Partagez | 
 
 
 

 lionel ∇ hey, i'm your dad. What's up ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
 
avatar
ALLES
Féminin MESSAGES : 990
INSCRIPTION : 13/04/2017
ÂGE : 20
RÉGION : La moutarde.
CRÉDITS : Rock this way forum & japandragon tumblr

UNIVERS FÉTICHE : Réel mais je me sens tentée d'essayer un peu autre chose ici.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t990-alles#14247
Donut


Le contexte du RP
Mise en situation

La situation
Gabriel et Lionel ne se connaissent pas, pourtant ils ont tant en commun. A commencer par le sang...
La mère de Gabriel est morte en le mettant au monde, et il n'a pas trouvé de père à son arrivée sur cette Terre. En effet, ce dernier qui n'était même pas au courant de son existence, croupissait en prison pour un crime terrible.
Il a grandi chez son oncle et sa tante, ces derniers faisant en sorte que les deux hommes ne se retrouvent jamais. Gabriel n'avait pas besoin d'une influence comme celle de Lionel dans sa vie, il était déjà assez turbulent comme ça ! Et puis ils le considèrent comme son fils et ne veulent pas qu'on le lui enlève.
Depuis quelques jours, semaines, mois, Lionel est sorti de prison. Et il a appris l'existence de Gabriel. Voilà donc qu'il se retrouve à le suivre sans savoir comment l'aborder...

Contexte provenant de cette recherche


Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
ALLES
Féminin MESSAGES : 990
INSCRIPTION : 13/04/2017
ÂGE : 20
RÉGION : La moutarde.
CRÉDITS : Rock this way forum & japandragon tumblr

UNIVERS FÉTICHE : Réel mais je me sens tentée d'essayer un peu autre chose ici.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t990-alles#14247
Donut



Gabriel
Daire

J'ai 18 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis lycéen et je m'en sors mal. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien, je m'en fous.

Gabriel adore les tatouages, il en a plus d'une dizaine. Mais lui, ce qui lui plait vraiment c'est la batterie. Il en joue depuis tout petit et adore la musique, c'est un peu son monde. Ca et le skate, il sort rarement sans. Et s'est souvent retrouvé à l'hôpital à cause de lui d'ailleurs.
Sinon, il ne se sent pas à sa place chez lui. Ou en tout cas de moins en moins. Il sèche beaucoup, il fume, il boit parfois. Ce n'est vraiment pas un enfant modèle.

Ash Stymest © avengedinchains
« Ouais, ce mec me suit encore. J’te jure, j’ai l’impression de le voir partout je vais péter un câble. » avait-il dit à son meilleur ami au bout du fil, autant inquiet qu’agacé par ce type qui semblait le suivre à la trace depuis quelques jours. Etait-ce un coup de son oncle pour s’assurer qu’il se rendait bien au lycée ? Un genre de détective secret ? Ou alors un gars louche qui en voulait à son argent ? Si c’était ça, il risquait d’être déçu ! Et si c’était un détective chargé de surveiller son assiduité scolaire, c’était à peu près la même chose. Contrairement à ce que pourrait laisser penser son prénom, Gabriel était loin d’être un ange. Il n’aimait pas l’école, avait une tonne de tatouages… Et était en pleine crise d’adolescence. Alors effectivement il passait plus de temps à faire du skate avec ses amis – et à l’hôpital quand il tombait – qu’à réviser ses cours ou bien dans l’enceinte du lycée tout simplement. D’ailleurs, il avait déjà redoublé une fois, et il n’avait toujours pas son bac. Il ne savait pas quoi faire de sa vie, n’avait pas forcément d’ambitions… Et passait pas mal de temps à se disputer avec ses « parents adoptifs ». Gabriel avait toujours beaucoup souffert de n’avoir pas connu sa famille. Sa mère, son père. Il n’en savait que très peu de choses. Il avait beau aimé son oncle et sa tante, ça n’avait rien de comparable à des parents. Et puis ces derniers temps ils étaient bizarres, stressés, comme s’ils redoutaient quelque chose. De plus en plus il se sentait exclu de cette famille qui n’était qu’à moitié la sienne et cherchait à s’évader. En fumant, en buvant. Heureusement, certains de ses amis veillaient à ce qu’il ne fasse pas trop de conneries. Mais Gabriel avait de la haine à revendre, il s’était d’ailleurs mis à la boxe depuis peu.

« Je crois que j’vais appeler les flics ! » Cette fois il avait parlé bien fort, pour que l’autre entende. Se tournant toutes les deux secondes pour vérifier qu’il n’y avait personne derrière lui, il fit mine de composer le numéro – sans avoir raccroché d’avec son ami – avant de… rentrer dans une grosse cylindrée. Le genre de moto qui coûtait une blinde et qu’on chouchoutait tant on avait dû économiser pour se la payer. Brillante, parfaite, sans aucune rayure… Alors forcément, quand son propriétaire, un type aussi baraqué que sa moto, entendit le fracas et vit la moto renversée par terre, il rappliqua, furieux. Là il attrapa le gamin par le col et le souleva presque du sol tant la différence de gabarit était énorme. C’était de sa faute à lui, si sa béquille était mal mise ? « T’as vu ce que t’as fait de ma moto sale mioche ?! Tu veux que j’te refasse le visage de la même façon ?! »


Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
cookie
Féminin MESSAGES : 62
INSCRIPTION : 12/03/2017
ÂGE : 24
RÉGION : Normandie
CRÉDITS : j'ai réalisé mon avatar moi-même

UNIVERS FÉTICHE : fantastique - city
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur
Limace



Lionel
Valmont

J'ai 45 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis ouvrier dans une usine de production de pièces automobiles et je m'en sors pas bien. Sinon, grâce à ma malchance, je suis divorcé et je le vis plutôt pas bien.

Après une jeunesse dans le milieu du crime et des trafics, Lionel avait finit par se ranger. Il était marié et travaillait comme maître chien. Rattrapé par son passé, il a assassiné un homme et a été condamné d'une peine à perpétuité. Il a demandé une liberté conditionnelle après 18 ans d'enfermement. Il suit un programme de réadaptation qui lui a permis de trouver un emploi et un logement. Il se retrouve seul, sa famille lui a tourné le dos et son ex femme est décédée.


Hugh Jackman © Tag


Un fils. Il avait du mal à y croire. Si on lui avait dit, à l’époque, qu’il allait être père, il n’y aurait pas cru. Il avait déjà du mal à s’occuper de lui alors, s’occuper d’un enfant … Mais là, c’était encore pire. Il était père. Depuis dix-sept ans … Et n’en avait rien su. C’était totalement absurde. Il aurait aimé confronter Mathilde, ne serait-ce que pour savoir, pour comprendre. Pourquoi ne lui avait-elle rien dit ? Comment avait-elle pu imaginer ne serait-ce qu’un instant que se taire pouvait être la meilleure solution ? Bien entendu, il savait qu’avoir un père taulard  n’était pas l’idéal pour l’épanouissement d’un enfant mais … ne pas avoir de père était-il réellement mieux ? Seulement, il ne pourrait plus avoir la moindre explication avec son ancienne épouse. Elle était morte en mettant au monde son fils. Deux chocs. Deux uppercuts dans la face en moins de trente secondes. Il avait cru devenir fou. Fou de chagrin car, s’il avait compris le silence de Mathilde pendant ses années d’incarcération, il avait bêtement cru pouvoir la revoir après sa libération. Et pourquoi pas, même, la reconquérir. Quel espoir vain et fou … Elle était morte, et il ne la verrait plus jamais. Ainsi, tout s’était envolé. Il n’avait plus rien ni personne à quoi se raccrocher. Même sa mère, qui autrefois avait été un pilier pour sa famille, était désormais alitée dans une maison de retraite en banlieue, incapable de reconnaitre son propre fils.

Il n’y avait plus que ce gamin, finalement.

Lionel l’observait, de loin, comme chaque jour depuis bientôt deux semaines. C’était son fils, ça ne faisait aucun doute. Il avait l’impression de se revoir à dix-sept ans. Ces mêmes cheveux bruns, ce regard insolent sous ses sourcils épais. Et cette envie de vivre comme il l’entendait, principalement en mettant un point d’honneur à ne pas suivre les règles fixées. Il crevait d’envie d’aller le voir, de lui parler. Mais il ne savait pas à quoi s’attendre avec lui. Tout aurait été tellement plus simple si ce crétin de Philippe avait simplement accepté qu’ils se rencontrent. Mais Lionel n’avait jamais porté le frère de Mathilde dans son cœur, et la réciproque était également vraie. Pas étonnant à ce que le bonhomme lui mette des bâtons dans les roues. Ainsi, alors que Lionel ignorait l’existence de son fils, ce dernier le croyait mort. Pas certain qu’il allait apprécier la résurrection.

« Je crois que j’vais appeler les flics ! »

Lionel sursauta en entendant la menace. De quoi parlait-il ? Il n’avait pas pu entendre le début de la conversation. L’avait-il repéré ? Il faisait pourtant attention à être discret mais, il devait l’avouer, il n’était pas impossible que le jeune homme ait remarqué sa présence. Lionel se sentit soudainement pris de panique. Si les flics déboulaient et que le gamin l’accuser de le suivre depuis des jours … il pouvait dire adieu à sa liberté conditionnelle. Retour au trou … Il continua à observer du coin de l’œil le jeune homme qui commençait à pianoter sur son téléphone. Merde. Il fallait qu’il bouge, qu’il aille lui parler. Mais alors qu’il hésitait encore entre l’urgence soudaine de la situation et la terreur qui lui tordait les boyaux, un bruit fracassant retentit. Aussi fracassant que le propriétaire qui déboula, l’air furax. Et cette fois-ci, Lionel n’hésita plus. Alors que l’armoire à glace attrapait le gamin par le col pour le secouer, brayant comme un dément, il accéléra le pas pour rejoindre le lieu du crime.

« Hé Ho, on se détend là … C’est quoi le problème ? »

L’homme était plus imposant que lui pourtant, Lionel n’avait absolument pas peur. Des gorilles, il en avait vu d’autres en prison. Il suffisait de frapper le premier … Mais cette fois ci, il entendait bien ne pas en venir aux mains. Après tout, une bagarre sur la voie publique après seulement trois semaines de liberté pouvait lui coûter très cher. L’autre ne lâcha pas le jeune homme mais tourna son regard noir vers Lionel :

« Le problème ? Regarde ce que ce petit con à fait à ma moto ! »

Et voilà qu’il le secouait comme un prunier. Lionel poussa un soupir. Ouais, ce gamin lui faisait penser à lui … le même talent pour se mettre dans la merde.

« Arrête de le secouer comme ça, tu vas lui casser le cou, grommela Lionel. Commence par la relever, ta bécane, qu’on puisse voir les dégâts. »

Il n’avait toujours pas posé les yeux sur le gamin, se concentrant pour l’instant sur le motard. Un affrontement à la fois …

Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
ALLES
Féminin MESSAGES : 990
INSCRIPTION : 13/04/2017
ÂGE : 20
RÉGION : La moutarde.
CRÉDITS : Rock this way forum & japandragon tumblr

UNIVERS FÉTICHE : Réel mais je me sens tentée d'essayer un peu autre chose ici.
PRÉFÉRENCE DE JEU : Les deux

Voir le profil de l'utilisateur http://www.letempsdunrp.com/t990-alles#14247
Donut



Gabriel
Daire

J'ai 18 ans et je vis à Paris, France. Dans la vie, je suis lycéen et je m'en sors mal. Sinon, grâce à ma malchance, je suis célibataire et je le vis plutôt bien, je m'en fous.

Gabriel adore les tatouages, il en a plus d'une dizaine. Mais lui, ce qui lui plait vraiment c'est la batterie. Il en joue depuis tout petit et adore la musique, c'est un peu son monde. Ca et le skate, il sort rarement sans. Et s'est souvent retrouvé à l'hôpital à cause de lui d'ailleurs.
Sinon, il ne se sent pas à sa place chez lui. Ou en tout cas de moins en moins. Il sèche beaucoup, il fume, il boit parfois. Ce n'est vraiment pas un enfant modèle.


Ash Stymest © avengedinchains
Gabriel avait toujours eu ce don pour s’attirer les emmerdes. Selon son oncle, il tenait ça de son père… Il n’avait pas entendu grand-chose à son propos mais Philippe lui avait raconté deux trois trucs histoire de contenter sa curiosité. C’était normal d’en savoir un minimum sur son père… De toute façon, l’homme avait longtemps été persuadé que Lionel ne sortirait jamais de taule. Et maintenant qu’il savait que c’était le cas… Autant dire qu’il se trouvait un peu plus bavard quant à son paternel. Ayant peur qu’ils ne finissent par se rencontrer, Philippe brossait un portrait assez dur de cet homme. Quelqu’un qui n’avait aucune attache, qui n’avait rien d’honnête ou de loyal et qui avait été l’erreur de sa mère. En prévision. Pour que Gabriel ne lui saute pas dans les bras s’ils venaient à se voir malgré son interdiction. Pour qu’il ressente… comme une haine contre lui. Ca n’avait rien de malsain selon Philippe, il voulait par tous les moyens lui éviter une influence pareille. Gab n’en avait pas vraiment besoin… Il séchait déjà beaucoup, était parfois insolent. Mais ce n’était pas encore un délinquant et ses « parents » ne voulaient pas qu’il le devienne à son contact.
Sauf que Gabriel n’était pas un mouton. Il écoutait ce qu’on lui disait, il analysait… Mais il n’avait pas connu son père et ne pouvait se baser sur les idées d’un autre, peu importe qui était cet autre en question. On aurait beau lui dire que son père battait sa mère, il ne pouvait pas le croire. Il était de ceux qui ne croyaient que ce qu’ils voyaient, en quelque sorte. Alors Philippe n’avait pas eu la bonne stratégie, Gabriel ne détestait pas son père. Il ne l’aimait pas vraiment non plus… c’était juste un inconnu fantôme. Un de plus.

Parfois il essayait de l’imaginer. Il s’entendait bien avec Philippe mais ils n’avaient pas vraiment les mêmes centres d’intérêts et ça se ressentait selon les jours. Autant dire que son oncle avait bien rigolé quand Gabriel lui avait demandé de prendre des cours de boxe avec lui… Et il leur arrivait de se disputer parce que Gabriel passait plus de temps à dessiner qu’à bosser ses cours. Il ne comprenait pas vraiment son art ou sa fascination pour le monde du tatouage. Alors parfois, ça clashait… Faut dire qu’il cherchait pas mal, le tatoué ! C’était sa période rebelle, tout simplement.

Alors il avait fait quelques séjours à l’hôpital. Que ce soit une chute en skate après un pari stupide ou bien une bagarre qui a mal tourné… Et aujourd’hui il semblerait qu’il allait y retourner. Penser qu’on le suivait n’était déjà pas simple mais si en plus il se mettait une grosse brute à dos…
Pourtant on vint à sa rescousse. Le type en question… Celui qui lui emboîtait le pas depuis des jours, qui venait parfois jusqu’aux portes du lycée. Alors il le suivait bel et bien, Gabriel ne s’était pas fait de films ! Ou alors ils étaient victimes de très grosses coïncidences.

Le gars ne le lâcha pas pour autant. Son emprise était vraiment difficile à supporter et il commença bientôt à manquer d’air. La brute ne le reposa pas par terre pour avoir la conscience tranquille mais parce qu’on venait de lui proposer de regarder les dégâts. Ils allaient casquer à la moindre petite rayure, c’était certain ! D’ailleurs… Non, il ne l’avait pas vraiment reposé, disons qu’il défit sa prise et que Gabriel tomba le cul par terre. C’était probablement mieux qu’un poing dans la gueule…
Les dégâts n’étaient pas catastrophiques au final. Quelques rayures tout au plus… Ce que le gamin ne manqua pas de faire remarquer alors qu’il s’était relevé pour observer à son tour son œuvre. « Oh mais y’a rien là ! Faut pas s’énerver pour ça m’sieur y’a pas mort d’homme ! » Mais il comprit au regard noir qu’on lui lança qu’il ferait peut-être mieux de se taire. Il laissa donc le loisir aux deux hommes de négocier vaguement… Le type qui le suivait semblait déterminé à éviter les problèmes et il finit par trouver un arrangement avec la brute. Difficile de dire quoi… Gabriel s’était perdu un moment en regardant son sauveur. Il lui disait quelque chose, lui rappelait quelqu’un sans jamais se douter que c’était de son père dont il s’agissait. Quand ce dernier se débarrassa enfin du motard, Gabriel tint à lui adresser ses remerciements les plus sincères. « C’est bien gentil de m’être venu en aide mais j’aimerais vous demander pourquoi vous m’suivez depuis quelques jours. Je suis peut-être con mais pas aveugle et vous, pas tellement discret. »


Revenir en haut Aller en bas
 
 
lionel ∇ hey, i'm your dad. What's up ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lionel Messi
» Lionel Messi [Barcelone]
» CRISTIANO RONALDO 13 vs. 05 LIONEL MESSI
» Lettre ouverte au President en rapport avec l'UCREF
» L’éducation soutient l’établissement d'une kleptocratie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 
 
LE TEMPS D'UN RP :: Place des artistes :: Univers réel :: Europe-
Sauter vers: