper de la foule, et rejoint rapidement la salle de classe où l’année débutera officiellement.
C’est ainsi qu’elle est la première devant la porte fermée, la première à passer son pas quand la professeure arrive avec le carillon de la sonnerie stridente de l’établissement, la première à s’installer, au premier rang, contre une fenêtre. Elle sort un carnet, sa petite trousse dont elle extirpe rapidement un stylo, sa petite bouteille d’eau, et elle attend sagement que la classe commence. Elle a l’air d’une première de la classe, avec ses cheveux blonds sagement rangés derrière ses oreilles, ses yeux bleus alertes, ses lèvres roses finement pincées, son col sage, ses jambes couvertes d’un slim noir croisées, ses tennis blanches qui balaient l’air patiemment. Elle a l’air d’une inoffensive intello dont le seul souci est ses notes, au dépend de toute sociabilisation. Il y a du vrai : pour Clarke, rien n’importe plus que de réussir ses études. Elle pourra avoir un métier digne de ses parents, elle pourra faire la fierté de sa mère, elle pourra honorer la mémoire de son père. Cependant, il n’y a rien d’impuissant chez la Griffin. Toute son attitude, portée vers l’avant, fait d’elle une battante.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Lunatic
MESSAGES : 66
INSCRIPTION : 17/09/2017
CRÉDITS : Google Images

UNIVERS FÉTICHE : Réel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Voir le profil de l'utilisateur
Tortue



Lexa Woods
J'ai 17 ans et je vis à San Francisco, Amérique. Dans la vie, je suis étudiante et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis libre comme l'air et je le vis plutôt très bien.

Lexa Woods, 17 ans. Issue d'une famille bourgeoise, elle n'a jamais manqué de rien dans sa vie. Jusqu'à ses sept ans, elle grandit tranquillement dans la banlieue chic de San Francisco avant de déménager. Ses parents vendent leur villa pour acheter deux nouvelles maisons, l'une dans les quartiers résidentiels plus abordable, et une au bord de la plage. La jeune brune se retrouve contrainte de les suivre dans leur nouvelle maison.
Et c'est là qu'elle rencontre la jolie blonde qui va perturber sa vie.


Alycia Debnam Carrey ©️ Galerie cramberry



    Première arrivée au lycée mais dernière en cours. Pourtant, la perspective d'être dans la même classe que Clarke l'avait remotivé mais sans plus. Elle avance jusqu'à sa salle en traînant des pieds. Elle arrive peu avant la sonnerie et en jetant un coup d'oeil dans la salle, elle aperçoit Clarke au premier rang. Elle est partagée entre aller s'asseoir au fin fond de la salle ou au premier rang, juste à côté de la blonde, juste pour l'emmerder. Finalement, première heure de cours du Lundi, pas moyen qu'elle se retrouve au premier rang. Surtout pas le jour de la rentrée. Alors elle va s'asseoir vers le fond, ne manquant pas d'attraper la bouteille d'eau de Clarke histoire de commencer à l'ennuyer.

    "- Merci."

    Elle lui glisse à l'oreille en souriant avant de continuer sa route. Lui prendre sa bouteille, ce n'était rien comparé à ce qu'elle avait l'habitude de lui faire subir mais ça commençait en douceur. Elle se réservait pour le reste de l'année. Le professeur entre ainsi que le reste des élèves et Lexa sort une feuille pour griffonner des trucs qui ressemblent à rien.

Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
dirty computer
MESSAGES : 516
INSCRIPTION : 24/02/2017
CRÉDITS : kawaiinekoj

UNIVERS FÉTICHE : harry potter/city/fantastique
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t151-female-robbery http://www.letempsdunrp.com/t257-f-rupphire-steven-universe-en-cours http://www.letempsdunrp.com/t188-life-is-now http://www.letempsdunrp.com/t193-alt-er-love
Pigeon



Clarke Griffin
J'ai 17 ans et je vis à San Francisco, Etats-Unis d'Amérique. Dans la vie, je suis étudiante et je m'en sors moyennemenent. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Née et élevée à San Francisco, par une mère médecin et un père militaire, ayant succombé il y a deux ans à une blessure de guerre. Sa famille ne manque de rien, mais ils valuent tous le travail avant toute chose. Ils croient dur comme fer au rêve américain, adhèrent à l'idée que l'on a ce que l'on mérite par son dur labeur. A l'heure actuelle, Clarke met de côtés de nombreux aspects de sa vie, comme son amour pour le dessin ou sa bisexualité, pour se concentrer sur ses études uniquement. Mais la tempétueuse brune qui a débarqué dans son quartier quand elle avait 10 ans semble décider à faire changer cela, et cette année, elles sont dans la même classe...


avatar ©️ Alaska
Clarke ne peut s’empêcher de lever les yeux au ciel, le bleu de son iris disparaissant sous sa paupière légèrement fardée. Évidemment, il fallait que Woods se retrouve dans sa classe cette année. Évidemment, il fallait qu’elle se fasse remarquer dès le premier jour, la première heure, qu’elle rappelle son existence à Clarke – comme si cette dernière était susceptible d’oublier la présence agaçante de la brune dans sa vie depuis bientôt sept ans. Évidemment, il fallait qu’elle provoque la blonde et lui impose cette étrange rivalité. Clarke s’en serait bien passé, à dire vrai : elle a plus important à faire, ce n’est pas là qu’elle devrait dépenser son énergie. Pourtant, elle s’apprête à quitter sa chaise et à réclamer son dû à la brune.
Seule l’arrivée de la professeure la retient. Avec un petit soupir et une mine pincée, la Griffin choisit de patienter. Sa réputation auprès de l’établissement importe davantage que les jeux de Woods. Elle se penche sur son carnet et prend notes de tout ce que l’enseignante raconte. Un bâillement lui échappe à nouveau et elle tend machinalement la main vers l’endroit où sa bouteille devrait se trouver, avant de se souvenir qu’on la lui a piqué. Son irritation grandit, et sa jambe commence à s’agiter sous la table. Voilà que les manigances de Lexa jouent sur sa concentration. C’est insupportable. A la fin de l’heure, elle ne perd pas une minute pour ranger ses affaires dans son sac et coincer la brune au fond de la classe, où elle s’est réfugiée. Prévisible. « Sérieusement, Woods ? » Clarke coince une de ses mains sur sa hanche, et détaille la silhouette de sa camarade du regard. Elle est jolie, Woods. C’est pas pour rien qu’elle se tape toutes les filles du quartier depuis que la puberté a commencé.
Le regard clair de la blonde remonte rapidement au visage de l’autre adolescente, ses lèvres pleines et son regard malicieux. De nouveau, Clarke lève les yeux au ciel. Sa réaction est épidermique. Elle voudrait s’en fiche, ignorer cette contrariété, la balayer du revers de la main pour ne plus y porter la moindre attention. Mais Lexa parvient toujours à revenir au premier plan de ses soucis. Clarke tend la main. « Ma bouteille. Et trouve toi quelque chose de plus intéressant à faire que voler mes bouteilles d’eau, franchement. Il t’en faut si peu pour mettre du piment dans ta vie ? » lâche-t-elle d’un ton méprisant. Dans le fond, peut-être qu’elle se demande vraiment pourquoi la brune s’obstine à l’embêter ainsi. Peut-être qu’elle a du mal à rester convaincue que ce n’est que par envie, que ça n’a rien de personnel. Ou peut-être qu’elle a peur que ce soit le cas, qui sait.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Lunatic
MESSAGES : 66
INSCRIPTION : 17/09/2017
CRÉDITS : Google Images

UNIVERS FÉTICHE : Réel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Voir le profil de l'utilisateur
Tortue



Lexa Woods
J'ai 17 ans et je vis à San Francisco, Amérique. Dans la vie, je suis étudiante et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis libre comme l'air et je le vis plutôt très bien.

Lexa Woods, 17 ans. Issue d'une famille bourgeoise, elle n'a jamais manqué de rien dans sa vie. Jusqu'à ses sept ans, elle grandit tranquillement dans la banlieue chic de San Francisco avant de déménager. Ses parents vendent leur villa pour acheter deux nouvelles maisons, l'une dans les quartiers résidentiels plus abordable, et une au bord de la plage. La jeune brune se retrouve contrainte de les suivre dans leur nouvelle maison.
Et c'est là qu'elle rencontre la jolie blonde qui va perturber sa vie.


Alycia Debnam Carrey ©️ Galerie cramberry



    Installée au fond de la salle, elle ne peut s’empêcher de garder les yeux rivés sur la jolie blonde. Jamais elle n’avait pu la détailler comme ça, la croisant toujours en public, dans les couloirs, dans la cour, dans la rue. Là elle pouvait la regarder autant qu’elle le souhaitait et bon dieu qu’elle la trouvait belle. Ses longs cheveux blonds retombaient sur ses épaules, sa manière de se positionner quand elle prenait des notes. Lexa devait vraiment avouer qu’elle était sublime. Elle sourit en voyant que Clarke souhaite la remettre à sa place mais elle est coupée dans son élan et ça ne fait que d’avantage sourire la brune. Une fois le cours bien entamé, Lexa boit la totalité de la bouteille d’eau de Clarke avant de sortir une autre bouteille en verre de son sac. Cachée par son bureau, elle verse le liquide limpide dans le récipient en plastique de la blonde. Elle range ensuite sa bouteille à moitié vide et replace la bouteille de Clarke sur sa table, l’air de rien, un sourire en coin. Elle retient un rire en voyant que la jolie blonde souhaite attraper son bien qui n’est plus là. Et la voir s’agacer par la suite réjouit la brune. Le cours finit assez rapidement, elle range ses affaires et se lève au moment où elle voit Griffin se planter devant elle. La blonde la détaille du regard et ça n’échappe pas à Lexa qui sourit malicieusement et retient malgré elle une petite pique. Elle adore la voir lever les yeux au ciel, preuve que son agacement était réel. En revanche, le ton qu’elle emploi plait guère à la brune mais elle l’avait cherché non ? Obéissante, Lexa attrape la bouteille sur le bord de la table et la rend docilement à Clarke, toujours en souriant.

    « - Oui, il m’en faut si peu. Te voir exaspérer me comble de joie. »

    Toujours sourire aux lèvres, elle s’approche de la blonde, son corps frôlant le sien. Elles sont très proches, Lexa a presque sa joue collé à celle de Clarke.

    « - J’espère que la vue t’a plu. »

    Elle chuchote à l’oreille de sa camarade, lui rappelant qu’elle l’a un peu trop détaillé en arrivant près d’elle. Puis, bousculant légèrement son épaule, elle sort de la pièce, laissant la jeune femme seule. Dans le couloir, elle cherche d’autres manières d’embêter la jolie blonde. Elle aimait ça. En fait, c’était la seule manière qu’elle avait trouvé pour exister dans la vie de Clarke. Petite déjà, et aujourd’hui encore plus. Elle était clairement attirée par sa voisine mais il était hors de question qu’elle se laisse submergée par tout ça. Alors elle continuait de l’embêter. Et elle avait hâte de voir sa tête quand elle prendrait une gorgée d’eau. Qui n’était plus de l’eau maintenant. C’est avec cette pensée qu’elle se rend à son prochain cours de littérature. En arrivant, en découvrant le professeur qui allait enseigner cette année, elle soupire. C’était un nouvel enseignant. Qui dit nouvel enseignant dit placé attitré au hasard. Et avec la chance qu’elle avait, elle se retrouverait à côté de quelqu’un qu’elle ne supporte pas. Elle demande sa place au professeur qui lui indique une chaise au premier rang. C’est en soupirant qu’elle s’y rend, elle n’avait vraiment pas de chance.

Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
dirty computer
MESSAGES : 516
INSCRIPTION : 24/02/2017
CRÉDITS : kawaiinekoj

UNIVERS FÉTICHE : harry potter/city/fantastique
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t151-female-robbery http://www.letempsdunrp.com/t257-f-rupphire-steven-universe-en-cours http://www.letempsdunrp.com/t188-life-is-now http://www.letempsdunrp.com/t193-alt-er-love
Pigeon



Clarke Griffin
J'ai 17 ans et je vis à San Francisco, Etats-Unis d'Amérique. Dans la vie, je suis étudiante et je m'en sors moyennemenent. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Née et élevée à San Francisco, par une mère médecin et un père militaire, ayant succombé il y a deux ans à une blessure de guerre. Sa famille ne manque de rien, mais ils valuent tous le travail avant toute chose. Ils croient dur comme fer au rêve américain, adhèrent à l'idée que l'on a ce que l'on mérite par son dur labeur. A l'heure actuelle, Clarke met de côtés de nombreux aspects de sa vie, comme son amour pour le dessin ou sa bisexualité, pour se concentrer sur ses études uniquement. Mais la tempétueuse brune qui a débarqué dans son quartier quand elle avait 10 ans semble décider à faire changer cela, et cette année, elles sont dans la même classe...


avatar ©️ neon cathedral
« Oui, il m’en faut si peu. Te voir exaspérée me comble de joie. » Clarke ne peut empêcher ses sourcils de s’élever, légèrement surprise, surtout dédaigneuse. Elle roule des yeux, encore et toujours, agacée des enfantillages de Lexa, un peu frustrée de ne pas comprendre pourquoi elle a suffisamment d’importance pour la brune pour qu’elle continue à lui montrer de l’intérêt de cette manière-là. N’a-t-elle pas quelqu’un d’autre à embêter ? N’a-t-elle pas autre chose à faire de son temps et de son énergie ? C’est ce qu’elle s’apprête à lui faire remarquer, quand Woods reprend d’un air un peu trop malicieux au goût de Clarke : « J’espère que la vue t’a plu. » Son souffle est dans son cou, ses cheveux chatouillent son épaule, ses cils touchent presque sa pommette tant elles sont proches à cet instant. La blonde retient son souffle, son coeur s’affole dans sa poitrine tandis que l’odeur de sa camarade lui parvient malgré elle, envahissant ses narines et son esprit. Elle se noie dans la proximité, dans la présence de Lexa, et elle doit se retenir pour ne pas reculer précipitamment, ne pas se soustraire à ce contact inattendu – plus inattendue encore, est sa réaction, la façon dont elle sent le sang pulser dans ses tempes, la façon dont elle sent ses paupières prêtes à s’abaisser, la façon dont elle se sent prête à baisser sa garde et à mettre fin à l’offensive.
Elle pince les lèvres, Clarke, et secoue la tête tandis que Lexa s’éclipse, échappe à la confrontation. De nouveau, elle lève les yeux au ciel, avant de se dire qu’elle a bien mieux à faire que de perdre son temps à sur-analyser ce qu’il vient de se passer, et même d’accorder la moindre attention à la brune. Un soupir lui échappe, souffle lourd de tension incomprise, comme si elle essayait d’évacuer les émotions et sensations qu’elle venait de ressentir, comme si elle tentait de se débarrasser d’un encombrant non-dit. Elle rehausse son sac sur son épaule et pivote à son tour sur ses talons, s’apprêtant à se rendre à son cours suivant. Pour s’apaiser, elle ouvre sa bouteille d’eau et en prend une gorgée, à la recherche de la fraîcheur qui vient avec ce geste ; pour finalement recracher le liquide translucide. « Woods! » L’exclamation colérique lui échappe en plein couloir. Ca lui vaut au passage quelques regards amusés, mais elle se contente de fusiller des yeux ceux qui s’apprêtent à lui demander ce qui lui arrive, les faisant taire immédiatement.
C’est donc en trombe et furieuse qu’elle débarque dans la salle de classe de leur prochain cours. C’était sans compter le professeur imperturbable qui lui désigne une chaise au premier rang sans se soucier de son évidente humeur massacrante. Clarke ravale sa fierté et son orgueil bafoué, et s’assied avant de tourner la tête vers la personne assise à sa droite… « Oh non. S’il vous plait, non. » La blonde détourne le regard, observe le nouveau professeur, calcule ses chances. Il n’y a aucun moyen qu’il accepte de la laisser se déplacer, ce serait mettre en péril son autorité, qu’il doit établir dès les premiers jours s’il veut être respecter. Les yeux clos, la Griffin récite une petite prière pour avoir la patience de supporter un cours entier aux côtés de Lexa. Elle ne sait pas très bien ce qu’elle craint exactement, mais à l’heure actuelle, c’est l’agacement qui l’habite majoritairement. Comme au ralenti, elle se tourne de nouveau vers sa camarade et lui adresse le sourire le plus faux qui soit. « Tu vas savoir te tenir, juste pour une heure? »


Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Lunatic
MESSAGES : 66
INSCRIPTION : 17/09/2017
CRÉDITS : Google Images

UNIVERS FÉTICHE : Réel
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Voir le profil de l'utilisateur
Tortue



Lexa Woods
J'ai 17 ans et je vis à San Francisco, Amérique. Dans la vie, je suis étudiante et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis libre comme l'air et je le vis plutôt très bien.

Lexa Woods, 17 ans. Issue d'une famille bourgeoise, elle n'a jamais manqué de rien dans sa vie. Jusqu'à ses sept ans, elle grandit tranquillement dans la banlieue chic de San Francisco avant de déménager. Ses parents vendent leur villa pour acheter deux nouvelles maisons, l'une dans les quartiers résidentiels plus abordable, et une au bord de la plage. La jeune brune se retrouve contrainte de les suivre dans leur nouvelle maison.
Et c'est là qu'elle rencontre la jolie blonde qui va perturber sa vie.


Alycia Debnam Carrey ©️ Galerie cramberry



    Lexa avait longtemps cherché ce qu’elle pourrait faire pour embêter la jolie blonde cette année mais se retrouver dans la même classe et en plus, à côté d’elle dans un cours, c’était tout à fait exceptionnel. La brunette savait que si elle ne venait pas embêter Clarke, elles n’auraient plus aucune interaction. Hors la jeune femme avait besoin de ces interactions, elle aimait terriblement la présence de la blonde, trop même. Elle savait très bien ce qu’elle ressentait pour sa voisine, ces papillons dans son ventre quand Clarke la frôlait, elle pouvait la regarder rire ou sourire et tout de suite, ça améliorait sa journée. Elle était amoureuse d’elle. Elle l’avait compris il y a presque deux ans maintenant. Mais absolument hors de question qu’elle accepte ses sentiments et encore moins qu’elle puisse faire naître se doute chez la jeune étudiante. Alors elle lui faisait vivre un enfer, seul moyen d’être dans la vie de celle qu’elle aime en secret. Elle a le sourire aux lèvres, Lexa, quand elle voit que la blonde la regarde puis fait ressentir son mécontentement en prononçant doucement une prière que personne n’exaucerait. Déjà, la brune cherche comment lui rendre la vie impossible. Puis Clarke lui sourit, d’un faux sourire mais ça parait tellement logique, en lui demandant si elle sera capable de se retenir pendant une heure. La concernée sourit grandement, d’un vrai sourire.

    « - Mmh, je ne sais pas trop, je vais y réfléchir, promis. »

    Elle avait doucement haussé les épaules puis garder ses émeraudes ancrés dans les yeux azurs de sa camarade jusqu’à ce que le professeur prenne la parole et commence son cours. A ce moment-là, les deux jeunes femmes se tournèrent vers lui. Lexa faisait semblant de prendre des notes, en réalité elle réfléchissait à des idées pour sa voisine de classe. Tout ce qui lui venait à la tête était trop…. Puérile. Faire tomber sa trousse, raturer sa feuille de cours,… C’était bon pour des gamins tout ça. C’est alors qu’une idée germe dans son esprit. Sur du long terme. Et la brune était connue pour être une femme à femme, un bourreau des cœurs. Clarke le savait. C’est ainsi qu’après une quinzaine de minutes de cours, Lexa glisse discrètement sa main sur la cuisse de sa voisine en se tournant légèrement vers elle avec un immense sourire, continuant de mordiller le bout de son stylo. Elle savait pertinemment que Clarke ne pourrait pas vraiment échapper à son contact sans se faire repérer par le professeur. Elle bouge doucement son pouce, caressant ainsi l’intérieur de la cuisse de la belle blonde. Oui, c’était osé. Mais jamais elle n’avait été dans cette branche pour l’embêter et elle en tirerait un peu de satisfaction personnelle, au-delà de la frustration qu’elle éprouverait à devoir faire semblant que ça ne lui fait rien et surtout, à arrêter quand elle devrait le faire.

Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
dirty computer
MESSAGES : 516
INSCRIPTION : 24/02/2017
CRÉDITS : kawaiinekoj

UNIVERS FÉTICHE : harry potter/city/fantastique
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t151-female-robbery http://www.letempsdunrp.com/t257-f-rupphire-steven-universe-en-cours http://www.letempsdunrp.com/t188-life-is-now http://www.letempsdunrp.com/t193-alt-er-love
Pigeon



Clarke Griffin
J'ai 17 ans et je vis à San Francisco, Etats-Unis d'Amérique. Dans la vie, je suis étudiante et je m'en sors moyennemenent. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Née et élevée à San Francisco, par une mère médecin et un père militaire, ayant succombé il y a deux ans à une blessure de guerre. Sa famille ne manque de rien, mais ils valuent tous le travail avant toute chose. Ils croient dur comme fer au rêve américain, adhèrent à l'idée que l'on a ce que l'on mérite par son dur labeur. A l'heure actuelle, Clarke met de côtés de nombreux aspects de sa vie, comme son amour pour le dessin ou sa bisexualité, pour se concentrer sur ses études uniquement. Mais la tempétueuse brune qui a débarqué dans son quartier quand elle avait 10 ans semble décider à faire changer cela, et cette année, elles sont dans la même classe...


avatar ©️ sweet poison
Le contact entre leurs regards s’éternise. Clarke ne cille pas, elle ne détourne pas la tête, elle ne tremble pas, elle ne rougit pas ; mais les pensées fusent dans son esprit. Se mêlent : frustration, incompréhension, colère, amusement, agacement, orgueil… et un petit quelque chose au fond de son ventre qu’elle ne parvient pas à identifier. Finalement, le professeur reprend la parole et, à l’image de Lexa, la blonde tourne ses yeux vers lui et lui accorde une attention déficiente. Elle tente bien de se concentrer sur ce qu’il dit, sur les informations qu’il donne sur le déroulement de l’année à venir, et les premiers éléments de cours, mais son esprit ne cesse de revenir aux émeraudes de Lexa, et à son obstination dans son comportement, et à la lueur qui vacille dans ses cheveux bruns.
Son stylo se perd dans un coin de sa feuille, et elle dessine machinalement des fleurs de toutes sortes, les fleurs qu’elle a planté la semaine dernière, celles qu’elle a passé l’été à soigner malgré la chaleur étouffante, celles qu’elle compte semer bientôt, quand sa petite serre faite maison sera installée… Les plantes apparaissent et, telles un véritable lierre, grignote petit à petit tout l’espace sur le papier. La voix du professeur devient bientôt un véritable fond sonore à ses pensées embrouillées et à sa confusion lancinante. Le bouchon de son bic se perd bientôt entre ses dents, et son regard se fait troubler sur le papier quadrillé.
C’est pour ça qu’elle sursaute carrément au moment où le contact se fait entre le doigt de Lexa et sa propre cuisse. Ca attire l’attention du professeur, son regard sévère en biais, et Clarke s’excuse d’un regard humble, avant de reprendre son stylo en main et de noter ce qu’il dit lorsqu’il reprend. Mais elle bouillonne intérieurement. Les enfantillages, passe encore. Mais Lexa est passé au degré supérieur dans ses provocations, et elle ressent plus que jamais le besoin impératif d’y réagir sans concession. Mais elle ne sait pas comment s’y prendre. Si elle ne se laisse jamais marcher sur les pieds, si elle marche dans le lycée la tête haute et le respect de ses pairs collé à la peau, elle n’a jamais du entrer dans le jeu des provocateurs comme elle s’y voit désormais contrainte. Alors elle tente une approche audacieuse, faute de pouvoir y réfléchir plus longuement – c’est assez déconcentrant, les petites caresses de Lexa. Elle écarte très légèrement les jambes, imperceptible pour n’importe qui à part elles deux, et plonge à nouveau son regard azur dans celui de la brune. « C’est tout ce que tu as? » Elle murmure.


Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
 
 
~ La haine peut cacher bien des choses ~
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La nature fait bien les choses 〘PV Dentô Shinji 〙
» Le destin fait parfois bien les choses ? Ft Justin.
» Sous le masque, peut se cacher bien des choses! [PV Olivia]
» Le hasard fait bien les choses...| Conrad
» Derrière une porte, il peut se cacher beaucoup de choses ( Ueno )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: