Partagez | 
 
 
 

 don't put the blame on me (alles)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
avatar
SUNRISE
Masculin MESSAGES : 808
INSCRIPTION : 22/05/2017
ÂGE : 18
RÉGION : languedoc-roussillon.
CRÉDITS : passion & co.

UNIVERS FÉTICHE : fantastique, city, sms, all.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1097-get-back-on-track-kassie http://www.letempsdunrp.com/t1098-come-to-me-in-the-night-hours-kassie http://www.letempsdunrp.com/t1107-i-m-going-back-to-the-start-kassie
Donut


Le contexte du RP
Mise en situation

La situation
Isaac travaille jusque tard dans une petite production de films pornographiques. Son petit-ami avec lequel il vient d’emménager ne se doute en aucun cas de sa profession. Et ce dernier fait tout pour conserver ce secret, du moins le temps de trouver un travail plus sain, plus stable pour oser lui demander de fonder une famille.
Mais un soir, Isaac doit rentrer tard. Le tournage prend du retard. Isaac est lui même en retard. Isaac n’est donc pas là pour aider son homme à déballer les cartons de son emménager dans le petit studio du brun. Isaac le regrettera dès son retour à la maison, lorsqu’il remarquera que sa moitié a découvert le pot aux roses, en cherchant un objet du quotidien. Isaac n’aurait pas dû laisser traîner tes fiches de paye…

Contexte provenant de ma petite tête grâce à @ALLES.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
SUNRISE
Masculin MESSAGES : 808
INSCRIPTION : 22/05/2017
ÂGE : 18
RÉGION : languedoc-roussillon.
CRÉDITS : passion & co.

UNIVERS FÉTICHE : fantastique, city, sms, all.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1097-get-back-on-track-kassie http://www.letempsdunrp.com/t1098-come-to-me-in-the-night-hours-kassie http://www.letempsdunrp.com/t1107-i-m-going-back-to-the-start-kassie
Donut



Isaac Leroy
J'ai vingt-sept ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis acteur pornographique et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis en couple avec le plus merveilleux des hommes et je le vis superbement bien.

Britannique expatrié en France, à Paris. Depuis tout petit, son plus grand souhait a été de venir vivre dans la plus jolie ville du monde : la capitale française. Sa hâte a vite disparu après la découverte des grands monuments parisiens, lorsqu’il a découvert derrière la façade de la carte postale, la ville-poubelle. Pourtant, la chance a tourné. Il a croisé le chemin de cet autre homme, l’homme avec lequel il partage maintenant sa vie, son lit, son appartement et son chaton Redbeard. Leur relation est toute nouvelle, datant de seulement quelques mois et c’est pour cela qu’Isaac ne se sent pas prêt. Annoncer son métier à celui qui fait battre son corps est tout bonnement impossible. Il ne comprendrait pas. Être acteur dans des films pour adultes, ce n’est pas la plus facile des choses à annoncer à son petit-ami.

josh beech © BABINE


Un dernier regard dans le miroir de la petit salle-de-bain que tu occupes maintenant depuis plusieurs longues minutes et tu juges ton allure suffisamment soignée pour sortir dans la rue et affronter le regard des passants et des touristes. Paris est une grande ville et ne fait pas exception aux mots chuchotés à l’oreille d’un autre lorsque ta veste n’est pas assortie au sac, ou bien lorsque le style que tu arbores ne leur convient pas. Une pression sur le flacon pour te parfumer et te voilà définitivement prêt pour partir au boulot. Ton amant, lui, se trouve encore au lit et ne devrait pas tarder à se réveiller pour lui-même s’évader de l’appartement. Tu t’approches et t’agenouilles près du matelas. Tu l’observes quelques secondes avant d’embrasser ses lèvres pulpeuses. « Bonjour, bébé. » murmures-tu avec ton accent british. Ta bouche rencontre encore la sienne, avide de cette gourmandise. Pourtant, tu ne peux pas rester couché dans ses bras ce matin et tu ne peux pas te permettre d’être en retard pour ce premier jour de tournage. Tu fronces les sourcils, ayant toujours un peu de mal à assembler des phrases françaises correctes de bout en bout. « Je dois partir, mon cœur. I’m late, again. I’ll help you with your stuff tonight. » Tu te redresses et prends soin de mettre le réveil pour ton amant, et de nourrir ce petit chaton roux que tu as recueilli à ton arrivée ici. « I’ll be home around eight, maybe nine. I’ll call you, anyway. » Tu lui souris, bien que ses yeux soient encore clos. « Je t’aime. » Sur ces mots que tu connais par cœur, tu fermes la porte de votre deux pièces et prends la direction du métro.

Avec cet ange encore endormi sur votre matelas de fortune à même le sol, ce fut le coup de foudre. Tu n’as pas pu résister à ce visage et à ce corps parfait. Il a simplement fallut qu’il ouvre la bouche pour que tu tombes amoureux. Pourtant, votre rencontre est à l’image de ton métier : sexuelle. Te semblant terriblement seul dans cette grande ville, tu es sorti dans le centre, dans le cœur vivant de la capitale et es entré dans la première boîte de nuit qui a croisé ton chemin, afin de te faire quelques amis. Tu n’aurais jamais pensé trouvé l’homme de ta vie, et encore moins l’avoir emmené dans ton lit dès ce premier rendez-vous improvisé. Vous avez dansé, bu, dansé, vous vous êtes embrassés, encore bu, et le lendemain matin, vous vous êtes réveillés dans les bras l’un de l’autre. Depuis, vous ne vous êtes plus quittés. Quand d’autres fuient à l’aube, pour vous, ce fut le véritable et unique coup de foudre. Votre relation a évolué en seulement quelques semaines et puis ce fut comme évidence : vous deviez habiter ensemble. T’aimes te réveiller au creux de ses bras, sentir la chaleur de son corps, entendre les battements de son cœur. Mais ce que tu hais le plus, c’est de devoir lui mentir éhontément quant au métier que tu exerces. Il pense que tu travailles dans un bureau, au-dessus du local de production. C’est la seule excuse que tu as pu trouver. Minable, tout autant que ton comportement.

Une fois sur les lieux du tournage, on te donne le script de tes scènes du jour. Rien de très compliqué à mémoriser, quelques gémissements, quelques râles, deux mots qui se baladent, des prénoms murmurés pour ce plan à trois. Tu soupires. Chaque fois, tes pensées se dirigent vers ton homme, ne cessant de lui présenter des excuses silencieuses, telles des prières. Te voilà nu, maquillé comme une poupée, et prêt à exhiber tes fesses, si ce n’est plus, en simulant l’extase avec deux autres hommes que tu ne connais ni d’Eve, ni d’Adam. La journée reste toute de même éprouvante. Les galipettes doivent être refaites plusieurs fois, sous plusieurs angles, parfois bloquées par un partenaire qui ne parvient plus à bander comme il devrait. C’est long, surtout lorsque l’on pense à l’homme qui nous aime, surtout lorsque l’on brise la confiance qu’il a placé en nous depuis le début.

Huit quarante-sept. Les scènes sont enfin terminées, et satisfassent le producteur plus que nécessaire. La nuit approche doucement. La batterie de ton téléphone a lâché. Tu dois rentrer. Et vite. Tu ne veux pas inquiéter ton tendre amant. Tu ne veux pas le laisser seul une heure de plus. Après avoir effacé toute trace de maquillage et t’être habillé, tu traverses la ville à toute allure, t’impatientant même dans le métro, marmonnant qu’il ne va jamais assez vite. Tu n’as qu’à une hâte, c’est de prendre une douche, d’effacer les caresser de tes collègues de ta peau, factices soient-elles, et de plonger sous les draps avec le brun de tes rêves. À la station de métro, tu ne caches même plus ton impatience et te mets à courir dans le dédale de couloir, gravis les marches des escaliers, traverses la rue, pousses la grande porte de l’immeuble, gravis encore les dernières marches qui te séparent de lui et pousses la porte de ton appartement avec un grand sourire sur les lèvres, heureux d’être de retour. « I’m home, sweetheart. Tu as passé une bonne journée ? Je suis exhausted. »
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
ALLES
Féminin MESSAGES : 950
INSCRIPTION : 13/04/2017
ÂGE : 20
RÉGION : La moutarde.
CRÉDITS : Rock this way forum & japandragon tumblr

UNIVERS FÉTICHE : Réel mais je me sens tentée d'essayer un peu autre chose ici.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t990-alles#14247
Donut



Adrien
Gallois

J'ai 26 ans ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis employé dans une crèche et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis en couple et je le vis plutôt bien mais pour combien de temps ?.

C’est quelqu’un de très calme et qui a même du mal à s’énerver, il ne le fait que rarement. C’est lui-même un grand enfant, il va plutôt bouder que faire la gueule – sauf quand c’est vraiment trop grave. Il a depuis toujours un petit problème de concentration alors il lui arrive parfois de décrocher d’une conversation alors que son esprit divague on ne sait trop où. Il aime dessiner… sauf que là aussi il tient des gamins. On l’a diagnostiqué hyperactif depuis tout petit mais ça énerve plus l’entourage que lui, il ne s’en rend pas trop compte.
Mais Adrien est avant tout un homme avec un grand cœur, très tourné sur la famille. Il aimerait fonder la sienne plus tard, pourquoi pas avec Isaac. Sûrement avec Isaac d’ailleurs !
En tant que gros gamin il a souvent le défaut de réagir un peu excessivement quand ça lui tient à cœur ou qu’on lui fait du mal.
Il a souvent été moqué des autres, aujourd’hui il n’a pas confiance en lui et sa peur la plus grande c’est qu’Isaac n’aille voir ailleurs et ne le quitte. Ce n’est même pas de la jalousie, juste une inquiétude. Une très grande inquiétude.


Francisco Lachowski © .nephilim
Vivre avec l’amour de sa vie c’était le bonheur. Les deux hommes n’avaient décidé de cela qu’il n’y a que quelques jours à peine et les cartons n’étaient même pas déballés mais déjà Adrien était comblé. Il fallait admettre qu’il lui en fallait peu pour ça, lui qui était très câlin et qui voulait passer le plus de temps possible avec son homme allait pouvoir vivre avec. Il ne pensait pas encore aux disputes de couple qu’une cohabitation pouvait engendrer, ni même au fait que sa mère trouve le délai trop court pour s’installer ensemble. A vrai dire il ne voulait même pas entendre parler des points négatifs qu’il pouvait y avoir dans cette histoire, simplement parce que pour lui il n’y en avait pas. Isaac était l’homme parfait. Il était gentil, attentionné, et son petit accent anglais… Ca lui faisait toujours de l’effet.
Ce soir tout serait enfin officiel : ils allaient déballer les cartons ensemble. Rentrant plus tôt, Adrien pouvait très bien le faire tout seul mais c’était comme symbolique qu’ils attendent d’être à deux pour ça. Alors en attendant il avait plutôt préparé le repas, histoire de se donner des forces avant de tout ranger. Repas qui au fil des heures… devint froid.

Eh oui, Isaac était en retard. Ca n’était pas si rare, mais Adrien lui avait demandé de faire un effort pour ce soir-là. Leur premier soir en tant que couple habitant ensemble. Il était effectivement du genre à accorder beaucoup d’importances à ces détails. Comme les dates de rencontre, la date du premier baiser, la première fois… C’était un grand sentimental et il ne s’en cachait pas. S’ennuyant totalement de l’attendre, il fit alors le choix de déballer ses affaires tout seul. Après tout il était grand, et puis comme ça ce serait fait. Puisqu’Isaac rentrait tard, l’appartement serait tout prêt et tout propre à son retour ! C’est donc plein de bonne volonté qu’il se mit à la tâche, rangeant ses affaires ici et là, fouillant un peu par la même occasion pour se faire de la place. On lui avait toujours répété que la curiosité était un vilain défaut, et visiblement il faisait partie des siens ! C’est tout naturellement qu’il regarda avec une attention particulière une des feuilles de paie d’Isaac qui lui tombait presque dans les mains. Bon d’accord, objectivement parlant elle était plutôt bien cachée, ce qui était même bizarre pour un bulletin de salaire. Mais sur le coup il ne fit pas gaffe, s’intéressant juste à la vie de son homme. Ce dernier avait toujours été vague sur son métier, sur ce qu’il faisait dans ce bureau et Adrien en avait toujours été frustré, voilà peut-être le moment d’avoir des réponses !

Et des réponses… il en eut effectivement quelques-unes. Pas celles qu’il attendait. Adrien était parfaitement conscient que dans un couple, il arrivait à l’un d’avoir des petits secrets pour l’autre. Lui-même avait quelques secrets… Mais il ne fallait pas non plus le prendre pour un con. Acteur porno. Isaac était acteur porno et il ne lui avait rien dit. C’était bien simple de toute façon, s’il avait su, ils n’en seraient certainement pas là aujourd’hui ! C’était totalement le genre de choses que ne pouvait accepter Adrien. Il avait beau être gentil… Le mensonge ET la tromperie, tout ça rassemblés, c’était impossible. Il arrêta alors de défaire ses cartons, s’apprêtant même à remettre toutes ses affaires dedans et à partir. Peut-être que sa mère avait raison, finalement…
Et il attendit. Il tourna en rond dans le studio jusqu’à ce qu’Isaac ne rentre. Tout frais, tout content, probablement parce qu’il venait d’avoir un orgasme avec un autre. « Je comprends que tu sois fatigué, ça doit pas être facile de se prendre des coups de queue toute la journée. » Cette phrase il l’avait répétée toute la soirée ! Ca n’était tellement pas son genre de parler sur un ton pareil… Mais que faire d’autre ? Tout lui céder et passer éternellement pour un con ? Autant mettre cartes sur table tout de suite. « C’est fini entre nous Isaac. » La réaction était très excessive oui, mais c’était sur le moment… Pour lui faire prendre conscience de son erreur et de la gravité des choses. De toute façon, impossible de le regarder dans les yeux maintenant qu’il savait ça… Un tel mensonge le dégoûtait. Et puis, il voulait prendre les choses en mains. Faire l’homme. Ne plus fuir les responsabilités. C’était aussi sa relation, après tout.



Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
SUNRISE
Masculin MESSAGES : 808
INSCRIPTION : 22/05/2017
ÂGE : 18
RÉGION : languedoc-roussillon.
CRÉDITS : passion & co.

UNIVERS FÉTICHE : fantastique, city, sms, all.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1097-get-back-on-track-kassie http://www.letempsdunrp.com/t1098-come-to-me-in-the-night-hours-kassie http://www.letempsdunrp.com/t1107-i-m-going-back-to-the-start-kassie
Donut



Isaac Leroy
J'ai vingt-sept ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis acteur pornographique et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis en couple avec le plus merveilleux des hommes et je le vis superbement bien.

Britannique expatrié en France, à Paris. Depuis tout petit, son plus grand souhait a été de venir vivre dans la plus jolie ville du monde : la capitale française. Sa hâte a vite disparu après la découverte des grands monuments parisiens, lorsqu’il a découvert derrière la façade de la carte postale, la ville-poubelle. Pourtant, la chance a tourné. Il a croisé le chemin de cet autre homme, l’homme avec lequel il partage maintenant sa vie, son lit, son appartement et son chaton Redbeard. Leur relation est toute nouvelle, datant de seulement quelques mois et c’est pour cela qu’Isaac ne se sent pas prêt. Annoncer son métier à celui qui fait battre son corps est tout bonnement impossible. Il ne comprendrait pas. Être acteur dans des films pour adultes, ce n’est pas la plus facile des choses à annoncer à son petit-ami.


josh beech © BABINE
Tu cours dans les escaliers menant à ton petit appartement. Tu es en retard. Comme tous les soirs. Comme chaque jour où le tournage s’éternise dans le petit studio de production. Tu t’essouffles encore avant de passer la porte qui te rapprochera de ton amoureux, de ton homme. La fatigue se fait déjà sentir, mais tu sais que tu ne seras pas coucher avant au minimum quelques heures. Le déballage des cartons, le dîner, la douche, la première nuit en étant officiellement avec lui. En couple fraîchement installé. Pourtant, tu t’arrêtes devant la porte. Tu passes une main dans tes cheveux pour te recoiffer, défroisses les pans de ta veste, réajustes la lanière de ton sac sur ton épaule et avales un bonbon mentholé. Tu veux être parfait pour lui, malgré une dure journée. Tu veux être beau, lui plaire à nouveau comme si c’était le premier jour. Tu souhaites être celui qu’il voit en fermant les yeux avant de s’endormir, être celui qui bercera ses nuits jusqu’à la fin. Une romance sans fin, infinie. Tu ne peux imaginer cette histoire finir autrement, malgré tes cachotteries, tes non-dits. Sur ses pensées, tu enfonces doucement la clé dans la serrure qui traduit un arc de cercle, levant le verrou et ouvrant la porte de ton appartement. Votre appartement, désormais.

Tu t’attends à te faire plaquer sur la porte, devant survivre sous les assauts des lèvres de ton homme, mais rien de tout ça. Au contraire, il se tient debout dans le salon, à faire les cent pas, avant que son regard froid et distant ne te glace jusqu’aux os. Sa remarque te fige sur place. Tu n’as eu aucun mal à le comprendre. La traduction s’est faite correctement dans ton esprit. Tu n’as aucunement besoin qu’il te le répète. Et comme si cela ne suffisait pas, il t’achève avec cinq autres mots. Dernier coup de massue. Son regard se détourne, le tien reste bloqué sur lui, sur Adrien. Yeux écarquillés, bouche entrouverte, rythme cardiaque défiant toutes les lois de la biologie. Tu perds tous tes moyens, incapable de prononcer le moindre mot. Il a tout découvert. Il sait, maintenant. Il sait, sinon il ne t’aurait pas dit tout ça. Ta vision se brouille. Ta respiration devient difficile. Tu te sens si mal. Les syllabes peinent à se former. Tu en oublies ton français. « Please, don’t leave me. Please... I’m so sorry, I should have told you, babe... » Tu t’approches de lui pour prendre son visage entre tes mains. Il ne peut pas partir, il ne peut pas te laisser alors même que ses cartons sont entreposés dans un coin de ton petit studio.

Tu colles ton front au sien, tu pleures, lui répétant que tu n’avais pas d’autres choix, que c’était le seul boulot que tu avais trouvé en arrivant sur Paris et que tu comptais lui avouer lorsqu’il se serait installé, lorsque tu en aurais eu le courage. Que la crainte de le perdre était si forte que tu n’en avais pas trouvé le moyen. Que tes pensées, chaque fois que tu le quittais pour le studio de production, étaient tournés vers lui. Tu t’agenouilles alors devant lui, désespéré. Tu le supplies encore, tu n’arrêtes plus. Les larmes coulent sur ta peau poudrée. Aussi étrange que cela puisse paraître, tu espérais qu’il comprenne. Tu espérais qu’il ferait tout pour te soutenir, qu’il comprendrait que ça ne soit pas facile pour toi, qu’il t’aiderait. L’illusion s’évanouit. Tu t’es fait des films et tu en payes le prix aujourd’hui. Ta tête prend appui sur ses jambes. T’es si pitoyable. « Je t’en supplie... »
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
ALLES
Féminin MESSAGES : 950
INSCRIPTION : 13/04/2017
ÂGE : 20
RÉGION : La moutarde.
CRÉDITS : Rock this way forum & japandragon tumblr

UNIVERS FÉTICHE : Réel mais je me sens tentée d'essayer un peu autre chose ici.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t990-alles#14247
Donut



Adrien
Gallois

J'ai 26 ans ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis employé dans une crèche et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis en couple et je le vis plutôt bien mais pour combien de temps ?.

C’est quelqu’un de très calme et qui a même du mal à s’énerver, il ne le fait que rarement. C’est lui-même un grand enfant, il va plutôt bouder que faire la gueule – sauf quand c’est vraiment trop grave. Il a depuis toujours un petit problème de concentration alors il lui arrive parfois de décrocher d’une conversation alors que son esprit divague on ne sait trop où. Il aime dessiner… sauf que là aussi il tient des gamins. On l’a diagnostiqué hyperactif depuis tout petit mais ça énerve plus l’entourage que lui, il ne s’en rend pas trop compte.
Mais Adrien est avant tout un homme avec un grand cœur, très tourné sur la famille. Il aimerait fonder la sienne plus tard, pourquoi pas avec Isaac. Sûrement avec Isaac d’ailleurs !
En tant que gros gamin il a souvent le défaut de réagir un peu excessivement quand ça lui tient à cœur ou qu’on lui fait du mal.
Il a souvent été moqué des autres, aujourd’hui il n’a pas confiance en lui et sa peur la plus grande c’est qu’Isaac n’aille voir ailleurs et ne le quitte. Ce n’est même pas de la jalousie, juste une inquiétude. Une très grande inquiétude.



Francisco Lachowski © .nephilim
Adrien ne tenait jamais les disputes. Il pardonnait toujours trop vite, cédait à cet homme qu’il aimait plus que tout. Mais cette fois, il était hors de question de perdre la face. Impossible de lui pardonner un tel mensonge, de se remettre de cette humiliation. Maintenant qu’il y repensait… Il comprenait un peu mieux la réaction d’un de ses amis, gay, quand il lui avait présenté Isaac. Cet enfoiré ne lui avait rien dit, mais bien sûr qu’il avait dû le voir dans un film porno. Ca tombait sous le sens. Alors qu’il croisait son regard, Adrien avait cette affreuse sensation de ne plus l’aimer. Comme si, tout d’un coup, ses sentiments s’en étaient allés, tués sauvagement par les mensonges et la tromperie. Quand Isaac s’approcha pour coller son front au sien, ce geste le dégoûta totalement. Lui fit peur, même. Il devait être fort, rester distant, rester loin. Si Isaac commençait à le toucher, à l’embrasser, Adrien ne pouvait pas garantir qu’il resterait en colère. Rien que de le voir pleurer mettait à mal toutes ses bonnes résolutions. A savoir : le quitter. Pour de bon. Se barrer dès ce soir pour lui faire comprendre à quel point il se sentait bafoué. « Ne me touche pas Isaac… Ne me touche plus jamais. » Avec ses mains dégueulasses qui venaient tout juste de procurer du plaisir à un autre. Peu importait qu’il n’y ait pas de sentiments, que ce ne soit que de la baise, parfois sans plaisir. Il était un grand romantique et ne pouvait pas accepter que son homme couche avec d’autres, et pire : qu’un millier de gay ne s’astiquent devant son corps dénudé.

« Lâche-moi, j’te dis… » Il le repoussa aussi fortement que possible, dégageant ses jambes. Il aurait eu tout le temps pour remettre ses affaires dans les cartons mais Adrien tenait à ce qu’Isaac le voit faire, histoire de marquer le coup. Alors quand il put de nouveau se déplacer dans le studio, il ouvrit les placards un à un et balança toutes ses affaires sur le lit avec violence. Rassurez-vous… Ca n’était que des vêtements, parce qu’Adrien avait toujours été une force tranquille. Jamais il ne lèverait la main sur Isaac, peu importe le mal qu’il lui faisait. A la place, il se laissait consumer par ce sentiment qu’il connaissait si peu : la haine. « Je m’en vais. Tu comprends ce que je te dis ? C’est fini. Putain. J’y crois pas quoi. Moi qui m’inquiétais parce que tu rentrais tard, en fait tu te prends juste des bites à longueur de journée ! » Il n’avait vraiment pas l’habitude de se mettre dans des états pareils. C’était épuisant… Difficilement gérable. Alors qu’un tas de fringues s’entassait sur le lit, il finit par les rejoindre pour s’y effondrer. Adrien prit alors sa tête entre ses mains, tremblant de partout. « Va-t’en Isaac... Dégage… Laisse-moi deux heures pour que je débarrasse le plancher. » Techniquement parlant, ça ne se faisait pas trop de le virer de son chez lui. C’était son studio. Il avait juste besoin d’une heure ou deux pour enlever toute trace de son passage ici. Et éventuellement se pendre. Oui, se pendre, c’était pas mal comme idée.


Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
SUNRISE
Masculin MESSAGES : 808
INSCRIPTION : 22/05/2017
ÂGE : 18
RÉGION : languedoc-roussillon.
CRÉDITS : passion & co.

UNIVERS FÉTICHE : fantastique, city, sms, all.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1097-get-back-on-track-kassie http://www.letempsdunrp.com/t1098-come-to-me-in-the-night-hours-kassie http://www.letempsdunrp.com/t1107-i-m-going-back-to-the-start-kassie
Donut



Isaac Leroy
J'ai vingt-sept ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis acteur pornographique et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis en couple avec le plus merveilleux des hommes et je le vis superbement bien.

Britannique expatrié en France, à Paris. Depuis tout petit, son plus grand souhait a été de venir vivre dans la plus jolie ville du monde : la capitale française. Sa hâte a vite disparu après la découverte des grands monuments parisiens, lorsqu’il a découvert derrière la façade de la carte postale, la ville-poubelle. Pourtant, la chance a tourné. Il a croisé le chemin de cet autre homme, l’homme avec lequel il partage maintenant sa vie, son lit, son appartement et son chaton Redbeard. Leur relation est toute nouvelle, datant de seulement quelques mois et c’est pour cela qu’Isaac ne se sent pas prêt. Annoncer son métier à celui qui fait battre son corps est tout bonnement impossible. Il ne comprendrait pas. Être acteur dans des films pour adultes, ce n’est pas la plus facile des choses à annoncer à son petit-ami.


josh beech © BABINE
La douleur se propage dans la moindre parcelle de ton corps. Tu ne peux pas supporter son regard haineux, sans la moindre trace d’amour. Comme si les sentiments à ton égard n’avaient jamais existé dans son esprit. Les larmes s’accumulent au coin de tes yeux et finissent par ruisseler le long de tes joues pâles. S’il savait à quel point tu souffres, à quel point la culpabilité te ronge de l’intérieur. Mais s’il avait su, s’il avait su ce que tu faisais toute la journée, jamais il n’aurait laissé tes mains toucher la douceur de sa peau, tes lèvres goûter l’arôme sucrée des siennes, ton corps apprécier les courbes de sa frêle silhouette. S’il avait su que ton métier consiste à simuler l’extase, l’orgasme, devant une caméra, jamais Adrien n’aurait accepté de faire ses cartons pour les déposer dans un coin de ton appartement. Jamais il n’aurait accepté d’emménager avec toi. Et pire que tout, jamais le beau brun n’aurait voulu t’aimer comme il l’a fait jusqu’à présent. Pourtant, maintenant, il te rejette, il te repousse. Il ne cherche même pas à comprendre. Il ne veut pas comprendre. Il ne veut pas te laisser t’expliquer. Aucun mot ne sort correctement de ta bouche. Tu es si mal, tu as si peur de le perdre pour toujours. Ton coup de foudre. Ton premier amour. Le perdre est inconcevable. Tu ne peux, tu refuses. Tu serais prêt à tout abandonner pour lui. Tout.

Y compris ta fierté et ta dignité. Les excuses se font par centaines, agenouillés devant lui. Tu quémandes le pardon, les mains emmêlées devant ton visage. Ses mots frappent forts, et appuient là où ça blesse. Tu ne peux pas le laisser partir. Tu ne peux tout simplement pas. Tu as tant besoin de lui pour rester fort. Tu es dépendant de sa présence, accro à son odeur, à ses bras, à sa voix, à son corps. Tu pries pour qu’il te pardonne, tu pries pour que ce silence te soit pardonné. « Adrien... » Et cet accent britannique que tu cherches à combattre depuis des semaines revient au galop. Tu ne le réprimes plus. Tout ce que tu tu veux, c’est cet homme. À genoux au bord du lit, ta main vient quérir la sienne. « Je t’aime, je t’en supplie, pardonne-moi mon amour... » Tes mots sont entrecoupés par des sanglots incontrôlables. « J’avais pas le choix… Il fallait que j’trouve du boulot pour ne pas être à la rue, pour ne pas retourner en Angleterre. Pour rester ici… » Tu l’implores. Tu implores encore et toujours son pardon. Tu trembles. Tu pleures. Tu as peur. Doucement, tu approches sa main de tes lèvres et l’embrasses maladroitement. Il a toujours eu ce don de te rendre si faible, si docile. Mais cet ordre qu’il te donne, tu ne peux pas lui obéir. Tu ne peux pas le laisser. Non. Tu feras tout pour le garder. Absolument tout. « Je t’aime, ne me quitte pas, j’peux plus vivre sans toi... »
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
ALLES
Féminin MESSAGES : 950
INSCRIPTION : 13/04/2017
ÂGE : 20
RÉGION : La moutarde.
CRÉDITS : Rock this way forum & japandragon tumblr

UNIVERS FÉTICHE : Réel mais je me sens tentée d'essayer un peu autre chose ici.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t990-alles#14247
Donut



Adrien
Gallois

J'ai 26 ans ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis employé dans une crèche et je m'en sors bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis en couple et je le vis plutôt bien mais pour combien de temps ?.

C’est quelqu’un de très calme et qui a même du mal à s’énerver, il ne le fait que rarement. C’est lui-même un grand enfant, il va plutôt bouder que faire la gueule – sauf quand c’est vraiment trop grave. Il a depuis toujours un petit problème de concentration alors il lui arrive parfois de décrocher d’une conversation alors que son esprit divague on ne sait trop où. Il aime dessiner… sauf que là aussi il tient des gamins. On l’a diagnostiqué hyperactif depuis tout petit mais ça énerve plus l’entourage que lui, il ne s’en rend pas trop compte.
Mais Adrien est avant tout un homme avec un grand cœur, très tourné sur la famille. Il aimerait fonder la sienne plus tard, pourquoi pas avec Isaac. Sûrement avec Isaac d’ailleurs !
En tant que gros gamin il a souvent le défaut de réagir un peu excessivement quand ça lui tient à cœur ou qu’on lui fait du mal.
Il a souvent été moqué des autres, aujourd’hui il n’a pas confiance en lui et sa peur la plus grande c’est qu’Isaac n’aille voir ailleurs et ne le quitte. Ce n’est même pas de la jalousie, juste une inquiétude. Une très grande inquiétude.



Francisco Lachowski © .nephilim
Cette dispute lui déchirait le cœur. Adrien ne voyait pas sa vie sans Isaac. Ca lui ferait tout vide, s’il n’y avait plus cet homme pour lui parler en anglais, pour chercher ses mots, pour faire des erreurs de français toutes bêtes. Son accent british c’était ce qui plaisait le plus à Adrien, ça lui faisait toujours de l’effet, ça le faisait parfois rire. Peut-être que s’il avait été honnête dès le départ, Adrien aurait réussi à accepter ce métier. Ou alors il aurait pu l’aider à en trouver un autre. Pour le coup, c’était davantage le mensonge énorme sur sa vie plutôt que le boulot en lui-même qui le dérangeait – même si oui, le boulot était dérangeant. Parce que s’il lui cachait ça, que pouvait-il lui cacher d’autre ? Un autre mec, une autre vie, ailleurs ? Adrien devait se montrer implacable, prendre sa vie en mains, arrêter de se laisser marcher sur les pieds. Il n’avait jamais réussi à être rancunier, encore moins avec Isaac. C’était en général lui qui revenait en pleurant, qui s’excusait – même s’il ne pensait pas être en tort. Et aujourd’hui les rôles s’inversaient. Il n’avait jamais vu Isaac dans cet état et malgré tout, ça lui faisait de la peine. Mais il ne devait pas se laisser embobiner. Peut-être qu’il ne le quitterait pas, mais il devait lui faire peur. Lui faire comprendre à quel point il souffrait de ce mensonge afin que ça ne se reproduise plus jamais.
Avec cette sangsue accrochée au bout du poignet, impossible de préparer ses affaires. Et puis il était à deux doigts de fondre en larmes, lui aussi… Et s’il se mettait à pleurer, alors Isaac reprendrait le dessus et le convaincrait de rester. Adrien reprit possession de sa main et croisa les bras. « Okay Isaac. Très bien. Je ne te quitte pas… pas encore. J’ai besoin de réfléchir. De m’éloigner… de toi. J’ai juste besoin d’être seul pour réfléchir à tout ça. J’vais aller dormir chez mes parents. » Et sa mère serait ravie ! Pour elle, ça allait beaucoup trop vite. Elle serait contente d’accueillir son fils chez elle pour le cajoler et le consoler. « Je ne déménage pas pour l’instant. Disons que c’est… c’est en attente pour le moment. N’essaie pas de m’appeler ou de m’envoyer un message. Je veux juste être seul. » Il attrapa alors un petit sac pour y mettre quelques vêtements, au cas où sa remise en question serait plus longue que prévu. « Allez, laisse-moi passer… »


Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
SUNRISE
Masculin MESSAGES : 808
INSCRIPTION : 22/05/2017
ÂGE : 18
RÉGION : languedoc-roussillon.
CRÉDITS : passion & co.

UNIVERS FÉTICHE : fantastique, city, sms, all.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1097-get-back-on-track-kassie http://www.letempsdunrp.com/t1098-come-to-me-in-the-night-hours-kassie http://www.letempsdunrp.com/t1107-i-m-going-back-to-the-start-kassie
Donut



Isaac Leroy
J'ai vingt-sept ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis acteur pornographique et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma chance, je suis en couple avec le plus merveilleux des hommes et je le vis superbement bien.

Britannique expatrié en France, à Paris. Depuis tout petit, son plus grand souhait a été de venir vivre dans la plus jolie ville du monde : la capitale française. Sa hâte a vite disparu après la découverte des grands monuments parisiens, lorsqu’il a découvert derrière la façade de la carte postale, la ville-poubelle. Pourtant, la chance a tourné. Il a croisé le chemin de cet autre homme, l’homme avec lequel il partage maintenant sa vie, son lit, son appartement et son chaton Redbeard. Leur relation est toute nouvelle, datant de seulement quelques mois et c’est pour cela qu’Isaac ne se sent pas prêt. Annoncer son métier à celui qui fait battre son corps est tout bonnement impossible. Il ne comprendrait pas. Être acteur dans des films pour adultes, ce n’est pas la plus facile des choses à annoncer à son petit-ami.


josh beech © BABINE
Les larmes ruissellent encore et toujours. Ton visage devient rouge sous le coup des émotions qui traversent ton esprit. Les remords, la peur, la colère, la tristesse. Autant de sentiments qui tracent d’épais sillons sur tes joues, sous tes yeux cernés par la fatigue. Le brun t’a apprivoisé en l’espace d’une soirée, d’une nuit. Un coup de foudre comme on en connaît qu’une seule fois dans sa vie. Un coup de foudre unique. C’est avec lui, et ce ne sera jamais avec quelqu’un d’autre que lui. Ton cœur bat dans le creux de ta poitrine. Tu ne peux pas le lâcher, tu ne peux pas le regarder partir sans dire un mot, tu ne peux pas le voir partir. Tu ne t’en remettrais pas. Il y a de ces amoures passionnelles, de ces amoures toxiques, où les amants ne peuvent plus se passer l’un de l’autre, doivent savoir où se trouve l’autre à tout instant, être rassuré constamment sur l’amour éprouvé par la moitié. Tu es certainement l’un de ces amants. Adrien est une addiction pour toi. Une drogue. T’es un camé qui a besoin de lui pour subsister. Tu as besoin de son parfum, de son odeur corporelle, de ses bras pour t’endormir la nuit, de ses lèvres pour t’embrasser à chaque instant de la journée, de ses mains dans tes cheveux, sur ta peau, de son regard terriblement tendre sur ta propre personne. Tu as besoin de lui dans ta vie. Tu as besoin de lui pour exister. Il te fait exister dans ce monde. Il te donne le courage chaque matin d’aller travailler dans un lieu que tu détestes, avec un métier que tu n’imaginais jamais devoir faire, avec des actes que tu désapprouves, des scènes te posant dans des contextes irréels. Excuse-moi. Deux mots. Deux simples mots que tu répètes sans cesse. Tu fermes les yeux. Les traits de ton visage sont crispés par la souffrance de ton cœur. Deux mots que tu ne parviens plus à dire. Je ne te quitte pas encore. Mais c’est tout comme. Comme s’il t’abandonne maintenant. Je ne déménage pas pour l’instant. Mais pourquoi fait-il son sac ? « Please don’t leave me… » Le français est désormais un langage inconnu. « I can’t live without you. I quit this fucking job tonight. I promise. Don’t leave me alone... » Des supplications suivis de nouveaux pleurs. Tu t’interposes entre lui et la porte. Tu craques. Tes nerfs lâchent. Des semaines à lui cacher ce métier que tu pensais provisoire pour lui offrir une belle vie. Un métier pour te permettre de le faire vivre confortablement. Encore un échec. « No. » Tu ne le laisseras jamais passer le seuil de la porte sans avoir la certitude qu’il reviendra dans tes bras. Ta main attrape la anse de son sac et lui retire des bras. Sac que tu balances derrière toi pour que tes doigts emprisonnent son visage. « Babe, please... » tu murmures en te penchant pour l’embrasser.
Revenir en haut Aller en bas
 
 
don't put the blame on me (alles)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Can't Blame White People.
» 01. [Appartement Pillsbury/Schuester] Blame It on the Alcohol !
» I blame you for the moonlit sky (le 25 juin à 23h)
» Blame On It
» 'cause i'm only human after all, don't put your blame on me. (sully)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers réel :: Europe-
Sauter vers: