Partagez | 
 
 
 

 Voyage au bout du monde

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 
avatar
The Changelin'
MESSAGES : 27
INSCRIPTION : 29/03/2017
CRÉDITS : celtic_cherokee (on citadel icon)

UNIVERS FÉTICHE : HP, High Fantasy, Fantastique
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Limace


Le contexte du RP
Mise en situation

La situation

Dans un ailleurs fait d'archipels vagabonds, tous plus exotiques et périlleux les uns que les autres, les Asturi entretiennent tant bien que mal leurs traditions séculaires sous le soleil généreux de leur Île Verte. Ici chacun à une place bien définie. C'est ce qui fait que tout se passe si bien. Pourtant certains ne semblent pas très assidus dans l'observation des rites du grand Do Heen...

Que se passera-t-il lorsque la chasse aux cauchemars et aux mauvais rêves sera complètement tombée dans l'oubli ?
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
The Changelin'
MESSAGES : 27
INSCRIPTION : 29/03/2017
CRÉDITS : celtic_cherokee (on citadel icon)

UNIVERS FÉTICHE : HP, High Fantasy, Fantastique
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Limace



Europe
J'ai xx ans et je vis sur une île luxuriante aux eaux de saphir. Dans la vie, je suis la fille du chef Pallas et je m'en sors aussi bien que les autres. Sinon, grâce à ma petite soeur, je suis partie pour long voyage à la rencontre du fils d'un chef des Îles Hurlantes, accompagnée d'un monstre terrifiant à l'intérieur duquel se trouve aussi - peut-être - un homme et je le vis plutôt bien en fait.


avatar ©️ lux aeterna


Dans quatre jours, les courants tournant porteraient l'Île Verte au plus proche du Corridor Aride. Le chef Pallas attendait avec sérieux ce moment. Assis dans le grand do-heen, il écoutait la parole du Sage sous les vapeurs entêtantes des essences que l'on brûlait pour repousser les mauvais rêves dans le royaume de la nuit. Dosha, la petite dernière manquait à l'appel encore une fois. Sa mère haussait dédaigneusement les épaules aux remontrances d'Aklepios. Il était clair que la femme du chef n'avait rien d'une croyante. « Tu finiras par t'attirer les foudres des Dieux avec cette attitude Nomesia », sermonnait une millième fois le sage. Chez les Asturi, on prenait au sérieux ce genre de choses mais depuis que la foudre et les pluies acides avaient réduit de trois quart la population, on allait chercher des femmes et des jeunes hommes sur les îles au delà du Corridor Aride, et certaines traditions tendaient à se perdre.

L'épouse du chef soupira. Dans les Îles du Flamboyant on ne croyait pas à ce genre d'idioties. Les cauchemars et les rêves appartenaient au monde d'au-delà des yeux, tout comme la mort. Il n'y avait pas à les craindre tant qu'on gardait les yeux ouverts. Quant à raisonner une petite somnambule de six ans, il ne fallait pas y compter. Personne ne savait comme elle faisait son compte mais Dosha parvenait régulièrement à fausser compagnie à sa famille, au nez et à la barbe de tous. L'inquiétude de sa mère n'était guère aux monstres et aux créatures improbables qui auraient pu s'échapper de sa tête pendant son sommeil mais plutôt à l'endroit où elle allait retrouver sa petite fille et si elle allait la retrouver entière.

Europe eut un petit sourire rassurant pour sa mère. Elle était l'aînée et devait quitter le village quand les courants permettraient l'alignement du Mouillage au Corridor aride. Ça ne l'empêcherait certainement pas d'aller aider sa mère une fois la purification terminée. S'échappant en coup de vent de sous le grand do-heen, une crinière de cheveux noirs et emmêlés fonçait vert la forêt de banians en criant des DOSHAAAA en veux-tu en voilà. Bientôt on entendait distinctement quatre autres voix répéter le même refrain jusqu'à ce que la voix d'Europe retentisse à nouveau : TROUVÉEEEEE ! en haut d'un banian majestueux. Ne restait plus qu'à aller chercher les hommes - son père ne voulait plus qu'elle

  • grimpe aux arbres
  • parte à la pêche
  • sorte la nuit
  • dépèce les rorquals
  • aille aux bains de boue rouge...

enfin tout ce qui pourrait l'empêcher de traverser le Corridor Aride dans quatre jours que ce soit à cause de la fatigue, d'une maladie quelconque, d'une égratignure ou d'une mort prématurée... Bref, pour faire passer la pilule, il arrivait qu'Europe grommelle qu'elle avait hâte de traverser le Corridor Aride. En vérité elle n'avait pas si hâte que ça de quitter sa famille et appréhendait relativement de rencontrer son promis, le fils d'un chef des Îles Hurlantes. La perspective de vivre de nombreuses - et dangereuses - aventures lui paraissait bien plus motivante que l'aboutissement du périple en lui-même. Sa mère ne cessait de chercher à la rassurer en lui disant que si ça se trouvait, elle aurait autant de chance qu'elle dans le mariage. Mais qu'est-ce qu'elle en savait vraiment ? Pas plus que sa fille. Ne restait plus qu'à s'en remettre aux Dieux.

Après que les hommes eurent perdu une bonne partie de la matinée à descendre Dosha de son arbre, la journée se passa sans que rien de particulier ne se passe. Le sage promettait à qui voulait l'entendre qu'il finirait par arriver quelque chose à force de mépriser les rites anciens mais ce n'était pas la première fois que Dosha était retrouvée trop tard pour rituel du lever et jusqu'à là, aucun monstre cauchemardesque n'était sorti de la forêt pour les dévorer tous... en clair chacun continuait son petit train train sans trop s'en alarmer pour finalement tous se retrouver devant le grand do-heen à la tomber de la nuit pour partager un bon repas. Les hommes avaient ramené un grand rorqual rouge de leur pêche. Ils étaient si grand que toute la tribu avait dû s'y mettre pour l'embrocher et creuser une fosse assez grande pour le rôtir. Le fumet s'élevait à des kilomètres à la ronde et les éclats de rire aussi.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Sha
MESSAGES : 134
INSCRIPTION : 24/03/2017
ÂGE : 26
RÉGION : Calvados.
CRÉDITS : Moi-même.

UNIVERS FÉTICHE : Sadique polyvalente.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Tortue



Fenrir
J'ai des millénaires et je suis perdu entre les Îles morcelées du monde. Dans la vie, j'étais un Loup Antique et j'étais très solitaire. Sinon, grâce à mon allure, je suis un Cauchemar et je le vis plutôt bien.

Informations supplémentaires ici.


Michael Fassbender ©
La faim lui tapissait l’estomac et le lui tordait sans ménagement. Allongé à même le sol, le loup ne se souvenait plus combien de jour cela faisait qu’il n’avait pas goûté à un peu de viande, mais il se souvenait avoir traversé une longue forêt sans gibier et d’avoir été déçu par l’absence de baie et de plantation.  Il n’y avait autour que de hauts arbres dont le nom lui échappait, et des fruits trop hauts pour être cueillis même de sa taille d’homme.
Il ne survivrait finalement que grâce aux petits cours d’eau que parfois il croisait, et il s’y arrêtait avec plaisir pour en profiter et s’y reposer. Se laver le visage avait toujours un quelque chose de bon, et il appréciait la fraîcheur des eaux.

Cela faisait si longtemps qu’il avait mangé, que le simple parfum du fumet lui semblait irréelle. Le loup se demanda s’il rêvait, si cette odeur n’était que le fruit de son imagination en mal d’être nourrie, ou une vraie odeur, un vrai parfum portait par les vents… Son estomac se serra douloureusement et le loup en conclut que mirage ou non, il valait mieux vérifier pour ne pas être déçu plus tard.
C’est en silence que l’immense tâche sombre avança. Ses yeux étaient noirs comme de l’encre, et son pelage ras était couleur bitume. Il ne semblait que rien ne pouvait avoir de couleur chez lui en dehors de ses longues dents et du blanc de ses yeux fendus en iris de jais. Il se fondait alors parfaitement dans les ombres, et sa faim grandissante, son pas se fit plus rapide.

Il s’arrêta alors aux abords de ce qu’il pensait être un petit village et coucha les oreilles sur le haut de son crâne. Sous sa forme la plus primitive, le loup était immense. Même au garrot, il dépassait sans doute la plus part des femmes du monde, et la moitié des hommes. Debout sur ses deux pattes puissantes, il avoisinait alors la taille démesurée quatre grands mètres de haut, ce qui faisait de Fenrir le plus grand de tous les lycanthropes vivants, devant Moëris la blanche elle-même.
Ce n’était donc pas si aisé pour lui de se fondre dans les ombres, car s’il en avait la couleur, il n’en avait pas le corps, ni l’intangibilité pratique.

Mais la faim le tiraillait, aussi le loup avança, en silence. Ses yeux brillaient comme deux soucoupes claires, et alors qu’il passait derrière une petite maisonnée faites du même bois que les arbres sans-nom qui parsemaient les alentours, il tomba sur une enfant. Elle était devant lui, à quelques mètres, et dans son dos le loup attendit. Elle n’était pas bien grande – à peine plus haute qu’une de ses pattes. Elle aurait sans mal pu se glisser sous lui et s’y dissimuler. Elle était si petite que Fenrir se demanda même pourquoi elle était toute seule, à se cacher.
Ses oreilles se dressèrent sur le haut de son crâne alors que le loup pencha la tête sur le côté.


La gamine posa ses yeux sur l’ombre géante qui lui faisait de l’obscurité, et finalement se tourna, pour tomber nez à nez avec l’immense créature.

Le loup avait faim. Est-ce qu’une enfant suffirait ?



Oh Darling,
Darling, What I have done ?
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
The Changelin'
MESSAGES : 27
INSCRIPTION : 29/03/2017
CRÉDITS : celtic_cherokee (on citadel icon)

UNIVERS FÉTICHE : HP, High Fantasy, Fantastique
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Limace



Europe
J'ai xx ans et je vis sur une île luxuriante aux eaux de saphir. Dans la vie, je suis la fille du chef Pallas et je m'en sors aussi bien que les autres. Sinon, grâce à ma petite soeur, je suis partie pour long voyage à la rencontre du fils d'un chef des Îles Hurlantes, accompagnée d'un monstre terrifiant à l'intérieur duquel se trouve aussi - peut-être - un homme et je le vis plutôt bien en fait.


avatar ©️ lux aeterna


Soudain, loin des éclats de rire, il y eut un grand cri perçant.

« Dosha ! », Europe et les femmes de la famille se redressèrent d'un seul bond abandonnant les quartiers de viande grillée à même le sol pour se précipiter comme une seule vers la forêt. Les hommes suivirent le mouvement, arme au poing mais personne n'eût le temps d'atteindre l'orée de la forêt.

Dosha, qui s'époumonait toujours n'avait jamais couru aussi vite de sa vie, glissant sous les immenses racines des banians. Le sage avait raison. Cette fois,un cauchemar s'était bel et bien échappé de sa tête. La bambinette galopait, tenant d'une main la plume géante qu'elle avait piquée dans ses cheveux pour ne pas la perdre. N'eût été de l'énorme monstre qui la coursait, la scène eût presque pu être comique :

« J'ai fait un cauchemaaaaaaaaaaaaaaaar barreeeeeeeeeez vooooooooooooooooous !!! », hurlait-elle en fonçant vers la plage.

Il n'y avait jamais eu de gibier ni de fauve dans la forêt. A peine un oiseau qui venait se perdre de temps en temps. C'est pour cela que les Asturi avaient pris l'habitude de pêcher et de grimper aux arbres pour cueillir les fruits qui ne poussaient que très haut, au dessus de la canopée. Alors bien évidemment, à entendre les arbres craquer et le sol trembler, tout le monde se rallia à la théorie du cauchemar. Foncer vers l'eau en abandonnant le festin était la seule chose qui leur vint à l'esprit même si rien ne garantissait en fait que les cauchemars ne savait pas nager... à par le sage.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Sha
MESSAGES : 134
INSCRIPTION : 24/03/2017
ÂGE : 26
RÉGION : Calvados.
CRÉDITS : Moi-même.

UNIVERS FÉTICHE : Sadique polyvalente.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Tortue



Fenrir
J'ai des millénaires et je suis perdu entre les Îles morcelées du monde. Dans la vie, j'étais un Loup Antique et j'étais très solitaire. Sinon, grâce à mon allure, je suis un Cauchemar et je le vis plutôt bien.

Informations supplémentaires ici.


Michael Fassbender ©
La petite créature se mit à décamper aussi vite que ses jambes le lui permettaient, hurlant des choses insensées. Ne voyait-elle pas ce qu’il était ? A savoir un fier loup antique ? L’animal grogna et poussa un hurlement horrible avant de prendre en course la petite humaine. Ses pattes puissantes bondissaient alors et rien n’aurait pu arrêter Fenrir, pas même les hauts arbres de la forêt. Rien. Strictement rien. La faim était trop dévorante, trop présente dans le creux de son estomac…
Elle le sema pourtant, car l’animal avait repéré quelque chose de plus intéressant qu’une simple gamine aussi épaisse qu’un gardon. Les yeux noirs du loup se posèrent en effet sur un magnifique buffet duquel s’écartait aussitôt des dizaines de personne toutes plus apeurées et affolées les unes que les autres, fuyant vers l’eau, comme s’il n’était pas capable de nager.

Finalement, la faim reprenant le dessus, le loup posa ses deux pattes sur un banc et sa gueule immense se mit à dévorer tout ce qui se trouvait sur la table, que ce fut le poisson comme les légumes. Sa queue sombre s’agitait derrière lui, et s’il mangeait à ne plus pouvoir respirer, ses yeux guettaient toujours les hommes et les femmes et ses oreilles dressées écoutaient le moindre bruit.
Tout ce qu’il voulait, c’était se repaître. Juste se repaître pour oublier la faim…



Oh Darling,
Darling, What I have done ?
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
The Changelin'
MESSAGES : 27
INSCRIPTION : 29/03/2017
CRÉDITS : celtic_cherokee (on citadel icon)

UNIVERS FÉTICHE : HP, High Fantasy, Fantastique
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Limace



Europe
J'ai xx ans et je vis sur une île luxuriante aux eaux de saphir. Dans la vie, je suis la fille du chef Pallas et je m'en sors aussi bien que les autres. Sinon, grâce à ma petite soeur, je suis partie pour long voyage à la rencontre du fils d'un chef des Îles Hurlantes, accompagnée d'un monstre terrifiant à l'intérieur duquel se trouve aussi - peut-être - un homme et je le vis plutôt bien en fait.


avatar ©️ lux aeterna
Dosha n'avait jamais couru aussi vite de sa vie et pour une fois, elle ne se posa pas de questions avant de rentrer dans l'eau et de se cacher entre son père et sa mère. Le village resta un petit moment à regarder le cauchemar se faire leur festin. Ca ne pouvait pas se passer comme ça, et les commentaires grinçant sur l'éducation de la petite dernière du chef ne faisait rien pour améliorer la situation.

« Ca suffit comme ça. Ce cauchemar est en train de réduire le fruit de notre travail à peau de chagrin. Quand il en aura fini du rorqual, vers quoi pensez-vous qu'il se tournera ? », un long silence suivit les paroles du chef Pallas. Il avait toujours était le plus avisé de tous, c'était bien pour ça qu'il était le chef. Et aussi un peu parce qu'il avait occis son prédécesseur en lui assénant un coup de fémur de baleine-taureau sur le crâne... « Il faut le capturer et le bannir. »

Tous les regards se tournèrent alors vers Aklepios qui était le plus compétent pour tout ce qui concernait le monde des esprits.

« Que - mais - J'n'en sais rien moi !!! Si vous aviez écouté quand il était encore temps nous n'en serions pas là !! »

Les regards se reportèrent vers Pallas. A nouveau un long silence passa comme le chef cherchait un moyen de neutraliser quelque chose d'aussi énorme qu'intangible. Enfin intangible... à en juger par les dégâts il devait quand même y avoir moyen de faire quelque chose ...

« Nous avons déjà capturer des bêtes bien plus grosses que ça ! », commença-t-il. Ca n'était pas vrai mais tout ce qui importait c'était le ton sur lequel on disait les choses. Il avait déjà remarqué ça à plusieurs reprises. Cela marchait d'autant mieux sur les hommes. Il suffisait d'avoir l'air convaincu de ce qu'on disait, « Les hommes allez chercher les harpons, les femmes les filets de pêche et le sage... faites quelque chose d'utile. Les enfants restent dans l'eau. »

Il n'avait pas vraiment de plan défini mais on ne lui posa pas plus de questions que ça. Très vite les choses se mirent en place dans sa tête et sur la place. Les femmes avaient pris les meilleurs filets, ceux qui servaient à la chasse au rorqual et qui étaient tressés dans des fils de métal gris qu'on appelait arjun ici. Ces filets étaient particulièrement lourds mais surtout très résistant.

Les hommes, eux, briquaient leur harpon et s'échauffer. Bien vite le plan était là. Les hommes donneraient l'assaut depuis la cime des arbres et l'arrière du village. Là, le cauchemar se rabattrait vers les filets des femmes et enfin, le sage devrait faire quelque chose de sage et utile qui règlerait le problème une bonne fois pour toute.

Aklepios haussa les épaules, grommelant quelque chose en partant donc seul de son côté pendant que les villageois lançaient l'assaut.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Sha
MESSAGES : 134
INSCRIPTION : 24/03/2017
ÂGE : 26
RÉGION : Calvados.
CRÉDITS : Moi-même.

UNIVERS FÉTICHE : Sadique polyvalente.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Tortue



Fenrir
J'ai des millénaires et je suis perdu entre les Îles morcelées du monde. Dans la vie, j'étais un Loup Antique et j'étais très solitaire. Sinon, grâce à mon allure, je suis un Cauchemar et je le vis plutôt bien.

Informations supplémentaires ici.


Michael Fassbender ©
Là le Loup plantait ses crocs, d’autres fois il ne mâchait même pas et engloutissait aussitôt la chair tendre du rorqual. Souvent il ne prenait le temps de rien et ne faisait que rassasier la bête qui sommeillait en lui et qu’il n’avait plus connu depuis longtemps.
Quand la faim disparut au profit d’une douleur aigüe au creux de l’estomac, l’immense animal s’arrêta et ses oreilles se dressèrent sur le haut de son crâne. Le silence trop pesant de la plage ne lui indiquait rien de bon. Il laissa alors traîner son regard aux alentours, l’air soudainement sombre, comme si quelqu’un – ou quelque chose – s’était imaginé abuser de son esprit.

Le Loup posa une patte devant lui, lourdement. Sa fourrure hirsute et courte brillait sous la lune d’aucun reflet que ce fût : elle était d’un noir de jais profond et sans couleur, de la même manière que ses pupilles onyx.

Quand le silence se brisa par un signal que le Loup ne comprit pas, son pelage s’hérissa de la même manière que s’il l’avait compris. Un harpon voleta dans les airs et se planta à seulement un petit mètre de lui. Le Loup dressa les oreilles sur le haut de son crâne et recula de cinq grands pas très rapidement pour éviter la morsure froide de trois autres de ces harpons.
Ce que les hommes et les femmes n’avaient pourtant pas prévu, c’était que Fenrir était un loup des plus arrogants et des plus forts. Quand bien même les harpons l’auraient touché, jamais ô grand jamais l’immense montagne n’aurait eu le cœur à fuir et à reculer. Jamais alors les arjuns des femmes n’auraient eu de quelconque utilité, et si jamais sa grande gueule n’aurait mâché de la chair des filles de l’Île Verte, cela en serait autrement des hommes.

C’est donc animé de la plus virulente des colères que le Loup sombre s’élança vers l’arrière du village, ses yeux cherchant ses assaillants. Son large museau renâclait et des volutes grisâtres en sortaient comme de petits nuages d’arabesque. Il humait furieusement l’air à la recherche d’une trace, d’un début de piste.
Et il trouva.
L’immense gueule de Fenrir se mit à grogner face à un arbre où se tenait trois jeunes hommes, d’un âge raisonnable pour mourir pour un homme comme lui qui n’avait jamais connu que les guerres puniques et plus tardivement la Grande Guerre qui détruisit le monde en mille îles.

Un harpon puissant lui perça le flanc ; il venait de droite. A quelques pas de lui, se tenait un homme, fier et sans peur. Sans doute qu’il cherchait à défendre à tout prix les trois jeunes hommes haut dans l’arbre, mais la peur finirait par l’habiter sitôt qu’il comprendrait que la douleur n’avait plus d’emprise sur le corps du Loup depuis qu’il avait passé son second millénaire, et plus largement parce qu’il était trop furieux pour ressentir la moindre émotion.

D’un grand coup de gueule finalement, il happa l’homme à lui, et d’un second, sa mâchoire se referma sur son crâne qui se brisa sous la puissance du coup en mille éclats rougeâtres et rosés au sol. Le corps tomba sitôt, et le Loup se retourna vers l’arbre, se dressant sur ses deux pattes tel un homme haut de presque cinq mètres de haut. Du sang perlait de sa blessure, mais le harpon, quoi qu’il mordait au plus profond sa chair, ne semblait pour l’instant pas le déranger le moins du monde.

Ce qui le dérangeait, c’étaient tous ceux-là qui avaient pensé une seule seconde pouvoir abattre d’un simple harpon à rorqual, Fenrir, le plus grand des Loups du monde.



Oh Darling,
Darling, What I have done ?
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
The Changelin'
MESSAGES : 27
INSCRIPTION : 29/03/2017
CRÉDITS : celtic_cherokee (on citadel icon)

UNIVERS FÉTICHE : HP, High Fantasy, Fantastique
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Limace



Europe
J'ai xx ans et je vis sur une île luxuriante aux eaux de saphir. Dans la vie, je suis la fille du chef Pallas et je m'en sors aussi bien que les autres. Sinon, grâce à ma petite soeur, je suis partie pour long voyage à la rencontre du fils d'un chef des Îles Hurlantes, accompagnée d'un monstre terrifiant à l'intérieur duquel se trouve aussi - peut-être - un homme et je le vis plutôt bien en fait.


avatar ©️ lux aeterna
Le plan s'était déroulé comme convenu mais les résultats n'étaient pas au rendez-vous. Le cauchemar était à l'épreuve de tous leurs harpons et les filets n'étaient pas assez grands, pas assez résistants. Personne ne relâchait ses efforts mais il fallait bien se rendre à l'évidence...

Dans l'eau les enfants ne distinguaient pas vraiment les choses. Ils ne voyaient qu'une grande cohue et le clair de lune leur faisait paraître le monstre encore plus grand que ce qu'il devait être. Du moins c'était ce que se disait Europe, tandis que les plus jeunes, incluant ses soeurs, se collaient à elle. Elle était l'aînée de leur génération c'était donc à elle de prendre les décisions et de veiller à la sécurité des autres. Un hurlement déchira la nuit, tout à coup étouffé dans un bruit macabre. Les enfants se serrèrent encore d'avantage autour d'Europe. Personne n'avait rien vraiment vu mais tout le monde avait compris ce qui s'était passé. Un deuxième avertissement sinistre acheva de doucher leur espoirs. Les enfants se mirent à reculer. Tous. Sauf Dosha.

« DOSHA ! »

Saleté de gamine. Et en plus elle courrait beaucoup plus vite qu'Europe. L'aînée se demandait d'ailleurs ce qu'elle pouvait bien avoir fait aux Dieux pour avoir une petite soeur pareille. Accessoirement Dosha avait toujours été sa préférée. Ca ne l'empêcherait probablement pas de l'étrangler si elles s'en sortaient vivantes. Et cette folle fonçait droit vers le cauchemar. Qu'est-ce qu'elle croyait ?

« DOSHA ! REVIENS ICI TOUT DE SUITE !!! »
« C'est mon cauchemar !! C'est moi qui vait s'en occupeeeer !!! »
« MAIS N'IMPORTE QUOI !!!! Et c'est m'en occuper !!!! »

A quoi servait-il de la corriger maintenant qu'elles étaient dans les pattes du monstre entourées de cadavres et d'hommes aussi déterminés que paniqués.

« Dosha... »
, la voix d'Europe s'étrangla dans son gosier. Sa main se referma enfin sur le petit bras de Dosha qu'elle tira de toutes ses forces derrière elle. L'aînée ne faisait pas la maline.

Autour d'elles, la nuit retenait son souffle. Les hommes étaient statiques, leur père le premier. Europe serra les dents en essayant de pas trembler.

« C'est moi qui a pas fait sa prière monsieur le cauchemar. Faut pas manger tout le monde... », commentait la minuscule Dosha.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Sha
MESSAGES : 134
INSCRIPTION : 24/03/2017
ÂGE : 26
RÉGION : Calvados.
CRÉDITS : Moi-même.

UNIVERS FÉTICHE : Sadique polyvalente.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Tortue



Fenrir
J'ai des millénaires et je suis perdu entre les Îles morcelées du monde. Dans la vie, j'étais un Loup Antique et j'étais très solitaire. Sinon, grâce à mon allure, je suis un Cauchemar et je le vis plutôt bien.

Informations supplémentaires ici.


Michael Fassbender ©
Fenrir, immense comme une montagne, attendait son prochain adversaire. Son poil brillait sous la lune, lustré par l'eau et les éclaboussures de sang. Sa gueule allait de nouveau se refermer sur le premier qui oserait s'approcher. Il allait les tuer, tous, un par un s'il le fallait, mais il ne se laisserait jamais dompter. Son cœur était libre comme celui des véritables loups. Il n'avait jamais appartenu qu'à une femme, mais il l'avait perdu il y avait bien longtemps, volontairement.
L'amour était un poids trop lourd à porter sur les épaules d'un homme. Son frère en était l'exemple vivant qu'aussi grand l'on est, une blessure au cœur ne pardonne jamais. La guerre était un métier des plus simples à l'inverse, car il n'était pas intéressant de réfléchir pour frapper. La préparation certes demandait quelques réflexions, quelques pensées, mais rien de bien sérieux.

Quand le plus grand des loups du monde vit approché la plus petite des filles qu'il n'ait jamais vu – mais il fallait le dire, Fenrir avait rarement croisé d'autres vivants qui ne furent pas des loups et tous les loups avaient une certaine tendance à être grands, il pencha la tête sur le côté.
Elle avait du cran et surtout beaucoup de courage pour s'approcher. Il fallait plus que du courage même pour affronter un Loup aussi immense et sombre que lui : il fallait de la stupidité. Pouvait-il reproché à une enfant d'être stupide pourtant ?

Derrière elle, sa sœur avait déjà plus de jugeote, même si c'était trop tard. S'il avait voulu, il les aurait dévorer toutes les deux. C'aurait été facile : une bouchée pour la plus petite, deux pour la plus grande. Au moins trois.
Elle était jolie, la plus grande. A croquer aurait été le terme, mais il semblait trop déplacer pour que Fenrir n'y pense vraiment.

Le Loup regarda la gamine, une dernière fois, et tout en se demandant qui elle pouvait bien prier, il reposa son royal fessier à même le sol et resta là, assis, les pattes avant droites tandis que sa queue abyssale traînait derrière lui comme une traînée d'encre.
Il fixa l'enfant, en silence. Il semblait même calmé, et ne voulait pas attaquer.

Il était déjà assez repu de son copieux repas.

Le harpon coincé dans son flanc lui faisait toujours mal, aussi son museau gardait une impression d'être crispé, mais il restait droit, tentant d'être impassible.



Oh Darling,
Darling, What I have done ?
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
The Changelin'
MESSAGES : 27
INSCRIPTION : 29/03/2017
CRÉDITS : celtic_cherokee (on citadel icon)

UNIVERS FÉTICHE : HP, High Fantasy, Fantastique
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Limace



Europe
J'ai xx ans et je vis sur une île luxuriante aux eaux de saphir. Dans la vie, je suis la fille du chef Pallas et je m'en sors aussi bien que les autres. Sinon, grâce à ma petite soeur, je suis partie pour long voyage à la rencontre du fils d'un chef des Îles Hurlantes, accompagnée d'un monstre terrifiant à l'intérieur duquel se trouve aussi - peut-être - un homme et je le vis plutôt bien en fait.


avatar ©️ lux aeterna
Le temps semblait suspendu à rien. Le cauchemar se posa sur son immense séant, les filles collées l'une à l'autre n'osaient plus respirer avec le regard de cet immense fauve pointé sur eux et le cercle des villageois tout autour n'osait plus intervenir en quoi que ce soit de peur de mettre en l'air toutes les chances de survie - en avaient-elles seulement une - des filles du chef. Seule Dosha n'avait pas l'air si angoissée que ça finalement...

« Je crois que tu devrais lui enlever le harpon... »
« Mais ça va pas mieux !! » protesta Europe entre ses dents comme si elle avait voulu éviter de vexer le cauchemar de sa petite soeur.

Dosha, croisant les bras sur sa poitrine d'un air résolu. Haussant les épaules la petite fille s'empressa d'expliciter le fil de sa pensée :

« Tu te rappelles quand papa il avait une écharde dans le pied... »
« Oui ben papa il a pas d'aussi grandes dents tu vois... »
« Mais vazy j'te diiiiiiiis !!! », exigea la demi-portion en la poussant de toutes ses forces entre les pattes du monstre.

Sale gosse. Si Europe s'en tirait elle lui ferait vraiment la peau, depuis le temps qu'elle le lui promettait... Par réflexe la jeune femme s'était protégée de ses bras mais après quelques secondes, il semblait bien qu'elle était toujours de ce monde alors, rentrant la tête entre les épaules, elle se risqua à regarder la situation dans laquelle elle se trouvait vraiment. Dosha l'avait poussée tout près du harpon, mais ce n'est qu'après avoir échangé plusieurs regards inquiets avec la bête qu'elle se risqua à approcher la main du harpon.

L'arme s'était planté dans le mou du flan, à mi-longueur. Après y avoir longuement réfléchi, Europe saisit la hampe du harpon sans crier gare, plantant son talon dans la fourrure chaude et pégueuse, tira d'un coup sec, se retrouvant sur le cul dans le sable à prier les dieux de ne pas finir en pâtée pour cauchemar.
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
 
 
Voyage au bout du monde
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le Chamane du bout du monde
» Voyage au bout de la Nuit [Partie 1] [Terminé]
» Le champ du bout du monde...~Jarod contre Hades
» Play Doh: T'es plus malin avec tes mains!
» LES AVENTURIERS DU BOUT DU MONDE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers fantasy :: Surnaturel-
Sauter vers: