Partagez | 
 
 
 

 Dark shines, bringing me down - Matt & Emy [Lullaby]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 
avatar
Maleficent
MESSAGES : 60
INSCRIPTION : 26/02/2017
CRÉDITS : Ranker

UNIVERS FÉTICHE : City, Sci-fi, Supernatural, Hunger Games, Maze runner, Final Fantasy, Star Wars, LOTR, HP... un peu TOUT quoi
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Limace


Le contexte du RP
Mise en situation

   
La situation
Chicago, 19 septembre
  Suite à la mort de son mari Calvin, Emilie lutte pour ne pas sombrer dans la dépression. Privé de son meilleur ami, Matthew se sent pour sa part comme un orphelin. Les deux jeunes gens endeuillés ne se séparent plus et se soutiennent mutuellement. Avec cette proximité, Matt se rend compte qu’il est amoureux d’Emily depuis un bail. Au nom de la mémoire de son meilleur ami, il ne peut rien faire et se contente de veiller sur elle comme il est de son devoir de le faire.
   
Contexte de moi o/
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Maleficent
MESSAGES : 60
INSCRIPTION : 26/02/2017
CRÉDITS : Ranker

UNIVERS FÉTICHE : City, Sci-fi, Supernatural, Hunger Games, Maze runner, Final Fantasy, Star Wars, LOTR, HP... un peu TOUT quoi
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Limace



Matthew Scott Redworf
J'ai 26 ans et je vis à Chicago, Etats-unis. Dans la vie, je suis musicien et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à mon inconstance, je suis célibataire et je m’en tape.

Vis dans une résidence privée, passait ses heures libres au studio d’enregistrement de son meilleur ami Calvin. Autrefois lunatique, franc, déconneur et assez immature, la mort de Calvin lui arraché son insouciance et l'a démoli. Il a repris la consommation de substances illicites, qu'il avait arrêté lors leur rencontre.


avatar © Jared Leto
Alors que Matthew s’était barré de chez lui trop jeune, avec sa guitare, pour échapper à une mère célibataire camée, on pouvait dire que Calvin l'avait presque ramassé à la rue et avait fait de lui un homme, doublé d'un musicien accompli. Matt lui devait tout : sa renommée, sa santé, son argent, sa maison. En fait, il lui devait sa vie, or Calvin était mort désormais. Matt avait eu du mal à y croire, car il pensait autrefois naïvement que Calvin serait toujours son mentor et lui, son disciple. Il croyait qu’ils étaient invincibles, que rien ne pourrait les séparer et qu’ils passeraient leur vie à faire de la musique, se taper des barres pour des conneries, et fumer des clopes à leurs heures perdus au label, leur deuxième maison. C’est pourquoi la nouvelle de sa mort le détruisit complètement. Matt se rendait compte qu’il était seul. Il avait toujours fonctionné avec des potes de rechange, des petites amies à usage unique, tout était éphémère avec lui, il n’y avait que Calvin qui demeurait, bien plus signifiant qu’un frère de sang. Or ce frère venait de foutre sa vie en l’air, et celle de Matt, car il conduisait comme un connard. Dévasté, prostré, il avait fallu attendre le jour d’après, à l’enterrement, pour que Matt prenne conscience qu’il n’était pas le seul dommage collatéral de sa mort. Oui, il en prit conscience même s’il avait mélangé alcool et Xanax. D’ailleurs il se sentit atrocement con et égoïste. Il y avait Emilie, il y avait toujours eu Emilie, toujours flanquée avec Calvin. Les deux s’aimaient comme deux gamins qui découvraient l’amour, leur passion qui durait depuis des années défiait toute logique. Mais même si Matt trainait souvent avec elle aussi, et qu’il la considérait comme une amie, elle était avant tout la femme de son pote. La petite princesse du studio d’enregistrement veillant sur son prince. Matt avait une grande estime pour elle, voire une certaine admiration. Calvin fut son monde, à elle aussi. Celui-ci était autrefois capable de dire à Matt « Veille sur elle », alors qu’il s’absentait juste pour aller pisser, et cette forme de blague était désormais sérieuse. Calvin ne sortirait pas des chiottes, il ne reviendrait pas du tabac, ou de la machine à café, ou d’une interview, ou de la poste… il ne reviendrait jamais.

Matt se montra très présent auprès d’Emilie les jours qui suivirent, passant de plus en plus de temps avec elle. L’absence de son frère le tuait à petit feu et il souffrait d’autant plus à imaginer la femme de celui-ci rester seule dans une si grande baraque. Car elle ne sortait plus vraiment, Emilie, désormais. Cette journée, il se ramena carrément durant la matinée alors qu’il était complètement explosé de fatigue à force de calmants… à croire que bientôt, il passerait la nuit là. Matt avait besoin d’Emilie, la voir était comme retrouver une part de son meilleur ami. Elle ne digérait pas sa situation, mais elle avait toujours meilleur faciès, meilleure allure que Matt. Il enviait sa force. Lorsqu’elle lui ouvrit la porte, il essaya de sourire, mais le pauvre rictus au coin de ses lèvres n’illumina en rien son visage morne. Ce n’était pas faute d’essayer de sauver les apparences.

« T’as faim ? » demanda t-il en lui présentant le petit sachet de viennoiseries. Ainsi veillait-il à ce qu’elle mange… et que lui-même mange aussi. Si elle n’était pas là, sans doute se laisserait-il lâchement mourir.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Lullaby
Féminin MESSAGES : 180
INSCRIPTION : 13/09/2017
CRÉDITS : Nobody

UNIVERS FÉTICHE : HP / Vie réelle / University
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Voir le profil de l'utilisateur
Flash



Emilie
J'ai 30 ans et je vis à Chicago, Etats-Unis. Dans la vie, je suis musicienne et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis veuve et je le vis plutôt mal.

La mort de Calvin l’a affaiblie psychologiquement. Malgré sa fierté et sa volonté d’affronter la situation aussi dignement que possible, elle a du mal à ne pas céder au larmes, même devant Matt.


avatar © NOM CRÉATEUR


Une fois de plus, cette photo entre les mains, Emilie laisse ses doigts caresser distraitement les contours du visage de Calvin, comme pour s'imprégner de lui encore et encore. Installée dans son canapé, c'était le même rituel chaque matin. Prendre la photo de mariage, la contempler un moment, pleurer… reprendre le dessus ensuite et essayer de se montrer forte. Une force de façade pour elle, qui se sentait seulement détruite. Elle essayait tant bien que mal de faire bonne figure, mais aurait sans mal pût se glisser dans le cercueil de son aimer, tant elle avait cessé de vivre en même temps que le cœur de Calvin avait cessé de battre. Elle se souvenait parfaitement du regard désolé du médecin et de l'infirmière qui avait finit par lui coller entre les mains quelques papiers qu'elle n'avait pas sut lire, appelant alors son avocat. Elle se souvenait parfaitement de ce coup de fil à ses parents. Elle n'avait pas tenu le choc. La jeune femme s'était effondrée sur l'un des sièges de l'hôpital en annonçant la nouvelle à sa mère.

Et puis elle avait dût reprendre ses esprits afin d'organiser les funérailles, épaulée de sa mère. Il lui avait fallut tenir le coup pour choisir le cercueil, la plaque, les fleurs. Toutes ces choses qu'elle avait toujours espéré être réglés par leurs proches, parce qu'ils s’aimaient trop pour ne pas crever ensemble. Et il avait fallut qu'un stupide paquet de clope en décide autrement et lui prenne Calvin. Pour un stupide excès de vitesse. Il avait toujours dit conduire vite pour la retrouver rapidement. Et Emilie inquiète répondait que peu importait l'heure car ce qui comptait était d'arriver. Maintenant seule dans cette grande maison, la jolie blonde, aux cheveux toujours tirés à quatre épingles, se maudissait d'avoir porté la poisse.

Reposant la photographie, elle se lève en promenant son regard sur le salon. Tout était resté en l'état depuis le décès de Calvin. Il aurait put rentrer à tout moment qu'il que trouvé son paquet de cigarettes vide dans l'entrée, des partitions sur son bureau, sa brosse cheveux à côté du lavabo et non sans le tiroir de sorte qu’Emilie, plus maniaque, puisse le gronder. La jeune femme avait tout laissé en place. Comme si cela pouvait le faire revenir. Cette pensée était stupide. Mais il ne lui restait pas grand chose à quoi se raccrocher. Un peu de son odeur, mélange sauvage de sa transpiration et d'un Yves Saint-Laurent qu'elle lui avait offert, sur leurs draps. Quelques projets inachevés au studio et qu'elle espérait pouvoir présenter un jour au public, en sa mémoire...

Alors qu'on toque à la porte, Emilie s'empresse de s’arranger avant d'aller ouvrir, par peur que ce ne soient les photographes, que les photographies de l'enterrement ne semblent pas avoir substantés. Mais ce n'est que Matt, qu'elle invite à entrer. Elle le conduit à la cuisine en refusant le croissant, prétextant ne pas avoir faim. Parce que c'était toujours Calvin qui les lui ramenait autrefois. Et elle lui propose un café. Elle entame un paquet neuf pour ne pas toucher celui de Calvin. Et comme le café coule elle se tourne vers Matt pour l'observer un instant. Debout, elle le laisse prendre place à table, restant elle-même adossée au plan de travail.

“- Tu as une mine affreuse. Il t'aurait dit de rentrer te reposer… que tu ne ferais rien de bien dans cet état.” remarque-t-elle.[/i]
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Maleficent
MESSAGES : 60
INSCRIPTION : 26/02/2017
CRÉDITS : Ranker

UNIVERS FÉTICHE : City, Sci-fi, Supernatural, Hunger Games, Maze runner, Final Fantasy, Star Wars, LOTR, HP... un peu TOUT quoi
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Limace



Matthew Scott Redworf
J'ai 26 ans et je vis à Chicago, Etats-unis. Dans la vie, je suis musicien et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à mon inconstance, je suis célibataire et je m’en tape.

Vis dans une résidence privée, passait ses heures libres au studio d’enregistrement de son meilleur ami Calvin. Autrefois lunatique, franc, déconneur et assez immature, la mort de Calvin lui arraché son insouciance et l'a démoli. Il a repris la consommation de substances illicites, qu'il avait arrêté lors leur rencontre.


avatar © Jared Leto
Emilie était un peu pâle, mais aussi belle qu’avant. Un homme optimiste interpréterait cela comme un bon signe. Matt songeait plutôt qu’elle voulait rester présentable car elle n’avait pas perdue espoir que ce soit Calvin qui franchisse un jour cette porte.  En l’occurrence, ce n’était que lui, et elle s’effaça pour le laisser entrer. Des jours qu’il venait, rien n’avait changé, il y avait toujours ce paquet de clope vide à l’entrée. Elle aussi, elle gardait désespérément les derniers artefacts de cet homme qui fut le pilier de leur vie. Matt déposa le sachet sur la table de la cuisine. Non, Emilie n’avait pas faim, le fait est que lui non plus. Il avait d’ailleurs perdu pas mal de poids ces derniers jours. Que lui crève de faim, il s’en foutait, que sa dose de médoc et autres conneries le fasse claquer dans la nuit aussi, mais il y avait Emy. Calvin le maudirait de ne pas prendre soin d’elle. Matt se maudirait aussi. Il hocha la tête lorsqu’elle lui proposa un café. La belle mit la machine en route et resta adossée au plan de travail tandis que lui s'installa. Il était déjà un peu avachi chaque fois qu'il posait son derrière quelque part, c'était d'autant plus le cas ce matin. Ils échangèrent un regard désabusé.

« Tu as une mine affreuse » C’est vrai, Matt ressemblait un peu à un cadavre prêt à être enterré à côté de son pote. « Il t'aurait dit de rentrer te reposer… que tu ne ferais rien de bien dans cet état. »

« S’il se souciait vraiment de moi, pourquoi conduisait-il comme s’il n’avait rien à perdre ? », rétorqua t-il presque sèchement.

Il se tut et baissa un peu la tête, les mots étaient partis trop vite et il regrettait. C’était dégueulasse de lui dire ça, car ça impliquait que Calvin ne se souciait pas d’Emilie non plus. N’empêche qu’il aurait dû être là pour elle, il aurait dû être prudent, même Matt, le moins raisonnable des deux en tout point, lui avait déjà fait remarquer qu’il déconnait parfois avec la vitesse.

Matthew balançait un peu trop ce qui lui passait par la tête avec une franchise abrupte, il n’avait pas de filtre, mais son comportement avait toujours été différent avec Emilie. Certes elle était la femme de son frère, mais il n’y avait pas que ça, il s’était toujours demandé si tout ce qu’il avait aujourd’hui n’était pas un peu grâce à elle aussi. Calvin accordait trop d’importance à l’avis de sa belle, et il n’aurait jamais signé Matt si celui-ci déplaisait à sa compagne. En raison de cette éventualité et du statut princier qu’elle avait de posséder le cœur de son mentor, Matt avait bien trop de respect pour elle, si bien qu'il ne prononçait jamais un mot plus que l'autre et qu'il s'en voulait facilement de se montrer honnête comme il l'était maintenant. L’homme était lunatique, parfois brute dans ses réactions en tant que réflexe d’ancien délinquant, mais il ne pouvait l’être avec elle, malgré toute la rage douloureuse accumulée depuis la mort de son meilleur ami.

« T’imagines pas combien je suis en colère… », admit-il dans un murmure, la mâchoire légèrement contractée. Ce devait être la première fois qu'il le reconnaissait.

Ses yeux rivés vers le sol étaient aussi bleus que son regard se fit noir. Il fallait bien un drame aussi fort que la mort de son frère, pour voir Matt être en colère de façon si calme. Les médicaments et l’herbe n’y étaient pas pour rien certes, mais la présence d’Emilie non plus. Il ferma un bref instant les paupières, puis releva un regard désolé vers la jeune femme.

« Ça fait un moment que je ne fais rien de bien, à part venir te voir. Mange un truc, Em, s’il-te-plait. »

Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Lullaby
Féminin MESSAGES : 180
INSCRIPTION : 13/09/2017
CRÉDITS : Nobody

UNIVERS FÉTICHE : HP / Vie réelle / University
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Voir le profil de l'utilisateur
Flash



Emilie
J'ai 30 ans et je vis à Chicago, Etats-Unis. Dans la vie, je suis musicienne et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis veuve et je le vis plutôt mal.

La mort de Calvin l’a affaiblie psychologiquement. Malgré sa fierté et sa volonté d’affronter la situation aussi dignement que possible, elle a du mal à ne pas céder au larmes, même devant Matt.


avatar © NOM CRÉATEUR


Elle devrait pourtant s’y faire, il ne passerait plus jamais cette fichue porte. Plus jamais elle ne râlerait parce qu’il a encore laissé sa veste dans l’entrée de la maison, au lieu de la pendre dans l’armoire, comme elle voulait que cela soit fait. Jamais plus elle ne le verrait s’affaler dans le canapé en attrapant une énième cigarette de la journée. Peut-être qu’elle aurait dut voir plus tôt qu’en tout point, il jouait avec sa vie. Avec leurs vies. Tout était un jeu pour lui. Elle avait essayé un nombre incalculable de fois de le raisonner, de lui rappeler qu’il n’était pas immortel et que ça allait finir par lui retomber dessus. Mais il n’écoutait jamais, comme si tout cela n’avait aucune importance et il se contentait de jouer, toujours plus, avec les limites. Pas sur toutes non plus, il n’avait jamais été défoncé comme Matt avait put l’être. Mais ses clopes et sa fureur au volant, cela, auraient dût inquiéter la blonde bien d’avantage qu’elle ne l’avait fait.

Dans la cuisine comme elle attend après le café, la jeune femme le regarde, laissant son regard le détailler et elle ne peut s’empêcher de faire une remarque. D’une certaine façon, c’est également une remarque pour elle-même. Malgré ses cheveux bien peignés, son léger maquillage pour avoir une mine acceptable, cette robe noire qui enveloppe ne lui sied pas du tout. Et Calvin détestait cette couleur sur elle, préférant largement la voir dans des tenues rouges, bleu, des couleurs vives qui rendaient justice à l’intensité de son blond. Seulement, ce genre de tenues était désormais au fond du placard, relayé au second rang. Et elle baisse la tête en entendant la réplique de Matt. Elle sait qu’il n’a pas réfléchis avant de le dire, mais ça ne fait pas moins mal, évidemment, alors qu’elle a l’impression de se noyer, d’étouffer, de manquer d’air, depuis que Calvin a disparu.

«- Je suppose qu’on n’aura jamais… de réponse à ça.» répond simplement la jeune femme.

Se détournant, la blonde s’occupe du café, remplissant une tasse qu’elle pose, fumante, devant Matt en proposant du sucre et lui donnant une cuillère. Elle ne s’assoit toujours pas, comme si elle avait peur de s’affaler, comme si elle devait absolument rester debout. Et elle soupire. Si. Si elle imagine parfaitement la colère de Matt. Il raisonne encore, parfois, comme s’il était le seul touché par la mort de Calvin. En oubliant qu’il était l’essentiel d’Emilie. Sa raison de vivre. La source de toutes ses joies.

«- Si… Si je l’imagine.» répond simplement la blonde.

Parce qu’elle était autant en colère que Matt. Contre Calvin, de l’avoir abandonné. Contre la vie, de s’amuser à ses dépends. Contre elle-même finalement, de ne pas avoir été capable de lui faire comprendre qu’il déconnait, avec sa putain de bagnole.

«- Je n’ai pas faim, j’ai déjà déjeuner.»

Elle regarde le sachet de viennoiserie sur la table. En guise de déjeuner elle avait prit un thé. Son estomac noué ne lui avait rien laissé avaler d’autres. Elle s’était levée avec un horrible mal au cœur qui ne passait pas. Il n’y avait rien d’étonnant à cela. Elle savait exactement ce qui lui arrivait. Ironiquement.

«- C’était toujours Calvin qui…» elle se coupe une seconde. «Qui descendait à la boulangerie Française, sur la troisième avenue… Le dimanche matin. Pour me préparer le petit déjeuner au lit.» confie la blonde.

Elle soupire en finissant par s’asseoir et malgré la fierté qu’elle voudrait afficher, c’est d’un coup comme si le poids du monde tombait sur ses épaules. Elle fixe Matt une seconde, avant de détourner la tête, pour diriger son regard vers la fenêtre, dont elle va abaisser le store en remarquant un peu d’agitation dehors, de la part de ces « charognards ». Là, elle pose encore son regard sur Matt et elle fond en larmes. Elle avait essayé de les retenir, en vain. Par fierté elle aurait voulu ne pas pleurer. Mais ses efforts étaient vain ces derniers temps et ses hormones jouaient contre elle.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Maleficent
MESSAGES : 60
INSCRIPTION : 26/02/2017
CRÉDITS : Ranker

UNIVERS FÉTICHE : City, Sci-fi, Supernatural, Hunger Games, Maze runner, Final Fantasy, Star Wars, LOTR, HP... un peu TOUT quoi
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Limace



Matthew Scott Redworf
J'ai 26 ans et je vis à Chicago, Etats-unis. Dans la vie, je suis musicien et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à mon inconstance, je suis célibataire et je m’en tape.

Vis dans une résidence privée, passait ses heures libres au studio d’enregistrement de son meilleur ami Calvin. Autrefois lunatique, franc, déconneur et assez immature, la mort de Calvin lui arraché son insouciance et l'a démoli. Il a repris la consommation de substances illicites, qu'il avait arrêté lors leur rencontre.


avatar © Jared Leto
« Je suppose qu’on n’aura jamais… de réponse à ça. »

Plutôt que de l’envoyer chier comme elle pouvait parfaitement se le permettre, Emily prenait sur elle. Qu'elle puisse avoir autant d’indulgence dans une pareille situation le dépassait totalement. Matt aurait voulu être comme ça lui aussi, donner une bonne image de lui-même et comprendre l’inutilité à accabler les autres, comprendre que ce n’est pas en se lamentant que Calvin reviendrait. La seule solution qu’ils avaient, la seule chose qu’ils pouvaient faire désormais, c’était vivre. Or les deux en étaient encore au point où ils essayaient déjà de survivre. Matt avait complètement perdu l’envie d’avancer et d'évoluer. Calvin lui disait souvent que la prochaine étape de la vie de son poulain était de se trouver une "Émilie" et se marier avec. Il semblait bien loin, ce temps là. La prochaine étape de la vie de Matt en l’occurrence, c'était faire son deuil et oser remettre le pied au label. C’était également accepter les mains tendues de ses camarades plutôt que les mordre comme un animal blessé. Pour sa défense, il était un animal blessé.

Matt la remercia pour le café, mais ça l’embêtait vraiment se faire servir comme un petit prince alors qu’elle ne comptait pas joindre.

« Je n’ai pas faim, j’ai déjà déjeuné. »

Matt la jaugea un bref instant du regard.

« Vous n’avez jamais su mentir, tous les deux... », marmonna t-il sans animosité, un mince sourire aussi nostalgique qu’amer ornant ses lèvres.

Émilie justifia alors son refus. Le geste lui évoquait son mari. Matt avait envie de dire que le fait que ça vienne de lui ne rendrait pas la bouffe dégueulasse pour autant, mais il ne s’y aventura pas : il se savait incapable d’utiliser le ton de la taquinerie en pareils moments, et il allait passer pour un sombre connard sarcastique. Oui, il l’était habituellement, mais encore une fois, pas avec elle. Alors il se contenta de hocher la tête, le regard baissé. Émilie consentit enfin à s’installer avec lui, mais ce fut pour se relever au bout de quelques secondes à peine, et aller baisser les stores. Matt n’avait pas remarqué les intrus, il planait un peu trop pour ça. Relevant lentement la tête, les sourcils froncés d’incompréhension, il tomba sur le regard en détresse de la jeune femme, et voir ses larmes lui retourna les tripes. Se relevant en prenant grand soin de ne pas foutre sa tasse en l’air, car son état apathique l’en rendait capable, il s’approcha d’elle.

« Pleure pas, la journée n’a même pas commencé… » lui pria t-il en déposant une main réconfortante sur son épaule.

Il n’osa pas l’enlacer. Pourrir l’espace vital des gens figurait plutôt dans les spécialités de Calvin. Matt était beaucoup plus distant, ça n'empêche que la seule raison l'empêchant de la prendre dans ses bras à ce moment, c’était qu'il craignait que ça la fasse chier. Il comprit avec retard pourquoi elle avait fermé les stores et fut tenté, pendant un court moment, de sortir et de rentrer dans le tas juste pour le plaisir de l’auto-destruction que sa diminution physique impliquerait. Mais il n’avait pas le coeur à laisser Émilie derrière, ni à lui causer davantage de tourments. Seule la solution raisonnable s’imposait: contacter les personnes dont la préservation de leur sécurité et intimité était le job.

« Je vais m’occuper de ça… on ne t’emmerdera plus... »

Ramenant l'autre main contre son visage, il essuya sa joue de son pouce. La résidence de Calvin était déjà sécurisée de base, mais depuis la mort de celui-ci, les chiens étaient si nombreux à accourir que certains réussissaient à passer entre les mails du filet. Et comme les journalistes devaient en casser du sucre sur le dos de Matt, lui qui rendait si constamment visite à la veuve de son meilleur pote... ! Non pas qu’il en eut quelque chose à foutre, cela dit.

Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Lullaby
Féminin MESSAGES : 180
INSCRIPTION : 13/09/2017
CRÉDITS : Nobody

UNIVERS FÉTICHE : HP / Vie réelle / University
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Voir le profil de l'utilisateur
Flash



Emilie
J'ai 30 ans et je vis à Chicago, Etats-Unis. Dans la vie, je suis musicienne et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis veuve et je le vis plutôt mal.

La mort de Calvin l’a affaiblie psychologiquement. Malgré sa fierté et sa volonté d’affronter la situation aussi dignement que possible, elle a du mal à ne pas céder au larmes, même devant Matt.


avatar © NOM CRÉATEUR


La jeune femme soupire, elle ne ment pas. Dans son esprit, elle a vraiment avalé quelque chose. Et ces croissants, elle ne peut pas se résoudre à les manger, ni même à en regarder le sachet, dont elle détourne le regard. Elle ne pense pas qu’ils seront moins bons, offert par Matt. Mais cela lui rappellerai trop de souvenirs qu’elle ne se sent pas capable d’encaisser là maintenant, alors qu’elle tente de rester digne et a déjà du mal à rester sur ses convictions pour le moment. La jeune femme ne veut pas goûter ces croissants, par peur de se plonger dans de vieux souvenirs qu’elle n’est pas capable d’affronter.

«- Non c’est vrai. Désolé.» répond la jeune femme un rien soucieuse en détournant le regard.

Offrant un café à son interlocuteur elle décide finalement de prendre place avec lui pour être plus disponible, pouvoir converser plus facilement, plus normalement. Mais elle se lève rapidement comme elle souhaite fermer le store, afin de se cacher à la vue et aux objectifs des photographes, certainement motivés par la présence chez elle, assez régulière, de Matt. La jeune femme ne revient pas s’asseoir finalement, laissant libre court à ses larmes sans pouvoir les freiner. Elle voudrait ne pas se montrer si faible et surtout pas devant des témoins mais c’est plus fort qu’elle et même si Matt lui demande de ne pas pleurer parce que la journée n’a pas encore commencée, la jeune femme ne parvient pas à se calmer.

Dans son esprit tournent ses dernières conversations avec Calvin, ses derniers mots d’amour, l’annonce de sa mort, la présence incessante des journalistes autour d’elle, tels des charognards, ou encore cette nouvelle qu’elle a apprise trop tôt, ou trop tard en soit, elle ne sait pas. Est-ce que cela aurait changé quelque chose, est-ce qu’il aurait roulé moins vite si, apprenant la nouvelle à temps, elle la lui avait annoncé ? Elle n’en est pas certaine. Elle n’est pas certaine qu’il aurait arrêté de jouer avec sa vie pour autant, parce qu’il ne semblait pas voir le mal qu’il y avait à conduire trop vite. Il se calmait uniquement quand il roulait avec elle, parce qu’il savait qu’elle détestait cela.

Elle hoche la tête comme Matt promet de régler le problème des journalistes et qu’elle ne sera plus embêtée. Cependant elle sait aussi qu’il n’y a pas que cela, qu’il y a énormément d’autres choses qui la mettent mal, qui la font pleurer. Et elle ne sait pas si elle doit ou peut le dire à Matt. Elle se sent coupable. Coupable de pouvoir le lui dire, alors que Calvin pour sa part ne le saura jamais. Et pourtant, elle ne pourra pas garder le secret bien longtemps non plus. Il le saura forcément.

«- J’attends un bébé.»

L’annonce tombe, coupant le silence et s’entendre dire ces mots ne font que redoubler les larmes d’Emilie. Ils voulaient un bébé, avec Calvin. Ils essayaient d’en avoir un depuis quelques mois et il avait fallut qu’un coup du sort décide de leur offrir cette chance peu de temps avant que Calvin ne décède. C’est comme un dernier cadeau qu’il a fait avant de partir, mais un cadeau encore trop amer pour Emilie. Plus tard verra-t-elle probablement le bon côté des choses. Pour l’heure, elle ne voit que le fait qu’elle élèvera ce bébé seule. Calvin voulait une petite fille, une petite princesse. Et si de son vivant la blonde aurait adoré répondre à cette attente, aujourd’hui elle espère donner naissance à un garçon. Elle l’appellera Calvin. Calvin Junior. Un enfant pour faire perdurer le nom et la famille de son mari.

Emilie renifle, sèche ses larmes d’un revers de la main et se dégage pour prendre un verre d’eau à même le robinet, buvant lentement une première gorgée puis une seconde, sans oser regarder Matt. Matt qui serait sûrement le parrain s’il l’accepte, parce que c’était ce que Calvin voulait faire, il en avait déjà parlé à sa compagne. Ils avaient plus de mal à trouver une marraine, en revanche.

«- J’aurais tellement aimé que… ça arrive plus tôt. Que j’ai le temps de lui dire… Peut-être.. peut-être que ça l’aurait… raisonné. Je ne sais pas. Je ne saurais jamais !»
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Maleficent
MESSAGES : 60
INSCRIPTION : 26/02/2017
CRÉDITS : Ranker

UNIVERS FÉTICHE : City, Sci-fi, Supernatural, Hunger Games, Maze runner, Final Fantasy, Star Wars, LOTR, HP... un peu TOUT quoi
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Limace



Matthew Scott Redworf
J'ai 26 ans et je vis à Chicago, Etats-unis. Dans la vie, je suis musicien et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à mon inconstance, je suis célibataire et je m’en tape.

Vis dans une résidence privée, passait ses heures libres au studio d’enregistrement de son meilleur ami Calvin. Autrefois lunatique, franc, déconneur et assez immature, la mort de Calvin lui arraché son insouciance et l'a démoli. Il a repris la consommation de substances illicites, qu'il avait arrêté lors leur rencontre.


avatar © Jared Leto

Il avait bien conscience que ce n’était pas la présence de ces intrus qui la mettait dans cet état, mais il était loin de se douter qu’il y avait ça.

«- J’attends un bébé. »

La nouvelle le laissa interdit, tellement que ses mains s’éloignèrent prudemment d’elle, comme si Émilie venait de lui annoncer qu'elle avait le tétanos ou une autre merde contre laquelle il était pas vacciné. Fuyante, elle le laissa planté là et il entendit le lavabo couler la seconde d’après. Matt ne regarda pas dans sa direction car les larmes lui étaient monté aux yeux tandis que la situation s’ancrait dans son esprit. Emilie portait dans son ventre l'enfant de Calvin. Le brun ramena son poing contre sa bouche, l’écrasant dessus comme si cela pouvait l’empêcher de pleurer aussi. Il n’avait pas intérêt. Il ne devait pas agir comme si c’était terrible. Il devait être fort, au moins pour elle. Quoiqu’il ressente, peu importe son désarroi et son choc, cela restait  une heureuse nouvelle. Cet enfant serait gâté, il ne manquerait jamais de rien.

Matt soupira en l’entendant exprimer ses regrets, et laissa retomber sa main le long du corps. Elle ne devait pas s’en vouloir. On pouvait rien contre le destin, ce sombre enfoiré.

« Ça ne sert à rien de penser à ce qui aurait pu arriver, ce n’est pas arrivé, et tu n’es pas responsable. Je sais que c’est dur... » Oui c’était dur, dur à point que Matt avait besoin de se shooter pour supporter la douleur. Il ne savait pas comment Émilie arrivait à rester clean. C’est qu’il était le plus lâche des deux.

Prenant son courage à deux mains, lui qui en avait si peu, Matt se tourna enfin vers elle.

« Mais tu n’es pas seule. Tu sais ce qu'il représente pour moi, ce gosse. »

Matt allait pouvoir rendre à Calvin tout ce qu'il lui devait. Il aimait déjà cet enfant comme s’il était le sien, c’est peut-être pour ça qu'il était aussi chamboulé. Comment se reconstruire en quelques mois, être prêt pour l’accueillir dans ce monde où son père n'était plus ? Matt porta deux doigts à sa tempe, entre les substances consommées et le bouleversement, il en avait le vertige.

« J’vais… m’asseoir.... » Juste avant de quitter la cuisine, il ajouta dans un soupir : « Faudra qu’on parle. »

Sur ce, Matt alla s’écraser dans le canapé du salon. Il sortit son paquet de clopes de son jean sombre, la main tremblante, et en tira une entre ses dents. C’est son bon sens qui l’empêcha de l’allumer : fumer dans la maison d’une femme enceinte, sérieusement. Les larmes qu'il avait retenues jusque là coulèrent sur ses joues. Chiale pas, connard, se fustigea t'il mentalement.

Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Lullaby
Féminin MESSAGES : 180
INSCRIPTION : 13/09/2017
CRÉDITS : Nobody

UNIVERS FÉTICHE : HP / Vie réelle / University
PRÉFÉRENCE DE JEU : Femme

Voir le profil de l'utilisateur
Flash



Emilie
J'ai 30 ans et je vis à Chicago, Etats-Unis. Dans la vie, je suis musicienne et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis veuve et je le vis plutôt mal.

La mort de Calvin l’a affaiblie psychologiquement. Malgré sa fierté et sa volonté d’affronter la situation aussi dignement que possible, elle a du mal à ne pas céder au larmes, même devant Matt.


avatar © NOM CRÉATEUR


Elle aurait voulu être forte, elle l’aurait vraiment voulu. Mais elle se sentait abattue. C’était une bonne nouvelle : il resterait quelque chose de Calvin sur terre, maintenant qu’il n’était plus là. Il y aurait un enfant pour entretenir sa mémoire et d’une certaine façon, faire vivre celui-ci «à jamais». C’était comme un cadeau que Calvin aurait fait à sa douce avant de la quitter, le pouvoir, le droit, de devenir maman, d’élever ses enfants comme elle l’avait toujours voulu. Ils n’en auraient qu’un, mais cet enfant serait adoré par sa mère, choyé, protégé. Seul vestige de son amour passé, pourtant à jamais vivant, inscrit dans l’éternité.

Comme Matt dit qu’ils devront parler de cela, la jeune femme le laisse sortir de la pièce et elle-même reste dans la cuisine, prenant un nouveau verre d’eau en fermant les yeux, pour prendre doucement quelques gorgées. Cela l’aide considérablement pour se calmer. La jeune femme frissonne en reposant le verre et avant de rejoindre Matt, elle nettoie celui-ci. Plus pour s’occuper l’esprit que par réel penchant maniaque. Même si on ne va pas se mentir elle l’est un peu, à toujours vouloir que les choses soient à leurs places, bien faites, en ordre.

Finalement, la jeune femme rejoint Matt au salon et remarque la cigarette qu’il n’a pas allumé encore mais qu’il tient dans sa main. Elle remarque aussi les larmes sur sa joue. Alors elle avance doucement vers lui pour ne pas le surprendre et doucement, lui enlève cette clope qu’elle ne veut pas le voir fumer, encore moins dedans et encore moins dans sa maison, pour le bon développement de son bébé et elle pose cette dernière, alors, sur la table basse, avant de s’asseoir avec Matt dans le fauteuil , consciente qu’elle a besoin de lui. Et que lui-même doit avoir d’une certaine façon besoin d’elle.

«- Il voulait que tu sois le parrain. Si tu l’acceptais.» répond la jeune femme en brisant le silence. «On essayait d’en avoir un, on avait déjà parlé de ces petits détails. Il espérait que ce serait une petite fille et que nous pourrions l’appeler Gabrielle. Mais maintenant je… j’espère que ce sera un petit garçon. Je… je l’appellerai Calvin et… et aucun mariage n’effacera son nom de famille.» explique la jeune femme en posant son regard sur Matt.

Elle renifle un coup même si elle aurait préféré ne pas se montrer si sensible et, au contraire, plus digne, mais finit par hausser les épaules. De toute façon Matt sait parfaitement ce qu’elle traverse et comme il l’a dit un peu plus tôt, aucun des deux époux n’a jamais été très doué pour l’art des mensonges. Ils n’en avaient, il faut bien le dire, jamais eut besoin. Pas entre eux.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
Maleficent
MESSAGES : 60
INSCRIPTION : 26/02/2017
CRÉDITS : Ranker

UNIVERS FÉTICHE : City, Sci-fi, Supernatural, Hunger Games, Maze runner, Final Fantasy, Star Wars, LOTR, HP... un peu TOUT quoi
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Limace



Matthew Scott Redworf
J'ai 26 ans et je vis à Chicago, Etats-unis. Dans la vie, je suis musicien et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à mon inconstance, je suis célibataire et je m’en tape.

Vis dans une résidence privée, passait ses heures libres au studio d’enregistrement de son meilleur ami Calvin. Autrefois lunatique, franc, déconneur et assez immature, la mort de Calvin lui arraché son insouciance et l'a démoli. Il a repris la consommation de substances illicites, qu'il avait arrêté lors leur rencontre.


avatar © Jared Leto

Sa cigarette glissa hors de ses doigts tandis qu’Emilie la lui retirait. A moitié étalée sur le canapé, Matt se contenta de lever les yeux vers elle, le visage dénué d’expression. Il la suivit du regard tandis que la belle s’installa avec lui, sa tête appuyée sur le dossier se tournant négligemment vers elle. L’accablement et la tristesse avaient des air de fatigue sur lui. Qu’à cela ne tienne, la nouvelle l’avait parfaitement réveillé.

«- Il voulait que tu sois le parrain. Si tu l’acceptais. »

Une autre larme dévala la joue de Matthew, empruntant le sillon humide déjà tracé sur sa peau. Oui, il savait que Calvin voulait un môme. Pour le reste, il n’interpréta pas qu’Emilie ne comptait pas se remarier, seulement que même si cela devait arriver, son fils porterait toujours le nom de son père biologique. Il ne voulait pas qu’elle s’empêche de vivre. Emilie était jeune et avait droit au bonheur.

« Moi aussi, j’espère que ce sera un p'tit mec... »

La jeune femme ramena son regard sur lui. Matt ne s’habituerait jamais ; la voir si fragile le bouleverserait toujours autant. Il glissa sa main dans la sienne pour y exercer une pression réconfortante, telle une promesse. La promesse qu’il était là et, qu’un jour, tout irait mieux. Il resta un long moment sans rien dire. Non pas que les médocs allaient avoir raison de lui et qu’il allait s’endormir, mais il se recueillait dans le silence. Ce devait être la première fois qu’il prenait vraiment le temps de la contempler, de jauger son port altier, ses traits délicats, sa peau diaphane et ses yeux aciers. Et alors qu’il songeait combien elle était belle, Matt détourna le regard. Il y avait une raison pour laquelle il ne l’avait jamais regardé ainsi auparavant. Ce n'était pas permis. Peu importe les circonstances, peu importe qu'elle et son enfant étaient tout ce qui lui restait, à lui l’orphelin, lui le loup solitaire. Il y avait ce genre de regard qu'il n'avait pas le droit de porter sur elle, jamais.

« Emi', le label t’appartient maintenant », dit-il finalement. Comme l’acte de possession portait la signature des deux époux, Emilie en était dorénavant la propriétaire légitime. « Il va falloir reprendre la main, tu sais combien la thune part vite. »

Entre la maison, les prestations, ou même l'assurance des belles bagnoles, ils étaient surtaxés de partout. Un artiste ayant percé ne pouvait tout simplement pas s’arrêter de bosser et vivre de sa fortune, c’était impossible. Matt avait passé son enfance dans la misère, c’est ce qui le rendait très terre à terre sur ces choses là.

« Je pourrais assurer financièrement aussi, encore faudrait-il que je me remette à bosser… »

Ce qui était sa passion d’autrefois était désormais sa bête noire. Même s’il s’était émancipé de son mentor créativement parlant, il y avait toujours les conseils et l’avis de Calvin, voire la patte de celui-ci dans l’intégralité de ses compositions. Etant livré à lui-même, l’idée de ne jamais réussir à rendre hommage à son mentor par son travail le terrifiait. Le simple fait de retourner à la maison de disque lui retournait l’estomac. S'étant pleinement ressaisi, Matt releva finalement le regard vers elle.

« J’y arriverai pas sans toi », reconnut-il amèrement.

Revenir en haut Aller en bas
 
 
Dark shines, bringing me down - Matt & Emy [Lullaby]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» (m) matt lanter ☩ your little piece of heaven turns to dark
» Matt Finnegan
» Dark Heresy ?
» reportage photo : Apocalypse chez les Dark Angels
» Dark City 2.10 FIN

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: