Partagez | 
 
 
 

 all through the night (alles)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
avatar
KASSIE.
Féminin MESSAGES : 714
INSCRIPTION : 22/05/2017
ÂGE : 18
RÉGION : languedoc-roussillon.
CRÉDITS : passion & co.

UNIVERS FÉTICHE : fantastique, city, sms, all.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1097-get-back-on-track-kassie http://www.letempsdunrp.com/t1098-come-to-me-in-the-night-hours-kassie http://www.letempsdunrp.com/t1107-i-m-going-back-to-the-start-kassie
Donut


Le contexte du RP
Mise en situation

   
La situation
   Elyam est un adolescent mal dans sa peau, victime d'une maladie si peu connue dont le terme est utilisé à mauvais escient, l'anorexie. Sa mère est décédée, il y a maintenant plusieurs années, ne laissant ce gosse qu'avec son père. Le meilleur ami de ce dernier fut très présent pour les aider, les soutenir au mieux, si bien qu'une étrange complicité s'est instaurée entre l'enfant et l'adulte, en parallèle de la dégradation de cette relation père/fils.

Nate a réussi à convaincre le père d'Elyam de le laisser venir ici, le temps d'un week-end. L'adolescent va pouvoir souffler, se reposer, mais surtout, profiter de la présence du grand brun. Grand brun, lui appartenant pour deux jours entiers.

   
Contexte provenant d'une idée échangée par sms.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
KASSIE.
Féminin MESSAGES : 714
INSCRIPTION : 22/05/2017
ÂGE : 18
RÉGION : languedoc-roussillon.
CRÉDITS : passion & co.

UNIVERS FÉTICHE : fantastique, city, sms, all.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1097-get-back-on-track-kassie http://www.letempsdunrp.com/t1098-come-to-me-in-the-night-hours-kassie http://www.letempsdunrp.com/t1107-i-m-going-back-to-the-start-kassie
Donut



Elyam Townsend
J'ai 16 ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis lycéen et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt mal.

Tu es un adolescent mal dans sa peau, victime d'une maladie si peu connue dont le terme est utilisé à mauvais escient, l'anorexie. Ta mère est décédée, il y a maintenant plusieurs années, ne te laissant qu'avec ton père. Le meilleur ami de ce dernier fut très présent pour vous aider, vous soutenir au mieux, si bien qu'une étrange complicité s'est instaurée entre vous, en parallèle de la dégradation de ta relation père/fils. Puis vient s'ajouter à cela ton anorexie qui te pourrit la vie. Dans le fond, tu as juste besoin de quelqu'un pour t'aider...


max krieger © google

Des échanges, des mots écrits à la va-vite sur un petit écran tactile. Des mots qui rassurent, des mots qui blessent. Une colère qui grimpe, des sentiments exacerbés par la peur, par la maladie. Une fatigue commune après une journée éprouvante qui s’intensifie. Tu ne sais plus. Tu ne sais plus vraiment où tu en es. Tu ne sais plus ce que tu dois dire, faire. Les mots dépassent bien souvent ta pensée. Tu laisses les mots blessants s’échapper de ta bouche, sans en avoir le moindre contrôle. Cette impulsivité, c’est souvent Nate qui en paye les frais. Tu fais souffrir la seule personne qui compte à tes yeux, tu le sais. Tu le fais souffrir autant que ton âme se brise. Tu l’embarques dans ta propre chute. La souffrance noie ton visage de larmes. L’ignorance de ce que tu es, de qui tu es, t’angoisse. Tu poses ton sac et les clés dans un coin, retires ta veste, tes chaussures. Tu te sens chez toi, ici. Un dernier sms. Des regrets, des remords. Peur de se retrouver seul une fois de plus, peur de perdre le seul homme qui compte pour toi. Tu t’excuses en quelques lettres. Tu t’excuses pour tes monstres qui te rongent, qui font du mal autour de toi. Puis, tu déposes ton cellulaire sur le comptoir de la cuisine, défais ta boucle de ceinture, et la balances sur le canapé. Tu prends le marché que vous avez passé il y a quelques heures très à cœur et passes alors derrière les fourneaux. Tu laves les légumes, les découpes et les fais cuire dans une poêle, à côté d’un morceau de boeuf. Le crépitement du beurre brise le silence s’étant installé dès ton arrivée.

« J’arrive. » « Vite. » Tu ne lui caches même pas ton envie de le voir. Tu ne lui caches jamais. Tu n’as jamais su mentir, de toute façon. Ton cœur s’emballe à l’idée de le voir arriver d’une minute à l’autre, tu tends l’oreille pour entendre le moteur ronronner dans l’allée. L’excitation t’agite. Tu ne tiens plus en place. Alors tu bouges. Tu poses un couvert sur la table, un verre. La bonne odeur envahit l’espace, tandis que tu déverses le contenu de la poêle dans l’assiette. « Y’a quelqu’un devant la porte qui attend qu’on lui ouvre avec un gros câlin de bienvenue. ;) » Un immense sourire naît sur ton visage. Putain, oui. Tu le fais attendre derrière la porte, avant de venir lui ouvrir son propre appartement. Tu ne lui laisses pas le temps de réagir, que tu lui sautes dans les bras. Tu niches ta tête dans son cou, respires son odeur. Tes bras l’encerclent. Tu le serres fort, comme s’il risquait de t’échapper. « Tu es enfin rentré. » murmures-tu. Au bout de quelques longues secondes, tu le libères et te pousses pour le laisser entrer. « J’espère que tu as faim. » dis-tu en désignant l’unique assiette trônant sur la grande table. « Et j’espère que ce sera bon. »

Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
ALLES
Féminin MESSAGES : 855
INSCRIPTION : 13/04/2017
ÂGE : 20
RÉGION : La moutarde.
CRÉDITS : Rock this way forum & japandragon tumblr

UNIVERS FÉTICHE : Réel mais je me sens tentée d'essayer un peu autre chose ici.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t990-alles#14247
Donut



Nate O'Connor
J'ai 35 ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis chargé de communication et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt mal.

On pourrait croire que Nate est heureux dans sa vie. Son boulot lui plaît, il a une chouette maison, un chien qu'il aime plus que tout. Mais bizarrement aucune femme ne partage sa vie. Nate n'est pas timide, il est gay. Il est gay et à trente-cinq ans, il n'a toujours pas fait son coming-out. Il en est incapable. Le regard des autres l'a toujours terrorisé mais il ne l'a jamais montré. Il joue au fort, Nate.
Même son meilleur ami ne le sait pas, à vrai dire. Ni le fils de ce dernier avec qu'il est pourtant plutôt proche... Parfois trop ? Il n'a jamais vécu avec quelqu'un, a des aventures parfois. Mais les hommes de son âge sont lassés de se cacher pour le grand gamin qu'il est. A trente-cinq ans, presque quarante, il ne vit pas vraiment sa vie. Métro, boulot, dodo. Heureusement qu'Elyam et son père sont là.
Et puis, il a toujours ce regret. Ne pas avoir de famille. Ne pas avoir cette chance, alors qu'autour de lui, tous ses amis en ont une.


henry cavill © Junkiie
La journée avait été longue. Une tonne de dossiers en retard, l’incapacité de se concentrer et constamment dérangé par les SMS du petit Elyam. Enfin… si ça l’avait vraiment dérangé il aurait coupé son téléphone au boulot depuis longtemps. La réalité, c’était que le petit blond lui donnait toujours beaucoup de courage pour affronter sa journée de boulot. Il avait beau se plaire dans cette boîte, il avait comme tout le monde des coups de mou. Et pendant ces moments-là, les messages de l’adolescent étaient d’un réel réconfort. Sauf quand ils se disputaient. Parce que quand ils se disputaient, ça lui brisait le cœur. Elyam était un garçon tellement fragile, tellement peu sûr que lui que chaque fois qu’ils n’étaient pas d’accord, Nate se sentait coupable. Et le gamin avait tendance à tout prendre trop à cœur, à tirer trop vite les conclusions et à chercher des messages cachés là où il n’y en avait pas. Il avait promis à sa mère de s’occuper de lui autant que possible et s’il pensait réussir sa mission de façon plutôt correcte, parfois, il perdait les pédales. Parfois il s’énervait. Et il le regrettait tout de suite après ! Il fallait avouer que le blond avait un sacré caractère pour son âge si on ajoutait à ça sa crise d’adolescence, sa maladie, et sa mésentente avec son père. Mais ils finissaient toujours par se réconcilier, Nate finissait toujours pardonner. Comment en vouloir à un gamin aussi adorable que lui ?

Ils allaient pouvoir passer tout un week-end ensemble, ça faisait un moment que le blond réclamait ça. Enfin, il avait oublié de prévenir Elyam qu’il ne serait pas là demain matin, Nate devait aller visiter une salle pour un événement futur, mais il serait vite rentré et ils ne perdraient pas énormément de temps ensemble. Cette nouvelle avait malgré tout entaché la bonne humeur d’Elyam, ça ainsi que sa panne de voiture… Mais les choses s’arrangèrent avant qu’il ne soit rentré à la maison et c’était tant mieux car il n’avait pas franchement envie de s’embrouiller avec lui en face à face – même si Elyam ne lui résistait jamais longtemps !
Ce week-end allait être vraiment génial. C’était toujours génial, avec le blond. Peut-être même un peu trop... En attendant le dépanneur, Nate avait eu le temps de cogiter un peu. Cette relation devenait de plus en plus bizarre et il ne pouvait le nier. Il tenait énormément au gamin, peut-être trop. Et il savait qu’il était toute la vie d’Elyam en retour. Dépendants l’un de l’autre, malgré leur différence d’âge. Parfois il avait peur de déraper, de se montrer trop proche de lui, d’avoir un geste déplacé. D’autant qu’il venait tout juste d’apprendre l’homosexualité du jeune homme et… ça lui avait peut-être fait un truc. Stop Nate. Trop jeune et fils de ton meilleur ami, c’est non.

La voiture momentanément réparée – il faudrait l’emmener au garage prochainement – il put enfin rentrer chez lui où Elyam, Roxy et un bon repas l’attendaient. Il poussa peut-être un peu trop sur l’accélérateur tant il était pressé de retrouver tout ça. La main sur la poignée il tenta d’ouvrir… mais c’était fermé. Il envoya alors un message à son jeune ami pour lui préciser qu’il était devant la porte et qu’il voulait obligatoirement un câlin comme accueil. Câlin qui ne tarda pas à arriver : Nate ouvrit grand les bras pour accueillir son petit protégé. Il sourit largement et lui ébouriffa les cheveux. « Salut mon grand ! » Et le chien ne tarda pas à se joindre au câlin, toujours content de revoir son maître. « J’ai toujours faim moi ! » Il le suivit avec plaisir jusqu’à la salle à manger… Avant de déchanter en ne voyant qu’une seule assiette sur la table. Il aurait dû s’en douter… Elyam n’allait pas guérir en un claquement de doigts. « Elyam… Je sais que c’est difficile pour toi mais j’aimerais que tu manges ne serait-ce qu’un peu. Je t’ai sous ma responsabilité, j’voudrais pas que tu fasses un malaise à cause de moi. » Il alla donc à la cuisine, prit une deuxième assiette et des couverts, puis vida la moitié de son assiette dans la deuxième. « Juste un peu. Et interdiction de m’en vouloir, c’est juste pour ton bien. »


Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
KASSIE.
Féminin MESSAGES : 714
INSCRIPTION : 22/05/2017
ÂGE : 18
RÉGION : languedoc-roussillon.
CRÉDITS : passion & co.

UNIVERS FÉTICHE : fantastique, city, sms, all.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Homme

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t1097-get-back-on-track-kassie http://www.letempsdunrp.com/t1098-come-to-me-in-the-night-hours-kassie http://www.letempsdunrp.com/t1107-i-m-going-back-to-the-start-kassie
Donut



Elyam Townsend
J'ai 16 ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis lycéen et je m'en sors plutôt bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt mal.

Tu es un adolescent mal dans sa peau, victime d'une maladie si peu connue dont le terme est utilisé à mauvais escient, l'anorexie. Ta mère est décédée, il y a maintenant plusieurs années, ne te laissant qu'avec ton père. Le meilleur ami de ce dernier fut très présent pour vous aider, vous soutenir au mieux, si bien qu'une étrange complicité s'est instaurée entre vous, en parallèle de la dégradation de ta relation père/fils. Puis vient s'ajouter à cela ton anorexie qui te pourrit la vie. Dans le fond, tu as juste besoin de quelqu'un pour t'aider...


max krieger © google


La chaleur de ses bras est un bonheur que tu savoures, tandis que le chien s’agite autour de vous, Roxy attendant elle aussi d’avoir son patpat sur la tête. Pourtant, ce soir, tu ne te sens pas prêt à laisser le grand brun à une autre personne, même si cette personne se trouve être son animal de compagnie. Tu as tant attendu ce week-end qu’il serait idiot de le délaisser. Cette idée ne te frôle même pas l’esprit, envoûté par son parfum que tu aimes tant. Tu en oublies vos disputes, la peur qui t’emprisonnait il y a seulement quelques minutes, à l’idée qu’il ne rentre pas. Qu’il te laisse seul dans ce grand appartement, alors même que ton seul souhait était de le voir. C’est étrange, tu penses l’espace de quelques secondes, que le seul homme en qui tu as pleinement confiance, ce soit lui, le meilleur ami de ton père. D’habitude, on craint que les proches vont balancer les moindres secrets, les moindres ragots qu’on leur raconte, mais avec Nate, c’est différent. Nate est différent. Il te voit tel que tu es, ne te juges pas. Il te donne la force de te battre au quotidien, de te réveiller chaque fois que le soleil se lève. Il te donne le courage d’affronter une nouvelle journée, quand bien même tu rêves de garder les yeux fermés, quand bien même tu rêves d’éviter le regard dédaigneux de ton propre père. Et tu as beau l’aimer, ton géniteur, cet homme qui a participé à ta venue au monde, il n’atteint pas cette place que tu gardes tout spécialement pour le brun. Tu n’es pas sûr qu’il pourra l’atteindre un jour, d’ailleurs.

Mais ce n’était pas le moment de cogiter sur qui avait obtenu la plus grande place dans ton cœur, bien que le débat soit rapidement clos, de toute manière. Il était temps de penser à ces deux jours en sa compagnie, à ces deux jours où il n’appartiendrait qu’à toi. À toi, et uniquement à toi. Tes doigts enlacés aux siens, tu le tires vers la table que tu as dressé pour lui, observant sa réaction. De toute évidence, ce n’était pas celle que tu attendais de sa part. Tu baisses alors la tête, déçu. Tu n’as pas l’étoffe d’un grand chef, mais il aurait au moins pu faire semblant… Tu soupires, lentement en l’écoutant, comprenant alors où était le problème. Nate lâche ta main et se rue dans la cuisine pour te sortir une assiette. Tu le regardes faire, démuni. Tu poses ta main sur ton ventre, comme si tu souffrais de maux d’estomac et grimaces devant la nourriture que tu vas devoir ingurgiter pour lui faire plaisir. Et tu sais qu’il est inutile de mentir sur un potentiel repas que tu aurais pris le midi. Il ne te croirait pas et il aurait parfaitement raison de ne pas le faire. Pourtant, tu ne ressens pas la faim. Du moins, tu t’y refuses.

Malgré tout, tu t’installes sur une chaise, près de cet homme, sans prononcer le moindre mot. T’as conscience que c’est pour ton bien, mais le simple fait de plonger ta fourchette dans ce repas t’écœure, te donne la nausée. Tu fais une moue, espérant que ça puisse le faire changer d’avis, mais c’est peine perdue. Il ne te laissera pas tranquille si tu n’avales pas une bouchée, aussi minime soit-elle. Tu portes un bout de courgette à ta bouche avant de renoncer et de la faire tomber dans ta gamelle. « Je n’ai vraiment pas faim. Mais si tu me fais un petit déjeuner au lit, je te promets que j’avalerais quelque chose. S’il te plaît. Je me sens bien ce soir, et je veux profiter. S’il te plaît. » Tu joues la carte du marchandage. Qui ne tente rien n’a rien. « S’il te plaît, Nate. » Tu te lèves de ta chaise pour venir t’installer sur ses genoux, tu l’enlaces comme le ferait un bambin, et le regardes avec ces yeux qui te font souvent gagner face à lui. « S’il te plaît... » tu répètes, d’une voix plaintive.
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
ALLES
Féminin MESSAGES : 855
INSCRIPTION : 13/04/2017
ÂGE : 20
RÉGION : La moutarde.
CRÉDITS : Rock this way forum & japandragon tumblr

UNIVERS FÉTICHE : Réel mais je me sens tentée d'essayer un peu autre chose ici.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t990-alles#14247
Donut



Nate O'Connor
J'ai 35 ans et je vis à Londres, Angleterre. Dans la vie, je suis chargé de communication et je m'en sors très bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt mal.

On pourrait croire que Nate est heureux dans sa vie. Son boulot lui plaît, il a une chouette maison, un chien qu'il aime plus que tout. Mais bizarrement aucune femme ne partage sa vie. Nate n'est pas timide, il est gay. Il est gay et à trente-cinq ans, il n'a toujours pas fait son coming-out. Il en est incapable. Le regard des autres l'a toujours terrorisé mais il ne l'a jamais montré. Il joue au fort, Nate.
Même son meilleur ami ne le sait pas, à vrai dire. Ni le fils de ce dernier avec qu'il est pourtant plutôt proche... Parfois trop ? Il n'a jamais vécu avec quelqu'un, a des aventures parfois. Mais les hommes de son âge sont lassés de se cacher pour le grand gamin qu'il est. A trente-cinq ans, presque quarante, il ne vit pas vraiment sa vie. Métro, boulot, dodo. Heureusement qu'Elyam et son père sont là.
Et puis, il a toujours ce regret. Ne pas avoir de famille. Ne pas avoir cette chance, alors qu'autour de lui, tous ses amis en ont une.


henry cavill © Junkiie
Nate ne pouvait se résoudre au fait de manger seul, sans que le jeune homme ne prenne part au repas. Il n'ignorait pas sa maladie, bien sûr. Il en souffrait d'ailleurs beaucoup de son côté. Mais ce n'était pas en le laissant mourir de faim qu'ils régleraient ce problème. Le forcer à manger c'était peut-être un peu excessif aussi mais il ne voyait pas d'autres moyens pour se rassurer. Il était heureusement plus compréhensif que son meilleur ami, ou plutôt le père du blond. Ce dernier était rigide et avait tendance à s'agacer plus vite, sans chercher à parlementer. C'était un homme dur mais qui pouvait avoir un vrai cœur d'or quand on le connaissait bien. Dommage qu'il ne montre pas ce côté plus souvent à son fils... Ca n'était pourtant pas faute d'avoir essayé de les rapprocher plusieurs fois. Mais le résultat était toujours le même : un échec. Nate avait d'ailleurs plus ou moins abandonné l'idée maintenant, il se concentrait davantage sur le bien être d'Elyam que sur la relation qu'il entretenait avec son père – même si l'un pouvait avoir une influence sur l'autre. Etant aussi butés l'un que l'autre, ce qui confirmait qu'ils étaient bien père et fils, c'était de toute façon une perte de temps et d'énergie considérable.

Buté, hein ? Elyam le confirma à l'instant en abandonnant à son tour toute tentative pour manger. Nate soupira doucement, tenta une première fois de se montrer implacable... Mais quand le gamin vint lui faire un câlin, impossible de continuer dans cette voie. Oh oui, Nate aurait été un père pitoyable, ses enfants imaginaires seraient probablement devenus de gros pourris gâtés car un seul câlin pouvait le faire céder. Et ça, depuis le temps, Elyam l'avait bien compris. Nouveau soupir. Quel petit diable... Et mine de rien, être aussi proche de lui tout en sachant désormais qu'il était gay... C'est un gamin Nate, respire. Tu es son ami, un peu son père. Et bordel, c'est un gamin. Il n'était pas du tout à l'aise, autant le dire. Heureusement que lui-même n'avait pas fait son coming-out et qu'Elyam n'était pas au courant de son homosexualité ou bien les choses auraient été vraiment gênantes. « J'aime pas quand tu fais ça... C'est un peu de la triche quand même. » Mais bon... Il avait quand même fait l'effort de lui préparer le dîner, et ça avait l'air bon. « C'est d'accord, tu n'es pas forcé de manger. Mais ce n'est que partie remise... Et t’as pas intérêt de me refaire le coup demain. » Demain matin Nate allait partir tôt alors il allait se lever plus tôt que prévu juste pour lui faire un petit-déjeuner. Il avait intérêt à l’engloutir ! « Par contre je peux pas manger si tu restes là… » Il attendit donc qu’Elyam reprenne sa place pour continuer le repas, tout seul… Tentant d’alimenter la conversation comme il le pouvait. En réalité, Nate était toujours un peu perturbé par leur toute récente proximité.

Fin du repas, douche rapide, avant de se poser sur le canapé pour regarder un film ensemble. Même si en général, quand ils regardaient des films ils finissaient par ne plus du tout s’y intéresser pour parler de tout et de rien. Probablement que ce soit ils aborderaient l’homosexualité d’Elyam, Nate attendait juste qu’il fasse le premier pas car c’était un sujet délicat.


Revenir en haut Aller en bas
 
 
all through the night (alles)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Wednesday Night Raw # 60
» Perfect night ♪
» Snow Night [F, Clan de Glace]
» Monday Night Raw #46 - Carte
» Friday Night Smackdown - 23 Décembre 2011 (Carte)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers réel :: Europe-
Sauter vers: