Partagez | 
 
 
 

 ezekiel ∇ don't let me down.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
 
avatar
ALLES
Féminin MESSAGES : 992
INSCRIPTION : 13/04/2017
ÂGE : 20
RÉGION : La moutarde.
CRÉDITS : Rock this way forum & japandragon tumblr

UNIVERS FÉTICHE : Réel mais je me sens tentée d'essayer un peu autre chose ici.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t990-alles#14247
Donut


Le contexte du RP
Mise en situation

La situation
Dan et Ezekiel sont en couple depuis maintenant sept ans. Ils s'aiment à la folie et ont même adopté deux enfants. Seulement depuis quelque temps les choses vont mal. Dan a perdu son métier de chef cuisinier qui lui tenait à coeur et est tombé dans une profonde dépression quand en plus sa mère est morte. Au lieu de trouver du réconfort chez son homme, il en a trouvé dans l'alcool... Et est clairement devenu alcoolique.
Ils ne sont plus ensemble aujourd'hui. Ezekiel a quitté Dan quand ce dernier est allé chercher leurs enfants à l'école en conduisant... bourré. Impardonnable selon lui. Et pourtant ? Pourtant ils vivent toujours ensemble et font semblant que tout va bien pour leurs deux amours. Ils jouent au couple parfait, également pour l'entourage. Mais quand ils sont seuls, bien souvent, ils se parlent mal, se provoquent, se chamaillent. Quitte à être violents parfois. Ils s'aiment toujours... En tout cas, Dan l'aime toujours. Mais il a un problème à résoudre avant de pouvoir demander à nouveau sa main. En attendant il dort sur le canapé.

Le premier rp ici :
http://www.letempsdunrp.com/t1100-ezekiel-oh-take-me-back-to-the-start

Contexte provenant de cette recherche


Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
ALLES
Féminin MESSAGES : 992
INSCRIPTION : 13/04/2017
ÂGE : 20
RÉGION : La moutarde.
CRÉDITS : Rock this way forum & japandragon tumblr

UNIVERS FÉTICHE : Réel mais je me sens tentée d'essayer un peu autre chose ici.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t990-alles#14247
Donut



Dan
Rosebury

J'ai 33 ans et je vis à Chicago, Etats-Unis. Dans la vie, je suis au chômage et je m'en sors absolument pas. Sinon, grâce à ma malchance, je suis mi-célibataire mi-en couple et je le vis plutôt mal aussi.

Dan a toujours été un père modèle. Ses enfants, il les a toujours gâtés. Mais tout a déraillé quand il a perdu coup sur coup son boulot de chef cuisinier qu'il aimait tout particulièrement, et sa mère. Au lieu de chercher du réconfort chez son homme, il a préféré choisir l'alcool... Pour ne pas l'ennuyer avec toute sa peine. Grossière erreur.
Pour lui, ça n'est pas fini. Il est toujours amoureux d'Ezekiel et fera tout pour le reconquérir. Mais ça semble mal barré... Depuis peu, il croit savoir que son amoureux se tape d'autres hommes, et ça c'est juste inconcevable. Ca le met tellement en rogne... Lui il est incapable d'aller voir ailleurs.
Il passe tout son temps chez eux. Parfois dans un bar.


Boyd Holbrook © vinyles idylles
Ezekiel lui manquait. Les enfants lui manquaient. La maison lui manquait. L’alcool… Bordel, l’alcool lui manquait aussi. Mais il devait tenir bon, il devait être fort et guérir le plus vite possible. De toute façon, il ne tiendrait pas plus de trois mois dans cet endroit abominable, où les seules discussions qu’il avait étaient autour de son addiction, où il recevait selon lui plus de pitié que de conseils, où les patients étaient tous plus dépressifs les uns que les autres… Où il n’était pas là, surtout. Ezekiel lui cassait les couilles depuis des mois, autant le dire franchement. Mais maintenant qu’il n’était plus là pour le provoquer et le tailler tous les jours, pour le faire rager, Dan ressentait un vide immense. Et surtout, là où il était, il avait tout le temps de l’imaginer en train de se faire sauter par d’autres mecs. En train de tomber amoureux d’un autre, en train de l’oublier, tout simplement… Preuve à l’appui : Ez n’était toujours pas venu le voir ici, alors qu’il avait promis. Et ils s’étaient une nouvelle fois disputés par sms, Dan l’implorant presque de venir le voir – sans vraiment l’implorer en fait, il avait trop de fierté pour ça.
Après une énième discussion endiablée ils avaient convenu de se voir samedi. Aujourd’hui, en fait. En se levant ce matin, en plus de se taper un mal de dos phénoménal – les lits ici n’étaient pas faits pour donner envie de rester, autant que les repas – il avait une sale gueule. Des cernes incroyables, un teint cireux, des cheveux en bataille. Ce n’était pas aujourd’hui qu’il pourrait à nouveau séduire son homme… Tant pis. Tout ce qui l’importait c’était de le voir, de le prendre dans ses bras et surtout d’avoir les dessins de ses enfants. De quoi lui donner une bonne dose de courage pour les semaines à venir !

Il ne savait pas trop comment l’accueillir. Une poignée de main, une accolade, lui sauter dans les bras d’un air désespéré… Il choisirait en fonction du moment, selon le regard qu’aurait Ez sur lui. Il n’était pas beau à voir, on pouvait facilement comprendre qu’il souffrait d’être ici mais ça voulait dire qu’au moins, il se battait. Qu’il essayait de guérir. Pour eux.
Dan était angoissé, en tout cas. Il avait peur que ça se passe mal, ou bien que son homme ne vienne pas finalement. C’était tout à fait son genre… Il l’attendait dans sa chambre, assis en tailleur sur son lit et observant les aiguilles de l’horloge défiler.


Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
SUNRISE
Masculin MESSAGES : 827
INSCRIPTION : 22/05/2017
ÂGE : 18
RÉGION : languedoc-roussillon.
CRÉDITS : passion & co.

UNIVERS FÉTICHE : fantastique, city, sms, all.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1097-get-back-on-track-kassie http://www.letempsdunrp.com/t1098-come-to-me-in-the-night-hours-kassie http://www.letempsdunrp.com/t1107-i-m-going-back-to-the-start-kassie
Donut



Ezekiel Greenwick
J'ai 31 ans et je vis à Chicago, Etats-Unis. Dans la vie, je suis rédacteur, journaliste et je m'en sors moyennement bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis forcé de faire semblant de l'aimer, pour nos enfants, et je le vis plutôt mal, très mal.

Tu pensais avoir rencontré l'homme de ta vie, tu pensais avoir trouvé ton âme-sœur. Tu aurais pu tout lui céder, tout lui offrir, mais certainement pas la vie de tes enfants. Ce fut l'erreur de trop, une erreur que tu ne peux pas pardonner. Que tu ne veux pas pardonner. Vous jouez le parfait petit couple, pour le bonheur des petits, pour leur éducation, mais cette comédie te brise un peu plus chaque jour. Tu consoles tes peurs et tes doutes, en allant voir ailleurs, en couchant avec ceux qui te désirent. Rancoeur, tu veux le faire souffrir, alors même que tes sentiments envers lui te jouent des tours. Entre amour et haine, il n'y a qu'un pas.


Richard Madden © SHIYA
Trente deux minutes que tu es coincé derrière le volant de ton véhicule, la ceinture de sécurité toujours bouclée autour de ton torse. Les mains crispées ne quittent pas le cercle de plastique face à toi. La tête repose dessus, menaçant d’appuyer sur le klaxon au moindre mouvement. Prendre le risque de craquer face à lui, lui avouer que chaque nuit part en crises de larmes, que tes forces t’abandonnent un peu plus chaque jour depuis votre rupture, et davantage depuis son départ. Ou s’enfuir lâchement, garder les enfants, leur annoncer que leur papa est trop malade et qu’ils doivent vivre sans lui pour le moment ? Les larmes dégoulinent le long de tes joues. Le sel de tes pleurs laisse une fine traîne rouge sur ta peau pâle. Tu es si faible, sans ton pilier.
Les insultes, les prises de têtes, tout cela n’était qu’un moyen malsain de garder le contact avec lui. De ne pas le perdre dans l’immensité du silence. De ne pas le perdre. Cette simple pensée t’effraie. Comment pourrais-tu annoncer aux gosses que leur papa chéri abandonne le combat ? Comment leur dire qu’il n’était pas parti rendre visite à ses parents, mais dans un centre spécialisé pour les comportements addictifs ? Comment leur dire toute la vérité sur vous deux ? Ses interrogations incessantes t’empêchent de dormir une fois la nuit tombée, si bien que des cernes violines se sont invités sous tes yeux fatigués. Tu en as même délaissé l’éducation de tes enfants à la voisine, et ce, dès que tu le peux.

Tu pousses un long soupir, essuies rageusement tes larmes et attrapes la pochette en carton posée sur le siège passager par les mômes avant que tu ne quittes l’allée de la maison. Ton cœur se serre autant qu’il s’affole dans ta poitrine. La panique sème le trouble en toi. Tes mains sont tremblantes, tu manques d’en faire tomber la poche de dessins enfantins soigneusement remplie par les petits. Tu entres dans l’établissement et te fais accompagner jusqu’à sa chambre. Derrière la porte, la jeune femme t’indique les horaires des visites et te voilà à nouveau seul, prêt à fuir à toutes jambes. Tu serres les œuvres de vos enfants contre toi, les bras croisés. Puis, élan de courage. Tu toques. Le stress. Le trac. Comme lors de votre premier rendez-vous. Tu étais si angoissé, tu avais les mains moites. Les mains si moites que tu les essuyais toutes les cinq minutes sur ton jean bleu. Tu t’en souviens comme si c’était hier. Même sensation le jour de votre mariage. Il était si beau, dans son costume noir, si fébrile à l’idée d’être enfin tien, à l’idée que tu sois enfin sien. Tu baisses la tête, retenant tes larmes, attendant un signe de lui.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
ALLES
Féminin MESSAGES : 992
INSCRIPTION : 13/04/2017
ÂGE : 20
RÉGION : La moutarde.
CRÉDITS : Rock this way forum & japandragon tumblr

UNIVERS FÉTICHE : Réel mais je me sens tentée d'essayer un peu autre chose ici.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t990-alles#14247
Donut



Dan
Rosebury

J'ai 33 ans et je vis à Chicago, Etats-Unis. Dans la vie, je suis au chômage et je m'en sors absolument pas. Sinon, grâce à ma malchance, je suis mi-célibataire mi-en couple et je le vis plutôt mal aussi.

Dan a toujours été un père modèle. Ses enfants, il les a toujours gâtés. Mais tout a déraillé quand il a perdu coup sur coup son boulot de chef cuisinier qu'il aimait tout particulièrement, et sa mère. Au lieu de chercher du réconfort chez son homme, il a préféré choisir l'alcool... Pour ne pas l'ennuyer avec toute sa peine. Grossière erreur.
Pour lui, ça n'est pas fini. Il est toujours amoureux d'Ezekiel et fera tout pour le reconquérir. Mais ça semble mal barré... Depuis peu, il croit savoir que son amoureux se tape d'autres hommes, et ça c'est juste inconcevable. Ca le met tellement en rogne... Lui il est incapable d'aller voir ailleurs.
Il passe tout son temps chez eux. Parfois dans un bar.


Boyd Holbrook © vinyles idylles
Il ne viendra pas. Il ne viendra pas. Voilà ce qui tournait en boucle dans la tête de Dan alors qu’il se balançait machinalement sur son lit, comme un attardé pourrait le faire. Il n’était pas bien. En fait, c’était même pire que ça : il ne s’était jamais senti aussi mal. Aussi minable. Parce que pour la première fois depuis toutes ces années, Dan avait l’impression d’être vraiment seul. Si Ezekiel ne venait pas aujourd’hui, alors ce serait la fin de tout. De leur relation, de sa guérison, la fin de sa famille. Et… l’heure avançant très vite, il n’avait pas l’air de pointer le bout de son nez. Stressé, le blond regarda à droite, à gauche, à la recherche de tout objet pouvant lui permettre la délivrance. De l’alcool, une lame de rasoir, des médicaments, peut-être. Mais ils n’étaient pas cons, dans ce centre. Ils planquaient tout ce qui était susceptible de leur foutre des suicides sur la conscience.
Il lui restait encore sa couverture, pour se pendre. Oui, voilà toute la gaieté de ses pensées actuelles. Non, il ne faisait pas bon vivre d’être dans sa tête.

C’était trop. Cette horloge, ce tic-tac incessant… Dan se leva d’un bond, attrapa la chaise à côté de son lit et la plaça sous l’horloge. Ni une, ni deux, il monta dessus, il l’attrapa et l’explosa par terre. Sans vraiment réaliser son geste, juste pour se débarrasser de ce truc qui allait le rendre dingue. Dan ne réalisa pas qu’il avait désormais de quoi se tailler les veines, s’il le voulait. La vitre qui protégeait les aiguilles s’était brisée en mille morceaux par terre, et, las, il avait marché dessus avec ses pieds nus pour rejoindre son lit. Il était comme vide, il ne ressentait plus grand-chose. Il ne viendra pas.

Merde. Le cœur de Dan s’emballa. On frappa à la porte. C’était lui. C’était lui, parce qu’ici, personne d’autre ne prenait la peine de frapper. Ils s’en foutaient, de la politesse. A quoi ressemblait-il ? Est-ce qu’il était présentable ? Est-ce qu’il avait l’air de s’en sortir ? Clairement pas. Dan aurait voulu lui donner bonne impression, faire comme si tout allait bien, comme s’il supportait bien son sevrage. Mais c’était pas du tout le cas. Pire que le manque d’alcool, c’était le manque de sa famille qui le mettait dans cet état. En espérant que cette visite lui redonnerait le courage nécessaire pour aller jusqu’au bout. Il dût s’éclaircir la gorge pour que sa voix ne tremble pas trop. « Tu peux… tu peux entrer. »

Toujours assis en tailleur, il se redressa cependant pour être droit et l’accueillir du mieux possible. Enfin, Ezekiel ouvrit la porte… Il était beau. Triste, mais beau. Très vite, son cœur se regonfla de ce quelque chose qu’il avait perdu : peut-être le bonheur. Sûrement l’amour. Dan tapota doucement la place vide sur son lit pour qu’Ez vienne s’asseoir en face de lui. Il n’osa pas l’embrasser. Ni l’enlacer. En fait, reprenant vie peu à peu, il baissa les yeux et remarqua qu’il s’était coupé en marchant dans les bouts de verre. Pas grave. « Je suis content de te voir. C’est… c’est les dessins des enfants ? » dit-il en pointant des yeux la pochette en carton.


Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
SUNRISE
Masculin MESSAGES : 827
INSCRIPTION : 22/05/2017
ÂGE : 18
RÉGION : languedoc-roussillon.
CRÉDITS : passion & co.

UNIVERS FÉTICHE : fantastique, city, sms, all.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1097-get-back-on-track-kassie http://www.letempsdunrp.com/t1098-come-to-me-in-the-night-hours-kassie http://www.letempsdunrp.com/t1107-i-m-going-back-to-the-start-kassie
Donut



Ezekiel Greenwick
J'ai 31 ans et je vis à Chicago, Etats-Unis. Dans la vie, je suis rédacteur, journaliste et je m'en sors moyennement bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis forcé de faire semblant de l'aimer, pour nos enfants, et je le vis plutôt mal, très mal.

Tu pensais avoir rencontré l'homme de ta vie, tu pensais avoir trouvé ton âme-sœur. Tu aurais pu tout lui céder, tout lui offrir, mais certainement pas la vie de tes enfants. Ce fut l'erreur de trop, une erreur que tu ne peux pas pardonner. Que tu ne veux pas pardonner. Vous jouez le parfait petit couple, pour le bonheur des petits, pour leur éducation, mais cette comédie te brise un peu plus chaque jour. Tu consoles tes peurs et tes doutes, en allant voir ailleurs, en couchant avec ceux qui te désirent. Rancoeur, tu veux le faire souffrir, alors même que tes sentiments envers lui te jouent des tours. Entre amour et haine, il n'y a qu'un pas.


Richard Madden © SHIYA
Tu n’as pas ta place ici. Les grands pans de murs blancs t’oppressent. Le tic-tac de l’horloge résonne dans ce silence assourdissant, semblant être le maître mot de l’établissement. Comme si ce centre ne prenait pas en compte l’agitation extérieure, l’agitation de la ville, le bruit de la vie. En revanche, un sentiment de malaise prend possession de ton esprit, comme si le mal-être des autres patients se reflètent en toi. Tu restes con devant la porte de sa chambre, à attendre, à trouver le courage de lever la main pour l’avertir de ta présence. Le trac est d’autant plus grand. Tu ne peux plus fuir. Tu ne sais pas à quoi t’attendre. Tu ne sais pas quelle mine il aura, ou même s’il sera heureux de te voir ici, après tout ce temps. Dois-tu l’embrasser ? L’enlacer ? Lui serrer la main ? Rester distant ? Le son de sa voix parvient à tes oreilles. Tu inspires un bon coup, une dernière bouffée d’air avant de passer le pas de la porte. Ton regard le cherche dans la petite pièce. Ton cœur se serre davantage. Les yeux de Dan sont bouffis, ré-haussés par des cernes bien visibles. Ses cheveux sont emmêlés. Ça ne lui ressemble pas. Même à la maison, au fond du trou, il semblait plus en forme. Tu déglutis. Tu restes planté là un moment avant de t’apercevoir de ton immobilité. Tes doigts se resserrent encore autour de la pochette rouge, pochette que tu tiens fermement comme si elle était ton pilier. Ton point d’accroche dans cette situation si désagréable, triste.

Tes pupilles détaillent cette petite chambre vide de tout meuble, hormis de ce lit, de la petite table de chevet et d’une commode pour ranger quelques vêtements. Bon sang. Ces dernières descendent sur le verre brisé sur le sol immaculé. Tu commences à froncer les sourcils lorsque ton homme t’invite à t’installer près de lui. Ton ex. Tu suis son regard vers ses pieds. Il est blessé… Tu t’assieds sur le bord du lit et lui tends les dessins des enfants. Tu ne parviens pas à parler, les mots semblent coincés dans le fond de ta gorge. Putain. Pourquoi c’est si dur ?

Tu en profites pour prendre soin de ses pieds. Tu retires les bouts de verre avec précaution, comme si tu le faisais pour un de tes gosses. Un de vos gosses. « Les- » tu toussotes pour prendre un peu de contenance. « Les enfants m’ont demandé de te dire qu’ils t’aiment. Et. Hum. Qu’ils préfèrent quand tu cuisines. » Sourire triste. Tu frottes la plante de ses petons pour retirer les dernières saletés transparentes et te recroquevilles pour regardes les œuvres d’art avec lui. Tu ne sais pas quoi dire, quoi faire de plus. Comme si tu étais face à un inconnu, un homme que tu n’as connu ni d’Eve ni d’Adam. Cette pensée t’attriste davantage. « Comment tu vas, Dany ? »
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
ALLES
Féminin MESSAGES : 992
INSCRIPTION : 13/04/2017
ÂGE : 20
RÉGION : La moutarde.
CRÉDITS : Rock this way forum & japandragon tumblr

UNIVERS FÉTICHE : Réel mais je me sens tentée d'essayer un peu autre chose ici.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t990-alles#14247
Donut



Dan
Rosebury

J'ai 33 ans et je vis à Chicago, Etats-Unis. Dans la vie, je suis au chômage et je m'en sors absolument pas. Sinon, grâce à ma malchance, je suis mi-célibataire mi-en couple et je le vis plutôt mal aussi.

Dan a toujours été un père modèle. Ses enfants, il les a toujours gâtés. Mais tout a déraillé quand il a perdu coup sur coup son boulot de chef cuisinier qu'il aimait tout particulièrement, et sa mère. Au lieu de chercher du réconfort chez son homme, il a préféré choisir l'alcool... Pour ne pas l'ennuyer avec toute sa peine. Grossière erreur.
Pour lui, ça n'est pas fini. Il est toujours amoureux d'Ezekiel et fera tout pour le reconquérir. Mais ça semble mal barré... Depuis peu, il croit savoir que son amoureux se tape d'autres hommes, et ça c'est juste inconcevable. Ca le met tellement en rogne... Lui il est incapable d'aller voir ailleurs.
Il passe tout son temps chez eux. Parfois dans un bar.


Boyd Holbrook © vinyles idylles
Dan attrapa rapidement la petite pochette qu’il savait remplie des dessins de ses enfants. C’était dur sans eux… Alors cette simple attention servait à lui redonner un peu de vitalité. Voilà de quoi décorer cette chambre toute vide, voilà de quoi l’aider à lutter davantage. A vrai dire c’était quitte ou double : ou bien ça lui redonnerait du courage, ou bien ça lui donnerait envie de rentrer tout de suite. Il ouvrit doucement la pochette et tomba en totale admiration devant les gribouillis d’enfants, comme s’il avait devant les yeux les plus belles œuvres d’art que ce monde n’ait jamais connues. Il était tellement absorbé par les dessins et les petits « je t’aime » maladroitement écrits qu’il ne fit pas attention à son homme qui s’occupait de ses pieds. Il n’avait même pas mal. Des larmes commençaient à naître au coin de ses yeux alors qu’Ez s’allongeait près de lui pour regarder les dessins. Il passa une main sur son visage pour éviter l’avalanche de larmes, un petit sourire sur les lèvres. « Je savais que j’aurais dû te donner des cours avant de partir… » La cuisine c’était son domaine mais Ezekiel n’était pas si mauvais. Les enfants s’étaient juste habitués à ce que leur papa fasse à manger tous les jours puisqu’il avait perdu son travail et qu’il était à la maison tout le temps.
Comment allait-il ? Vaste question. Il pouvait mentir. « Ca va. » Mais à quoi est-ce que ça servirait ? On entendait tout de suite qu’il n’était pas sincère dans ses mots, qu’il disait ça plus par obligation que par sincérité. Dan reposa doucement la pochette sur le lit, aussi doucement que s’il avait en sa possession quelque chose de fragile, pouvant se briser à la moindre secousse. Il tourna doucement la tête vers son homme avant de soupirer. « Non, ça va pas. C’est… c’est difficile. Tous les jours. » Et leurs disputes par sms n’avaient pas aidé à le rassurer, à le faire se sentir bien. « Plus le temps passe et plus… J’ai peur que tu rencontres quelqu’un. J’ai cru que tu viendrais pas, d’ailleurs. » Il avait mis du temps avant qu’ils ne prennent « rendez-vous ». Mais après s’être disputés à ce sujet, Dan avait compris que le quotidien à la maison ne devait pas être simple. Ezekiel devait absolument tout gérer : les enfants, les factures, le boulot, la bouffe, le ménage. Et il n’avait pas dix bras ! Une question brûlait ses lèvres. Il voulait lui demander s’ils étaient toujours ensemble, ou s’il avait bien rencontré quelqu’un d’autre, trouvant que le simple sous-entendu ne lui suffirait pas à avoir une réponse convenable. « C’est pas forcément… le manque d’alcool qui est le plus dur. C’est le… le… » Sa voix tremblait. « Le manque de vous… » avait-il dit, bien plus bas que le reste. Ses enfants lui manquaient tellement qu’il aurait voulu leur avouer toute la vérité afin qu’ils puissent également venir le voir. Mais il ne voulait pas baisser dans leur estime, il voulait rester ce papa qu’ils dessinaient en super-héros et pas en pauvre looser. Ils étaient trop petits, pour comprendre…

Dan devait montrer qu’il était en train de changer. Qu’il ne pensait pas qu’à sa gueule. Mais avant ça, il eut son petit caprice d’enfant et s’installa dans les bras d’Ezekiel. Il ne pouvait pas lui refuser une petite étreinte, hein ? « Et à la maison… Comment ça va… ? Pas trop difficile ? T’as trouvé quelqu’un pour les garder ? Ils… ils parlent de moi parfois ? » Il ferma les yeux, essayant de profiter de ses bras tant qu’Ezekiel ne l’enverrait pas balader. « Tu m’as manqué, toi aussi… » Eh oui, il n’y avait pas que les enfants.


Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
SUNRISE
Masculin MESSAGES : 827
INSCRIPTION : 22/05/2017
ÂGE : 18
RÉGION : languedoc-roussillon.
CRÉDITS : passion & co.

UNIVERS FÉTICHE : fantastique, city, sms, all.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1097-get-back-on-track-kassie http://www.letempsdunrp.com/t1098-come-to-me-in-the-night-hours-kassie http://www.letempsdunrp.com/t1107-i-m-going-back-to-the-start-kassie
Donut



Ezekiel Greenwick
J'ai 31 ans et je vis à Chicago, Etats-Unis. Dans la vie, je suis rédacteur, journaliste et je m'en sors moyennement bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis forcé de faire semblant de l'aimer, pour nos enfants, et je le vis plutôt mal, très mal.

Tu pensais avoir rencontré l'homme de ta vie, tu pensais avoir trouvé ton âme-sœur. Tu aurais pu tout lui céder, tout lui offrir, mais certainement pas la vie de tes enfants. Ce fut l'erreur de trop, une erreur que tu ne peux pas pardonner. Que tu ne veux pas pardonner. Vous jouez le parfait petit couple, pour le bonheur des petits, pour leur éducation, mais cette comédie te brise un peu plus chaque jour. Tu consoles tes peurs et tes doutes, en allant voir ailleurs, en couchant avec ceux qui te désirent. Rancoeur, tu veux le faire souffrir, alors même que tes sentiments envers lui te jouent des tours. Entre amour et haine, il n'y a qu'un pas.


Richard Madden © SHIYA
Son visage est si triste. Les cernes surmontent ses joues creusées par la fatigue. Tu sens une douleur poindre au cœur de ta poitrine. Une tristesse, une peine de le voir dans cet état, lui qui débordait toujours de joie, qui arborait toujours un sourire quand bien même tu étais d’une humeur massacrante après une longue journée passée au bureau. Cet homme que tu connaissais sur le bout des doigts te manque terriblement. Tu es maintenant face à un inconnu dont tu ignores tout, dont tu ignores la moindre réaction. Et pourtant, tu prends soin de lui. Tu retires chaque bout de verre transparent planté dans sa plante de pieds. Tu te souviens de ces soirs où il revenait les doigts écorchés, abîmés par les couteaux de cuisine, brûlés par le feu provenant des plaques de gaz, ou bien par les plats trop chauds sortis du four. Tu le regardais chouiner comme vos enfants lorsque tu appliquais le spray désinfectant, puis le voir se poser dans tes bras après que tu aies appliqué un petit pansement emprunté à vos gosses. Pansement bien entendu avec des princesses Disney ou des supers-héros Marvel, des petits oursons. En soit, une compresse adéquate pour un homme adulte. Cette simple évocation du passé parvient à te faire sourire. Un sourire léger, à peine perceptible. Il aurait dû te donner quelques cours de cuisine, oui, mais comme chaque fois qu’il a tenté de le faire auparavant, cela finissait en bataille de nourriture. Souvent par ta faute, d’ailleurs. Souvent, ou toujours, selon le point de vue.

Ça va. Un mensonge à peine dissimulé. Sa voix le trahit toujours. Pourtant, tu ne sais pas quoi lui dire pour le rassurer, pour apaiser le mal-être dans lequel il s’est empêtré en te tenant bêtement et égoïstement à l’écart. Tu te doutes bien que le quotidien entre ses quatre murs blancs n’a rien d’un séjour paisible et agréable. Ses craintes et ses doutes ne t’étonnent pas vraiment. Les menaces dont tu t’es servi envers lui, pour le faire souffrir, comme il te fait souffrir ont atteint leur but. Tu as bien tenté d’aller voir ailleurs, oui, toujours sans aucun succès. Tu es incapable de tourner le page, de passer à autre chose. Son erreur est impardonnable, la vie de tes enfants était en jeu, mais putain, ce que tu l’aimes. Tu restes silencieux. Tu le laisses vider son sac. Tu le laisses libérer ses angoisses par la parole. Le manque de vous. Tu baisses la tête, incapable de bouger ou de faire quoique ce soit d’autre.

Une bouffée d’air lorsqu’il se pose dans tes bras. Tu ne peux pas l’admettre, mais tu en avais terriblement envie, terriblement besoin. Tes bras se referment sur son corps. Tu fermes doucement les yeux, cherchant une réponse à toutes ses questions. « C’est… Compliqué. La voisine accepte de les garder quand je suis au bureau, mais parfois, je dois les emmener au travail avec moi. Ils parlent tous les jours de toi. Tu. Ils se demandent quand est-ce que tu vas rentrer. Ils veulent aller chez tes parents pour t’aider en cuisine, ils pensent que tu pourras rentrer plus vite comme ça. » Tu soupires. « Ils pleurent parfois, j’essaie de les réconforter mais ils sont petits. Ils ont peur que tu les laisses. On a peur que tu ne reviennes pas. Tu nous manque. » On. Nous. C’est plus facile que de dire je. Et pour la première fois depuis des jours, tu autorises tes larmes à couler sur tes joues. Tu t’autorises à être faible. « C’est dur... » Sans toi.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
ALLES
Féminin MESSAGES : 992
INSCRIPTION : 13/04/2017
ÂGE : 20
RÉGION : La moutarde.
CRÉDITS : Rock this way forum & japandragon tumblr

UNIVERS FÉTICHE : Réel mais je me sens tentée d'essayer un peu autre chose ici.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t990-alles#14247
Donut



Dan
Rosebury

J'ai 33 ans et je vis à Chicago, Etats-Unis. Dans la vie, je suis au chômage et je m'en sors absolument pas. Sinon, grâce à ma malchance, je suis mi-célibataire mi-en couple et je le vis plutôt mal aussi.

Dan a toujours été un père modèle. Ses enfants, il les a toujours gâtés. Mais tout a déraillé quand il a perdu coup sur coup son boulot de chef cuisinier qu'il aimait tout particulièrement, et sa mère. Au lieu de chercher du réconfort chez son homme, il a préféré choisir l'alcool... Pour ne pas l'ennuyer avec toute sa peine. Grossière erreur.
Pour lui, ça n'est pas fini. Il est toujours amoureux d'Ezekiel et fera tout pour le reconquérir. Mais ça semble mal barré... Depuis peu, il croit savoir que son amoureux se tape d'autres hommes, et ça c'est juste inconcevable. Ca le met tellement en rogne... Lui il est incapable d'aller voir ailleurs.
Il passe tout son temps chez eux. Parfois dans un bar.


Boyd Holbrook © vinyles idylles
Dan fut à la fois agréablement surpris et à la fois soulagé alors qu’Ezekiel ne repoussait pas son étreinte. Aujourd’hui plus que jamais il avait besoin de son contact, de son soutien. On ne pouvait pas dire qu’Ez s’était montré très courtois depuis que Dan était parti de la maison et on pouvait totalement le comprendre… Mais le cuisinier, s’il avait certes besoin qu’on lui foute des tartes pour le motiver à continuer, pour lui donner cet électrochoc dont il avait besoin, avait aussi besoin de tendresse, de douceur, de retrouver son amoureux. De se sentir aimé, en fait. Par les enfants certes, mais aussi et surtout par Ez. Parce qu’il n’y avait pas eu cette même rupture entre lui et les enfants qu’entre lui et son homme. Jamais ils n’avaient cessé de l’aimer, alors que du côté d’Ezekiel, les choses étaient différentes. Aujourd’hui, pour la première fois depuis longtemps, Dan avait l’impression de compter encore pour lui. Qu’il y avait encore une chance. Et ça, ça lui donnerait toute la force pour continuer et triompher de cette fichue maladie. Parce que oui, l’alcoolisme était une maladie et il comptait bien s’en débarrasser une bonne fois pour toutes. D’ailleurs, il s’était déjà renseigné et quand il rentrerait enfin, Dan comptait se rendre aux Alcooliques Anonymes, pour être constamment soutenu mais aussi soutenir à son tour des gens dans sa situation. Ne pas laisser tomber.
Son petit cœur se brisa un peu plus alors qu’Ezekiel lui parlait des enfants. Ils étaient malheureux, tristes, pleuraient même. Et cette information avait un effet totalement négatif sur Dan : il avait envie de rentrer dans la seconde et de les serrer dans ses bras, ne plus jamais repartir. Malheureusement, le centre de désintoxication c’était son idée et il devrait l’assumer jusqu’au bout s’il voulait espérer refonder un foyer stable et faire ses preuves auprès d’Ez. Le pauvre galérait, tout seul… Dan eut soudainement une idée – il était temps. « Une ancienne collègue à moi… Elle adore les enfants et m’a souvent proposé de l’aide après euh… après mon licenciement… Dernièrement j’ai appris qu’elle ne travaillait plus actuellement, peut-être qu’elle pourrait les garder. J’y avais pas pensé avant… » Il n’avait pas franchement eu la tête à regarder dans son carnet de contacts. Probablement parce qu’il n’assumait pas son petit séjour dans ce centre et qu’il n’avait osé en parler à personne. « C’est quelqu’un que je connais bien. Elle est très sérieuse, je t’assure… » Ca pourrait au moins le dépanner afin qu’il n’ait plus à emmener les enfants au bureau. Ils étaient sages mais ce n’était pas leur place.
Dan se redressa doucement et fit la moue en voyant ses joues mouillées. Il passa doucement son pouce sur sa joue pour les essuyer. « Tu dois pas pleurer pour moi. Je… Je le mérite pas. Mais je te promets que j’vais pas vous abandonner… Je vais revenir, retrouver du travail et on reprendra une vie comme avant. Parce que j’vous aime… et euh… surtout… j’t’aime toi. Malgré tout ce qu’on a pu se dire, malgré toutes les crasses qu’on a pu se faire… Moi je t’aime toujours… » N’osant pas en faire davantage, il se contenta d’embrasser doucement sa joue avant de reposer sa tête sur son épaule. Ca lui faisait du bien de le dire. Il ne voulait plus jouer au couple parfait devant les enfants, il voulait l’être vraiment. « J’ai envie de rentrer à la maison… »


Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
SUNRISE
Masculin MESSAGES : 827
INSCRIPTION : 22/05/2017
ÂGE : 18
RÉGION : languedoc-roussillon.
CRÉDITS : passion & co.

UNIVERS FÉTICHE : fantastique, city, sms, all.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1097-get-back-on-track-kassie http://www.letempsdunrp.com/t1098-come-to-me-in-the-night-hours-kassie http://www.letempsdunrp.com/t1107-i-m-going-back-to-the-start-kassie
Donut



Ezekiel Greenwick
J'ai 31 ans et je vis à Chicago, Etats-Unis. Dans la vie, je suis rédacteur, journaliste et je m'en sors moyennement bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis forcé de faire semblant de l'aimer, pour nos enfants, et je le vis plutôt mal, très mal.

Tu pensais avoir rencontré l'homme de ta vie, tu pensais avoir trouvé ton âme-sœur. Tu aurais pu tout lui céder, tout lui offrir, mais certainement pas la vie de tes enfants. Ce fut l'erreur de trop, une erreur que tu ne peux pas pardonner. Que tu ne veux pas pardonner. Vous jouez le parfait petit couple, pour le bonheur des petits, pour leur éducation, mais cette comédie te brise un peu plus chaque jour. Tu consoles tes peurs et tes doutes, en allant voir ailleurs, en couchant avec ceux qui te désirent. Rancoeur, tu veux le faire souffrir, alors même que tes sentiments envers lui te jouent des tours. Entre amour et haine, il n'y a qu'un pas.


Richard Madden © SHIYA
Les larmes glissent sur ta peau pâle. La douleur que tu gardais enfouie en toi se libère enfin pour être exposer à la lumière blanche des néons de la chambre. Tu restes fort pour les enfants, tu ne montres rien, évites de parler de ce père absent, évites son sujet pour ne pas fondre en larmes devant les petits. Mais la tâche s’avère ardue. Ils te questionnent chaque jour à son sujet, te demandent sans cesse s’ils peuvent l’appeler pour lui dire « bonjour papa, tu nous manques. Reviens vite à la maison. On t’aime. » Sans le savoir, ces démons te rappellent sans cesse à cet homme qui t’a fait connaître la plus grande peur qui soit : les perdre tous les trois. Oh oui, tu avais peur de perdre les deux bouts de chou, mais tu avais aussi peur de perdre le grand blond. Malgré les enfants, malgré leurs besoins, tu n’aurais pas su vivre sans lui à tes côtés. Ton aigreur, ta haine, ta tristesse, rien ne pourra jamais changer cela. Tu as voulu l’oublier, tourner la page, refaire ta vie. Mais tu ne peux pas. Pour la simple et bonne raison que sans lui, sans son âme, la tienne s’éteint. Elle ne brille plus comme autre fois sans elle. Elle se sent triste, vite, déchirée, comme si une partie lui manquait pour être parfaitement complète. Sans Dan, tu n’es pas complet. Il t’a fallut une déchirure, un accident, un drame pour t’en rendre compte. Mais, tu sais, maintenant. Il est ton double, ta moitié.

Sa proposition pour qu’une collègue vienne te prêter main forte et comme une lumière à l’autre bout du tunnel. Les enfants ne seraient plus obligés de te suivre au boulot, ils pourraient sortir au parc, prendre l’air, et tu pourrais rentrer l’esprit léger, sans penser à leurs devoirs, sans devoir leur préparer un repas qu’ils n’aimeraient pas de toute façon. Tu acquiesces doucement, avant de renifler bruyamment. Tu fermes les yeux lorsque son regard se pose enfin sur toi. Tu craques devant lui. Ta coquille se fend sous son regard. Tu n’as plus la force de le haïr, tu n’as plus la force de le repousser. Cette force t’a abandonné au moment même où il s’est glissé dans ton lit avant de partir, au moment même où tu es descendu de ta voiture, où ta main a frappé contre la porte de cette chambre immaculée. Tes paupières sont closes pour fuir ses pupilles malheureuses. Tu pourrais l’aider à s’évader d’ici, le faire sortir en douce par l’entrée principale, le ramener à la maison avec toi, avec les enfants. Tu en aurais tant besoin. Certainement pas lui. Il a juste besoin de faire un trait sur cette addiction. Une maladie, comme ils disent tous dans ce bâtiment morbide.

Doucement, tu le repousses pour poser ta tête dans le creux de son épaule. Tes bras se glissent sous son corps. Tes jambes encerclent les siennes. Tu ne veux plus le quitter. Tu as tant besoin de lui. Et il t’a fallu jouer au con pour t’en souvenir. « Je t’aime. » murmures-tu à son oreille. Ta main se pose délicatement sur sa joue et lui fait tourner la tête dans ta direction. Vos lèvres ne sont plus qu’à quelques minuscules centimètres. Le souffle de ton homme se dépose sur ton visage. Bordel. Ta bouche se colle à la sienne. Presque hésitante. Comme si tu découvrais sa douceur pour la première fois.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
ALLES
Féminin MESSAGES : 992
INSCRIPTION : 13/04/2017
ÂGE : 20
RÉGION : La moutarde.
CRÉDITS : Rock this way forum & japandragon tumblr

UNIVERS FÉTICHE : Réel mais je me sens tentée d'essayer un peu autre chose ici.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t990-alles#14247
Donut



Dan
Rosebury

J'ai 33 ans et je vis à Chicago, Etats-Unis. Dans la vie, je suis au chômage et je m'en sors absolument pas. Sinon, grâce à ma malchance, je suis mi-célibataire mi-en couple et je le vis plutôt mal aussi.

Dan a toujours été un père modèle. Ses enfants, il les a toujours gâtés. Mais tout a déraillé quand il a perdu coup sur coup son boulot de chef cuisinier qu'il aimait tout particulièrement, et sa mère. Au lieu de chercher du réconfort chez son homme, il a préféré choisir l'alcool... Pour ne pas l'ennuyer avec toute sa peine. Grossière erreur.
Pour lui, ça n'est pas fini. Il est toujours amoureux d'Ezekiel et fera tout pour le reconquérir. Mais ça semble mal barré... Depuis peu, il croit savoir que son amoureux se tape d'autres hommes, et ça c'est juste inconcevable. Ca le met tellement en rogne... Lui il est incapable d'aller voir ailleurs.
Il passe tout son temps chez eux. Parfois dans un bar.


Boyd Holbrook © vinyles idylles
Ce baiser n’avait rien à voir avec celui qu’ils avaient échangé juste avant son départ pour le centre. Ils s’étaient retrouvés le temps d’une nuit avec certes beaucoup de tendresse, mais rien de comparable à tout l’amour que l’on pouvait percevoir dans ce baiser. Peut-être parce qu’il était précédé par les mots tant attendus, je t’aime, qu’il rêvait d’entendre depuis le début de l’enfer. Depuis sa connerie, sa descente aux enfers. Il posa sa main sur la joue de son homme et répondit au baiser avec tant de détresse que c’en était déroutant. Là commençait sa guérison. L’entrée dans ce centre ne marquait pas le début, c’était bel et bien ces trois petits mots qui lui permettraient d’enfin entamer ce long combat. Et de le gagner, assurément. « Tu… c’est vrai… ? Tu t’es montré tellement doué pour me faire croire le contraire, j’pensais que tu m’aimais plus… » Lui il avait été incapable d’aller voir ailleurs. Il avait bien essayé mais ça n’avait jamais été concluant, il n’avait jamais connu les reins d’autres gars. Tandis qu’Ez trimbalait ses aventures jusqu’à devant son nez quand les enfants n’étaient pas là. « J’aurais pas pu continuer… Si t’étais pas v’nu aujourd’hui. Si tu m’avais pas dit ça… J’aurais pas pu. » répéta-t-il une seconde fois. Il embrassa plusieurs fois ses lèvres, surtout parce qu’il savait qu’il n’y aurait plus le droit avant plusieurs jours. Peut-être même semaines.

« J’ai pas envie que tu t’en ailles. J’veux pas… rester tout seul ici. » Cet endroit n’avait rien d’effrayant. C’était juste mortellement chiant, déprimant, frustrant. Rien à voir avec la maison où à chaque moment il pouvait entendre les rires de ses enfants en train de chahuter ensemble. « Je suffoque. J’en peux déjà plus. » Il fit une moue toute triste probablement piquée à sa fille pour essayer de l’amadouer. Mais au fond de lui, il savait qu’il devait rester. Pour retrouver sa famille plus fort que jamais. « Je t’aime. Je t’aime. Je t’aime plus fort que tout Ez. L’alcool c’était juste une grosse connerie. J’aurais dû savoir que je pouvais compter sur toi… » Il avait voulu tout gérer tout seul, comme il l’avait toujours fait. Mais un couple c’était deux personnes, et leur famille, c’était même quatre personnes. Il avait raté son coup, tout simplement.

Pour l’heure il n’en pouvait plus de sa chambre. De ces murs trop blancs qu’il ne tarderait à redécorer avec les dessins de ses enfants. Alors il se redressa et s’assit en tailleur face à son homme. « Tu crois qu’on pourrait aller faire un tour dans les jardins ? Se promener, toi et moi… Que je puisse respirer un peu. »


Revenir en haut Aller en bas
 
 
ezekiel ∇ don't let me down.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Christian vs Ezekiel Jackson
» Nergal Vs Ezekiel Jackson
» Ezekiel Kyuusei
» The Nergal Vs Ezekiel Jackson
» Ezekiel Jackson en Interview !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers réel :: Amérique du Nord-
Sauter vers: