Partagez | 
 
 
 

 Qui sommes nous pour lutter contre le destin ? ☆ Erica et ... ☆ Orion

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
 
avatar
Orion
Féminin MESSAGES : 61
INSCRIPTION : 24/07/2017
ÂGE : 25
RÉGION : Aube
CRÉDITS : Kikidostuffs

UNIVERS FÉTICHE : Tous <3 Je parcours les recherches et je vois ce qui me plait ! :D
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1154-orion-ecrire-pour-exister http://www.letempsdunrp.com/t1155-orion-play-with-fire
Tortue



Orion Anselme
J'ai 35 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis professeur de littérature et je m'en sors pas trop mal. Sinon, grâce à ma malchance, je suis en couple et je le vis plutôt pas génial, puisque je suis cocu, m'voyez.

A venir par la suite...


Michael Fassbender ©️ SWAN
Ce soir, ce n'était pas mon soir. Je m'étais encore disputé avec ma petite amie, et j'en avais été au point où je devais soit me casser, soit la cogner. Alors, je m'étais barré. Tout en laissant un ultimatum tout de même. A mon retour, je ne voulais plus la voir ici. Et que les clés finissent dans la boîte aux lettres. Qu'elle disparaisse totalement de ma vie, car je ne pourrai plus répondre de rien. J'avais longtemps hésité sur la marche à suivre, mais là je devais me protéger moi-même. Cette relation devenait toxique, et je n'avais pas besoin de ça. J'avais besoin d'être bien, et pas de ramasser les restes de mon coeur après que cette fichue nana soit passée avec son rouleau compresseur.

Alors, je m'étais barré, me promenant dans Paris un peu au hasard. Me balandant au gré de mes pas, voir où j'allais atterrir. Au bout d'un moment, je finis par arriver dans un coin un peu vide, certes, mais c'était ce qu'il me fallait. Après les cris le calme. Après avoir vérifié si j'avais pensé à prendre mon porte monnaie, je finis par m'installer dans un café histoire de passer le temps. Je voulais lui donner trois heures, au moins. En m'installant, j'avais le nez plongé dans mon téléphone, je m'assis au hasard, attendant que quelqu'un vienne prendre ma commande. Et d'un coup, je levai la tête, ayant l'impression d'être fixé du regard... Et finalement je n'avais pas tort. J'eus la bonne surprise de tomber nez à nez avec une de mes étudiantes, Erica Dubois.

"Hé bien, si ça n'est pas une surprise."

Je lui fis un sourire, lui rendant le sien. J'étais d'un coup calmé, ça ne serait pas de bon goût que d'être énervé face à elle. Et puis même, j'étais assez content de la voir, elle avait l'air de suivre mon conseil en venant se détendre un peu après les examens. Et là, j'étais assis face à elle, à une autre table ! La serveuse vint d'un coup pour prendre ma commande - un cappuccino - et je me retournai vers Erica pour lui dire :

"Je vois que vous avez l'air de profiter du conseil que je vous ai donné. Je suis content ! Cela vous fait du bien, au moins ?"

C'était toujours assez étrange de croiser ses élèves en dehors du cadre de la fac, mais aussi ça me permettait de les voir évoluer dans un autre genre d'univers. D'autant qu'elle était particulièrement jolie, cette étudiante là, avec sa belle robe rouge. J'aimais beaucoup cette couleur, sur une femme, ça ressortait toujours bien. Quoique, j'allais éviter l'erreur de tomber amoureux d'une de mes étudiantes, à nouveau, n'est-ce pas ? Avec celle que je m'étais tapée ces dernières années, il allait me falloir autre chose, vraiment.


Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Lullaby Snape
Féminin MESSAGES : 480
INSCRIPTION : 13/09/2017
CRÉDITS : Nobody

UNIVERS FÉTICHE : HP / Vie réelle / University
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Voir le profil de l'utilisateur
Pigeon



Erica Dubois
J'ai 23 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis étude en littérature et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Elle est bilingue. Elle n'est pas née à Paris mais ses parents voulaient qu'elle ait une excellente éducation. Elle a toujours été poussée à travailler dur à l'école pour ramener de bonnes notes, ce qui n'était pas toujours évident parce qu'elle voulait également pratiquer sa passion, le patinage artistique et que les cours lui en laissaient rarement l'occasion. Elle aime les hommes plus âgés, vraiment plus âgés, et s'en cache.


avatar ©️ NOM CRÉATEUR


Comme son professeur la remarque, assise à sa table et lui adresse la parole, parlant d’une surprise, l’abordant de lui-même, la demoiselle a un petit sourire et une légère rougeur sur ses joues. Elle qui aurait trouvé indélicat de l’aborder, bien qu’ils soient hors du cadre scolaire, est maintenant rassurée puisque le professeur a finalement fait le premier pas de cette rencontre hasardeuse. Alors qu’il lui rend son sourire, la demoiselle songe immédiatement à la réaction qu’Emma aurait eut si elle avait été là, et qu’elle aura sûrement si la demoiselle lui fait part de cela, au cours d’une discussion.

Comme une serveuse approche de Monsieur Anselme, la demoiselle reporte son attention sur son téléphone, en terminant de répondre au commentaire de l’un de ses followers, avant d’éteindre l’appareil et le poser dans son sac à main, pour apprécier sa boisson chaude, l’air rêveuse et plongée dans ses réflexions. C’est son professeur qui la sort de ses rêveries soudainement, posant quelques questions, s’inquiétant de savoir si la jeune femme profite bien des conseils qu’il lui a dispensé quelques temps plus tôt. Avisant sa tasse et la distance qui les sépare, la demoiselle se lève finalement, passant son sac sur l’épaule et attrapant la boisson pour finalement rejoindre la table de son professeur et s’installer tout à fait en face de lui, les joues légèrement roses.

«- Voilà qui sera plus pratique si nous ne voulons pas rameter tout le café dans notre conversation !» fait-elle remarquer avec un léger sourire, installant son sac sur un siège juste à côté d’elle, n’aimant pas poser ce dernier n’importe où comme les sols, dans ce genre d’endroits surtout, sont malheureusement souvent crades. «Oui, c’est agréable de relâcher la pression… Vous êtes ici pour cela vous aussi ? Trop de copies à corriger ?» suppose la demoiselle, ne pouvant imaginer que ce sont des affaires de cœurs qui ont mit son professeur sur sa route en cette soirée.

Certains pourraient se méprendre sur la situation, aussi la rouquin, bien qu’elle ait rejoint son professeur à sa table, garde-t-elle soigneusement ses distances, pour ne pas sembler trop proches de ce dernier, au cas où quelques connaissances, on ne sait jamais, viendraient à entrer dans ce café.

«- Je pensais aller faire un peu de patinage après. Et j’ai enfin recommencé à écrire… oh seulement quelques pages, je voudrais avoir plus de temps, pouvoir vraiment avancer. Mais compte tenu de ma longue pause… disons que c’est déjà, au moins, un début.»


Mes recherches en cours ♥️

It was just an accident
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Orion
Féminin MESSAGES : 61
INSCRIPTION : 24/07/2017
ÂGE : 25
RÉGION : Aube
CRÉDITS : Kikidostuffs

UNIVERS FÉTICHE : Tous <3 Je parcours les recherches et je vois ce qui me plait ! :D
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1154-orion-ecrire-pour-exister http://www.letempsdunrp.com/t1155-orion-play-with-fire
Tortue



Orion Anselme
J'ai 35 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis professeur de littérature et je m'en sors pas trop mal. Sinon, grâce à ma malchance, je suis en couple et je le vis plutôt pas génial, puisque je suis cocu, m'voyez.

A venir par la suite...


Michael Fassbender ©️ SWAN
Lorsque je commençai à parler à mon étudiante, je ne m'étais pas attendu à ce qu'elle vienne s'installer en face de moi à ma table. Mais d'un autre côté, elle n'avait pas tort, si on voulait garder notre conversation pour nous, c'était mieux d'être installé en face à face. Bien que je sentais, enfin, je voyais la rougeur de ses joues, c'était quelque part assez mignon, elle devait se sentir en pleine impulsion pour "oser" s'installer face à un professeur en dehors du cadre des cours. Lorsqu'elle déclara que c'était agréable de relâcher la pression, allant jusqu'à demander si j'étais là pour ça aussi, si j'étais en train de crouler sous les copies, j'eus un léger sourire.

"On peut dire ça oui."


Je ne voulais pas m'épancher auprès d'une étudiante qui, après tout, avait ses propres soucis. Et puis, je me souvenais quand j'étais étudiant et que je voyais mes enseignants un peu comme des robots, comment les imaginer faire autre chose qu'enseigner ? Je me souvenais du choc que j'avais eu quand l'un de mes intervenants avait été élu maire d'une petite ville à côté de mon lieu d'étude, c'était comme se rendre compte qu'ils étaient humains et avaient une vie en dehors des cours. En tout cas je l'écoutai religieusement me raconter ses bonnes résolutions.

"C'est un excellent début, je vois que ça vous fait du bien, vous avez meilleure mine. J'en suis ravi ! Vous devriez continuer comme ça, ça a l'air de vous faire du bien."


Je bus un peu de mon café, qui était enfin servi. J'étais content de voir que ces quelques minutes dans mon bureau pouvaient avoir un effet positif sur la personne que j'avais conseillée. C'était dommage en plus de voir un tel gâchis, c'était une étudiante sympathique, qui devait simplement faire ses propres choix. C'était fou comment la société se permettait encore de pousser des jeunes gens dans des voies qui n'étaient pas les leurs. C'était ainsi qu'on constatait une crise des vocations, des secteurs bouchés, des employés qui pétaient les plombs, et j'étais certain qu'une part des chômeurs y étaient par manque de motivation ou parce qu'ils avaient abandonné des études qui ne leur plaisaient pas. Alors, un étudiant par un étudiant, j'essayais de rectifier le tir.

"Est-ce que ça a un effet sur les choix que vous devez faire ? Pour votre futur ?"


J'étais assez direct, mais voilà, elle avait eu quelques jours pour se rendre compte, réfléchir, et si je ne mettais pas la pression, au moins, elle pouvait commencer à dire ce qu'elle pensait. Et tandis que j'attendais la réponse, je me mis un peu plus à l'aise pour le café, peut-être que j'y resterai un peu plus longtemps que prévu ? Je déboutonnai ma veste en cuir, que je retirai pour le laisser sur ma chaise dans mon dos. Puis je remontai les manches de ma chemise, il faisait bon dans ce café, pour une fois.

Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Lullaby Snape
Féminin MESSAGES : 480
INSCRIPTION : 13/09/2017
CRÉDITS : Nobody

UNIVERS FÉTICHE : HP / Vie réelle / University
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Voir le profil de l'utilisateur
Pigeon



Erica Dubois
J'ai 23 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis étude en littérature et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Elle est bilingue. Elle n'est pas née à Paris mais ses parents voulaient qu'elle ait une excellente éducation. Elle a toujours été poussée à travailler dur à l'école pour ramener de bonnes notes, ce qui n'était pas toujours évident parce qu'elle voulait également pratiquer sa passion, le patinage artistique et que les cours lui en laissaient rarement l'occasion. Elle aime les hommes plus âgés, vraiment plus âgés, et s'en cache.


avatar ©️ NOM CRÉATEUR


Comme le professeur confirma les soupçons de son étudiante cette dernière le cru sur parole, n'ayant aucune raison de douter des propos de son enseignant. La demoiselle songeait que son professeur n'avait aucune raison de lui mentir et qu'il était effectivement ici pour souffler un peu entre deux sessions de corrections d'examens. Il devait en avoir un petit paquet en ce moment, compte tenu de la période de partiels que les étudiants de l'université venaient de subir et elle n'enviait curieusement pas la situation du professeur. Au moins autant que ce dernier avait dût ne pas envier ses étudiants pendant leur période de révisions et celle d'examens, à les regarder plancher, paniquer, stresser sur leurs copies. La jeune femme n'imaginait pas un seul instant qu'il était là pour des problèmes de cœur, sans pourtant confondre ce dernier avec un robot. C'était simplement dérangeant, en un sens, d'imaginer comment pouvait être la vie des professeurs et ce d'autant plus que cela ne la regardait ni ne la concernait.

«- Merci monsieur, je me trouve aussi plus détendue mais je en sais pas comment les choses vont se passer lorsqu'il va falloir reprendre les cours. J'aurais de nouveau beaucoup moins de temps... » répond la demoiselle avant de baisser la tête.

Il est possible que la jeune femme travaille trop, pendant la période de cours, à force de vouloir réussir pour ne pas avoir de problèmes avec ses parents, pour en finir au plus vite avec les études, également. Il est possible que la demoiselle ne s'accorde pas suffisamment de répit, pressée comme elle l'est de pouvoir avancer ses dossiers, prendre le temps de les étoffer, avoir le temps d'approfondir les cours, de lire les ouvrages recommandés, de préparer les feuilles de révisions et de réviser, finalement. Il est possible qu'elle doive apprendre à freiner un peu. Mais elle ne sait à vrai dire pas comment faire. Et elle a toujours été trop habituée à avoir un millions de choses à faire pour apprendre à se relaxer.

«- Je ne sais pas du tout, pour être tout à fait honnête avec vous.» répond la demoiselle en baissant légèrement la tête d'un air gêné et se mordant la lèvre inférieure. «Disons que je ne sais toujours pas pour quoi je travaille.»

La demoiselle regarde l'homme déboutonner sa veste, son regard se fixant sur son geste alors qu'une légère rougeur apparaît sur ses joues et elle détourne la tête rapidement, consciente du fait que s'il n'avait pas été son enseignant, s'il avait été un client lambda à une autre table, elle se serait probablement avancé vers lui à ce moment précis pour tenter sa chance, faire connaissance, discuter. Sauf qu'il était son professeur et qu'elle chassa alors rapidement cette pensée de son esprit, espérant qu'il mettrait son geste sur l'effet de la gêne d'être autant perdue dans sa vie.

«- Que... Que feriez-vous à ma place, vous ?»


Mes recherches en cours ♥️

It was just an accident
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Orion
Féminin MESSAGES : 61
INSCRIPTION : 24/07/2017
ÂGE : 25
RÉGION : Aube
CRÉDITS : Kikidostuffs

UNIVERS FÉTICHE : Tous <3 Je parcours les recherches et je vois ce qui me plait ! :D
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1154-orion-ecrire-pour-exister http://www.letempsdunrp.com/t1155-orion-play-with-fire
Tortue



Orion Anselme
J'ai 35 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis professeur de littérature et je m'en sors pas trop mal. Sinon, grâce à ma malchance, je suis en couple et je le vis plutôt pas génial, puisque je suis cocu, m'voyez.

A venir par la suite...


Michael Fassbender ©️ SWAN
Si au départ je fus content d'avoir entendu qu'elle se sentait plus détendue, ce fut autre chose lorsque finalement, elle s'avéra se retrouver comme au point de départ. J'avais la sensation que si elle ne trouvait pas une solution d'ici peu, elle allait totalement lâcher, et sortir d'une licence sans le diplôme après s'être cravaché pendant trois ans, c'était juste d'une tristesse à pleurer. Et quand elle finit par me demander ce que je ferais à sa place, je me mis à réfléchir. C'était une chose de proposer de prendre quelques jours, ç'en était une autre de chercher à conseiller un élève réellement perdu sur son avenir. Je ne pouvais pas lui dire de faire une pause jusqu'à la fin de ses études et en tant qu'enseignant, je ne pouvais pas me permettre non plus de lui dire de tout abandonner comme si ça allait être aussi facile que ça.

Je l'observai tout de même rougir au moment où je me déshabillais. Si au départ, je crus qu'il s'agissait d'une gène, car j'étais son prof et elle une élève qui déballait son sac, je me rendis compte que c'était autre chose. Je me souvins que j'étais un homme encore potable, et qu'à peine quelques années plus tôt, j'avais eu quelques relations avec mes étudiantes, mon péché mignon je devais l'avouer. Mais je ne savais pas si j'étais prêt pour ça, je venais de mettre mon ex dehors, je n'allais pas en ramener une autre alors même que son parfum était encore dans l'air. Je devais me concentrer sur son problème... Après tout, elle ne devait pas s'intéresser à moi, ou du moins pas au moins de franchir la ligne de l'interdit. Et je devais me concentrer sur son problème actuel.

Je pris quelques instants pour réfléchir. C'était tout de même dommage, une si jolie fille avec une tête bien faite, qu'elle soit si pleine de doutes... J'étais parfois triste de voir que des étudiants parvenaient à combiner leurs études avec de l'autre côté du militantisme, du boulot, des activités extra-scolaires, alors qu'elle... Elle frisait l'excellence, mais d'un autre côté n'avait pas grand chose. Peut-être était-ce là le problème ? Elle se plongeait tellement dans ses études que finalement, elle ne parvenait à rien faire d'autre ? Après tout, ce n'était pas si grave si ses résultats baissaient un peu, tant qu'elle restait dans la moyenne pour obtenir son diplôme. C'était triste à dire, mais on valorisait bien plus les diplômes moyens avec pas mal d'à côté, que les excellents qui ne s'étaient que plongés dans leurs études. Oh et puis... Bon sang, autant être honnête un instant.

"Bon, imaginons un instant que je ne suis pas votre prof, et vous pas mon élève. Tient, je vais même te tutoyer. Oublions tout ça, parce qu'en tant qu'enseignant, ce que je vais dire est clairement moyen. Bref."

Je me raclai la gorge :

"En tant qu'homme, j'ai envie de dire : finit cette année, c'est la dernière, on est en quoi... Janvier ? Il reste même pas la moitié d'une année. Six petits mois et après, tu as ton diplôme et tu vas ailleurs. Et à côté de ça... Lâche le lest. Tu as d'excellents résultats, ce n'est pas bien méchant si tu baisses ta moyenne. Surtout que si c'est pour te tuer à la tâche comme certains de tes anciens devoirs qui finalement ne tiennent pas la route... Alors honnêtement, lâche la bride et, j'en sais rien, fait ton club de patinoire, rencontre des personnes, vit une vie d'étudiante normale. Comme celles que je croise tout le temps sur le Campus, dans ces soirées."

Je lui aurais bien dit de me rencontrer moi, mais cela aurait été clairement malvenu, là dans l'instant. Profiter des chagrins d'une jeune femme pour la mettre dans mon lit, merci mais non merci. Je n'étais pas le type le plus fréquentable de la Terre mais j'avais un minimum de scrupules. Je lui fis néanmoins un sourire en coin tout en reprenant une goutte de café. Cela ne m'empêchait pas de provoquer quelques réactions après tout ?
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Lullaby Snape
Féminin MESSAGES : 480
INSCRIPTION : 13/09/2017
CRÉDITS : Nobody

UNIVERS FÉTICHE : HP / Vie réelle / University
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Voir le profil de l'utilisateur
Pigeon



Erica Dubois
J'ai 23 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis étude en littérature et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien.

Elle est bilingue. Elle n'est pas née à Paris mais ses parents voulaient qu'elle ait une excellente éducation. Elle a toujours été poussée à travailler dur à l'école pour ramener de bonnes notes, ce qui n'était pas toujours évident parce qu'elle voulait également pratiquer sa passion, le patinage artistique et que les cours lui en laissaient rarement l'occasion. Elle aime les hommes plus âgés, vraiment plus âgés, et s'en cache.


avatar ©️ NOM CRÉATEUR


La jeune femme se sentait quelque peu perdue. Dans un sens, elle se sentait abandonnée entre ce que ses parents voulaient pour elle, ce que l'éducation demandait, et ses propres désirs. Le système éducatif ne convenait probablement pas à tout le monde, elle était de ceux-là. De ceux qui se sentaient perdus, qui ne savaient pas, qui se sentaient coincés, oppressés, qui n'avaient pas envie d'être là. Elle avait envie de vivre sa vie, de faire un tas de choses folles, d'exister, intensément. Mais le monde n'était pas spécialement fait pour cela. Il était plein de tout un tas de règles. Il fallait travailler. Mais travailler à quoi ? On demandait aux enfants de savoir ce qu'ils voulaient faire plus tard, sans même qu'ils ne sachent toutes les possibilités qu'ils avaient. Très tôt, on les enfermait dans des cursus et c'était le début e la fin, finalement. Le début des cases et des problèmes, le début des troubles. La jeune femme se sentait totalement perdue. Elle voulait pouvoir écrire, sans être certaine de succès. Mais pour écrire il fallait du temps. Pour avoir du temps, au milieu des cours, c'était compliqué. Et comment payer un loyer, sans aller en cours, sans recevoir de bourse d'étude ? Travailler ? Mais travailler prend du temps, du temps où l'on écrit plus, la fatigue se mêlant à la flemme, aux envies de voir du monde, peut-être.

La jeune femme repose son regard sur son professeur, détaillant le visage de ce dernier alors qu'il semble en pleine réflexion, et elle se demande à quoi il peut bien penser. A son problème très certainement, mais elle aimerait bien savoir ce qu'il en pense, à vrai dire, plutôt que de le regarder simplement penser. Elle voudrait échanger, savoir ce qu'il a à dire à ce propos. Et elle se surprend à trouver que ce silence l'angoisse. Parce qu'elle se sent encore plus perdu sur le moment. Baissant la tête, elle pose son regard sur sa boisson, sans même y toucher, avant de tourner la tête, regarder les bottes, fort jolies, de la jeune femme assise à la table à côté, laissant à son professeur le temps de réfléchir alors qu'elle-même se plonge dans ses réflexions, en essayant de démêler le bordel de sa vie. Sans succès. Elle avait l'impression de ne pas pouvoir s'en sortir, de ne pas avoir de moyens pour le faire, d'étouffer, de ne pas s'épanouir... Horrible.

Comme il prend la parole, la jeune femme reporte son attention sur lui en hochant la tête. Oublier qu'il est son professeur, ce n'est pas forcément la meilleure solution qu'il ait à proposer, cependant elle comprend ce qu'il veut dire quand il précise que son propos serait inadapté au vu de sa condition de professeur. Soit. Elle ne demande qu'à entendre, maintenant, le résultat de ses réflexions. Et l'entendre la tutoyer, même s'il l'a prévenue, est quelque peu curieux. Mais pas spécialement désagréable en soit.

«- Mais aller ailleurs après le diplôme pour... faire quoi ?» demande la jeune femme le regard légèrement fuyant. «J'ai l'impression que la vie est inadapté à ce que je voudrais en faire. Il faut de l'argent, en soit. L'argent c'est soit en travaillant, soit en allant en cours. L'un comme l'autre ça prend du temps. Ce temps dont on a besoin pour faire le reste, finalement...» objecte l'étudiante. «Cependant je vois ce que vous voulez dire...» reprend la demoiselle en inclinant légèrement la tête sur le côté. «Je devrais prendre ce temps que j'ai l'impression de ne pas avoir...»

Certes. Mais elle a peur d'échouer aux examens derrière. Peur de la réaction de ses parents. Peur de devoir refaire une année, pour ne pas avoir perdu les trois qu'elle vient de faire et ressortir avec un diplôme. Elle soupire légèrement. Et remarque le petit sourire en coin de son professeur, sans imaginer que celui-ci est calculé, exprès, pour voir la réaction qu'elle aura. Réaction qui n'est autre qu'une légère rougeur aux joues et un sourire timide, en venant replacer une mèche de cheveux derrière son oreille. Elle pose son regard sur sa tasse, la porte à ses lèvres, terminant sa boisson.

«- Vous avez toujours été sûr de vous ? De ce que vous vouliez faire ?»


Mes recherches en cours ♥️

It was just an accident
Revenir en haut Aller en bas
 
Contenu sponsorisé



Revenir en haut Aller en bas
 
 
Qui sommes nous pour lutter contre le destin ? ☆ Erica et ... ☆ Orion
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Solution pour lutter contre la faim dans le monde.
» Sommes nous trop nombreux pour notre planète ?
» Article 1 : " Les Moyens du Gouvernement pour Lutter contre les Créatures Surnaturelles"
» Sommes-nous pareil?
» Sommes nous tous fou ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers réel :: Europe-
Sauter vers: